entête
entête

Élisabeth Pellegrin

Bibliothèques retrouvées

manuscrits, bibliothèques et bibliophiles du Moyen Age et de la Renaissance

Paris : éditions du CNRS, 1988. - 568 p. ; 24 cm
ISBN 2-222-04097-3

par Louis Desgraves

Pour rendre hommage à un universitaire ou à un chercheur parvenu au terme de sa carrière, ses amis ont le choix entre lui offrir un volume de mélanges ou un ouvrage, en réimprimant ses articles les plus importants dispersés dans des revues, dont certaines sont parfois d'un accès difficile. En optant pour cette seconde voie, l'Institut de recherche et d'histoire des textes, où E. Pellegrin est entrée en 1938 et a été responsable de la section latine de 1964 à 1977, a permis de regrouper vingt-neuf articles s'échelonnant entre 1938 et 1985. Tous ont pour objet l'étude des manuscrits et des bibliothèques du Moyen Age et de la Renaissance et reposent sur une parfaite connaissance des sources d'archives et de manuscrits. En effet, les manuscrits ayant appartenu à une bibliothèque, s'ils subsistent encore, sont dispersés dans de nombreuses collections. Pour reconstituer ces ensembles. E. pellegrin a exploité les anciens catalogues et les registres de comptes, les inventaires, les procès-verbaux de délibération des Chapitres.

Les articles ainsi réunis sont regroupés en six sections. Dans la première, intitulée « Bibliothèques de collèges parisiens », l'auteur s'attache à l'étude des bibliothèques de trois collèges, celui de Dormans-Beauvais, celui de Hubant dit de l'Ave Maria et celui de Fortet. François Pétrarque constitue l'objet de la deuxième section, tandis que la troisième est consacrée aux manuscrits de l'abbaye de Fleury-sur-Loire. Des membra disjecta de manuscrits médiévaux occupent la quatrième partie.

Ayant étudié, en 1955, la bibliothèque des Visconti et des Sforza, ducs de Milan au XVIe siècle, dans un ouvrage devenu classique, E. Pellegrin leur consacre trois articles réunis dans la cinquième partie.

Dans la dernière section, intitulée « Manuscrits et bibliothèques », sont regroupés huit articles touchant aux textes de l'Antiquité classique, avec les Remedia amoris d'Ovide, texte scolaire médiéval, et quelques accessus au De amicitia de Cicéron, des bibliothèques médiévales ou un ex-libris manuscrit d'Erasme dans un manuscrit de l'Opus agriculturae de Palladius.

Ces savantes études, appuyées sur une solide documentation, sont complétées par une table des manuscrits, une table des planches en noir, une table des noms et une bibliographie des autres publications d'Elisabeth Pellegrin qui n'ont pas été rééditées dans ce volume.