entête
entête

Chronique des bibliothèques

Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

Inauguration des nouveaux bâtiments. - Les nouveaux bâtiments de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, 3 et 5, rue du Maréchal-Joffre, ont été inaugurés le 27 septembre 1976. Cette manifestation à laquelle assistait M. l'inspecteur général Caillet, était placée sous la présidence de M. Michel Rougevin-Baville, directeur du Cabinet de Mme Saunier-Seïté, Secrétaire d'État aux universités, qu'accompagnait M. Henri Rachou, chef du Service des bibliothèques. De même, M. le recteur Jacques Béguin, chancelier des universités de Strasbourg, avait dirigé l'organisation de cette journée.

De nombreuses personnalités locales et régionales ont bien voulu répondre à l'invitation de M. le recteur Béguin, et plus de trois cents personnes se retrouvaient dans les nouvelles salles de lecture. L'inauguration commença par une visite guidée, qui permit aux deux sections nouvelles (Alsatiques et Droit) de sortir de leurs réserves, pour cette circonstance, des documents significatifs. En outre, la section des Alsatiques avait organisé une exposition sur la Presse alsacienne des origines à 1950, qui donnait aux visiteurs l'impression de revivre bien des épisodes de l'histoire de cette région. Depuis la première gazette alsacienne, publiée par Jean Carolus et dont la BNU conserve un exemplaire de 1612, jusqu'à la presse très riche d'idées et de polémiques du XIXe siècle et du début du xxe, pour terminer par les grands journaux actuels dont la vocation est plutôt de refléter l'ensemble des activités régionales, cette exposition, qui devait rester à la disposition d'un nombreux public pendant les semaines suivantes, permettait de suivre l'évolution intellectuelle et sociologique de l'Alsace.

Les données principales de cette évolution furent résumées par M. Littler, conservateur de la section des Alsatiques. Puis, M. Sansen définit l'usage des nouveaux bâtiments et les services qu'ils peuvent rendre aux lecteurs. Il situa cette construction dans le cadre des extensions réalisées depuis de longues années par ses prédécesseurs, en particulier M. Maurice Piquard et M. Norbert Schuller. Ce programme d'équipement a pu être réalisé grâce à l'action du Secrétariat d'État aux universités, du Service des bibliothèques et du Rectorat de l'académie de Strasbourg.

En exposant à l'assistance les raisons de cet effort collectif, M. le recteur Béguin donna à ces constructions nouvelles toute leur signification, au service des lecteurs et de leurs recherches, dans un établissement national dont le statut particulier rend plus facile l'ouverture à un public élargi. Il appartenait à M. le directeur Rougevin-Baville d'évoquer l'ensemble du programme réalisé par le Secrétariat d'État, de préciser pourquoi cette extension de la BNU était devenue nécessaire, et d'insister sur le rôle positif des bibliothèques dans l'ensemble de notre vie intellectuelle. Ceci apparaissait en effet comme l'une des conclusions de cette journée, qui avait réuni autour de la BNU et des bibliothèques en général un public intéressé par leurs réalisations.

Bibliothèques interuniversitaires et d'université.

Bibliothèque interuniversitaire Paris A. Bibliothèque Cujas de droit et des sciences économiques

Publications. - La Bibliothèque Cujas de droit et des sciences économiques a publié sa liste mensuelle 2 des nouvelles acquisitions pour le mois de mai 1976. Cette liste est présentée suivant un cadre de classement systématique calqué sur l'enseignement traditionnel des sciences juridiques, politiques et économiques, avec indication du cadre de classement et table des matières en tête de l'ouvrage.

A l'intérieur des sections, les notices sont classées par ordre alphabétique des noms d'auteurs et titres d'ouvrages anonymes.

Les dossiers établis par le Service des publications internationales et les périodiques ne sont pas intégrés dans le cadre systématique et sont placés à la suite. Les thèses et les mémoires de DES ainsi que les cours polycopiés ne figurent pas dans la liste mensuelle et font l'objet d'une publication annuelle.

A également été publiée la Liste des nouvelles publications officielles françaises reçues à la bibliothèque en 1975 3. Cet ouvrage mentionne les publications officielles à caractère administratif, suivant le plan de classement suivant : budgets et lois, assemblées constitutionnelles, administration centrale, administration locale, établissements publics.

