entête
entête

Buch und Sammler : private und öffentliche Bibliotheken im 18. Jahrhundert

Colloquium der Arbeitsstelle 18. Jahrhundert. Gesamthoch-schule Wuppertal. Universität Münster. Düsseldorf vom 26-28 September 1977

Heidelberg : C. Winter, 1979. - 199 p. - 23 p. de pl. ; 24 cm. - (Beiträge zur Geschichte der Literatur und Kunst des 18. Jahrhunderts ; Bd 3.) ISBN 3-533-02808-9 : 68 DM

par Albert Labarre

Le colloque tenu à Düsseldorf sur les bibliothèques publiques, et surtout privées, du XVIIIe siècle montre bien l'intérêt que l'on porte aujourd'hui tant à ce sujet, si intéressant pour l'histoire de la diffusion des idées, qu'à cette époque. Les actes de ce colloque publient quinze contributions, sept en français et huit en allemand.

L'unité du thème n'a pas empêché la variété des sujets traités : les lectures des nobles français au XVIIIe siècle, dont la diversité des bibliothèques reflète celle des noblesses (D. Roche), la bibliothèque du marquis de Courtanvaux (1718-1782), riche collection de livres de voyages (M. Garden), la bibliothèque de Mme de Staël, difficile à circonscrire au milieu des livres de la famille de Broglie (Mlle Balayé), le rôle de Jean-Paul Bignon à la tête de la Bibliothèque royale de Paris, de 1718 à 1741, dont il sut faire un centre de vie intellectuelle (Mlle Blèchet), la bibliothèque des Dominicains de Bordeaux, dont le catalogue et les notes qu'il contient prouvent la qualité de leur culture religieuse et intellectuelle (Ch. Teisseyre), les prémisses d'une étude d'ensemble sur 841 bibliothèques parisiennes de 1750 à 1759, étude publiée complètement entre temps (M. Marion) 1, la place étroite du livre et des bibliothèques dans les pays créés par l'imagination des utopistes (R. Trousson).

Les contributions en allemand présentent la bibliothèque d'un noble hollandais, conservée au château d'Amerongen (P. Küpper), celle du voyageur et naturaliste anglais, Sir Joseph Banks (1753-1820) (R. Joppien) et une analyse des recommandations pour former une bibliothèque, données par divers ouvrages allemands du XVIIIe siècle (R. Schusky), aussi les bibliothèques d'écrivains comme Friedrich Heinrich Jacobi (1743-1819) (S. Sudhof) ou Justus Môser (1720-1794) (H. Meyer), d'un peintre à la cour princière de Homburg, Armbruster (J.U. Fechner), d'un petit bourgeois du Toggenburg, Ulrich Bräker (G. Sauder). La seconde partie de cet article concerne la société de lecture du Toggenburg, et c'est justement par une étude générale sur les sociétés de lecture de l'Allemagne de l'Aufklärung que O. Dann clôt cet intéressant recueil.

  1.  (retour)↑  Voir : Bull. Bibl. France, février 1980, n° 262.