entête
entête

Chronique des bibliothèques

Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

Exposition : Les Amériques, de la découverte à l'indépendance. - Le deuxième centenaire de l'indépendance des États-Unis était pour les historiens une occasion d'évoquer la période coloniale qui la précède, et d'étendre cette description à l'ensemble des peuples américains. L'exposition réunie à Strasbourg avait donc pour objet les trois siècles d'histoire coloniale qui ont préparé les Amériques à leur développement autonome et qui l'ont rendu possible.

L'intérêt particulier de cette période historique est de mettre en évidence la rencontre de civilisations et de races diverses, et les interactions qui en résultent, souvent brutales tout d'abord, mais plus positives ensuite. Des journées d'étude sur ce thème ont été organisées à Strasbourg, à l'initiative de la Faculté des Sciences historiques de l'Université des Sciences humaines.

La BNU de Strasbourg s'est associée aux journées d'étude par cette exposition, inaugurée le 18 mars 1977, en présence du Président Pflimlin et de nombreuses personnalités. M. le Doyen Livet et M. Sansen présentèrent au public les documents réunis. La plupart font partie du fonds américaniste de la BNUS. Les textes anciens, récits de chroniqueurs et de voyageurs, témoignages de missionnaires, matériel cartographique particulièrement abondant pour les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles donnaient aux visiteurs un aperçu des questions posées par la découverte, la conquête, puis le développement progressif et l'indépendance d'un continent : heurt et destruction de civilisations et de races, puis acculturation nouvelle.

Des contributions notables étaient consenties par plusieurs collectivités, en particulier les villes de Strasbourg et de Colmar. La Bibliothèque municipale de Colmar prêtait un exemplaire très rare de la Cosmographiae introductio, imprimée à St-Dié en 1507, et où l'auteur propose pour la première fois de donner à ces terres nouvelles le nom d'Amérique, en l'honneur d'Amerigo Vespucci. La Bibliothèque municipale de Strasbourg nous amenait au contraire au terme de cette période, en présentant les mémoires manuscrits du Strasbourgeois Flohr, qui prit part à la guerre d'indépendance dans le corps expéditionnaire français. D'autres prêts importants étaient accordés par les Archives départementales du Bas-Rhin et les Archives de la ville de Strasbourg, par le Cabinet des estampes et le Musée historique de la ville de Strasbourg, par le Musée de la marine de Paris, qui avait envoyé une maquette de la caravelle de Christophe Colomb, la Santa Maria, et de la frégate la Concorde, qui fit partie de l'escadre du comte de Grasse en 1781. Le Consulat général des États-Unis à Strasbourg présentait une copie du portrait de Gérard, premier ambassadeur de France aux États-Unis, et avait obtenu des prêts du Musée de l'impression sur étoffes de Mulhouse, du Musée Bartholdi de Colmar et des établissements Zuber de Rixheim.

Cette exposition est restée ouverte du 18 mars au 7 mai, et a reçu 2 727 visiteurs. Les informations qu'elle donnait au public se trouvent résumées dans un catalogue de plus de 150 pages, rédigé par un groupe de professeurs et de chercheurs de l'Université des Sciences humaines, autour de M. le Doyen Livet, et par un groupe de conservateurs de la BNU, autour de Mlle Greiner.

Exposition consacrée à Georges Migot. - La disparition de Georges Migot, survenue en 1976, est ressentie douloureusement par les amis qu'il a laissés dans les milieux artistiques les plus divers. Attentif à toutes les facilités que l'art offre à l'inspiration, cet humaniste a recherché plusieurs formes d'expression. Avant tout compositeur de musique, il a aussi excellé dans la peinture, le dessin, la gravure sur bois, et cette variété de son œuvre donne un intérêt accru à l'exposition qui vient de lui être consacrée.

L'Association des amis de l'œuvre et de la pensée de Georges Migot a pris l'initiative de cette exposition, et l'a réalisée avec le concours de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, qui l'accueillait dans ses locaux. Georges Migot, se souvenant des origines alsaciennes de sa famille maternelle, avait organisé lui-même à Strasbourg, dès 196I, une première présentation de ses œuvres. Le public pouvait donc apprécier maintenant l'évolution suivie depuis cette date, et se rendre compte que son inspiration s'est orientée de plus en plus vers la vie intérieure et des thèmes religieux qui donnent à son art une dimension nouvelle.

M. Marc Honegger, professeur à l'Université des sciences humaines de Strasbourg, directeur de l'Institut de musicologie, avait obtenu le prêt d'un ensemble de documents, qui constituent au total l'essentiel de cette œuvre. Beaucoup de ces documents appartenaient aux collections de M. Honegger. D'autres prêts étaient consentis par Mme Georges Migot, par plusieurs amis de l'artiste, par la Bibliothèque Nationale de Paris, le Musée des Beaux-Arts de Besançon, le Musée instrumental du Conservatoire de musique de Paris. Plusieurs partitions autographes appartenaient au Fonds St Thomas, déposé par le Chapitre St Thomas à la BNU de Strasbourg, qui conserve ainsi de façon permanente des témoignages notables de l'inspiration de Georges Migot.

L'exposition, inaugurée le 6 juin en présence de nombreuses personnalités et dans le cadre du Festival de musique de Strasbourg, était ouverte jusqu'au 2 juillet, et a reçu un millier de visiteurs. Les mêmes documents devaient être exposés en juillet à la Bibliothèque municipale de Mulhouse, et en septembre à la Bibliothèque municipale de Colmar. Un catalogue xérographié permettra de conserver de façon plus durable le souvenir de cette présentation.

