entête
entête

Chronique des bibliothèques

Bibliothèques interuniversitaires et d'université.

Bibliothèque de l'université de Pau et des Pays de l'Adour.

Publication. - La Bibliothèque de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, section Lettres, a publié la liste de ses récentes acquisitions d'octobre 1977 à avril 1978 2. Les notices catalographiques donnent les indices de la Classification décimale universelle.

Bibliothèque de l'université de Reims.

Section Lettres.

Journée « Portes ouvertes ». - Le samedi 22 avril 1978, de très nombreux Rémois ont visité pour la première fois une des sections de la bibliothèque de l'Université située dans le nouveau campus de la Croix Rouge.

Section Droit-Lettres.

Exposition. - A l'occasion d'un cycle de conférences organisé par le département d'études hispaniques et hispano-américaines de la Faculté des lettres et le Musée de l'homme de Paris sur le Guatémala traditionnel et moderne, une exposition s'est tenue dans les locaux de la bibliothèque et dans ceux d'une librairie de Reims. De nombreuses oeuvres d'art d'artistes guatémaltèques ainsi que deux Codex de valeur inestimable ont été exposés et admirés par un nombreux public.

Il est à noter que, écrivain latino-américain, Miguel-Angel Asturias était Docteur Honoris Causa de l'Université de Reims.

Section Sciences et Techniques.

Accès à la documentation automatisée. - Après l'implantation d'un terminal relié au réseau MEDLINE depuis avril 1977 et sous peu aux « Excerpta Medica », Pascaline et Cancernet, la section Sciences se voit dotée d'un terminal la reliant à de nombreuses banques et bases de données tant dans le domaine de la recherche que dans celui de l'industrie.

A cette occasion, le 15 juin 1978, une journée d'information a été organisée par le Service des bibliothèques. Présidée par M. l'Inspecteur général Bleton en présence de Mlle Guéniot, conservateur en chef, chargé de la Division de la coopération et de l'automatisation, cette journée a été suivie par un nombreux public composé d'universitaires et de membres de l'industrie.

Bibliothèques inunicipales

Agen (Lot-et-Garonne).

Exposition des fonds de la bibliothèque. - Une exposition des fonds de la Bibliothèque municipale d'Agen a été organisée le 2I mai 1 g78 , en l'honneur des congressistes du Congrès national annuel des conservateurs des collections publiques. Les visiteurs ont pu voir dans les vitrines une sélection de manuscrits, incunables, livres anciens, reliures précieuses et ouvrages du fonds agenais.

Bourges (Cher).

Exposition sur Alain-Fournier. - En 1964, s'était tenue, à la Maison de la culture de Bourges, grâce à l'obligeance de Mme Isabelle Rivière et au travail de M. Jean-Yves Ribault, directeur des Services d'archives du Cher, une importante exposition : « Alain-Fournier et son pays (dont le catalogue est aujourd'hui épuisé). En 1975, à l'initiative de M. Alain Rivière, neveu de l'auteur du Grand Meaulnes, et fils de Jacques Rivière, ancien directeur de la Nouvelle revue française, a été constituée 1' « Association des amis de Jacques Rivière et d'Alain-Fournier », qui édite un bulletin trimestriel et organise chaque année, au départ de Paris, une excursion au pays du Grand Meaulnes 3. Le voyage de cette année a été marqué, à Bourges, par une double manifestation :

I) Le samedi 13 mai 1978 s'est tenue à la bibliothèque municipale l'assemblée générale de l'association. Elle a été suivie, dans l'une des Maisons de jeunes et de la culture, d'une causerie faite par M. Lullier, instituteur à Epineuil-le-Fleuriel, village du Sud du département où M. Fournier fit la classe et où le jeune Henri 4 et sa sœur Isabelle passèrent leurs années d'enfance jusqu'en 1902. Le jeune Fournier devait rester profondément attaché à ce village. Les maisons, rues et lieux-dits cités (avec quelques transpositions) dans le roman furent évoqués avec précision et sensibilité. Le moment le plus émouvant de cette soirée fut la présentation du montage audio-visuel réalisé par M. Jean-François Goussard, directeur du Centre départemental de documentation pédagogique, avec l'aide du groupe de musique expérimentale de Bourges : diapositives reliées en fondu enchaîné, avec une voix de lecteur disant une poésie peu connue d'Alain-Fournier. Plus d'une centaine de Parisiens et de Berruyers assistaient à cette séance, parmi lesquels M. Arbour, professeur à l'Université d'Ottawa.

