entête
entête

Roméo Arbour

L'Ère baroque en France : répertoire chronologique des éditions de textes littéraires

Deuxième partie : 1616-1628

Genève : Droz, 1979. - XX-906 p. ; 23 cm. - (Répertoire des idées et critique littéraire ; 178.) Index p. 757-904

par Jean-Marie Arnoult

Avec une belle ponctualité, R. Arbour nous offre la seconde partie de son répertoire. Alors que les deux premiers tomes parus en 1977 couvraient les années 1585-1615 1, voici les années 1616-1628, soit 5 597 éditions littéraires recensées (7 921 dans la première partie).

En ces premières décennies du XVIIe siècle, on assiste au développement de l'édition française. Si Paris reste le centre incontesté avec Lyon et Rouen, des villes plus modestes manifestent par leur activité l'essor intellectuel de la province française : La Flèche, Pont-à-Mousson, Reims, Saumur, Sedan, Troyes, pour ne citer qu'elles. Certaines villes connaissent cette expansion par la création de collèges, d'autres par la présence de refuges protestants. Les luttes religieuses ont effectivement suscité une littérature abondante et c'est là un des grands mérites de ce répertoire, que d'avoir tenté avec succès de signaler les nombreuses pièces, brochures, qui sont autant de témoins de la vitalité religieuse, politique et littéraire de l'époque. On verra aussi l'évolution des genres sous l'influence des modes, la pérennité de certaines œuvres et leur apparition, surprenante parfois, dans des villes que rien en apparence ne semblait prédisposer : ainsi l'Apologie pour Monsieur de Balzac à Toul en 1627. En bref, c'est toute la sensibilité d'une époque qui transparaît dans ce répertoire, que l'ordre chronologique adopté rend plus aiguë encore. On avouera même trouver plaisir à lire cette liste de titres, dans laquelle les caprices de l'alphabet rapprochent le Réveil-matin des conards et les œuvres de Louis Richeome (1622).

Ce second tome est présenté comme le premier et dispose des mêmes compléments : index des personnes, des imprimeurs-éditeurs, des lieux d'impression et des cryptonymes. Les localisations des exemplaires sont plus nombreuses encore : il faut louer l'auteur d'avoir dépouillé maints catalogues de bibliothèques françaises et étrangères et d'avoir exploré des fonds publics, certains simplement inventoriés. L'absence d'un index des titres d'ouvrages anonymes se fait sentir cependant ; mais il serait facile d'y remédier.

  1.  (retour)↑  Voir : Bull. Bibl. France, mars 1978, n° 711.