Publication. - L'Université Louis Pasteur et la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg ont publié un Catalogue 2 collectif des périodiques scientifiques, médicaux et techniques de Strasbourg. 118 bibliothèques ont participé à la constitution du Catalogue recensant 7 214 titres de périodiques reçus par les bibliothèques participantes pendant la période 1960-1976. Le point de départ de la collection est mentionné, même quand il remonte plus loin dans le passé. La consultation est facilitée par une liste alphabétique des établissements et une liste numérique des sigles.

Bibliothèques interuniversitaires et d'université.

Bibliothèque de l'Université d'Orléans.

Exposition sur l'Environnement. - L'ensemble des ouvrages présentés offrait un caractère pluridisciplinaire, en raison du sujet retenu : l'environnement.

L'exposition a été volontairement limitée à un aspect de l'environnement insistant sur deux notions : celle du milieu et celle d'équilibre. Le milieu ne peut présenter des traits définis que si un équilibre entre ses divers composants est établi. Ce choix délibéré a conduit à éliminer le cadre de vie formé par les espaces construits, en un mot les milieux urbains. A été conservée, en revanche, l'action humaine en vue d'exploiter les richesses naturelles et en vue de protéger ou de restaurer la nature.

Il ne s'agit pas de constater l'existence d'un équilibre mais d'insister sur le fait que la coexistence des espèces vivantes entraîne nécessairement une modification de l'équilibre initial, l'être le plus nuisible à cet égard étant certainement l'homme. A priori l'écologie semble intéresser le pur domaine scientifique mais ne convient-il pas de se placer dans un cadre plus large englobant les sciences humaines et le droit? Ce serait un parti pris dangereux d'affirmer que le droit est sans lien avec l'écologie. Quel serait l'effet des recherches écologiques, si elles ne conduisaient pas à l'élaboration de règles contraignantes en vue de sauvegarder l'équilibre nécessaire à l'environnement ?

Bibliothèques municipales.

Bayonne (Pyrénées-Atlantiques).

Inauguration de la nouvelle bibliothèque municipale. - Les nouveaux locaux de la bibliothèque municipale ont été inaugurés le 20 avril par le Dr Grenet, maire de Bayonne, en présence de M. le préfet des Pyrénées-Atlantiques, de M. Desgraves, inspecteur général des bibliothèques, de M. le sous-préfet, et des nombreuses personnalités de la région.

Située en plein centre de la ville, derrière la cathédrale, donnant sur les remparts, cette bibliothèque comporte 2 bâtiments en L. La partie ancienne est l'ancien palais épiscopal datant du XIVe siècle et construit sur l'enceinte romaine : d'où la nécessité de remettre en valeur le mur romain, au rez-de-chaussée et au sous-sol.

Ce bâtiment abrite les magasins à livres, aux 2e et 3e étages. Surface : 898 m2 pour 6 315 m de rayonnage.

Au Ier étage, l'administration : 4 grands bureaux, un atelier pour le développement des films et la reliure, une salle de détente avec « kichenette ».

Au rez-de-chaussée : l'entrée et les salles d'exposition de 464 m2. Ces salles sont des anciennes caves voûtées que l'on a restaurées (murs et voûte en pierre apparente).

Le bâtiment neuf comprend les services publics.

Au sous-sol : parking de 35 places; dépôt interurbain avec garage pour bibliobus et dépôt d'archives.

Quand on franchit les larges portes vitrées du rez-de-chaussée, on pénètre dans un hall aménagé en salle d'accueil : aux murs des lambris de bois, 2 panneaux d'affichage, une vitrine d'exposition; un bureau, de confortables fauteuils, cendriers, plantes vertes, un bel escalier conduisant au Ier étage.

Toutes les salles du rez-de-chaussée donnent sur un patio très fleuri. Les moquettes au sol sont couleur châtaigne; les revêtements muraux couleur moutarde, les rayonnages acajou et sable, les fauteuils, chaises, chauffeuses tilleul, les tables en lamifié sable, les fichiers acajou et blanc; ces caractéristiques sont communes aux 3 salles du rez-de-chaussée.

A gauche du hall, la salle de documentation (310 m2) comptant actuellement 2400 volumes : un bureau vitré pour la sous-bibliothécaire, une banque et 2 postes de surveillance.

A droite du hall, la salle de prêt pour les adultes (360 m2); elle comporte actuellement 20 ooo ouvrages; le système de prêt est le photocharging. Reliant ces deux salles et entourant le patio une salle de groupe de 46 m2. Au premier étage : un hall d'accueil avec des fauteuils confortables couleur lin, des panneaux d'exposition et d'affichage, des vitrines, des plantes vertes, un revêtement mural en moquette couleur sable, et un sol de couleur brune.

A droite de ce hall, la discothèque (65 m2) comportant 1 515 disques; sol et plafond sont en moquette couleur noisette, le revêtement mural en moquette tête de nègre; les bacs à disques sont blancs, ainsi que la banque de prêt et les présentoirs à périodiques, les fauteuils oranges.

Auditorium (78 m2) : harmonie de moquette couleur noisette pour le sol et tête de nègre pour les murs et le plafond; fauteuils lin, chaises orange.

A gauche du hall : la section jeunesse (310 m2) comportant 5 600 ouvrages, 3 ooo diapositives, murs en moquette sable, sol en moquette brun, rayonnages vert et blanc, sièges en bouleau finlandais, tables rondes en lamifié blanc, bacs à albums blancs, pupitres orange. Entourant la fosse pour l'heure du conte, des sièges Efebo vert et blanc.

La salle d'animation comprend des armoires de rangement, 3 tables en lamifié blanc, des tabourets réglables en skaï vert et blanc; le système de prêt se fait par photocharging; une arcothèque est à la disposition des jeunes.

Grâce à l'effort de la municipalité dans le recrutement du personnel, la nouvelle bibliothèque fonctionne avec 1 bibliothécaire, 3 sous-bibliothécaires, 1 commis d'administration, 8 employés, 5 garçons, soit : 18 personnes.

