entête
entête

Paul Weiss

End user searching in the health sciences

ed. by M. Sandra Wood, Ellen Brassil Horak, Bonnie Snow
London : The Haworth press, 1986. - 290 p. ; 23 cm. Index. Bibliogr .-
ISBN 0-86656-465-9Copenhague : World Health organization, 1986. - 103 p. ; 24 cm .- (Public health in Europe ; 27)
ISBN 92-890-116-37

par Christine Deschamps

End user searching in the health sciences présente une étude générale sur la formation de l'utilisateur final à l'interrogation des bases de données bibliographiques médicales.

Les éditeurs considèrent que le rôle du bibliothécaire, comme celui du spécialiste de l'information, est de former l'utilisateur final, quels que soient le contexte institutionnel, les bases sollicitées, les diverses applications, ou le type même d'utilisateur.

On y prend donc en compte toutes les implications de cette démarche, en rédigeant une synthèse approfondie des techniques courantes et des points de vue d'experts, notamment sur tous les développements, comme le télédéchargement, les recherches sur les bases en texte intégral,etc.

Un bon quart du livre est consacré à une excellente bibliographie sélective commentée suivie d'un glossaire : soit 70 pages environ d'une bibliographie thématique qui fait bien le tour des publications américaines sur le sujet. Evidemment, il n'y faut pas chercher des références de textes européens, pas plus que la moindre allusion à une base de données autre qu'américaine, mais le problème est cependant étudié en profondeur, ce qui conserve son intérêt, même pour des bibliothèques françaises.

Quant à l'ouvrage de Paul Weiss. c'est une des publications du Bureau régional européen de l'Organisation mondiale de la santé.. Il cherche à décrire l'état actuel des systèmes et réseaux nationaux européens d'information médicale, ceci afin de mieux cerner les lacunes restant à combler.

Dans ce domaine, l'OMS a toujours considéré que la gestion des services de santé nationaux, comme l'organisation des soins primaires, sont extrêmement influencées par l'accès à l'information biomédicale. Quel que soit le niveau du pays en question, une meilleure efficacité dans la diffusion de cette information doit permettre d'améliorer les relations entre praticiens et usagers, entre bibliothécaires et personnel médical.

Après une analyse générale de la situation, le Dr P. Weiss, de l'Institut für Wissenschafts-information in der Medizin de Berlin, essaie de décrire quelques pays d'Europe en faisant la synthèse de leur caractéristiques communes. Les bibliothèques médicales françaises n'ayant pratiquement pas de relations hiérarchiques entre elles (au sens des réseaux régionaux américains), et pouvant dépendre de ministères, d'institutions ou organismes très divers, la description en est sélective et donc nécessairement surprenante. Il faut quand même dire qu'elles sont présentées en trois pages et demie qui font en même temps le tour de nombreux systèmes d'information : bases de données bibliographiques, communication médiatique, audiovisuel médical, contact avec les utilisateurs, etc. Il ne peut donc être question d'y chercher un panorama complet des bibliothèques et centres de documentation français en médecine.

Les pays présentés successivement sont : la Bulgarie, le Danemark, la France, la République fédérale allemande, la République démocratique allemande, l'Italie, la Suisse, l'URSS et le Royaume-Uni. Certains de ces pays nous sont familiers, d'autres beaucoup moins ; c'est donc l'un des intérêts de cet ouvrage que de nous les faire connaître. L'auteur conclut sur la nécessité d'une coopération entre bibliothèques médicales européennes, coopération à laquelle il participe déjà activement dans le cadre de l'OMS.