entête
entête

Jacques Breton

L'Édition française contemporaine

aide-mémoire

Massy : Centre national de coopération, 1985. - 220 p.; 30 cm. (Documents pédagogiques, ISSN 0293-8979; 7.)
ISBN 2-11-085069-8.

par Annie Béthery

En dépit de leurs titres voisins, ces deux ouvrages, l'un et l'autre destinés à un public d'étudiants, se complètent sans se doubler, l'un et l'autre abordant l'étude de l'édition française d'aujourd'hui sous un éctairage particulier.

Résultat d'un travail collectif des formateurs de la filière édition de Paris XIII, le manuel de Jean-Marie Bouvaist s'intéresse en priorité aux emplois offerts dans ce secteur d'activité. Depuis 1974, en effet, existe à Paris XIII un cursus menant à une maîtrise de sciences et techniques de commercialisation des produits d'édition ou à un DESS d'édition, menés en liaison avec l'ASFORED (Association pour le développement de la formation dans les métiers de l'édition). On ne peut que se féliciter du développement de ces filières de formation (qui sont présentées en annexe), dans ce secteur d'activité complexe et mal connu. Pour faire carrière dans l'édition, a-t-on longtemps pensé, il suffisait d'une bonne culture générale et d'un esprit curieux et ouvert, la tradition familiale et/ou d'utiles relations faisant le reste; ensuite on apprenait son métier « sur le tas ». Certes, le normalien, le diplômé d'HEC ou des Arts décoratifs ont trouvé et trouveront toujours leur place dans les services littéraires, commerciaux ou artistiques des grandes maisons (sans compter bien sûr, tous les écrivains qui concilient ainsi leur amour de la « chose littéraire » et leur recherche de revenus réguliers). Mais, et ce manuel le démontre, le développement et la diversification de l'activité de ces grandes maisons ont permis l'émergence d'emplois spécifiques, tels l'attaché(e) de presse (dont les fonctions semblent aujourd'hui moins contestées qu'il y a une dizaine d'années), le documentaliste et surtout le secrétaire d'édition ou de fabrication.

Le nombre d'emplois offerts chasque année est limité, bien sûr : 150 environ - l'édition et la distribution des livres occupant, selon les estimations de l'auteur, 22000 salariés à plein temps (non compris les travailleurs occasionnels). En fait, 1500 à 2000 salariés auraient des emplois réellement spécifiques. J.-M. Bouvaist se livre donc, après une introduction générale, à la présentation d'une maison d'édition, en insistant sur la nature et les caractéristiques des emplois occupés, depuis A (agent littérairë jusqu'à V (spécialiste de la Vente par correspondance). Il passe donc en revue les services littéraires (ou éditoriaux), les services techniques et artistiques, les services commerciaux en terminant - et, nous semble-t-il, il eût été plus logique de commencer par là - par la direction et la gestion.

On trouvera donc à la lecture de cet ouvrage nombre de précisions sur un milieu resté jusque là pour beaucoup bien mystérieux, et qui peut-être livre difficilement des indications précises sur son fonctionnement. Est-ce pour cette raison que l'exposé se cantonne au niveau des généralités ? Il eût été intéressant -nous semble-t-il - que pour l'étayer et l'illustrer figurent des descriptifs précis ou les organigrammes de certaines maisons retenues en fonction de leur taille, de leurs caractéristique et de leurs activités. On regrette également l'absence d'un index général des sujets abordés (encore qu'un utile index des fonctions éditoriales ait été placé avant le corps de l'ouvrage). Cela étant, ce manuel, complété par d'utiles annexes sur les organismes professionnels et les différents cycles de formation réussit tout à fait son but, celui d'être « une propédeutique à l'édition ».

De présentation beaucoup plus modeste (il s'agit d'un polycopié), L'Edition française contemporaine de Jacques Breton s'adresse également à des étudiants, mais à ceux qui ont choisi la carrière des bibliothèques, et tout spécialement à ceux qui préparent l'option Livre contemporain du CAFB Bibliothèques publiques. Le plan de l'ouvrage suit d'ailleurs le programme proposé à cette option : définition de la bibliologie (encore que le terme n'apparaisse pas clairement dans le titre ni dans la table des matières): auteurs (typologie - analyse des différents types de contrats-auto-édition), édition (définition - typologie - analyse sectorielle de la production -géographie puis économie de l'édition française); fabrication; diffusion et distribution (la librairie - les intermédiaires - les nouvelles formes de distribution - les enjeux actuels); bilan et perspectives.

L'auteur le souligne dans l'avertissement : il s'agit là d'un aide-mémoire ; mais cet aide-mémoire, intelligemment exploité grâce aux pistes qu'il dégage et à l'abondante bibliographie citée est un instrument de base sur lequel les étudiants qui ont pu l'avoir en main ne se sont pas trompés. Il s'agit là d'un travail d'analyse en profondeur, ce qui n'exclut pas interprétations et hypothèses, toutes soigneusement justifiées et étayées d'arguments fondés : statistiques, tableaux et diagrammes en témoignent.

Chargé de mission par la Direction du Livre et de la lecture à l'Université de Paris III et enseignant à l'Ecole nationale supérieure de bibliothécaires ainsi que dans d'autres cycles de formation, Jacques Breton a mis en chantier un Manuel de bibliologie qui devait paraître dans les prochains mois. En attendant cet ouvrage, nul doute qu'étudiants et enseignants tireront grand profit de la consultation attentive de cet aide-mémoire sur l'Edition française contemporaine.