Depuis son ouverture, la bibliothèque connaît une affluence de plus en plus accrue.

Brest (Finistère).

Exposition : Poésie visuelle, calligraplaies d'Alain Bocher. - Du 3I mai au 23 juin 1977, Alain Bocher a exposé à la Bibliothèque municipale de Brest ses poèmes, mais aussi ceux d'Émilienne Kerhoas, de Jean Cloarec ou de Glenmor. Exposer des poèmes peut avoir quelque chose d'inattendu. Cependant, et c'est le sens de l'exposition, les poèmes d'Alain Bocher sont calligraphiés.

Une calligraphie est un tracé esthétique de la lettre et du mot à seule fin de parvenir à une création formelle en adéquation avec la signification du texte. La calligraphie impose une forme de lecture active car le lecteur retrouve matériellement le sens de la lecture (il suit les lettres avec le doigt) et en fait réapparaître toute la signification après avoir parcouru le trait de la lettre et retracé la forme particulière du graphisme. Le texte n'est pas essentiellement donné à lire, comme par l'écriture, il est donné à voir, par la forme que l'artiste lui fait prendre et il est à retrouver dans et par cette forme. Alain Bocher utilise admirablement cette technique artistique, plus que millénaire, épanouie en Extrême-Orient et en Orient, pour donner une expression plastique originale à ses poèmes. Beaucoup sont des poèmes d'amour. Tel celui-là dont le texte forme une cascade de cheveux blonds révélant la forme d'un visage féminin. Tels ces autres, matière du livre écrit par Alain Bocher, déployés linéairement sous la cimaise et devenus dans cette disposition poèmes muraux : inscrits d'abord dans la classique écriture typographique, les mots du texte s'achèvent dans la grâce formelle d'une trace de pas, à la tonalité de pastel ou dans l'élégance fine et fragile d'une fleur rouge dont la lettre 1 forme la haute tige.

L'exposition a présenté également un autre livre réalisé par l'artiste dont les poèmes suivent le tracé des signes zodiacaux et la couverture étonnante qu'il a conçue pour le Paradis terrestre de Salvador Dali.

En même temps, l'exposition montrait les instruments, tous chinois, de la calligraphie, plumes bâtonnets et flacons d'encre de Chine, objets singulièrement beaux dans leur aspect et précieux dans leur utilisation. Car la calligraphie n'est pas seulement la beauté de la forme créée; elle est aussi l'harmonie et l'intensité vitale du geste de l'artiste transmise par le moyen du pinceau, de l'encre et de l'encrier, sur le papier, les « quatre trésors de la chambre de littérature » (Henri Michaux).

Exposition : Poésie orale bretonne : les collecteurs de chants populaires au XIXe siècle. - La Bibliothèque municipale de Brest a organisé, pendant les mois de juillet, août et septembre, une exposition sur la poésie orale bretonne, plus particulièrement axée sur les collecteurs de chants-populaires au XIXe siècle. Le but de cette exposition était de tracer l'histoire et de présenter l'intérêt des chansons populaires bretonnes « à travers les visages et les travaux de tous ceux qui lui ont consacré tout ou partie de leur temps et de leur intelligence ».

Caen (Calvados).

Ouverture de deux succursales : Le Chemin vert en septembre 1976, La Pierre Heuzé en février 1977. - La municipalité de Caen a défini, au printemps de 1975, une politique d'implantation de bibliothèques-annexes dans les quartiers, pour aboutir à un réseau cohérent et une desserte homogène de toute la population. Ce qui était déjà volonté délibérée de développement de la lecture dans la ville, en commençant par les quartiers les plus défavorisés : la Guérinière depuis 1960, La Maladrerie avec sa cité d'urgence pour Harkis en 1964, puis les nouveaux quartiers grâce au bibliobus en 1968, se traduit désormais par un programme de construction et d'aménagement de locaux, coordonné à partir de la nouvelle bibliothèque centrale, inaugurée en 1972.

La municipalité a décidé d'implanter d'abord ses antennes là où le public, déjà sollicité par le passage du bibliobus, manifestait ouvertement son désir d'obtenir un service plus important, ou mieux adapté aux besoins des habitants, en particulier les enfants et les personnes du 3e âge.

Quand le terrain n'était pas disponible, ce fut le cas du Chemin Vert, il fallut chercher une solution d'attente : un dépôt important de plusieurs centaines de livres, géré par des personnes bénévoles a fonctionné pendant plusieurs années dans une grande salle du Centre socio-culturel de la Caisse d'Allocations familiales. Malgré leur bonne volonté, et leur succès très réel auprès des adultes, les associations ont très vite demandé un effort supplémentaire en faveur des enfants, dont les besoins en documentation n'étaient pas satisfaits. Il devenait évident que le jeune public, très nombreux, recherchait une salle de lecture mieux équipée et surtout un personnel plus qualifié pour le guider dans ses lectures. En 1976, une case commerciale, restée vacante, était donc aménagée et pouvait ouvrir en septembre.

Le succès fut immédiat, comme toujours en pareil cas. La situation dans la galerie marchande sur le passage de tous, facilite l'accès. L'exiguïté des lieux n'est pas, dans un premier temps, un handicap, bien au contraire, puisqu'il permet des liens plus étroits entre les lecteurs et le personnel.

Les bibliothécaires ont, dans ce quartier, un rôle pédagogique à jouer auprès de beaucoup d'enfants qui, cependant, trouvent dans d'autres lieux, des activités diverses. Ainsi, la Maison des jeunes s'ouvre de plus en plus aux enfants et pas seulement aux adolescents. Le Centre socio-culturel offre des activités aux adultes et aux jeunes. La bibliothèque se trouve donc amenée à collaborer avec ces organismes et à démontrer sa spécificité. Le dépôt de livres du Centre socio-culturel a été orienté vers la documentation, liée aux activités du centre.