2) L'exposition installée dans les salles du Ier étage a été réalisée grâce à la générosité de M. Alain Rivière et de plusieurs prêteurs dont les Archives du Cher et Maître Rollin, notaire à Saint-Amand-Montrond. Elle ne visait pas à une présentation complète de la vie de l'écrivain, de son oeuvre et de son rayonnement, mais se contentait d'être une évocation aussi parlante que possible, soulignée presque uniquement par des extraits de correspondance et du roman. Les cimaises offraient des photographies de la maison natale, à la Chapelle-d'Angillon (au Nord de Bourges), où enseigna M. Fournier, de l'école et des principaux quartiers d'Épineuil-le-Fleuriel, des bords du Cher, de Nancay, en Sologne, où vivaient l'oncle Florent (Florentin dans le roman) et ses nombreuses filles, de la chapelle Sainte-Agathe, en Bourbonnais, dont Alain-Fournier donna le nom au village du Grand Meaulnes et de François Seurel, enfin des différents châteaux qui ont pu inspirer l'auteur pour le chapitre de la fête étrange : Cornançay, près d'Épineuil, l'ancienne abbaye de Lorroy en Sologne; les photographies du château de Béthune à La Chapelle-d'Angillon et de la « maison du notaire » à Ëpineuil étaient exposées dans lesvitrines. Certains agrandissements ont été effectués d'après des photographies prises autrefois par Alain-Fournier lui-même. On peut voir aussi de nombreux portraits de Jacques Rivière qui épousa Isabelle, sœur d'Alain-Fournier, ce dernier nous étant présenté à différentes époques de sa vie si brève : petit garçon à Épineuil ; élève au Borda, à Brest, en 1902; à Lakanal en 1903; en costume élégant ou en vacances en 1905, l'année de la rencontre avec la jeune fille dont il fit Yvonne de Galais; sous-lieutenant à Mirande en 1909; en tenue de ville en 1913, l'année de la publication du roman; enfin une reproduction de son portrait dessiné par André Lhote. Mais les objets parlent peut-être plus encore : les manuels ou livres de prix conservés pieusement au petit musée de l'école d'Épineuil, la fourragère du sous-lieutenant, surtout ce curieux encrier de faïence à fleurs qu'Alain-Fournier utilisait pendant ses séjours à La Chapelle-d'Angillon : « Meaulnes écrivait, trempant sa plume au fond d'un encrier de faïence démodé, en forme de coeur. » On pouvait également voir des photographies d'un de ses devoirs de lycéen, d'une poésie, de brouillons du roman, de lettres à Jacques Rivière et à Marguerite Audoux, dont il retrouva la ferme solognote de Berrué, où, jeune bergère, elle avait aimé sans espoir un jeune homme, simple histoire racontée dans « Marie-Claire (1910); l'amour du pays natal, des choses et des gens, la manière dont Alain-Fournier commence à percevoir le caractère de son héros, rendaient ces documents émouvants. Le rayonnement posthume du Grand Meaulnes était attesté par la présence d'éditions en français, en anglais, en néerlandais, en serbe, en hébreu, en arabe, en japonais, et par quelques illustrations choisies parmi tant d'autres : celles de Jacques Pecnard, Jean-Pierre Rémon, Chapelain-Midy, Grau Sala, Paul Durand (l'un des plus attachants), Berthold Mahn enfin, dont un dessin original, fait par lui en 1937 pour Isabelle Rivière, figure le château de Béthune à La Chapelle : « Le château, à gauche, dans la vallée de la Sauldre, dressé de toute sa hauteur » - enfin des dessins de Valentin Ponseti, artiste fixé à Saint-Amand.

Les documents étaient regroupés autour de plusieurs thèmes : biographiques, familiaux, topographiques; le domaine mystérieux et la fête étrange, les bohémiens (avec des photos en couleur du film d'Albicocco). Des extraits de cartes d'état-major, un plan d'Épineuil par M. Lullier, avec les maisons citées dans le roman, essayent de fixer « les lieux du Grand Meaulnes », à la fois précis et complexes, l'auteur ayant utilisé les souvenirs qu'il gardait des différents « pays » où il avait vécu. Les écoliers d'Épineuil, en groupes, portent des noms que l'on retrouve dans le livre.

