entête
entête

Chronique des bibliothèques

Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

Publications. - La section des alsatiques de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg a publié deux ouvrages.

La liste des périodiques en cours recense 1 073 titres de périodiques alsaciens en cours au 1er septembre 1979. Depuis 1976, date de la précédente liste, 94 périodiques ont cessé de paraître et 220 nouveaux ont été publiés.

Les titres sont répartis en une cinquantaine de divisions selon le plan de la classification décimale universelle.

La présentation des notices suit les normes internationales.

Lorsqu'un périodique a changé de titre, une note rappelle le titre initial et la première année de publication. En outre, est indiquée, chaque fois que possible, l'adresse des organismes éditeurs. La liste est complétée par un index alphabétique des titres.

La Bibliographie alsacienne 1975-1976 2 recense toutes les publications qui concernent l'Alsace, c'est-à-dire les livres et les articles de périodiques qui ont paru durant cette période. Le classement des notices suit, en partie, la classification décimale universelle (CDU). Un index alphabétique auteurs et matières se trouve en fin de volume.

Pour le volume 1975-1976, la Bibliographie alsacienne a bénéficié, comme le volume précédent, d'une subvention de la Mission de la recherche du Ministère des Universités.

Cette bibliographie apportera une aide précieuse aux chercheurs s'intéressant à l'Alsace.

Bibliothèques interuniversitaires et d'université

Bibliothèque interuniversitaire de Lyon. Section sciences

Microfiche de l'exposition sur Claude Bernard. - La section sciences de la Bibliothèque interuniversitaire de Lyon vient d'éditer une microfiche à partir des documents de l'exposition sur Claude Bernard, organisée dans ses locaux de décembre 1978 à janvier 1979.

Les 95 vues reproduisent différents documents du Musée Claude Bernard sur la vie et l'œuvre du savant (documents de famille, photographiques de collaborateurs, manuscrits...) ; des appareils utilisés à l'époque, des photos des vitrines où se trouvaient les ouvrages du physiologiste ainsi qu'une bibliographie de ses ouvrages exposés.

Cette édition constitue une expérience. Il était difficile de faire tirer sur papier toutes les photos prises pendant l'exposition et il était dommage de ne pas pouvoir diffuser les documents réunis.

La microfiche obtenue donne une bonne idée de la qualité des panneaux photographiques et des textes.

Suivant les résultats de la diffusion, cette expérience de microfiche pourra être ou non renouvelée.

Cette microfiche est en vente au prix de 25 F à la section sciences de la Bibliothèque interuniversitaire de Lyon, 43, bd du 11 Novembre 1918, 69100 Villeurbanne.

Pour tous renseignements s'adresser à Mlle Rochard ou Mme Gleyze, Tél. (7) 889.70.40.

Bibliothèque municipale et interuniversitaire de Clermont-Ferrand

Publication. - La Bibliothèque municipale et interuniversitaire de Clermont-Ferrand vient d'éditer un catalogue collectif régional de périodiques, réalisé grâce à la collaboration de 115 bibliothèques et centres de documentation de la région Auvergne. 5 000 titres de périodiques y sont recensés, ce qui est peu à l'échelon régional, du fait du petit nombre de centres bibliographiques importants.

Le catalogue recense par ordre alphabétique les périodiques vivants conservés dans les bibliothèques participantes, et pour certaines, les périodiques morts. Il indique le titre, la collectivité éditrice, le lieu d'édition, l'histoire bibliographique, les sigles des bibliothèques, l'état de la collection et la cote. Des renvois sont signalés dans le cas de titres multiples et pour les collectivités éditrices.

En l'absence d'un catalogue collectif national de périodiques, ce travail considérable, réalisé au niveau régional, constitue une première étape dans la constitution de nouveaux catalogues collectifs de périodiques, indispensables aujourd'hui face à l'accroissement spectaculaire de la production éditoriale.

