entête
entête

Claire Guinchat

Yolande Skouri

Guide pratique des techniques documentaires

Paris : Edicef, 1989. - 2 vol., 271 p. ; 239 p. : ill. ; 26 cm. - (Universités francophones, ISSN 0993-3948)
ISBN 3-598-20454-X

par Laurence Mertz

Les étudiants se destinant aux professions des bibliothèques et de la documentation attendaient un manuel de base présentant en une synthèse claire et à jour les techniques documentaires. Claire Guinchat et Yolande Skouri, toutes deux professeurs, ont voulu répondre à cette attente. Ce manuel dont les deux volumes, Traitement et gestion des documents, puis, Traitement de l'information, peuvent être lus séparément, est composé de 9 modules. Il tente d'aborder tous les sujets, dans un ordre logique, et en proposant des bases, des définitions, des exemples, empruntés non seulement à la France mais à l'Afrique.

Le premier volume pose des jalons ; il présente les personnages, le décor, la profession, alors que le second s'attache beaucoup plus au traitement intellectuel de l'information, au contenu du document.

Le fonctionnement d'un centre de documentation

Le premier module décrit le fonctionnement et les objectifs d'un centre de documentation : l'information, sa collecte, sa diffusion, sa promotion ; les documents et leur typologie. Les auteurs insistent sur l'importance des relations entre les lecteurs et les documentalistes, en montrant par exemple comment effectuer une enquête afin de mieux cerner les besoins des utilisateurs.

Le second module aborde des sujets plus pointus, comme la constitution d'un fonds, le rangement et le classement, tout cela d'une façon très concrète (cf. Schéma du circuit d'acquisition d'un document, p. 109 ; Exemples de bons de commande, p. 110). Ces questions sont reprises et développées au cours des modules 3 et 4. Ce n'est pas sans intérêt, mais pas non plus sans redondances. Nous retrouverons par conséquent la prise en compte des buts du centre, de son personnel, de ses moyens, de son public, cette vision étant élargie vers la politique nationale de l'information scientifique et technique, les statuts des centres, et surtout, vers ce que nous pourrions appeler la méthodologie de l'analyse de la valeur. De nombreux exemples émaillent le propos (cf. Statistiques, p. 163 ; Questionnaire sur les besoins, p. 182). De nombreuses photographies illustrent le chapitre suivant sur le local et l'équipement, ainsi que des plans d'aménagement (cf. p. 200). Les normes, la sécurité mais également l'agrément des utilisateurs et des documentalistes sont étudiés.

Le module 4, sur l'informatique documentaire et les nouveaux supports de l'information a le mérite d'être clair, il est toutefois un peu court. En revanche, les annexes sont riches, (cf. Adresses des diffuseurs de logiciels, p. 250). Ce chapitre constitue une transition avec le volume suivant consacré au traitement intellectuel de l'information.

La description bibliographique, ses modalités et ses usages, constituent une première partie. Les règles de l'établissement d'une notice catalographique, des vedettes auteurs et matières sont énoncées, assorties d'exemples. Mais, l'originalité de ce chapitre réside surtout dans le fait qu'une place à part est réservée à l'Afrique et au catalogage de documents africains.

L'analyse du document est étudiée au cours du 6e module, qui est plus qu'un simple cours sur l'indexation. Il présente en effet la technique du résumé, les apports de l'informatique, la normalisation, et surtout la finalité de l'analyse : l'élaboration de produits documentaires (p. 67). Le sujet est vaste et l'on peut déplorer que cette présentation de l'analyse documentaire ne soit un peu succincte. Heureusement, les exemples apportent des compléments, ainsi que la partie Exercices et corrigés, qui propose notamment 3 textes à analyser. Enfin, un tableau, A faire et à ne pas faire, p. 108, permet d'effectuer une mise au point des connaissances.

Le module suivant permet d'approfondir la question, grâce à l'étude des langages documentaires. Les différentes classifications (Classification démicale universelle, Dewey, mais aussi classifications spécialisées) sont décrites. Une étude sur l'élaboration, la mise à jour, l'utilisation des thésaurus est faite. Une fois de plus, le chapitre est bref, mais les tableaux (cf. Tableau comparatif des langages documentaires p. 143), puis les exercices et corrigés, les études de cas constituent une synthèse très claire et fort utile.

Recherche et diffusion de l'information

L'avant-dernier module nous rapproche des objectifs d'un centre de documentation, il traite de la recherche documentaire. C'est à la fois un guide bibliographique et méthodologique, il présente d'une façon concrète la stratégie de la recherche à travers des exemples de questions précises.

Au cours de ce chapitre, aussi bien pour la recherche manuelle que pour la recherche automatisée, les auteurs insistent à nouveau sur le dialogue utilisateur/ documentaliste. C'est une constante tout au long de l'ouvrage. La bibliographie est développée dans la partie consacrée à l'accès au document. Des répertoires bibliographiques, des questionnaires, des interrogations de banques de données sont présentés en exemple, de nombreux exercices sont proposés.

Le 9e module concerne la diffusion de l'information. Il en aborde les différents aspects, comme les systèmes de prêt, l'élaboration de produits documentaires, mais également l'animation dans les bibliothèques (projections, expositions). Nous trouvons également des informations assez rares dans ce type de manuel : la PAO (publication assistée par ordinateur), les règles de la présentation matérielle de travaux écrits et de la correction sur épreuves. Les microformes, les nouvelles technologies, la diffusion sélective de l'information ne sont traitées que rapidement, il est vrai que ce sujet avait déjà été évoqué au cours du premier volume. La fin de ce volume montre bien l'esprit dans lequel il a été conçu : il s'agit de conseils pratiques : Comment faire... une liste d'acquisitions, une exposition etc... p. 281.

Ce manuel a en effet pour ambition de présenter une synthèse des techniques documentaires d'une façon concrète, claire, et pratique. Chaque chapitre est éclairé par de nombreux exemples et clos par une bibliographie signalétique, classée, récente, recensant périodiques et monographies. Les annexes sont riches en adresses utiles. Bien que ces deux volumes soient lisibles indépendamment l'un de l'autre, nous regretterons qu'il n'existe pas de cumulatifs des bibliographies et des index matières présents à la fin de chacun. Cet ouvrage n'en demeure pas moins d'une grande maniabilité.

La simplicité d'utilisation, la clarté des explications, les exercices et les corrigés proposés font de ce manuel un excellent ouvrage d'initiation. Mais les bibliographies, les répertoires d'adresses accroissent sa portée. Ajoutons de plus que les parties consacrées à l'Afrique seront utiles aux professionnels ayant en charge des fonds africains, sur place ou en France (cf. La description bibliographique et la spécificité africaine, p.25, t.2). Cet ouvrage s'adresse donc non seulement aux étudiants, mais aussi à tous les professionnels qui veulent remettre leurs connaissances à jour, trouver des conseils, des bibliographies, des exemples précis. De par son contenu et de par sa forme, c'est un usuel, qui apportera des éléments de réponse à beaucoup de questions.