entête
entête

International African bibliography

1973-1978 : books, articles and papers in African studies

ed. by J.D. Pearson. - London : Mansell publishing, 1982. - xxx-343 p. ; 29 cm. - (International African bibliography, ISSN 0262-7973.)
Index p. 299-343. - ISBN 0-7201-1565-5 : £ 50.00.

par Paule Brasseur

Ce gros ouvrage, qui réunit la matière de 24 numéros de International African bibliography, augmentée de 3 000 titres nouveaux, est en quelque sorte la suite de Cumulative bibliography of African studies (Boston : G.K. Hall, 1973, 5 vol.) établie par Ruth Jones. Celle-ci fut de longues années la bibliothécaire de l'« International African institute » et la rédactrice attentive et rigoureuse de la bibliographie africaniste qui a paru chaque trimestre dans Africa de 1929 à 1970. En 1971 et 1972 la bibliographie courante fut publiée séparément sous le titre d'International African bibliography, mais tous les titres furent repris dans la Cumulative bibliography.

A partir de 1973 l'établissement de la bibliographie fut confié à la « School of Oriental and African studies » (SOAS), sous la direction de James D. Pearson, son ancien bibliothécaire, devenu professeur de bibliographie à l'école. Le volume qui nous occupe réunit les bibliographies courantes compilées sous sa direction jusqu'à sa retraite en 1979. C'est à lui que reviennent non seulement le mérite de l'impulsion donnée de 1973 à 1978, mais aussi l'entière responsabilité de la publication par une révision attentive, l'addition de ces 3 000 entrées nouvelles, l'établissement de l'index des auteurs.

L'ouvrage se présente suivant le plan qui fut celui de toute l'œuvre, classification géographique : l'Afrique en général, puis les différents états regroupés par grands ensembles régionaux. A l'intérieur de chaque compartiment géographique, les matériaux sont classés suivant des rubriques matières : généralités, agriculture, archéologie, art, économie, éducation, ethnologie-anthropologie, géographie-géologie, histoire, relations internationales, langues, droit, littérature, médecine, musique, philosophie, politique, religions, sciences, chaque rubrique faisant l'objet de subdivisions. Trois index pour terminer : pays traités, groupes ethniques et langues, auteurs. Dans son introduction, J.D. Pearson regrette qu'il n'ait pas été possible, pour des raisons financières, d'établir un index des matières. En fait, la table des matières très détaillée qui figure en tête du travail pallie cet inconvénient.

La bibliographie rassemble aussi bien les livres que les articles de revues (une liste des périodiques dépouillés avec l'abréviation utilisée figure en tête) et des documents divers. Les références ne sont pas numérotées, si bien que l'on ne sait pas combien il y a de titres au total - et la modestie de l'auteur ne lui a pas permis de le dire dans son introduction -mais la récolte est prodigieuse. Son classement est aussi tout à fait remarquable. Ce n'est pas dans ce travail, pour prendre un exemple commode, que l'on trouvera figurant à Niger (état) des articles qui concernent la Guinée (chemin de fer de Conakry-Niger) ou le Mali (delta central du Niger)... ! La poursuite ici et là de ce genre d'erreurs, et d'autres concernant la répartition par sujets, s'avère absolument vaine.

J.D. Pearson achève ainsi en beauté une carrière consacrée à l'orientalisme d'une part et à la bibliographie africaine de l'autre. Puisse son œuvre être continuée avec le même sérieux à la SOAS et inspirer ceux qui, dans d'autres pays, poursuivent le même but.