La construction du Centre de la Pierre Heuzé, où un terrain avait été réservé, offrait de meilleures possibilités. Sur ce terrain, furent implantés : une Maison de jeunes, un foyer de personnes âgées, une annexe des P et T, et une Maison de quartier destinée aux réunions des associations.

C'est dans ce local qu'est aménagée la bibliothèque. Aucune possibilité de la mettre au rez-de-chaussée n'a malheureusement été trouvée.

Une très grande salle à l'étage est donc équipée en salle de prêt, la moitié de la surface étant réservée aux petits. Une plus petite salle, au sous-sol, est aménagée en salle de lecture et de travaux de groupes et une salle d'activités audiovisuelles peut accueillir une cinquantaine de personnes. Un escalier intérieur à la bibliothèque et un monte-livres permettent les liaisons entre ces deux parties.

La salle de lecture du sous-sol devra être ouverte à l'automne aux personnes âgées qui se plaignent de la difficulté d'accéder à l'étage. Une pente douce permet en effet un accès beaucoup plus facile.

Ouverte en février 1977, avant les autres services publics du quartier, à l'exception du bureau de poste voisin, la Bibliothèque de la Pierre-Heuzé a surtout su attirer les enfants. Le programme des activités de l'automne devra donc se tourner plutôt vers les adolescents, particulièrement difficiles dans ce quartier, où la délinquance est un fléau qui s'aggrave d'années en années. Le travail des bibliothécaires se situera à un niveau de sensibilisation au livre et à la lecture des différents media, tandis que les autres quartiers avaient déjà un public de lecteurs qui réclamaient des livres; celui-ci, après le passage du bibliobus, réclamait des équipements mais doit être amené à les utiliser.

Il semble que l'on retrouve à la Pierre-Heuzé, le climat qui régnait vers 1966 ou 1967 dans un autre quartier de Caen, celui de la Guérinière où l'implantation de la bibliothèque a permis une éducation à la lecture qui porte désormais ses fruits.

L'intérêt du programme défini par la municipalité est qu'il reste très souple. 'Il s'agit de profiter des occasions qui se présentent dans tel ou tel quartier, après avoir bien étudié les besoins et avoir fait un travail préalable grâce aux passages hebdomadaires du bibliobus, aux nombreuses activités organisées par le Service des affaires culturelles de la ville, ou à l'initiative des citoyens, avec la participation de la bibliothèque centrale.

La construction d'une autre bibliothèque intégrée à une Maison de quartier à la Maladrerie (ou une bibliothèque fonctionne déjà dans un local provisoire et exigu) est programmée en 1977-78, tandis qu'une succursale beaucoup plus vaste sera implantée dans le Centre commercial d'un quartier neuf dont la programmation est en cours et devrait commencer vers 1979-80 à la ZAC de la Folie-Couvrechef.

Cette extension des services de la bibliothèque n'est pas sans poser quelques problèmes aux responsables. Les difficultés matérielles, même si elles sont irritantes quand elles se présentent souvent, ne sont pas les plus aiguës. Les plus graves et les plus obsédantes sont, sans aucun doute, celles qui se trouvent créées par l'augmentation des effectifs, la formation des nouveaux employés, et le maintien des objectifs de qualité du service public des succursales.

L'adaptation des bibliothécaires à un travail de cohésion et de collaboration à des équipes éclatées dans la ville, nécessite un effort considérable, une remise en cause permanente des méthodes de travail et une très grande disponibilité.

Solliciter un programme de développement des bibliothèques auprès d'une municipalité, c'est donc aussi solliciter d'une équipe de travail un effort considérable qui nécessite de l'enthousiasme. La cohésion de l'ensemble est remise en cause chaque année par l'apport de nouveaux éléments et l'éclatement dans tous les quartiers.

L'enjeu est d'importance et permet aux bibliothécaires d'envisager leur profession sous un aspect dynamique qui rompt certainement avec l'image traditionnelle qu'ils ont donnée jusqu'à ces dix dernières années.

Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire).

Exposition : Afrique des enfants. - Proposée par Arpublique et organisée à Chalon-sur-Saône par la bibliothèque municipale, la Maison de la culture, l'office de la culture et le centre social des Prés Saint-Jean, l'exposition Afrique des enfants, s'est tenue du 12 octobre au 17 novembre 1976. Cette exposition proposait aux visiteurs : - une centaine de dessins d'enfants, recueillis au Mali et au Sénégal, réalisés par des enfants de six à quatorze ans; ce qui caractérisait ces dessins dans leur ensemble, c'était, d'une part, l'homogénéité de leur inspiration (le village, la brousse), d'autre part le rigoureux équilibre, l'harmonie spatiale des couleurs et des éléments du « tableau » : chaque fois, tout une histoire était racontée, - des jouets en argile et en bois, fabriqués par des enfants de la boucle du Niger, tantôt mémoire d'objets disparus depuis des siècles, tantôt permanence de l'architecture soudanaise, tantôt reproduction miniature d'objets industriels d'importation occidentale. - un montage audio-visuel montrant de quelle façon et dans quel environnement se perpétue la tradition de fabrication de ces jouets. - des films ethnographiques inédits sur les petits métiers africains.

Une série d'animations (conférences, rencontres, débats) autour du thème de l'exposition a permis un tour d'horizon plus précisément axé sur la place de l'enfant dans la civilisation traditionnelle de l'Afrique noire et sur le dessin, moyen pour l'enfant de s'exprimer et possibilité pour l'adulte de mieux connaître sa personnalité.

