entête
entête

Albert L. Lewis

Walter A. Musciano

Automobiles of the world

New York : Simon and Schuster, 1977. - 731 p. : ill. ; 22 cm. Index p. 707-731. - ISBN 0-671-22485-9 : 12.95 $

par Jean-François Foucaud

Que dire d'une encyclopédie qui prétend présenter l'ensemble des véhicules construits entre 4000 av. J.-C. et les années 1970, sinon que l'entreprise paraît ambitieuse ? Un rapide survol permet déjà de constater que la production américaine se taille la part du lion ; même si cela se conçoit dans l'optique des éditeurs, est-ce une raison pour oublier la majorité des voitures européennes, si elles n'ont pas eu la chance d'être largement importées aux USA ? Passons sur les confusions entre système métrique et mesures anglo-saxonnes, bien que les résultats soient parfois amusants. Mais comment ne pas s'étonner des manques de cette « encyclopédie » ? Si l'on en croit les auteurs, Peugeot n'a plus rien construit depuis 1913, Panhard depuis 1924... Chez Citroën, les Traction-Avant, les 2 CV et DS sont totalement passées sous silence ! Simca ne bénéficie d'aucune illustration. Seul Renault, un peu mieux connu aux États-Unis, est cité une douzaine de fois, mais certes pas toujours pour ses réalisations les plus importantes... N'allons pas croire que nos voisins soient mieux servis, puisque la fameuse Volkswagen, pour ne prendre qu'un exemple, n'est citée que deux fois : le prototype de 1934, qui n'a fait l'objet que d'une production limitée avant les premières améliorations, et, on ne sait trop pourquoi, une version de 1973. Encore n'avons-nous évoqué ici que des marques de tout premier plan. On voit ce qui reste pour les autres.

Nous ne nous étendrons pas sur l'illustration, si ce n'est pour signaler qu'il n'y a pas une seule photo. Et que dire de la qualité des dessins, dont les personnages se veulent - hélas! - humoristiques, et dont le trait se distingue surtout par sa mollesse, qui conduit parfois à des inexactitudes. Par ailleurs on aimerait que le champ des recherches soit plus clairement défini : s'arrête-t-il aux voitures particulières ? On trouve quelques véhicules utilitaires, et même des transports en commun...

Que retenir enfin à l'actif d'un tel ouvrage ? Le classement chronologique décennal à partir de 1920 est satisfaisant, chaque période ayant en effet sa spécificité ; mais les introductions historiques à chacun des chapitres s'étendent complaisamment sur des détails hors-sujet, et restent attachées à la seule production américaine. Derniers éléments positifs, une liste des musées de l'Auto dans le monde - même si elle est incomplète -, un petit lexique de termes techniques et un index. Mais la seule conclusion possible est que l'Encyclopédie de l'automobile reste à venir.