entête
entête

Répertoire des abbayes et prieurés de Seine-Maritime

Rouen : Archives départementales, 1979. - 161 p. : ill. ; 30 cm. Bibliogr. p. 5-6. Index p. 155-160.

par Xavier Lavagne

L'Année des abbayes normandes, c'est-à-dire 1979, a valu aux chercheurs un certain nombre de documents et outils de travail, d'articles divers dans des revues variées, sans compter une très belle exposition (d'abord à Rouen, puis à Caen), accompagnée d'un très précieux catalogue ; et une collection de monographies : Abbayes et prieurés de Normandie, qui compte à ce jour plus de trente numéros, mais ne traite que des monuments les plus visités.

Le présent répertoire vient compléter ces monographies. Il veut être le début d'une série qui couvrira les cinq départements normands. Il essaye de recenser tous les établissements monastiques de la Seine-Maritime, avec leurs dépendances (prieurés-cures, prieurés, chapelles), soit près de deux cents établissements. Donc rien sur les ordres mendiants et clercs séculiers des siècles plus récents, au moins en théorie..., car on trouve p. 109-110 une notice sur les augustins de Rouen, qui semblent bien être des ermites de Saint-Augustin, donc des mendiants ! Tous ces établissements sont classés dans l'ordre alphabétique des communes actuelles, et une table détaillée permet de les retrouver facilement. Pour chacun, on donne quelques indications historiques, puis des indications concernant l'édifice. Viennent ensuite des sources (généralement des références à la série H des archives départementales de la Seine-Maritime), enfin une courte bibliographie. M. Burckard, directeur des archives de la Seine-Maritime et préfacier de l'ouvrage, indique bien que ces diverses notices n'ont pas la prétention d'apporter du nouveau, mais de « faire le point ».

Voici quelques améliorations que l'on pourrait souhaiter à l'occasion d'une nouvelle édition de l'ouvrage. Bon nombre de prieurés relevaient d'abbayes situées hors de l'actuelle Seine-Maritime : il serait utile de préciser dans quel département d'aujourd'hui ces abbayes-mères se trouvaient implantées : Tiron (p. 7, 12, 38, 40, etc.), Bonport (p. 7), La Charité-sur-Loire (p. 82), etc., et de quels ordres étaient ces mêmes abbayes-mères : encore Bonport, Chambrefontaine (p. 59). - D'autre part, en ce qui concerne les établissements canoniaux, la mention : Augustins (par ex. : Eu, p. 52, Mesnil-Lieubray, p. 88), est nettement insuffisante et peut prêter à confusion avec les ermites de Saint-Augustin. Il aurait fallu préciser : chanoines réguliers de Saint-Augustin. - Il aurait été utile de dire à quand remontaient certaines illustrations : les photographies des p. 29, 33, 87, représentent-elles l'état actuel, ou un état plus ancien ? Relevons des imperfections dans la bibliographie. A propos d'Eu, p.53, on lit : Bibliothèque Sainte-Geneviève, M 11, 605, etc. Sans doute faut-il préciser que cette bibliothèque est à Paris, et faut-il lire : Mss. 11, 605, ce qui est tout à fait différent. A signaler au moins une erreur, p. 145 : les grandmontains n'ont jamais été des chanoines réguliers. Plusieurs cartes auraient été utiles.

A ces réserves près, nous avons là un excellent outil de travail, qui rendra, pensons-nous, de grands services. Espérons que les quatre autres départements de Normandie auront rapidement, eux aussi, leur Répertoire..., et souhaitons que, l'Année du patrimoine succédant à celle des abbayes normandes, on puisse voir apparaître de tels répertoires pour tous nos départements.