Bibliothèque de l'Université d'Angers

Stage de formation à la gestion documentaire en biologie végétale. - La Bibliothèque de l'Université d'Angers a organisé du 28 mai au 1er juin 1979 un stage de formation à la gestion de la documentation en biologie végétale. Destiné aux personnes travaillant dans des laboratoires de recherche, dans des laboratoires de l'industrie ou dans des établissements d'enseignement, ce stage avait pour objet de les initier à la gestion d'une bibliothèque ou d'un centre de documentation scientifique. Il a réuni des participants venus des cinq départements voisins qui ont ainsi trouvé l'occasion de se former aux techniques documentaires les plus récentes. L'enseignement a été assuré par des conservateurs de la Bibliothèque de l'Université d'Angers et des bibliothèques universitaires de Nantes et de Rennes. L'Audist avait apporté son appui à cette formation spécialement pour la démonstration d'utilisation des bases de données documentaires en biologie végétale.

Bibliothèque de l'Université de Metz

Exposition Marcel Jouhandeau. - Au moment de la vente Marcel et Élise Jouhandeau, la Bibliothèque de l'Université de Metz a organisé une exposition Marcel Jouhandeau.

La Bibliothèque de l'Université, à l'exception des éditions critiques, n'achète pas d'œuvres de fiction, elle réserve ses crédits à l'achat d'ouvrages sur les auteurs, et oriente ses lecteurs demandant des œuvres vers la Bibliothèque municipale. Comme pour les expositions Malraux, Céline... la Bibliothèque de l'Université a fait appel à des collectionneurs privés. Non seulement ces derniers choisissent de préférence des éditions originales, sur beau papier, mais rassemblent aussi tout ce qui touche de près ou de loin à leur auteur favori : coupures de presse, photos...

Ces collectionneurs répondent généralement favorablement à la demande de la Bibliothèque de l'Université. Ces expositions sont l'occasion de contacts autour d'une passion commune entre universitaires et non universitaires, des préjugés tombent, comme celui de croire que le collectionneur n'est pas un lecteur. Il arrive que le collectionneur procure à l'universitaire des documents inédits. Le conservateur quant à lui espère que tous ces trésors viendront un jour gonfler ses collections.

Bibliothèque de l'Université d'Orléans. Section sciences

Publication. - Le catalogue collectif publié par la Bibliothèque de l'Université d'Orléans signale les périodiques scientifiques reçus et conservés tant à la Bibliothèque de l'Université que dans les bibliothèques d'instituts, de laboratoires, d'établissements scientifiques du campus (CNRS, Bureau de recherches géologiques et minières) ou extra-universitaires du département du Loiret, soit, au total, 42 participants.

Pour identifier les établissements participants, le sigle national de l'IPPEC (Inventaire permanent des périodiques étrangers en cours) a été utilisé. Les périodiques sont classés par ordre alphabétique de titre.

Ce catalogue collectif réalisé par la section sciences de la bibliothèque de l'Université d'Orléans s'adresse tout particulièrement aux chercheurs et devrait leur rendre de grands services dans la localisation de la documentation primaire.

Bibliothèques municipales

Dijon (Côte-d'Or)

Exposition : « Les grands voyageurs bourguignons ». - La Bibliothèque municipale pour montrer la diversité de ses collections, a organisé une exposition sur « Les grands voyageurs bourguignons du XVIe siècle à nos jours ». Bien que n'ayant retenu qu'une partie des voyageurs bourguignons, cette exposition offrait un choix extrêmement large, depuis Jean de Léry qui alla au Brésil au milieu du XVIe siècle et Jacques Margeret qui servit dans la garde du tsar à la fin de ce même siècle, jusqu'à Robert Delavignette, haut fonctionnaire en Afrique occidentale française et au P. Étienne Bazin, missionnaire dans l'Extrême-Nord du Canada, morts il y a moins de dix ans.

Les autres voyageurs évoqués appartenaient aux catégories les plus variées : le capitaine Landolphe qui fut négrier avant d'être officier de la marine révolutionnaire, et la Mère Javouhey qui se consacra à l'instruction et à l'affranchissement des Noirs ; militaires comme Morot de Grésigny qui a laissé une relation du siège de Louisbourg en 1758, Bossu qui gagna à la France la tribu des Arkansas, le corsaire Thurot, tué pendant la Guerre de Sept ans, ou pacifiques naturalistes tels Leschenault de la Tour et Joseph Dombey qui parcoururent le premier l'Inde, l'Océanie et la Guyane et le président de Brosses à côté de ceux qui ne sont connus que de spécialistes, le Jésuite Leblanc qui alla au Siam sous Louis XIV et son contemporain l'abbé Bion qui, aumônier sur une galère, touché des souffrances des forçats protestants, se convertit à la Réforme. Vergennes était représenté au milieu du faste de la Sublime Porte, auprès de laquelle il fut ambassadeur, tandis que des « voyageurs involontaires » ne sont connus que par leurs noms dans les listes d'esclaves rachetés aux Barbaresques par les Trinitaires.