Tel nous apparaît Alain-Fournier, tiraillé entre le regret d'un enfance perdue, et la quête d'un absolu inaccessible, amour humain impossible ou rencontre avec Dieu (ce qui le préoccupait également). Son portrait de Meaulnes le dépeint lui-même : « ... le héros de mon livre est un homme dont l'enfance fut trop belle. Pendant toute son adolescence, il la traîne après lui... Mais il sait déjà que ce paradis ne peut plus être... Il est dans le monde comme quelqu'un qui va s'en aller... Et le jour où le bonheur indésirable... se dresse devant lui... le grand Meaulnes s'enfuit... parce qu'il sait que la véritable joie n'est pas de ce monde». Le 22 septembre 1914, Henri Alain-Fournier tombait à Vaux-les-Palameix. « Alors, pareil à Meaulnes égaré sur la route, « il s'aperçut que le paysage avait changé »... » (Henri Gillet).

Évry (Essonne).

Bibliothèque publique de la Ville nouvelle d'Évry. Exposition itinérante. - Du 29 mai au 29 juin 1978, la Bibliothèque publique de l'Agora de la Ville nouvelle d'Évry a présenté en avant-première une exposition itinérante de 81 estampes de Joan Mirô datant de la dernière période de son oeuvre (1948-1973) et provenant des collections de la Fondation Marguerite et Aimé Maeght.

Cette exposition revêtait une importance particulière. Miró, qui vient d'avoir 85 ans, est l'un des plus grands maîtres de l'art de notre temps et son œuvre très abondante est aussi remarquable par la variété de l'inspiration que par son unité. Le choix d'estampes de cet artiste se justifiait par ailleurs aisément. Les lithographies et les gravures de Miró sont nombreuses, et, « ces formes d'art, moins coûteuses que la peinture et souvent aussi authentiques dans leur affirmation plastique, prendront de plus en plus la place de la peinture », selon ses propres termes.

En complément de ces estampes, des livres de Paul Éluard, André Breton, Robert Desnos, Philippe Jaccottet, Raymond Queneau illustrés par Miró, provenant de la Bibliothèque Nationale et de la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, enrichissaient l'exposition présentée à Évry.

Parallèlement à cette exposition, que son importance et sa valeur ne permettaient de présenter que dans des lieux offrant toutes les garanties de sécurité, un choix de lithographies et d'affiches non signées, quelques textes de Mirô et Raymond Queneau montés sur cinq paravents constituaient une introduction pédagogique à l'oeuvre de Mirô. Ils circuleront dans les établissements scolaires et les maisons de jeunes.

Coproduites par la Bibliothèque de l'Agora d'Évry, la Fondation Maeght et le service des expositions itinérantes du Musée national d'art moderne (Centre Georges-Pompidou), qui a pris en charge leur financement, leur location et leur circulation, ces deux expositions traduisaient la volonté du Centre Pompidou de ne plus « vendre » des expositions comme des produits finis, mais de faire participer les bibliothèques, les musées et les centres culturels de province à la conception et à l'organisation de ses manifestations. Le centre Pompidou souhaite renouveler cette expérience.

Grenoble (Isère).

Exposition : la France vue par Stendhal dans les Mémoires d'un touriste. - A l'occasion du colloque sur « le Journal de voyage » organisé à l'Université des langues et lettres de Grenoble entre le 14 et le 18 juin, l'exposition sur « la France vue par Stendhal dans les Mémoires d'un Touriste » a été inaugurée le 25 mai 1978 à la Bibliothèque municipale de Grenoble en présence de Mme Janon et de MM. Laporte et Rizzardo, adjoints au maire de Grenoble.

Cette exposition ouverte jusqu'à la fin du mois de septembre a été conçue en s'inspirant de celle beaucoup plus vaste organisée à la bibliothèque en 1938 à l'occasion du Centenaire des Mémoires d'un Touriste. La plupart des pièces exposées, tirées du riche fonds d'estampes de la Bibliothèque de Grenoble (principalement le fonds Marjolin de 60 ooo numéros) sont des lithographies d'époque, de paysages ou monuments français soulignées par des extraits des Mémoires d'un Touriste. La France est divisée en quatre régions : Centre et Ouest, Est, Sud-est, Midi. Il n'a pas été possible d'adopter les itinéraires suivis par Stendhal, car souvent le voyageur revient dans les mêmes régions. A été adopté un itinéraire continu du Centre à l'Ouest, de l'Est à l'Ouest, qui descend ensuite vers le Sud, puis revient vers l'Ouest. En dehors des lithographies, certaines vitrines ont été réservées au début à tout ce qui concerne les manuscrits et les premières éditions des Mémoires d'un Touriste et à la fin à divers guides et voyages en France parus au temps de Stendhal.