Un catalogue 3 d'exposition a été édité à cette occasion.

Dijon (Côte-d'Or).

Exposition consacrée au président de Brosses. - Un colloque international s'est tenu à Dijon les 6, 7 et 8 mai 1977, consacré au président de Brosses, mort le 7 mai 1777. Charles de Brosses, président au Parlement de Dijon, puis premier président, né en cette ville en 1709, est surtout connu comme l'auteur des Lettres familières sur l'Italie, mais c'était un esprit universel qui s'est intéressé à l'histoire ancienne (recherches sur Salluste), à l'histoire des religions (Du culte des dieux fétiches), à la linguistique (Traité de la formation méchanique des langues) et à la géographie (Histoire des navigations aux terres australes), sans parler de son activité comme parlementaire, qui le mit à plusieurs reprises en conflit avec le pouvoir royal.

A cette occasion, la Bibliothèque de Dijon, avec le concours des Archives départementales et municipales et des descendants du président, a organisé une exposition qui a duré du 10 au 21 mai.

Étaient d'abord présentés des documents sur la vie de Charles de Brosses (actes de baptême et de mariage, lettres royales de nomination, vues de ses résidences, une pièce de la procédure du fameux procès contre Voltaire, dont la rancune s'opposa à l'entrée de son adversaire à l'Académie française). Des imprimés d'époque (remontrances et procès-verbaux de séances du Parlement) rappelaient les luttes avec l'autorité royale.

La riche bibliothèque du président était évoquée par des volumes avec ses trois ex-libris successifs (conseiller au Parlement, président, membre de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres) et par la liste des ouvrages acquis à son décès par la Bibliothèque publique de Dijon.

Enfin figuraient les œuvres imprimées, plusieurs manuscrits, dont les états successifs des Lettres d'Italie, lesquelles ont été rédigées bien après le voyage de 1739-1740 et ne furent publiées que sous le Directoire, et des portraits (gravure, tableau et buste).

Dreux (Eure-et-Loir).

Les nouveaux locaux de la Bibliothèque municipale. - Située au centre de la ville, en sous-sol, sous le Musée municipal, la bibliothèque a connu trois mois de travaux pour sa rénovation (octobre, novembre et décembre 1976). Une nouvelle entrée, plus accessible a été percée.

D'une superficie de 330 m2, elle est divisée en plusieurs sections. La partie réserve contenant 25 000 ouvrages, est séparée de la partie publique par une cloison nouvellement créée.

Une moquette dans les tons orangé, l'installation électrique complètement refaite, des travaux de peinture (brun et crème pour les murs) constituent l'essentiel des changements apportés à ce local. (Montant de l'opération 14I ooo F.) A cela s'ajoute l'achat d'un mobilier neuf et fonctionnel (Borgeaud à dominantes de blanc, vert pomme et orangé) d'un montant de 55 000 F.

I. - Sections de la Bibliothèque

a) Coin enfants

Situé en demi-cercle, il représente le tiers de la surface totale. Il est constitué de 7 rayonnages simple face, de 8 sièges efebo, d'une table, et d'un fichier de la taille des enfants ainsi que de 2 bacs à albums.

De nombreux achats en albums, contes et documentaires ont pu pallier les carences qui existaient dans ce domaine. La bibliothèque possède 850 livres d'enfants.

b) Coin des périodiques

La Bibliothèque est abonnée à 40 périodiques. Le mobilier est constitué d'un présentoir double face, de 2 chauffeuses, d'une table.

La plupart des revues peuvent être empruntées. Les articles intéressants sont dépouillés.

c) Usuels

Le long des parois de la bibliothèque, ils sont à consulter sur place. L'achat d'encyclopédies en sciences, en géographie et en connaissances générales a été nécessaire.

d) Fichiers et banque de prêt

Au centre du local, 2 fichiers (auteurs-matières, titres-systématique) sont à la disposition du public. La banque d'accueil est située près de la nouvelle porte d'entrée.

e) Section adultes

Elle comprend 10 rayonnages double face, disposés en quinconce (un rayonnage représentant une catégorie de la classification Dewey). Le fonds moderne s'élève à 4 500 ouvrages en accès direct. Des achats de nouveautés et de livres de base dans les domaines suivants ont été réalisés : sciences sociales, psychologie de l'enfant, techniques, loisirs, tourisme, sciences. Ces domaines étaient inexistants.

f) Histoire locale

Dans plusieurs armoires, sont réunis 700 ouvrages sur la région de Dreux, Chartres, l'Eure et l'Eure-et-Loir. Un fichier auteurs et un fichier sujets viennent d'être réalisés. Ces ouvrages sont à consulter sur place.

II. - Statistiques et activités

Depuis la fin décembre 1976, date de la réouverture, le nombre d'inscriptions n'a cessé de croître, de mois en mois. En 7 mois, on a enregistré 440 inscriptions nouvelles. Actuellement, 1 150 lecteurs, adultes et enfants, sont inscrits. Prêt : de janvier à juillet 1977

Janvier 77 Février Mars Avril Mai Juin Juillet
Adultes 1 053 1 24I 1 283 1 359 1 233 1 206 968
enfants 425 555 699 810 934 93I 598
I 478 1 796 1 982 2 169 2 167 2 137 1 566

10 classes sont venues visiter l'exposition Jules Renard.

Dès la rentrée scolaire, il est envisagé de poursuivre cet effort vis-à-vis des classes en développant l'animation par l'accueil régulier de classes primaires.

La mise en place de l'heure du conte est envisagée, dans un autre local.

Exposition à l'occasion du bicentenaire des États-Unis d'Amérique. (20 décembre 1976-30 janvier 1977.) - Un choix de livres réunissant 40 romans d'auteurs américains et 40 documentaires sur des sujets divers (politique, économie, géographie, histoire, société, arts aux États-Unis) destinés au prêt, a été présenté.

