entête
entête

Seton Lloyd

Hans Wolfgang Müller

Roland Martin

Architecture de l'Antiquité

Proche et Moyen-Orient, Égypte, Crète et Grèce

Berger-Levrault, 1980. - 411 p. : ill. ; 29 cm. - (Histoire mondiale de l'architecture.) Bibliogr. p. 395-397. Index p. 399-403. - ISBN 2-7013-0367-2

par Marie-Thérèse Laureilhe

L' « Histoire mondiale de l'architecture » continue à paraître avec le volume consacré à l'architecture antique mésopotamienne, égyptienne, crétoise et grecque. Nous avons déjà exposé les caractéristiques générales 1 de la collection qui réunit des collaborateurs de nationalités différentes et qui publie des volumes d'une excellente illustration, aussi bonne que le texte, ce qui n'est pas fréquent.

Le volume est particulièrement intéressant puisqu'on peut dire que l'architecture est née au Moyen-Orient, en Anatolie et autour du désert de Syrie, aussi M. Seton Lloyd étudie d'abord le résultat des recherches archéologiques dans cette région et décrit en premier les plus anciennes maisons de Jéricho, 8 000 ans avant notre ère, dérivées directement des tentes et abris des nomades, 1 000 ans plus tard, semble-t-il, le premier édifice cultuel apparaît, les maisons se développent, ont plusieurs pièces et à chaque millénaire apparaît un perfectionnement. C'est donc une histoire passionnante où nous voyons les noms les plus prestigieux de la Bible et de l'histoire : Ur, Mari, Uruk, Assur, Troie, Jérusalem avec une reconstitution du Temple de Salomon, Babylone aux Jardins suspendus, Persépolis aux ruines immenses... Le texte clair et très vivant est admirablement illustré, les plans sont nombreux, les élévations, coupes, relevés et axonométries expliquent avec le maximum de clarté les problèmes architecturaux. Les photographies sont excellentes.

Ces mêmes caractères se retrouvent pour l'Égypte où les édifices prestigieux de Saqqarah, Guizeh, Deir-el-Bahari, Karnak, Louxor, Medinet-Abou, Abou-Simbel, ... sont décrits par H.W. Müller avec le même luxe d'illustrations.

L'architecture de la Grèce nous est peut-être mieux connue. M. Roland Martin a hésité à y inclure l'architecture crétoise, mais il commence pourtant sa description par les grands palais minoëns crétois annonçant une conception nouvelle, Mallia, Phaestos, Cnossos, il continue par l'architecture mycénienne avec ses intéressantes réalisations de voûtes et de frontons triangulaires qui nous mènent à l'architecture grecque proprement dite. Les grands sites sont décrits les uns après les autres : Delphes, Athènes, Olympie, Corinthe, Égine, Épidaure et hors de la Grèce proprement dite Syracuse, Sélinonte, Agrigente, Paestum. L'époque hellénistique est l'objet d'un développement assez long qui nous montre l'évolution de l'art grec vers ce qui sera l'art romain.

L'ouvrage se termine par de très utiles tableaux synoptiques qui nous aident à classer tous ces sites les uns par rapport aux autres et par rapport à l'histoire universelle. Une bibliographie aidera à approfondir ce qu'un ouvrage de synthèse ne peut détailler. Nous regretterons que certains ouvrages d'archéologues français soient cités sous leur traduction allemande et que quelques fouilles de l'École française d'Athènes ne soient pas citées. L'index est très commode.

Pour celui qui veut se spécialiser en archéologie antique, cet ouvrage, limité à l'architecture, ne sera pas suffisant, mais il donnera une excellente initiation et on ne peut que le recommander aux étudiants. Il est clair, concis et à jour. Dans bien des cas, il leur suffira. Le public cultivé appréciera l'ouvrage, les explications techniques ne sont pas très nombreuses et elles sont très accessibles. Les magnifiques photographies ont été prises par des archéologues, elles sont de très grande beauté et dignes du texte.

  1.  (retour)↑  Voir : Bull. Bibl. France, sept.-oct. 1980, n° 1419.