Maubeuge (Nord).

Exposition : Livres, estampes et costumes du XTjIIe siècle français. - A l'occasion de la commémoration du rattachement de Maubeuge à la France, la Bibliothèque municipale et le Musée de la ville de Maubeuge ont présenté, dans le cadre du Musée, du 3 juin au 17 juillet 1978, une exposition consacrée au XVIIe siècle.

Des livres illustrés et des estampes de cette époque étaient exposés et reflétaient l'essor considérable que connut alors la gravure : gravures représentant villes, châteaux, tableaux, tapisseries, portraits, gravures de mode, ornements de peinture et de sculpture.

Trois costumes d'époque reconstitués à l'aide de patrons avaient été prêtés pour cette exposition.

Enfin, un ensemble de poteries du XVIIe siècle, découvertes à Maubeuge, donnait une idée de la vaisselle employée dans une famille bourgeoise du Hainaut à la fin du XVIIe siècle.

Cette exposition fut inaugurée le 3 juin, sous la présidence de M. Jean Bleton, inspecteur général des bibliothèques, en présence de M. Pierre Forest, maire de Maubeuge, de ses adjoints, des conseillers municipaux, et de plusieurs personnalités de la région.

Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne).

Exposition : Montereau d'hier, Montereau d'aujourd'hui. (Juin 1978). - Ayant pris comme point de départ une visite de la ville organisée par les bibliothécaires, les enfants de la Bibliothèque annexe Robert-Desnos ont rassemblé cartes postales anciennes, photos, plans, documents divers : ce travail leur a ainsi permis de réaliser une exposition se présentant de la façon suivante : les transformations de la ville au cours de son histoire; l'étude de la collégiale; l'exposé des deux faits historiques importants survenus à Montereau : l'assassinat de Jean sans Peur et la bataille de Montereau. En parallèle, la section adulte exposait ses ouvrages d'histoire locale. Cette exposition s'est déroulée durant tout le mois de juin 1978.

Saint-Gratien (Val-d'Oise).

Exposition : 130 ans de presse pour les jeunes : des origines au phénomène Pilote. (10 mai-3 juin). - Cette exposition, ainsi que son catalogue, ont été réalisés par M. Tramson, maître assistant à Paris XIIIe.

Quarante-neuf journaux pour enfants furent présentés, répartis en deux vitrines et huit panneaux. Ainsi les visiteurs ont pu découvrir ou redécouvrir : « Le Journal des enfants », « La Poupée modèle », « Le Magasin d'Éducation et de Récréation », « L'Épatant », « Fillette », « Mickey », « Tintin », « Spirou », « Pilote »,...

Cette brève rétrospective a permis de montrer que la presse pour enfants n'est pas une initiative moderne, mais l'aboutissement d'une longue évolution.

Conférence. (26 mai). - La bibliothèque a proposé une conférence, avec projection de diapositives, animée par M. Tramson : « Cent ans d'amitié, nos héros de bandes dessinées. » Une manière originale de retracer l'histoire de la bande dessinée en évoquant les sentiments que pouvaient susciter chez le lecteur, les héros de bandes dessinées.

Sannois (Val-d'Oise).

Ouverture de la nouvelle Bibliothèque municipale. - Après plus de deux ans de travaux, la nouvelle Bibliothèque municipale de Sannois vient d'ouvrir ses portes au public le 30 mai 1978.

Avec une surface totale d'environ 1 50o m2, elle comprend :

- au rez-de-chaussée : une salle de prêt pour adultes et adolescents, avec un coin « Périodiques », et une salle de lecture et de travail destinée plus spécialement aux adultes ;

- au Ier étage : une salle de prêt et d'activités diverses pour les enfants, et une discothèque qui reste à aménager.

Ces locaux sont situés dans le Centre culturel Cyrano-de-Bergerac, à côté de l'hôtel de ville, près du bureau de poste et de deux groupes scolaires, donc particulièrement bien placés.

La Bibliothèque offre à ses lecteurs environ 16 ooo ouvrages très variés, et comprend également un fonds d'histoire locale ouvert aux personnes désirant faire des recherches.

Elle est ouverte 23 heures par semaine pour les adultes et adolescents, et 20 heures par semaine pour les enfants.

Tarbes (Hautes-Pyrénées).