Par ailleurs, étaient disposées dans des vitrines, des cartes du continent américain, datant pour la plupart du XVIIIe siècle. Sur certaines, l'ouest américain n'était pas encore représenté car il n'était pas encore conquis. Était à noter, aussi, comme document intéressant exposé, le livre d'un chartrain, Brissot de Warville, qui raconte son voyage aux États-Unis de l'Amérique septentrionale, fait en 1788.

Exposition sur Jules Renard. - La Bibliothèque municipale de Dreux a présenté, du 13 au 30 avril 1977, une exposition sur Jules Renard et son œuvre, en association avec « Théâtre en Dreux » (représentation de Poil de Carotte le 2I avril) et « Art en Dreux » (conférence débat avec Serge Zeyons, auteur de l'ouvrage Monsieur Poil de Carotte Éditeurs Français Réunis), dans le cadre d'une quinzaine culturelle consacrée à cet écrivain.

Des documents (lettres manuscrites, éditions anciennes) ont été empruntés à la Bibliothèque municipale de Nevers et à la Bibliothèque Nationale.

Limoges (Haute-Vienne).

Exposition ayant pour thème «L'arbre». - Cette exposition a puêtre installée grâce à la gentillesse et à l'amabilité de certains lecteurs et d'autres bibliothèques municipales qui ont bien voulu prêter des documents leur appartenant.

Les deux premières vitrines étaient consacrées à une bibliographie générale du sujet, à l'aide de livres de toutes époques, appartenant à la Bibliothèque municipale de Limoges.

Dans les deux vitrines suivantes, quelques thèmes étaient plus particulièrement évoqués, grâce à un généreux prêteur de cartes postales : l'arbre et la légende, l'arbre et la religion, l'arbre et l'histoire.

La seconde partie de l'exposition était plus spécialement limousine, avec quelques noms célèbres de botanistes ou sylviculteurs de notre région : J. -J. Juge de Saint-Martin, F. Alluaud, E.-P. Ventenat etc., ainsi que quelques articles concernant l'arbre en Limousin, tirés de revues locales.

Melun (Seine-et-Marne).

Exposition : vieilles maisons rurales de la Brie. - Du 18 avril au 16 mai 1977, la Bibliothèque municipale de Melun a organisé, avec l'aide de « Melun-accueil », une présentation de photographies sur les vieilles maisons rurales de la Brie. Fermes et manoirs, succession de pignons, toitures en croupe, lucarnes rampantes à la capucine, à chevalet, révélaient la diversité plaisante des plus simples demeures. En regardant les documents prêtés par l'Association des amis de la vallée du Petit-Morin, et Architecture et environnement briards, les visiteurs pouvaient rêver d'un temps où l'on savait avec intelligence adapter son logis au milieu naturel, mettre en valeur la beauté des matériaux par des formes sans monotonie. Autour du foyer, cœur chaud de ces grands corps de pierre, il devait faire bon travailler « à demeure ». La vie était là, simple et tranquille, rythmée par des occupations essentielles : cuire le pain dans un four attenant à l'âtre, fabriquer les fromages que célébrait déjà Charles d'Orléans. Cette exposition était complétée par des articles publiés dans le Bulletin folklorique d'Ile-de-France (1952 et 1954), et une étude de Goetz parue dans Maisons paysannes de France (janvier-février 1970). Vidal de La Blache a bien évoqué « La physionomie opulente et grave de la Brie » (Tableau de la géographie de la France. Tome 1 de l'Histoire de France de Ernest Lavisse); mais il ne consacre qu'une trentaine de lignes « au mode original dont s'y répartit la population ».

Menton (Alpes-Maritime).

Exposition dans le cadre du jumelage Menton-Sotchi. - Durant tout le mois de juillet, la bibliothèque municipale a offert l'hospitalité de ses vitrines à l'association locale « FRANCE-URSS », dont tout le monde connaît les riches activités d'échanges culturels. Dans le cadre du jumelage « Menton-Sotchi » (qui fête actuellement son 10e anniversaire) une exposition a été organisée, dont les visiteurs ont pu apprécier à la fois la richesse et la diversité.

- Sotchi « Ville thermale et balnéaire » était présentée sur des panneaux photographiques (18) permettant de découvrir combien grande est la similitude climatique des deux cités jumelles.

- Sotchi « Ville du thé » était présente par l'orfèvrerie de ses services à thé, son samovar, ses services aux broderies si caractéristiques.

- L'URSS, dans son immense diversité, était là aussi représentée par des témoignages aussi différents que ses pierres de l'Oural, ses insignes sportifs (préfigurant les activités des prochains Jeux olympiques de Moscou : 1980), son artisanat d'art (Jeu d'échecs Kirghize, châles chatoyants, poupées richement parées et les si amusantes matriochkas).

- Une carte géographique - enfin - permettait à tous de situer Sotchi, sur les rives de la Mer noire.

La bibliothèque municipale a apporté sa contribution personnelle à cet ensemble par la présentation d'une collection d'ouvrages qu'elle doit aux libéralités de la Bibliothèque de Sotchi. Ces livres ont permis au lecteur d'avoir une solide documentation sur la plupart des républiques soviétiques : leur géographie - leur histoire.

Les amoureux de l'histoire locale ont pu y voir notamment une biographie de Anatoly Vasilievitch Lunacharsky, qui fut commissaire du peuple à l'Instruction publique, et qui mourut à Menton le 26 décembre 1933, à l'Hôtel El Paradisio ainsi qu'en témoigne la reproduction de l'extrait des registres des actes de décès de la ville.

Mulhouse (Haut-Rhin).

