entête
entête

Justin Mossay

Repertorium Nazianzenum

Orationes, textus Graecus. 1 : codices Galliae

Paderborn ; München ; Wien ; Zürich : F. Schôningh, 1981. - 133 p. ; 23 cm. - (Studien zur Geschichte und Kultur des Altertums : neue Folge 2 ; Heft 1.)

par Charles Astruc

Après une interruption de quarante ans, renaissent sous une forme nouvelle les « Studien » sur l'Antiquité classique publiées par la célèbre Görres-Gesellschaft. Si les volumes parus de 1907 à 1940 constituaient une seule série, il en ira différemment dans la deuxième période, inaugurée en 1981 : deux subdivisions ont été prévues, l'une couvrant le domaine antique en général, l'autre réservée aux recherches sur S. Grégoire de Nazianze (travaux préliminaires à la réalisation de la grande édition critique dont l'œuvre du « théologien » par excellence n'a pas encore fait l'objet).

La seconde série s'ouvre sur l'ouvrage que nous présentons ici. Professeur à l'Université catholique de Louvain, disciple du Pr Garitte - qui lui-même participe à l'entreprise en dirigeant l'étude des versions en langues orientales -, M. l'abbé Justin Mossay a consacré de nombreux travaux au texte des Discours de S. Grégoire de Nazianze. Il nous offre aujourd'hui un inventaire de tous les manuscrits grecs conservés en France où figurent, au complet ou en partie, les Orationes de Grégoire, à quoi s'ajoutent une dizaine de pièces annexes, et aussi quelques commentaires.

Dans l'introduction, M. Mossay délimite le champ de son investigation : à côté des quarante-cinq discours, quelques lettres et un poème de même tradition manuscrite que les œuvres oratoires, ainsi que la Vita, le Testamentum et divers opuscules également recueillis dans certains manuscrits, enfin des scholies ou commentaires (une demi-douzaine de ces derniers élucident les passages où notre théologien déploie une érudition polémique aux dépens de la mythologie des Anciens). M. Mossay indique ensuite la composition et le mode d'emploi de son répertoire, où sont notés pour chaque manuscrit la cote, la date, la matière, les dimensions, le nombre des folios, des colonnes et des lignes, les mesures de la surface écrite, éventuellement quelques autres données codicologiques. La description du contenu ne retient que les textes « grégoriens » ou apparentés ; une brève bibliographie, faisant référence à la liste sélective qui occupe les p. 33-38, clôt chaque notice, où l'auteur a su faire tenir en peu d'espace une riche information.

Le Repertorium Nazianzenum décrit de cette manière deux cent soixante-dix manuscrits conservés en France, dont la plupart sont à la Bibliothèque nationale de Paris (cent quatre-vingt-treize dans l'ancien fonds grec, vingt-six dans le fonds Coislin, quarante-trois dans le supplément grec, deux dans le fonds latin, un dans les nouvelles acquisitions françaises, deux - imprimés annotés - au Département des imprimés) ; un manuscrit appartient à la Bibliothèque historique de la marine (à Vincennes), un autre à la Bibliothèque municipale d'Evreux, et le dernier à celle de Lyon.

Il est certain que l'ouvrage rendra les plus grands services aussi bien aux philologues qu'aux patrologues, et l'on souhaite vivement que M. Mossay et les savants qui œuvrent avec lui donnent bientôt à ce premier fascicule une suite nombreuse pour baliser de la façon la plus utile qui soit tout l'immense territoire des codices Nazianzeni Graeci.