entête
entête

Éditorial

Bulletin(age) de santé

Presse, magazines, quotidiens, revues, journaux, news, bulletins... face à cette floraison de mots, les bibliothèques appliquent le concept généralisateur, mais réducteur, de périodique. En dehors du rythme de parution... périodique, quoi de commun entre le quotidien et la revue universitaire; peut-on continuer à les amalgamer sous un même terme quand on voit apparaître les journaux télématiques qui dédoublent ou complètent les quotidiens ?

L'émergence de cette « nouvelle communication » aura des implications au niveau social (un droit de l'information sera à définir), au niveau du public (des usages diversifiés devront se mettre en place), au niveau des bibliothèques : les problèmes du dépôt légal de ces nouvelles « publications », de leur stockage, de leur « publicité » et de leur communication finiront bien, un jour ou l'autre, par être posés.

Dans l'immédiat, on en est encore au stade du défrichement et des interrogations. Certes, les banques de données instaurent déjà un nouveau rapport avec la documentation et les périodiques scientifiques, mais leur impact sur l'utilisateur n'est pas véritablement cerné. Les consommations documentaires des chercheurs sont-elles cumulatives (l'information passe par la banque de données et le périodique feuilleté sur place) ou substitutives (le recours aux banques de données et au prêt-inter permettrait, du moins en partie, de faire l'économie du périodique). Quel rôle jouent exactement les revues bibliographiques dans l'accès à l'information - indispensable ou accessoire ? Enfin, l'édition électronique qui commence à se profiler pourrait bien révolutionner tout le système de production-diffusion des périodiques, sinon le ruiner...

Les points de vue et les analyses présentés divergent sur toutes ces questions mais la nécessité d'une « politique du périodique », tous les jours plus pressante, n'en est que plus évidente.

A côté des périodiques scientifiques proprement dits, il reste... tout le reste, les périodiques destinés à un public plus ou moins large, une réalité difficile à saisir. Comment les repérer, les analyser et, tout simplement, les exploiter ? En dehors des grands instruments d'identification et de localisation il y a le système D, récupérer ce qui existe déjà ou offrir un service sur mesure. Les périodiques grand public, dans leur version conventionnelle, sont loin d'avoir épuisé toutes leurs possibilités dans les bibliothèques publiques.

La Rédaction