entête
entête

Jack Jacob Cherns

Official publishing, an overview

an international survey and review of the role, organisation and principles of official publishing

Oxford ; New York ; Paris : Pergamon press, 1979. - 527 p. ; 30 cm. - (Guides to official publications ; 3.) ISBN 0-08-023340 : $40.00.

par Geneviève Boisard

Pour la première fois, grâce à M. Jack Cherns, nous disposons d'une étude d'ensemble sur l'édition officielle. Ancien assistant controller au « Her Majesty's stationery office », qui est l'éditeur officiel de Grande-Bretagne, M. Cherns avait l'expérience nécessaire pour conduire cette étude, fruit d'une enquête qui l'a amené à visiter 19 pays et un certain nombre d'organisations intergouvernementales appartenant ou non à la famille des Nations Unies. Les pays étudiés sont l'Australie, la Belgique, le Canada, le Danemark, la France, la République fédérale d'Allemagne, Hong Kong, l'Inde, l'Indonésie, Israël, l'Italie, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, Singapour, la Suède, la Suisse, la Thaïlande, la Grande-Bretagne et les États-Unis. Chacun de ces pays fait l'objet d'un chapitre où sont étudiés les organes d'information, d'impression et d'édition du gouvernement.

Presque partout, les services d'information sont nés de la guerre, à des fins de propagande, mais ils ont essayé par la suite de se défaire de cette mauvaise image de marque. Ils doivent à la fois informer les membres du gouvernement et de l'administration sur l'actualité et l'opinion publique, et informer les citoyens sur la politique gouvernementale.

Quant à l'édition officielle, elle doit mettre à la disposition du public les documents émanant des assemblées et des administrations. Bien rares sont les imprimeurs officiels qui ont une véritable politique éditoriale. On peut citer le HMSO en Grande-Bretagne et en France la « Documentation française », qui occupe une place tout à fait à part puisqu'elle cumule des activités d'information, de documentation et d'édition.

Autant les États-Unis, avec le « Government printing office » et le programme de dépôt des publications fédérales dans plus de 1 200 bibliothèques publiques, autant la Grande-Bretagne, avec son réseau de librairies officielles et de dépositaires privés, ont réussi à rendre accessibles les publications officielles aux citoyens, autant pour un grand nombre d'États l'accès du public à la documentation officielle est encore insuffisante, pour ne pas dire inexistante. En Allemagne fédérale et en Italie, par exemple, les documents parlementaires sont réservés à un public d'initiés ; en France, malgré quelques efforts récents, il faut être parisien et bien connaître l'administration pour se procurer telle ou telle publication d'un ministère.

En ce qui concerne les organisations intergouvernementales, elles attachent beaucoup d'importance à la production et à la dissémination de l'information, et produisent une masse considérable de documents destinés à la vente ou à la diffusion interne. Moins que les gouvernements, elles font usage de la typographie classique. Elles utilisent souvent l'offset et produisent beaucoup de matériels audiovisuels. Elles ont donc une attitude éditoriale beaucoup moins traditionnelle que les États.

M. Cherns tire quelques conclusions générales de son étude. Il souligne que l'édition officielle tend à croître indéfiniment, du fait de l'extension des responsabilités de l'État et de la demande croissante d'information des citoyens. Mais un certain nombre de lacunes demeurent partout : absence d'un point central de diffusion de toutes les publications officielles pour un même pays, manque d'attention aux besoins réels du public, absence d'évaluation de l'impact des publications.

Ces lacunes ont été perçues et, dans les pays démocratiques, des efforts se manifestent pour les combler et pour remplacer une impression passive par une politique active d'édition. A cet égard, M. Cherns souligne à plusieurs reprises la place particulière de la Documentation française, qui, contrairement aux autres organismes similaires, tient à garder ses distances vis-à-vis du gouvernement et à faire preuve d'une objectivité rigoureuse dans l'information d'État.

Par l'abondance de la documentation réunie et la pertinence de ses observations, l'étude de M. Cherns constitue un ouvrage de référence d'une très grande utilité.