entête
entête

Encyclopedic dictionary of religion

ed. by Paul Kevin Meagher,... Thomas C. O'Brien, Sister Consuelo Maria Aherne,... - Philadelphia : The Sister of St Joseph ; Washington : Corpus publications, 1979. - 3 vol., XLIV-3815 p. ; 28 cm. ISBN 0-96-02572-3-3 : $89.50

par Xavier Lavagne

Tout un couvent de religieuses de Saint-Joseph de Philadelphie, bon nombre de moines de toutes les religions, d'historiens et de savants, ont mis sur pied ces trois gros volumes, en douze ans de travail. Mais, au point de départ de l'entreprise, il y a une idée du P. Maegher, dominicain : dans un esprit de sain œcuménisme post-conciliaire, il fallait un dictionnaire qui embrassât tout ce qui touche à la Religion et aux religions.

On trouve donc, dans ce dictionnaire encyclopédique, des notices, classées par ordre alphabétique, avec un certain nombre de renvois, sur les sujets les plus divers, bien sûr. En ce qui concerne le catholicisme, on fait expressément référence à des constitutions de Vatican II et aux réformes qui ont suivi ce concile (canoizization, t. 1er, p. 616 ; missal roman, t. 2, p. 2384) ; cependant, en certaines notices, on est resté à « l'ancien ordre des choses » (« All soul's day », t. 1er, p. 117, où l'on peut lire, comme si l'on en était encore au missel de Saint Pie V : « observed on Nov. 2... or on Nov. 3 when the 2d falls on a Sunday »).

Il y a, bien sûr, des notices consacrées aux autres églises chrétiennes, mais encore au Judaïsme (jusqu'à une notice : « High holidays, the first ten days of the Jewish year », t. 2, p. 1666), à l'Islam (p. 1842-1848) ; mais aussi aux religions anciennes et aux diverses mythologies (« Mesopotamian religion », t. 2, p. 2347-2348, ou même « Quaestor, roman official... », t. 3 p. 2947 et « Thundering legion, a name given to the Roman twelfth legion », t. 3, p. 3528).

On trouve des notices sur de très nombreux personnages, certains fort peu connus de ce côté de l'Atlantique mais célèbres outre-océan, certains dont on se demande bien pourquoi ils sont cités (Stéphane Mallarmé, t. 2 p. 2222) ; des notices sur des monastères, des lieux sacrés, etc.

Assez souvent, certains de ces articles se terminent par une courte bibliographie citant la plupart du temps des auteurs anglo-saxons, et aussi des auteurs du Vieux Monde (généralement en traduction, rarement dans leur langue originelle).

L'ensemble paraît vraiment très sérieux, et les divers ouvrages de référence, cités au début du t. 1er, sont tous des livres ou des revues de haute valeur scientifique.