Toutes les régions du globe étaient représentées de la Laponie au Cap de Bonne-Espérance, où l'abbé Bertrand, astronome, qui avait fait à Dijon une ascension en ballon en 1784, se tua en 1792 en tombant de la montagne de la Table, en passant par le Sénégal, où une grammaire ouolof et des dictionnaires ouolof et bambara furent rédigés par l'instituteur Jean Dard, dont la femme était sur la « Méduse ».

L'exposition avait été réalisée grâce à de nombreux prêteurs qu'on ne peut tous citer ici : Bibliothèque et Archives nationales, Affaires étrangères, Service historique des Armées, musées parisiens (dont celui de la Marine) ou provinciaux (dont celui de Dunkerque), collectionneurs, descendants des voyageurs. Figuraient ainsi des maquettes de bâteaux, des instruments de marine, des objets égyptiens, sénégalais, tibétains (ramenés par Jacques Bacot) et esquimaux, et des animaux naturalisés.

Mais les documents appartenant à la bibliothèque étaient aussi d'une extrême variété : ouvrages français et étrangers, cartes et plans manuscrits (dont un portulan) et imprimés ; gravures représentant des vues de villes et des portraits, dont un du Président du Brosses qui n'est connu que par cet exemplaire ; « vues d'optique » avec les deux légendes dont une inversée pour être lue dans l'appareil qui donnait l'impression du relief ; portraits au physionotrace ; photographies de la Turquie et de la Grèce au milieu du XIXe siècle ; (dont l'Acropole avec la « tour franque ») ; enfin, legs du professeur Jules Legras, des cartes postales 1900 de Tsaritsin (Stalingrad), des photographies de Port-Arthur avec l'escadre russe juste avant le déclenchement de la Guerre russo-japonaise et une chaîne de forçat sibérien.

L'exposition a été présentée du 2 au 29 novembre 1979 dans l'ancienne église Saint-Philibert.

Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne)

Exposition « Quelques visages de l'Afrique Noire » (18 février-2 mars 1980). - La Bibliothèque municipale de Montereau a présenté salle Jean-Jaurès l'exposition « Quelques visages de l'Afrique Noire ».

Grâce aux reproductions de la photothèque du Musée de l'homme et à des photographies prêtées par le musée de Loudun, les visiteurs purent se familiariser avec la musique, la religion, la magie, la danse, les masques, la sculpture, l'habitat, l'artisanat... du « troisième monde ».

L'Union philatélique de Montereau et des environs présentait en outre des panneaux de timbres sur les mêmes thèmes.

La magnifique collection de sculptures d'ébène Makondés, peuplade d'Afrique Orientale au nord du Mozambique, prêtée par les Pères Blancs fut particulièrement admirée.

Un dépliant explicatif était offert aux visiteurs. L'exposition était complétée par une présentation des ouvrages de la bibliothèque sur l'Afrique Noire.

Mulhouse (Haut-Rhin)

Exposition : « Le Moyen âge par la bande dessinée ». - La bibliothèque municipale de Mulhouse a reçu une exposition sur « Le Moyen âge par la bande dessinée » au cours du mois de novembre.

Les panneaux étaient réalisés par le Groupe d'animation culturelle de Carcassonne et étaient diffusés par les fédérations des œuvres laïques départementales. Ils montraient quelle représentation du Moyen âge, de la division politique entre le Nord et le Sud notamment, les bandes dessinées proposent aux enfants.

L'exposition a été présentée dans un CES, dans un centre social et dans une bibliothèque intégrée à une maison des jeunes et de la culture. Le service central des bibliothèques de Mulhouse avait pour l'occasion réalisé une bibliographie et mis un lot de bandes dessinées à la disposition des visiteurs.

Les enfants ont plus apprécié les bandes dessinées que les panneaux eux-mêmes. L'originalité du point de vue était cependant instructive pour des esprits plus avertis.

