entête
entête

Banques de données de l'Université du CNRS

ed. par Bernard Marx et Serge Cacaly
Paris : DBMIST, 1986. - 375 p.; 21 cm. - Index p. 329-375.
ISBN 2-222-03274-1 : 130 F.

par Michèle Wagner

La Direction des bibliothèques, des musées et de l'information scientifique et technique (DBMIST) au ministère de la Recherche et de l'Enseignement supérieur nous propose ici la deuxième édition d'un inventaire des banques de données issues des laboratoires universitaires, des laboratoires des autres organismes de recherche du ministère de l'Éducation nationale (grandes écoles, établissements, instituts, musées...) et des laboratoires, groupes et unités de recherche du CNRS.

Préfacé par Denis Varloot, directeur de la DBMIST, le répertoire 1985 a été réalisé par Serge Cacaly et Bernard Marx, déjà coéditeurs du répertoire 1983, avec le concours de Daniel Confland, directeur du Centre de documentation scientifique et technique du CNRS.

A partir d'informations recueillies par voie de questionnaire, 320 banques de données opérationnelles ou en cours de réalisation y sont recensées. Les fiches descriptives présentées dans l'ordre alphabétique comportent jusqu'à 20 éléments : nom de la banque et niveau d'avancement ; date de la mise en service; organisme(s) producteur(s), nom de la personne à contacter; domaine couvert; nature des données, données enregistrées, volume, accroissement annuel; publications, aides à l'interrogation, autres services; mode d'accès, conditions d'utilisation, serveurs, matériel, logiciel.

Cette édition est agrémentée de nombreux index : index des secteurs scientifiques (mathématiques-informatique-physique, chimie, sciences de la terre, sciences de la vie, multidisciplinaire, sciences de l'homme et de la société); index des disciplines scientifiques (agronomie, aire culturelle, archéologie, art, astronomie...): index régional des producteurs, index des personnes et index des serveurs et centres informatiques.

Clair et bien présenté, ce répertoire peut s'utiliser ponctuellement pour identifier, localiser voire interroger une banque de données; il nous livre aussi l'état de la production française en 1986: 180 banques de données opérationnelles, 140 en cours de réalisation; des banques récentes pour la plupart (13 mises en service de janvier à mai 1986, 43 en 1985, 93 depuis 1983). Il met aussi en lumière une inégale répartition sur le territoire national: plus du tiers en Ile-de-France. La répartition est aussi inégale pour ce qui est de leur contenu; les secteurs les plus riches étant les services de l'homme et de la société et les sciences de la vie; les disciplines les plus représentées sont l'archéologie, l'histoire, la médecine et l'économie. Enfin, ce répertoire révèle un mode d'accès variable (en différé/en ligne sur le site/en ligne à distance) et des conditions d'utilisation (gratuit/ payant) souvent incertaines (à voir avec le producteur).

Quelques imperfections mineures ne ternissent pas ce répertoire riche et indispensable. Citons, outre de rares coquilles (pages 104, 128, 31/341, 32/342), des oublis : la rubrique « accès » aux pages 34, 40, 76, 84, 95, 97, 130, 148 et 262, le niveau d'avancement des banques IBISCUS et SITES DE LA VALLEE DU NIL, la date de mise en service des banques opérationnelles MEDECINE DU TRAVAIL et REM.

Mais la richesse des banques de données présentées peut susciter, par ricochet, une certaine déception devant les limites actuelles de leur utilisation, malgré leur accès qualifié « en ligne à distance », plus théorique que réel. Ainsi nous sommes à l'heure actuelle dans l'impossibilité d'accéder depuis Nancy aux banques de données opérationnelles et pleines d'intérêt que semblent être par exemple BIBLIOGRAPHIE, CREDO dans les sciences de l'antiquité ou les banques que propose le service informatique du ministère de la Culture, mentionnées dans ce répertoire. Par ailleurs, la diversité des serveurs et des logiciels complique la tâche de l'interrogateur éventuel.

Cependant cet ouvrage est un précieux outil de travail, car il facilite la coopération entre laboratoires ayant des projets ou des réalisations dans des domaines complémentaires. Il fait également connaître aux utilisateurs potentiels des services qui ne disposent pas de structure commerciale de promotion. En outre, il présente une vision d'ensemble des réalisations françaises, et par là-même, dessine l'avenir en décelant potentialités, richesses ou lacunes éventuelles. Enfin, reflète l'action entreprise par les pouvoirs publics, action impulsée par Denis Varloot avec trois priorités : « Sélection de projets, développement de la coproduction de données, valorisation des produits existants ». Cette action, particulièrement sensible ces dernières années, a été concrétisée par le développement de nouvelles banques de données, notamment dans le domaine des matériaux, de l'environnement, de l'écologie, de la santé, de l'archéologie, par la création du Serveur universitaire national pour l'information scientifique et technique (SUNIST), structure de gestion et de diffusion particulièrement bien adaptée à ces banques scientifiques, et enfin par l'encouragement à l'accès vidéotex pour ces banques de la recherche encore trop souvent confinées dans les laboratoires. Dans le répertoire de 1983, 220 banques étaient signalées, 320 le sont en 1986, correspondant à 30 disparitions et à 130 nouvelles banques; d'autre part le nombre de banques opérationnelles passe de 130 à 180.

Dans ce secteur où il est dificile de se repérer - une même banque peut changer d'appellation en 3 ans d'intervalle - remercions Serge Cacaly et Bernard Marx de nous servir de guides et de nous offrir cette édition non seulement enrichie mais entièrement repensée par une présentation affinée des banques de données et la confection d'index judicieux. L'édition 1986, ne méntionne pas cependant les banques de données en projet. Serait-il trop long le temps du projet à la réalisation ? Fruit d'une précieuse collaboration DBMIST/CNRS - collaboration davantage marquée dans l'édition de 1983 - ce répertoire est également accessible sous le nom de TELEBANK sur le SUNIST par minitel en fonction kiosque. Signalons enfin une publication récente dérivée de ce catalogue : Banques de données et sciences de l'antiquité. inventaire et actes du colloque de mars 1984 par Serge Cacaly, DBMIST, 1986, 140 p.