entête
entête

Salle Louis Braille

Une autre façon de voir

Annie Le Saux

Pour les « clairvoyants », atteindre la Médiathèque de la Villette relève déjà de l'exploit. Des palissades à contourner, un parvis venté à affronter. C'est fou ce qu'à Paris on néglige l'agoraphobie ! Pour les non-voyants, une certaine aide est apportée par un chemin de guidage qui les mène vers toute la Cité et surtout la Médiathèque, où une salle a été conçue spécialement pour eux.

Programmée dès l'origine du projet de la Cité, offerte depuis le début de l'année 1989 par la Médiathèque de la Villette, mais inaugurée seulement le 18 octobre 1989, la salle Louis Braille donne aux non ou mal-voyants accès, grâce à un aménagement et à un équipement spécial, au catalogue de la Médiathèque ainsi qu'à une partie de ses collections d'ouvrages sur les sciences, les techniques et l'industrie.

D'une superficie de 50 m2, la salle Louis Braille comprend 4 cabines individuelles, dotées d'un matériel sophistiqué. Entièrement insonorisées, elles permettent la lecture à haute voix, l'écoute de cassettes audio et l'isolation phonique face aux bruits de la Médiathèque. Elles sont conçues pour accueillir deux personnes. Une salle de repos offre la possibilité de rencontres et d'échanges. Les cabines de lecture sont ouvertes aux mêmes heures que la Médiathèque (12 h-20 h), tous les jours de la semaine sauf le lundi. Huit personnes de la Médiathèque, formées à l'utilisation du matériel spécialisé, se relaient au service des lecteurs.

Faisant appel aux sensations auditives, olfactives et tactiles des lecteurs non voyants, la salle Louis Braille se signale par le bruit de l'eau coulant d'une fontaine, l'odeur du pin d'Oregon choisi pour l'architecture des cabines, les fragrances s'exhalant du jardin fleuri, et l'effleurement de la sculpture à l'entrée de la salle. Des volumes différents - cylindre, parallélépipède, triangles - facilitent aussi la perception des différents espaces. Esthétisme, confort, fonctionnalité, c'est à ces trois critères que répondent entre autres la moquette et le caoutchouc des sols, le bois et le métal des murs, qui sont autant de points de repère pour les lecteurs non voyants.

Outre des services spécifiques, la création de salles telles que la salle Louis Braille à la Médiathèque de la Villette et la salle Borgès à la Bibliothèque publique d'information, offre aux déficients visuels la possibilité de s'intégrer aux autres activités de ces centres, telles que conférences, expositions, et de réduire un peu plus leur isolement.

Illustration
Matériel