« Autour de la viole de Gambe » (3-28 octobre 1979). - Qu'est-ce qu'une viole de gambe ? Comment en joue-t-on ? Quels furent ses principaux interprètes ? Quels textes a-t-on écrit pour elle ? Comment les peintres l'ont-ils représentée ?

Telles étaient les questions auxquelles entendait répondre l'exposition, réalisée par le Centre national d'art et de culture Georges Pompidou, qui sera accueillie par le Musée historique, en collaboration avec la bibliothèque municipale.

Les différentes parties de l'exposition abordaient donc tour à tour : l'organologie ; la technique de l'instrument ; les artistes ; traités et partitions ; l'ensemble instrumental ; les thèmes d'inspiration chez les peintres.

Au cours de la visite des œuvres illustrant la viole de Gambe au cours des siècles, et dans des ensembles instrumentaux variés : œuvres de Marais, Caix d'Hervelois, Gibbons, etc., étaient diffusées.

L'exposition s'est tenue dans la salle d'exposition du Musée historique, Hôtel de ville.

« Maisons rurales et vie quotidienne » (2-23 juin 1979). - La bibliothèque municipale de Mulhouse a présenté une exposition réalisée par l'Association « Maisons Paysannes d'Alsace » à la bibliothèque-discothèque des Coteaux, 23, boulevard des Nations.

Cette manifestation permettait à la population de découvrir ou de mieux connaître les réalisations de cette association (fondée en 1972) dont un des buts est de protéger le patrimoine rural traditionnel tout en sensibilisant l'opinion publique sur l'intérêt de défendre le cadre de vie et ses richesses locales.

L'Association ne prétendait pas, par cette exposition, épuiser toutes les questions relatives à une architecture rurale dont on connaît encore très mal à la fois l'histoire et les qualités d'habitabilité et dont la sauvegarde commence à peine à préoccuper les esprits ; le but d'une telle exposition était plutôt d'inviter le visiteur à aller plus avant dans la connaissance de cette architecture après ce premier contact qui restitue la maison surtout dans ses dimensions historiques et régionales.

La question de l'évolution de cet habitat et de sa réactualisation était cependant posée dans l'exposition qui présentait un cas d'urbanisation d'un paysage et quelques actions de réhabilitation menées par l'Association.

Nîmes (Gard)

Exposition « Michel Alexandre » (18 octobre-23 novembre 1979). - La Bibliothèque municipale de Nîmes a consacré une exposition à Michel Alexandre, philosophe, professeur de 1919 à 1927 à Nîmes où il publia les Libres Propos d'Alain. Cette exposition avait pour objet de présenter au public les manuscrits et papiers divers donnés par Mme Alexandre à la ville de Nîmes, complétés par des documents appartenant à d'anciens élèves du philosophe. L'un de ceux-ci, M. André Raulet, secrétaire de l'Association des anciens élèves nîmois de Michel Alexandre, a évoqué dans une causerie le souvenir de son ancien maître.

Le texte de cette causerie, celui des discours prononcés à l'occasion de l'inauguration de l'exposition et le catalogue de cette dernière ont été rassemblés dans une brochure qui rappelle l'activité culturelle et politique de Nîmes entre les deux guerres 3.

Exposition de la revue Terriers (13-22 décembre 1979). - La revue Terriers, publiée à Nîmes depuis 1977, et citée par la revue Critique, en juin-juillet 1979, parmi les vingt-cinq meilleures revues de poésie française actuelles, a présenté, dans le hall de la Bibliothèque municipale, les différents numéros publiés ainsi que les livres et manuscrits de deux écrivains, Claude-Royet Journoud et Jean Daive, dont le travail se situe dans la même démarche littéraire. Parallèlement une lecture publique de textes de ces deux auteurs était organisée au Centre Pablo Neruda.

Exposition « Joseph Delteil » (décembre 1979-janvier 1980). - La présentation au théâtre de « Une fille à brûler » a été l'occasion d'une exposition consacrée à Joseph Delteil qui rassemblait, autour des livres de l'écrivain, des manuscrits, photographies et documents prêtés par Frédéric-Jacques Temple.

Pau (Pyrénées-Atlantiques)

Exposition « Les livres d'enfants au Japon ». - Après le grand succès de l'exposition Charles de Bordeu (plus de 1 200 visiteurs), la Bibliothèque municipale a accueilli une exposition consacrée aux livres d'enfants au Japon.

