entête
entête

Le CAFB et ses débouchés

Résultats de l'enquête menée par l'École nationale supérieure des bibliothèques, auprès de tous les candidats admis au Certificat d'aptitude aux fonctions de bibliothécaire en 1976

Sur 541 diplômés interrogés, 335 ont répondu (62 %). Ce chiffre, très important pour une enquête menée par correspondance, permet de se faire une idée relativement précise des possibilités d'emploi ouvertes par l'obtention du CAFB.

Les réponses se décomposent de la manière suivante :

a) 149 diplômés (44 %) avaient déjà un poste de bibliothèque.

- 83 (56 %) n'ont eu aucune promotion dans leur emploi et ne pensent pas pouvoir en avoir dans un avenir prévisible.

- 66 (44 %) ont eu une promotion (ou espèrent en avoir une dans un proche avenir) dans leur travail grâce au CAFB. Cette promotion est très variable : quelques diplômés accèdent aux grades de bibliothécaire ou de sous-bibliothécaire mais plusieurs aussi passent de vacataire à employé auxiliaire et même on considère comme une promotion le fait de passer de bénévole à quelques heures hebdomadaires de vacation.

b) 92 diplômés (28 %) ont trouvé du travail grâce au CAFB.

- 54 dans une bibliothèque municipale; 10 en bibliothèque universitaire; 6 en bibliothèque spécialisée; 6 en bibliothèque centrale de prêt; 4 dans un centre de documentation et d'information pédagogiques (CDI); 3 dans un centre de documentation; 1 à la Bibliothèque Nationale; 8 dans divers organismes.

- 50 (sur 165 réponses) ont l'option Bibliothèques publiques; 26 (sur 100) l'option Jeunesse; II (sur 57) l'option Bibliothèques spécialisées; 5 (sur 13) l'option Discothèque;

- sur ce total, 33 travaillent en tant qu'auxiliaires vacataires ou pour quelques mois.

- II remplissent les fonctions de bibliothécaires; 47 de sous-bibliothécaires; 7 d'employés de bibliothèque; 6 de magasiniers; 10 d'agents de bureau; 7 de documentalistes; 4 remplissent diverses fonctions.

- Pour 44, l'option semble avoir compté dans l'obtention de leur emploi.

- 19 désireraient un emploi dans une région précise; 9 ont eu satisfaction.

c) 94 diplômés (28 %) n'ont pas trouvé de travail grâce au CAFB.

- 32 ont tout de même trouvé du travail (ou conservé un emploi antérieur) mais le CAFB ne leur semble pas y avoir joué un rôle :

- 14 ont été reçus au CSB.

- 1 au concours d'entrée à l'ENSB.

- 4 dans divers emplois de bureau.

- 1 en librairie.

- 1 en usine.

- II sont maîtres-auxiliaires (postes qu'ils occupaient précédemment) ou surveillants et désireraient un poste en CDI; leur demande a été refusée par leur administration.

- 8 n'ont pas cherché de travail.

- 54 en cherchent en vain et sont actuellement au chômage. Parmi eux, 44 veulent un emploi dans une (ou des) région déterminée. En général, la région choisie est très limitée (Indre, Bas-Rhin), voire circonscrite à une petite ville (Vichy, Mont-de-Marsan, Digne).

Cependant plusieurs cherchent vainement du travail dans des zones plus vastes ou plus fournies en bibliothèques : 7 dans la région parisienne; 5 dans le Sud-Ouest ; 4 dans le midi méditerranéen, etc.

Dans l'ensemble, si on additionne les diplômés ayant eu une promotion dans leur emploi à ceux qui ont trouvé du travail grâce à leur diplôme, l'obtention du CAFB a été utile à 158 diplômés (sur 335), soit 47 %.

Si on reporte ce pourcentage à l'ensemble des candidats, 255 ont eu une amélioration de leur situation grâce au CAFB (sur 996 candidats présentés).