Exposition : La vie quotidienne d'après l'affiche de la Belle époque à la Grande guerre (31 mai-15 juin 1978). - Cette exposition organisée par le service éducatif des Archives départementales des Hautes-Pyrénées et la bibliothèque municipale, présentait une cinquantaine d'affiches provenant des Archives, du Musée pyrénéen de Lourdes et de collections privées, groupées par thèmes : publicité de grands magasins, annonces de feuilletons, affiches touristiques, affiches de la guerre de 1914-1918.

Un catalogue 5 a été publié à cette occasion.

Troyes (Aube).

Exposition : « Autrefois Troyes ». (29 avril-io juin). - Les Archives photographiques, à la Direction de l'architecture (Ministère de la culture), possèdent des clichés dont la Caisse nationale des monuments historiques et des sites (Service photographique) a fourni les tirages.

Ces deux services nous ont proposé une exposition analogue à celle du Musée de Beauvais : les photographies, très agrandies (50 X 60) des divers aspects de la ville pendant cent trente ans, c'est-à-dire depuis les premiers « catalogues » (185I).

Ces 80 tirages ont été complétés par des photographies du Troyes actuel, des gravures et des livres du fonds de la bibliothèque municipale. L'Agence des bâtiments de France, pour la rédaction des notices, et le CDDP de l'Aube, pour l'impression du catalogue, ont collaboré à cette exposition.

Le Musée a prêté les dessins, depuis 1830.

Dans chacun des quatre quartiers de la ville, on suit l'histoire des monuments et des rues depuis le milieu du XIXe siècle, jusqu'en 1880, 1800, 1920 et 1977.

Ainsi peut-on juger des améliorations ou des destructions que l'espace d'un siècle et demi a apporté à la ville de Troyes.

Un catalogue 6 a été publié à cette occasion.

Bibliothèque centrale de prêt.

Hautes-Pyrénées.

Exposition « Photos-dessins ». - La Bibliothèque centrale de prêt a organisé du 14 novembre au 14 décembre 1977, une exposition de Claude Brugeilles, « Photos-dessins ». Cette exposition s'est tenue à la Bibliothèque centrale de prêt du 14 au 23 novembre, puis elle a été installée au Lycée d'Argelès-Gazost du 26 novembre au 3 décembre, et au Musée Salies de Bagnères-de-Bigorre du 6 au 13 décembre. Cette exposition a servi de base à un concours pour lequel les participants devaient écrire une histoire ou un poème et l'illustrer. Le concours, clos le 10 février, a permis de réunir pour les Hautes-Pyrénées quatre cent cinquante travaux qui ont été exposés à la Bibliothèque centrale de prêt du 10 au 25 mai. Les œuvres les plus originales ont reçu leurs récompenses le 10 mai, et par la suite, tous les travaux reçus seront reliés en albums et prêtés aux jeunes du département.

  1.  (retour)↑  Les informations figurant dans la partie « Chronique » constituent les textes, ou ont été établies sur la base de renseignements ou de documents, transmis à la Rédaction du « Bulletin des bibliothèques de France » par les responsables des différents établissements.
  2.  (retour)↑  Les informations figurant dans la partie « Chronique » constituent les textes, ou ont été établies sur la base de renseignements ou de documents, transmis à la Rédaction du « Bulletin des bibliothèques de France » par les responsables des différents établissements.
  3.  (retour)↑  BIBLIOTHÈQUE DE L'UNIVERSITÉ DE PAU ET DES PAYS DE L'ADOUR. Section Lettres. - Ouvrages catalogués. Octobre 1977-avril 1978. -Pau : Université, 1978. - 5I p.; 30 cm.
  4.  (retour)↑  Siège de l'association : 3I, rue Arthur-Petit, 78220 Viroflay.
  5.  (retour)↑  Henri-Alban Fournier, en littérature Alain-Fournier.
  6.  (retour)↑  ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES HAUTES-PYRENEES et BIBLIOTHEQUE MUNICIPALE DE TARBES. - La Vie quotidienne d'après l'affiche de la belle époque à la Grande guerre. Mai-Juin 1978. - Tarbes : Arch. dép. des Hautes-Pyrénées, BM de Tarbes, 1978. - XII f. mulitgr.; 31 cm.
  7.  (retour)↑  [Exposition. Troyes. 1978]. - Autrefois Troyes, 1830-1977 : Troyes, 22 avril-10 juin 1978, Bibliothèque municipale. - Troyes : BM, 1978. - [5] - 72 p.: ill., couv. ill.; 20 cm.