entête
entête

Curtis G. Benjamin

A Candid critique of book publishing

New York; London : R.R. Bowker, 1977. - XVIII-187 p.; 23 cm. ISBN 0-8352-1033-2

par Xavier Lavagne

Reprenant, complétant, détaillant, mettant à jour, précisant ce qu'il avait déjà écrit (dans Saturday review, dans The Book-seller par exemple), C.G.B. nous donne un livre excellent, où sa très profonde expérience de tout le monde de l'imprimé se déploie en des chapitres savoureux dont les titres sont déjà prometteurs, et où le texte même se pare des grâces d'un humour agréable.

Sous de tels dehors prometteurs, voici un livre qui rendra des services appréciables. Le chapitre 4 : « The Genteel art of poaching, keeping and losing authors » (p. 23-28), nous montre, exemples à l'appui, ce qu'il convient de faire (ou de ne pas faire) dans ces domaines, et comment on peut fonder sa propre maison d'édition en y « entraînant » les auteurs qui jusque là s'adressaient à votre précédent patron. Le chapitre 7 : « Twin evils, underpricing and over-printing, rappelle l'importance du côté prix, coût, business, dans le métier d'éditeur. Mais le plus instructif, est sans doute le chapitre 10 : « Too many books ? », dans lequel l'auteur, et ce n'est pas là le moindre paradoxe, en vient à se poser une telle question, en voyant la production monter de près de 15 000 titres en 1960, à près de 30 000 en 1970 et à plus de 39 000 en 1975 - sans doute s'agit-il des seuls États-Unis...

Une intéressante bibliographie critique clôt l'ouvrage.