entête
entête

Louis Grodecki

Christian Norberg-Schulz

Histoire mondiale de l'architecture

[7]. Architecture gothique

dir. par Pier Luigi Nervi. - Berger-Levrault, 1979- .- 29 cm.
Bibliogr. et index à chaque vol.
avec la collab. d'Anne Prache et Roland Recht. - 443 p. : 440 ill. ISBN 2-7013-0318-4.dir. par Pier Luigi Nervi. - Berger-Levrault, 1979- .- 29 cm.
Bibliogr. et index à chaque vol.
411 p. : 538 ill. ISBN 2-7013-0317-6.

par Marie-Thérèse Laureilhe

Les grandes histoires générales de l'art ne manquent pas ; le Bulletin des bibliothèques de France en a présenté plusieurs, ainsi que des histoires générales de la peinture, mais, jusqu'ici, il n'y avait pas de grande histoire de l'architecture sur le plan mondial. Désormais il y en a une excellente, à la fois mondiale, puisque décrivant l'art des cinq parties du monde, et internationale, puisque réunissant 22 collaborateurs de 7 nationalités différentes, enseignant dans 7 pays, et également parce que publiée d'abord en italien de 1971 à 1976, puis en allemand, en anglais aux États-Unis, et en espagnol. L'édition française, la dernière en date, est l'œuvre d'un éditeur français qui a à son actif plusieurs belles réalisations dans ce domaine, mais elle est imprimée en Italie pour raisons économiques : illustrations et mise en page identiques aux autres éditions. La réalisation matérielle est excellente, un format presque carré (28 X 26 cm) met en valeur la très abondante illustration : en moyenne une figure par page, mais pour certains volumes, beaucoup plus. Elle consiste d'abord en de multiples photographies, toutes très bien choisies et parfaitement bien tirées : excellent cadrage, prise de vue judicieuse évitant les déformations si fréquentes dans ce genre de publications, effets d'ombres et de lumières mettant les monuments en valeur. Les reproductions de documents anciens sont aussi nombreuses que le sujet le permet, les dessins au trait qui complètent cette illustration sont si bien exécutés qu'ils ne peuvent l'avoir été que par un atelier d'architecture : plans, élévations, coupes, relevés, axonométries... Ils ont une très grande valeur pédagogique. Il arrive trop souvent dans les histoires de l'art que l'illustration soit développée aux dépens du texte. Ici, il n'en est rien et les éditeurs ont choisi les auteurs faisant autorité sur le plan international de sorte que texte et illustrations s'équilibrent.

L'architecture gothique, souvent appelée « art français », a été confiée à Louis Grodecki qui enseigna à l'Institut d'art et d'archéologie de l'Université de Paris dans la chaire illustrée par Henri Focillon. Son livre a d'abord été publié en Italie et en Allemagne en 1976, puis aux États-Unis et en Espagne en 1977. Il paraît enfin en France. Décrire l'architecture gothique en un seul livre peut sembler un défi, Louis Grodecki a su faire cette synthèse. Il nous présente en premier les « définitions et doctrines » et expose clairement les définitions « membrologiques », constructives, formelles, spatiales, historiques et iconologiques, les théories des uns et des autres, les controverses, avec lesquelles on a tenté d'expliquer le fait gothique. L'étude chronologique, XIIe siècle, âge classique, en France d'abord et avant tout, puis longuement en Angleterre, puis en Allemagne, Italie, Espagne, Portugal, etc. L'architecture civile n'est pas négligée, mais occupe forcément une moindre place, peut-être tout de même un peu réduite. Les explications sont très claires, aucun grand monument n'est négligé : on ne pouvait commenter la multitude des petits. Peu d'historiens d'art ont su être aussi clair, et souvent le style de M. Grodecki rappelle celui de son maître Focillon. Les admirables photographies contribuent à nous faire mieux connaître la luminosité de cet art. Ce ne peut être qu'une vue d'ensemble, mais elle est magistrale.

L'auteur du volume sur l'architecture baroque et classique est un architecte norvégien, auteur du palais des expositions d'Oslo et de l'église de Stabekk, en même temps, il enseigne l'architecture à l'Université d'Oslo. Son œuvre a paru en Italie en 1971. M. Grodecki a suivi un plan chronologique, M. Norberg-Schulz, après les généralités, suit un plan systématique, la cité, l'église, le palais, à travers tous les pays où cet art a été diffusé, mais principalement en France et en Italie. Il explique le phénomène baroque en le replaçant dans son contexte philosophique, historique, religieux. Il étudie ensuite la cité, avec les réalisations de places à Rome (Saint-Pierre, Navone, etc.), à Paris, les réalisations nouvelles urbaines de Versailles, les villas romaines, les jardins baroques. Puis vient l'église et Saint-Pierre de Rome occupe la place qui lui revient, puis toutes les églises inspirées par Saint-Pierre de près ou de loin : elles sont nombreuses, souvent grandioses, en Italie et en France. Le Palazzo italien, massif, puis le château et l'hôtel français sont ensuite étudiés, Versailles occupant à nouveau une grande place. Il y a eu aussi de grands architectes et de grandes réalisations en Espagne, en Angleterre, aux Pays-Bas, en Scandinavie, en Allemagne, mais si l'architecture en Italie et en France est étudiée avec un certain détail, son expansion européenne est traitée plus brièvement.

Parmi les appendices de ce volume, outre le tableau synoptique, qu'on trouve également dans l'ouvrage de M. Grodecki, il y a des notices biographiques sur les architectes, courtes, mais où l'on trouve l'essentiel. Les deux volumes sont suivis d'une bibliographie, courte pour l'art baroque, mais assez détaillée pour l'art gothique, et d'un index des noms et des lieux cités, l'un et l'autre bien faits.

Ces deux volumes semblent être les premiers de l'édition française. Les autres étant de même conception dans l'édition italienne, souhaitons pouvoir en disposer rapidement. Nous avons là un excellent instrument pour étudier l'histoire de l'architecture et sa portée dépasse les bibliothèques d'Universités et d'Écoles des Beaux-Arts, sa place est dans toutes celles ayant le souci de la culture de leurs lecteurs.