entête
entête

The Bookfinder

a guide to children's literature about the needs and problems of youth aged 2-15

ed. Sharon Spredemann Dreyer. - Circle Pines, MN : American guidance service, 1977. - 2 vol. superposés rassemblés dans une autre couverture, XIX-649 p. ; 29 cm. ISBN 0-913476-45-5 :$25.00

par Geneviève Le Cacheux

« Les mots écrits ont influencé les attitudes, les décisions et le comportement de l'humanité depuis le commencement de son histoire ».

Forte de cette certitude, l'auteur propose une sorte de guide thérapeutique à l'usage des enfants perturbés et des autres, à titre préventif ! Elle propose 1 031 titres de romans correspondant à des situations précises et permettant de résoudre quelques difficultés. Si on veut bien ne pas tenir compte du danger qui consiste à réduire une œuvre à son thème, et si on accepte de jouer ce jeu du livre « utile » avant celui de la lecture de plaisir, qui ne s'embarrasse pas de leçons à faire passer, alors seulement, on peut en effet trouver de l'intérêt à ce genre de dictionnaire. On serait tout de même inquiet de voir quelques « thérapeutes » de service, utiliser ces livres-médicaments non seulement pour calmer les angoisses mais aussi combattre chez les enfants les incertitudes et les questions. Il n'y a pas de livres-drogues. Cette réserve faite et quelques exercices préalables accomplis, comme la recherche du mot « bêtifier » dans l'index qui nous renvoie seulement à « attirer l'attention » ou celui de « Catholique romain » qui signale un seul roman autobiographique d'une enfant paralysée, il faut ensuite chercher le mot « amitié » pour s'apercevoir qu'il y a cette fois un choix considérable et embarrassant... Pourtant, il est possible d'utiliser ce dictionnaire avec un but beaucoup plus simple et plus pratique : les ouvrages signalés sont en effet présentés avec un résumé et les vedettes-matières correspondant à l'idée que l'auteur se fait du livre, mais surtout une indication sur la présentation matérielle, livre relié, ou livre de poche, et sur la possibilité de l'avoir en gros caractères, en Braille, ou en cassettes pour les aveugles et amblyopes, ou sous forme de films fixes ou adaptés pour le cinéma et aussi de pouvoir répondre à des demandes d'enfants handicapés ou de préparer une animation pour un groupe.

Il est certain que le souci de trouver des livres à thèmes empêche souvent de sélectionner le meilleur de la production.

Les plus grands auteurs ne figurent pas obligatoirement à l'index des noms cités, mais par contre, il est vraisemblable que les ouvrages présentés peuvent aider à amorcer une discussion ou un débat sur un handicap ou permettre d'aborder un dialogue délicat avec un groupe d'enfants.

Peut-être, est-ce aussi une manière de rassurer les adultes qui se sentent incapables de lire suffisamment de livres pour la jeunesse pour se fier à leur propre jugement, ou savoir choisir le livre qui convient exactement à tel enfant à tel ou tel moment de sa croissance. Mais connaîtront-ils alors suffisamment l'enfant pour être sûr de ne pas se tromper de remède ou offrir celui qui sera « pire que le mal » ?