entête
entête

Nahan Stolow

La Conservation des oeuvres d'art pendant leur transport et leur exposition

Unesco, 1980. - 134 p. : ill. ; 22 cm. - (Musées et monuments ; 17.) ISBN 92-3-201628-1

par Claire Mazard

L'intérêt croissant que le grand public, depuis une vingtaine d'années, témoigne aux oeuvres d'art nationales et à celles des autres pays, suscite l'organisation d'expositions de plus en plus nombreuses et des échanges internationaux entre musées de plus en plus fréquents. De ce fait, les spécialistes des musées mettent au point des méthodes et des techniques propres à protéger le plus efficacement possible, durant leur transport et leur exposition, les œuvres d'art. Ce sont ces méthodes et techniques que l'auteur nous développe dans le présent ouvrage, en les divisant en quatre temps :
- Méthodes propres à combattre les facteurs de détérioration d'une œuvre d'art : facteurs d'ambiance d'une part (température, humidité, lumière, polluants, insectes...), facteurs humains d'autre part (négligence, inexpérience, manque de rigueur dans la manipulation et dégâts volontaires comme les actes de vandalisme).
- Méthodes pour l'examen et la préparation d'une œuvre d'art avant son transport : restauration, consolidation... (un véritable « bulletin de santé » de l'œuvre d'art est établi).
- Techniques d'emballage et type de caisses approprié, allant des caisses avec cales en mousse pour les tableaux, aux caisses avec emballage rigide pour les sculptures, systèmes d'amortisseurs...
- Le transport lui-même qu'il soit effectué par route, mer ou air avec explications : par exemple l'influence de la pression dans le transport par avion.

L'auteur consacre le dernier chapitre aux directives pour la protection des prêts : les obligations respectives du musée prêteur et du musée emprunteur.

Ce livre s'adresse plus particulièrement aux personnes qui organisent ou qui sont touchées de près par les expositions. Il intéressera peut-être aussi le particulier qui désire transporter une œuvre d'art personnelle. Il fait certainement prendre conscience du travail fastidieux que représente une exposition et que le visiteur est loin d'imaginer.