entête
entête

Francis M. Higman

Censorship and the Sorbonne

a bibliographical study of books in French censured by the faculty of Theology of the University of Paris, 1520-1551

Genève : Droz, 1979. - 204 p. ; 26 cm. - (Travaux d'Humanisme et Renaissance ; 172)

par Louis Desgraves

La publication à partir de 1517, par Martin Luther, de ses ouvrages théologiques, marque le début d'une longue période au cours de laquelle théologiens catholiques et réformés s'affrontèrent en de longues et souvent très violentes controverses ; elle est aussi le commencement de l'usage du livre imprimé comme instrument de publicité et de propagande. Ces éditions de Luther, celles de Calvin et de leurs disciples amenèrent rapidement des réactions très vives des autorités ecclésiastiques et civiles, qui entendaient défendre l'orthodoxie religieuse.

L'étude de M. Higman comprend deux parties. Les quatre premiers chapitres sont consacrés au mécanisme de la censure et à l'action de cette censure entre 1520 et 1540, à l'Évangélisme et au tournant marqué dans cette action, au cours des années 1540 à 1550. La deuxième partie étudie les textes censurés entre 1520 et 1551, par la Faculté de théologie de l'Université de Paris, en distinguant les censures de livres isolés et les catalogues de livres censurés, dont l'auteur publie les listes de 1543, 1544, 1546 et 1551. Cette édition est précédée d'un commentaire qui éclaire l'intérêt de ces listes d'ouvrages censurés et le mécanisme de la censure. M. Higman fait preuve d'une parfaite connaissance de la littérature religieuse du XVIe siècle ; en effet, il était particulièrement malaisé d'identifier auteurs, titres et éditions des ouvrages censurés, qui sont souvent très mal transcrits par les scribes. Les patientes recherches de l'auteur ont abouti à des résultats très intéressants, complétés par la localisation dans les bibliothèques des ouvrages répertoriés.

Plusieurs tables, dont une des imprimeurs et éditeurs classés par ville (p. 170-180), un index des auteurs et des titres (p. 181-189) et une importante bibliographie (p. 191-199) ajoutent à l'intérêt de cette étude, qui est appelée à rendre les plus grands services à tous ceux qui étudient l'histoire religieuse du XVIe siècle.