Il s'agissait d'une exposition itinérante, préparée par la Joie par les livres et par la Bibliothèque publique d'information. C'était une exposition de livres d'enfants, mais elle concernait tout autant les parents et les enseignants, que les jeunes lecteurs eux-mêmes : en effet, il s'agissait d'albums où le graphisme et les couleurs étaient prépondérants, avec très peu ou pas de textes. Des grands panneaux sur les illustrateurs de ces livres étaient placés là, à la mode des posters.

La Bibliothèque municipale présentait en même temps, afin que l'on puisse les feuilleter, librement sur place, certains de ces livres en traduction française.

Enfin, grâce à un collectionneur palois, des objets japonais (une pagode, un service à saké, etc.), étaient exposés au milieu de ces livres.

Valence (Drôme)

Succursale de la bibliothèque municipale : quartier de Fontbarlettes - Valence-le-Haut. - La plus importante à ce jour des quatre succursales de lecture publique que compte la ville de Valence par sa superficie de 500 m2, cette bibliothèque est installée au cœur d'un quartier de 10 000 habitants.

Le bâtiment a été conçu par le cabinet d'architecte Biny (Valence) et sa réalisation confiée aux soins de la Société d'Équipement du département de la Drôme.

Le bâtiment comprend : des sections de prêt adultes et enfants ainsi que des coins de lecture sur place (250 m2); des locaux d'animation : heure du conte, salle d'activités pour les enfants, une salle polyvalente pour les expositions, réunions, projections, etc. ; une discothèque dont la mise en service est prévue ultérieurement ; des salles de travail interne : bureau, atelier et magasins.

Cette bibliothèque a ouvert ses portes le 6 décembre 1979 et fut inaugurée officiellement le 22 janvier 1980 par M. Pesce, député-maire de Valence.

Après trois mois de fonctionnement, plus de 900 lecteurs sont déjà inscrits dont 700 enfants, ce qui s'explique facilement dans un quartier de grands ensembles dont plus de la moitié de la population est constituée de jeunes.

Plus de 9 000 prêts de livres pour adultes et pour enfants ont déjà été enregistrés pour un fonds de départ d'environ 6 000 ouvrages auxquels viendront s'ajouter environ 5 000 livres en 1980.

Cependant, il semble bien, si le rythme des inscriptions et des prêts devait se maintenir, que l'effectif de départ (deux sous-bibliothécaires, un employé de bibliothèque) ne se révèle insuffisant pour faire face à toutes les tâches, et notamment aux activités d'animation.

Ce succès dès l'ouverture est bien la preuve, s'il en était besoin, des besoins importants qui existent dans le domaine de la lecture publique, même s'ils ne sont pas toujours clairement exprimés.

Ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines

Inauguration des nouveaux locaux de la discothèque. - La Bibliothèque-discothèque de Saint-Quentin-en-Yvelines vient de fêter avec ses élus l'emménagement dans de nouveaux locaux de son service de discothèque. Depuis son ouverture en décembre 1976, cet équipement connaît un tel succès de fréquentation que les 70 m2 initiaux se sont vite révélés très insuffisants. C'est maintenant sur 150 m2 que la discothèque met 8 000 disques, 300 partitions, une centaine de livres, et douze revues spécialisées à la disposition des adhérents. En outre un auditorium et huit casques d'écoute ont été installés. La discothèque enrichit son fonds d'environ 1 000 disques par an.

De 20 400 prêts en 1977, à 26 200 prêts en 1978, ce sont 30 500 prêts qui ont été atteints en 1979, et au début de 1980 la discothèque compte 2 550 adhérents. Les conditions d'abonnement sont habituelles : inscription avec justification de domicile et 5,50 F par an, présentation de la tête de lecture et achat d'une carte au prix de 11 F pour le prêt de 10 disques ; le prêt des disques d'enfants est gratuit. Actuellement les adhérents empruntent dans 45 % des cas de la musique classique, viennent ensuite le rock, le pop et autres avec 20 %, les 35 % restants se répartissant sur les autres genres ; les disques d'enfants ne représentent que 10 % des prêts.