Publications. - La Bibliothèque municipale de Mulhouse a publié la liste de ses acquisitions 4 des sections adultes, du Ier trimestre 1977. Cette liste recense les romans, les romans policiers, les ouvrages de poésie et de théâtre, les livres allemands et anglais, les biographies, le tout par ordre alphabétique d'auteurs, les documentaires, enfin, selon la classification décimale universelle. Chaque ouvrage est suivi de sigles qui indiquent où trouver le livre (Bibliothèque centrale, bibliobus, ou bibliothèques de quartier).

Par ailleurs vient de paraître une brochure sur les bibliothèques publiques de Mulhouse en 1976 5. Il s'agit d'un état des services mis à la disposition du public, des efforts effectués, des activités réalisées en 1976 et des innovations prévues pour 1977. Des tableaux et graphiques en annexe permettent d'apprécier très précisément le rôle et le fonctionnement des bibliothèques de Mulhouse.

En outre, à l'occasion de congrès, de semaines autour d'un thème, ou d'expositions, la Bibliothèque municipale de Mulhouse a publié une série de brochures proposant aux lecteurs désireux de s'informer, des sélections d'ouvrages sur des thèmes d'actualité : Qui nous gouverne ?, La Justice aujourd'hui, Où en est l'armée ?, La Chanson française, Artistes alsaciens, Que la fête commence.

Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine).

Inauguration du Centre culturel municipal Arturo Lopez. - Le jeudi 30 juin a été inauguré le Centre culturel municipal Arturo Lopez à Neuilly-sur-Seine. La ville ayant reçu en don l'Hôtel particulier d'Arturo Lopez en 1968, aménagera le bâtiment principal en vue d'un futur musée; ella a avec beaucoup de goût, transformé les communs pour y accueillir la bibliothèque municipale comprenant une section adultes, une section jeunes, une discothèque de prêt, une salle de lecture sur place, le service culturel, et une salle où se trouvent les souvenirs de Neuilly.

En outre, un fonds ancien concernant le XIXe siècle légué par Maurice-Pierre Boye (œuvres originales et œuvres ayant parues sur le XIXe siècle) y est conservé.

La bibliothèque, ouverte au public le 2 mars 1977, a été officiellement inaugurée le 30 juin, en présence de M. Roger Frey, président du Conseil constitutionnel et des délégations des villes jumelles, Windsor, Hanau, Uccle.

Après une visite détaillée des locaux, le président Achille Péretti, maire de Neuilly et la municipalité ont accueilli les nombreuses personnalités dans le salon des coquillages.

Orléans (Loiret).

Expositions présentées au cours de l'année. - Depuis le début de l'année 1977, plusieurs thèmes d'expositions ont été proposés au public à la bibliothèque centrale. Ce fut d'une part, de Noël 1976 au II février 1977, une exposition de manuscrits médiévaux et d'incunables de la bibliothèque, destinée principalement à donner l'occasion aux Orléanais de voir quelques-uns des principaux manuscrits enluminés qui s'y trouvent conservés. Y figuraient en particulier : un recueil d'homélies et ouvrages de Saint-Cyprien et autres pères de l'Église, en onciale du VIIIe siècle, le Livre des grands et des petits Prophètes, du IXe siècle, les Homélies de Saint Grégoire sur Ezéchiel, du Xe siècle, qui comporte un dessin en pleine page représentant le Christ en gloire, saint Grégoire et saint Benoît, ces trois manuscrits provenant de l'abbaye de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire), le Pontifical des évêques d'Orléans, du début du XIIIe siècle.

D'autre part, dans le cadre des présentations permanentes d'ouvrages sur des thèmes renouvelés en fonction de l'actualité ou des saisons, quelques vitrines ont été notamment consacrées à l'époque du Carnaval, aux masques, un certain nombre ayant été prêtés à cette occasion.

Durant l'été, le thème de présentation était « Le tourisme d'autrefois » avec des ouvrages des XVIIIe et XIXe siècles sur les voyages, les itinéraires, les sites, illustrés de gravures anciennes.

A la succursale de la Source, après une exposition sur les Dogons, présentée en liaison avec la Maison des jeunes et de la culture voisine, en décembre, a été organisée, dans le cadre de la discothèque, une exposition sur les instruments de musique anciens. En mai-juin, le Club alpin a présenté une exposition sur « Cent ans d'alpinisme », constituée de photos et enrichie de matériel de montagne.

Pau (Pyrénées-Atlantiques).

Exposition : L'Amérique du Sud espagttole vue par les naturalistes français (Ier juillet-30 septembre 1977). - Cette exposition a été presque entièrement réalisée à partir de sa réserve de livres et de gravures en livraisons consacrée à la découverte de l'Amérique latine par les naturalistes français de Louis XV à Louis-Philippe.

Le texte de présentation du catalogue a été rédigé par M. Olivier Baulny qui a également présidé au choix des documents. M. Baulny travaille depuis de nombreuses années sur ce sujet et il a mis en évidence des travaux très peu connus de certains hommes de science de la période envisagée.

Un catalogue a été réalisé à cette occasion.

Soissons (Aisne).

Exposition : Quelques aspects de la Révolution française à travers les documents de la bibliothèque. - A partir du 12 juillet 1977 et dans le cadre d'une série d'animations organisées par la municipalité autour du 14 juillet, la Bibliothèque municipale de Soissons a présenté dans son hall d'entrée une exposition consacrée à « Quelques aspects de la Révolution française à travers des documents de la bibliothèque ». Cette exposition commençait par une brève présentation du Soissonnais avant 1789, avec des documents sur les diverses seigneuries (dont un autographe du Duc d'Orléans, comte de Soissons) et domaines ecclésiastiques de la région. Une partie, consacrée à la préparation des États généraux, s'attachait surtout à la présentation des cahiers de doléances de diverses localités aux environs de Soissons et à l'élection des députés. Ensuite, de la prise de la Bastille au jugement de Louis XVI, les placards, proclamations, ouvrages, gravures, pamphlets, documents officiels exposaient la mise en place de la nouvelle municipalité, la formation du département de l'Aisne, la vitalité des Clubs et des Sociétés patriotiques, les problèmes religieux, les problèmes de subsistance, la menace de la Guerre, etc.