Mais la Bibliothèque-discothèque est aussi victime de son succès : si les prêts ont doublé en discothèque, ce n'est pas le cas pour le personnel. Les discothécaires au nombre de deux sont surchargées de travail et ont dû restreindre les heures d'ouverture en attendant la création de nouveaux postes d'employés. Les animations et l'élargissement des activités ne pourront se faire sans augmentation du personnel.

Bibliothèque publique d'information

La section pour enfants de la Bibliothèque publique d'information a présenté du 27 février au 31 mars à Beaubourg, dans la salle d'actualité, une exposition intitulée : « Une histoire des Mille et une nuits dans Korba ».

Nacer Khémir, créateur tunisien polyvalent (peinture, sculpture, marionnettes, masques, etc.), s'est inspiré d'un conte des Mille et une nuits pour un travail collectif avec des habitants de tout âge de son village. C'est une partie de leurs œuvres qui était exposée, dessins et sculptures, accompagnés de trois montages audio-visuels sur le village, la vie quotidienne, et sur la réalisation de cette création graphique. Le 27 février, l'exposition était inaugurée par une conférence-débat avec Nacer Khémir.

Dans le cadre des manifestations de l'Année du Patrimoine, la Bibliothèque publique d'information présente depuis le 2 avril, sous le titre Livre-Parcours, une exposition retraçant l'histoire de la communication du livre par les bibliothèques. Patrimoine longtemps caché au plus grand nombre et entouré d'une sorte d'aura, le livre amorce une lente pénétration dans la vie quotidienne de tous les milieux sociaux vers la fin du dix-huitième siècle, lorsque l'instruction publique commence à apparaître comme une nécessité nationale. La représentation du livre commence alors à se transformer. Devenu outil de formation, le livre se désacralise progressivement pour devenir aussi un objet de consommation.

Les bibliothèques connaissent une évolution parallèle. Implantées à l'origine dans les lieux de culte et liées pendant longtemps à l'activité de communautés religieuses, elles deviennent au dix-septième siècle des lieux de rencontre pour une élite savante, lettrée ou simplement mondaine. En face de ces salons cossus et souvent luxueux, la Révolution française institue la bibliothèque du peuple que la société industrielle disséminera à travers toute la France au siècle suivant. Pauvre, moralisante et didactique, la bibliothèque populaire ne résistera pas à la généralisation et à la démocratisation de la vie collective.

Dans un premier volet, l'exposition montre la convergence d'institutions qui ont longtemps reflété les clivages sociaux, vers la conception unitaire de la bibliothèque publique moderne qui assume des fonctions multiples dans la transmission du patrimoine écrit, dans la formation par le livre et dans la satisfaction du besoin de lecture. Elle offre aujourd'hui un large choix de documents représentatifs de toutes les tendances et de toutes les opinions, et permet ainsi à chacun de trouver les textes nécessaires à sa formation, à son information, à ses loisirs, à sa culture.

Le second volet de l'exposition montre un large panorama des réalisations françaises avec la construction de bâtiments fonctionnels intégrés au paysage urbain, la création de bibliothèques enfantines, le lancement de bibliobus qui sillonnent la campagne française, les discothèques et les médiathèques, et le développement général des activités d'animation qui aident à la pénétration du livre dans les milieux non lisants.

Cette exposition est présentée du 2 avril au 23 juin 1980 à la Galerie de la BPI, 2" étage, Centre Georges-Pompidou. La même exposition a été présentée en l'hôtel du Cercle de la librairie à Paris et dans différentes villes de province.

  1.  (retour)↑  Les informations figurant dans la partie « Chronique » constituent les textes ou ont été établies sur la base de renseignements ou de documents, transmis à la Rédaction du « Bulletin des bibliothèques de France » par les responsables des différents établissements.
  2.  (retour)↑  Les informations figurant dans la partie « Chronique » constituent les textes ou ont été établies sur la base de renseignements ou de documents, transmis à la Rédaction du « Bulletin des bibliothèques de France » par les responsables des différents établissements.
  3.  (retour)↑  La précédente édition, 1973-1974, a fait l'objet d'un compte rendu dans le Bulletin des bibliothèques de France, n° 9-10, septembre-octobre 1979, p. 489-490, n° 1533.
  4.  (retour)↑  Michel Alexandre et Nîmes. - Nîmes, Bibliothèque municipale, 1979.