Tous les documents présentés étaient des documents originaux, provenant pour la plupart de la collection de M. Charles Périn, léguée en 1882 à la bibliothèque et particulièrement riche en documents datant de la période révolutionnaire.

Troyes (Aube).

Exposition : Manuscrits et émaux d'époque romane. - L'idée était de comparer, ou tout au moins de mettre ensemble, des manuscrits et des émaux du XIIe siècle.

Leur parenté n'est pas très proche, puisque les manuscrits sont de Clairvaux, et puisque les émaux, conservés au Trésor de la Cathédrale de Troyes, ont une origine mosane. Certains passent néanmoins pour avoir orné les tombeaux des Comtes de Champagne. De plus, les plaques à fleurettes des châsses, les symboles des Évangélistes, les frises de cavaliers, rappellent tout à fait le style des manuscrits contemporains.

A côté d'eux, se trouvaient trois séries de manuscrits copiés à Clairvaux du temps de Saint-Bernard : les premiers - les œuvres de Saint-Augustin, antérieurs à 1145, ornés de frontispices à couleurs très vives, et, suivant la règle, d'initiales d'une seule couleur. Puis la série de la Grande Bible et des livres qui l'ont suivie aux grandes lettres en camaïeu. Enfin, les volumes donnés à Clairvaux étaient eux, richement enluminés, sur fonds d'or, de personnages et d'animaux fantastiques.

Bibliothèques centrales de prêt.

Loir-et-Cher.

Publication. - La Bibliothèque centrale de prêt du Loir-et-Cher a publié le Catalogue 6 de ses acquisitions 1976. Ce catalogue dresse la liste des 2896 ouvrages pour adultes achetés pendant l'année 1976. Il recense les titres de 384 romans et 537 documentaires. Il est pourvu d'un index auteurs et d'un index alphabétique des sujets étudiés.

Rhône.

Publication. - La Bibliothèque centrale de prêt du Rhône a publié, en janvier 1977, le n° 1 d'un Bulletin à l'usage de ses dépositaires, intitulé : Le Gone aux champs 7. Ce bulletin se propose de mieux faire connaître la bibliothèque, son rôle, ses possibilités. Les responsables espèrent ainsi répondre au besoin de communication, d'échanges d'idées et d'expériences des dépositaires devant les problèmes que pose le développement de leurs bibliothèques.

Ce premier fascicule présente l'équipe et les services de la bibliothèque centrale de prêt, ses divers dépôts, la tournée; il offre également une rubrique dite des « médecins des livres » sur la réparation des ouvrages, une première sélection d'achat de livres, enfin une rubrique ouverte : la page des lecteurs.

Yonne.

Publication. - La Bibliothèque centrale de prêt de l'Yonne a publié le Supplément 8 au Catalogue des ouvrages documentaires de 1974. Tous les ouvrages documentaires achetés depuis 1974 jusqu'en mai 1977, y sont recensés. Le plan de classement de la classification décimale de Dewey a été adopté. En fin d'ouvrage, un index par noms d'auteurs et un index par sujets facilitent les recherches.

  1.  (retour)↑  Les informations figurant dans la partie « Chronique » constituent les textes, ou ont été établies sur la base de renseignements ou de documents, transmis à la Rédaction du « Bulletin des bibliothèques de France » par les responsables des différents établissements.
  2.  (retour)↑  Les informations figurant dans la partie « Chronique » constituent les textes, ou ont été établies sur la base de renseignements ou de documents, transmis à la Rédaction du « Bulletin des bibliothèques de France » par les responsables des différents établissements.
  3.  (retour)↑  UNIVERSITÉ LOUIS PASTEUR ET BIBLIOTHÈQUE NATIONALE ET UNIVERSITAIRE DE STRASBOURG. - Catalogue collectif des périodiques scientifiques, médicaux et techniques de Strasbourg. - Strasbourg : BNUS, 1977. - 27-319 p. ; 29 cm.
  4.  (retour)↑  BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE DE CHALON-SUR-SAÖNE. – Afrique des enfants. – [Chalon-sur-Saône] : [1976]. - 19-32 p. : ill., couv. ill.; 22 x 20 cm..
  5.  (retour)↑  BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE DE MULHOUSE. - Nouvelles acquisitions des sections adultes. 1er trimestre 1977 [Mulhouse] : [1977]. – 55 p. ; 29 cm.
  6.  (retour)↑  BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE DE MULHOUSE. - Les Bibliothèques publiques de Mulhouse en 1976. - Mulhouse : BM, 1977. - 34 p. ; 30 cm.
  7.  (retour)↑  BIBLIOTHÈQUE CENTRALE DE PRÊT DU LOIR-ET-CHER. Blois. - Catalogue des nouvelles acquisitions. Année 1976. - Blois : Bibliothèque centrale de prêt du Loir-et-Cher, [1977].- 97 p. ; 27 cm.
  8.  (retour)↑  Le Gone aux champs. - Bron : Bibliothèque centrale de prêt du Rhône, 1977 (n° I)→. - 30 cm.
  9.  (retour)↑  BIBLIOTHÈQUE CENTRALE DE PRÊT DE L'YONNE. Auxerre. - Catalogue des documentaires. Supplément 1974-1977. - Auxerre : BCP, [1977]. - 199 p. ; 29 cm.