Bibliothèque interuniversitaire de Clermont-Ferrand. Section médecine, pharmacie, odontologie

Exposition sur le Professeur Gabriel Roux (1853-1914), précurseur de la découverte de la pénicilline. - Dès le mois de juin et durant tout l'été 1976, la Bibliothèque interuniversitaire de Clermont-Ferrand a présenté une exposition consacrée au professeur Gabriel Roux et à son œuvre. C'est une figure très attachante et remarquable que ce médecin, chercheur et savant, dont la gloire aurait pu, pour un peu, être immense et le nom au moins aussi célèbre que celui de son homonyme, le pastorien Émile Roux, son exact contemporain, qui tout comme lui eut des attaches avec l'Auvergne. Celles de Gabriel Roux étaient plus profondes puisqu'il naquit à Issoire en 1853 et mourut à Champeix en 1914, où il s'était retiré. Toute sa carrière cependant se déroula à Lyon : premier directeur du Bureau municipal d'hygiène de cette ville, professeur agrégé à la Faculté de médecine, il eut surtout le grand mérite d'être le premier à découvrir le pouvoir antibiotique du penicillium et à tenter avec succès des essais thérapeutiques sur l'animal. Esprit ouvert, curieux de toutes choses, original, bactériologue éminent, enseignant émérite, auteur de plusieurs ouvrages didactiques, il suggéra une thèse à son élève Ernest Duchesne : Contribution à l'étude de la concurrence vitale ches les microorganismes. Antagonisme entre les moisissures et les microbes,. soutenue en 1897. Thèse très remarquable dans son raisonnement, son exposé et ses conclusions, elle est maintenant considérée comme un jalon dans l'histoire de la découverte des antibiotiques.

La principale vitrine regroupait autour de portraits du professeur Roux et de quelques objets lui ayant personnellement appartenu (prêtés par sa famille), ses premiers travaux : thèse de doctorat, premières communications à la Société anatomique de Lyon, de fort intéressantes publications sur des points de géologie et d'épidémiologie rédigées alors qu'au tout début de sa carrière, il était médecin de campagne à Ardes-sur-Couze dans le Puy-de-Dôme (elles comportent une dédicace à la Bibliothèque municipale de Clermont). Ses traités les plus importants (hydrologie, microbie - comme on disait alors - pathologie) voisinaient avec la célèbre thèse de Duchesne et avec celles d'autres élèves dont certains furent des bactériologues éminents, tels Sacquépée.

D'autres vitrines mettaient en relief l'originalité foncière d'un certain nombre de travaux où il faisait souvent figure de pionnier sinon de précurseur : sur les hématozoaires du paludisme, le champignon du muguet, les leucocytes dans la leucémie, certaines techniques auxquelles il donna son nom. On pouvait aussi mieux insérer sa découverte du pouvoir antibiotique de souches de certains penicilliums dans un contexte historique plus général où s'étaient illustrés Pasteur et Joubert, Cantini, Emmerich, Gosio, Vaudremer.

Des panneaux où figuraient un grand nombre de photos retraçaient la vie et l'œuvre du professeur G. Roux : sa maison natale (où se trouve une plaque commémorative inaugurée en 1959), différents actes d'état civil ou d'archives, portraits et souvenirs de famille, le tout illustrant ses débuts de jeune médecin tout comme ses dernières années à Champeix (il avait installé là un laboratoire dans sa demeure) et ses séjours fréquents, près de là, à Fontmarcel, où il venait régulièrement en vacances et où il poursuivait ses observations de naturaliste et de médecin. D'autres photos et documents inédits montraient son laboratoire municipal à Lyon, où il fit toutes ses découvertes, mais aussi ses relations parfois tendues avec le jeune maire Edouard Herriot, alors que sa mauvaise santé motivait des absences répétées obligeant G. Roux à prendre une retraite prématurée.

D'autres documents étaient centrés sur la thèse (et la biographie) de son élève Duchesne, redécouverte en 1946 par Ramon et Richou et, par comparaison, les tout premiers travaux de Fleming sur la question (1929) suivis par ceux de Chain et Florey dix ans après.

Cette exposition coïncidait pour sa mise en place avec une communication du conservateur de la Bibliothèque à l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Clermont-Ferrand sur le professeur Gabriel Roux, où étaient soulignés l'intérêt de ses travaux dans le contexte de l'époque et le caractère remarquable de la thèse de Duchesne où se retrouvent toutes les qualités d'observation et d'expérimentation rigoureuse de Roux avec une progression dans le raisonnement et un côté quasi génial dans les conclusions à visée thérapeutique qui rendent encore plus vif le regret que ces travaux, pour des raisons diverses, n'aient pas eu de suite en 1897, les recherches dans la direction entrouverte ayant été abandonnées. L'exposition ne pouvait certes pas développer toute cette démonstration, mais elle s'efforçait de faire découvrir à ses visiteurs l'œuvre d'un médecin trop méconnu malgré la variété et la richesse de ses travaux et de faire réfléchir sur les cheminements souvent irréguliers et imprévus de grandes découvertes thérapeutiques dont certains s'approchent de bien près sans en pressentir toute l'importance.

Bibliothèques municipales.

Arles (Bouches-du-Rhône).

Réouverture de la section pour les jeunes. - En avril 1976, la bibliothèque municipale a réouvert sa section Jeunesse entièrement rénovée. Située dans l'ancien local, en plein centre de la ville, au-dessus de la bibliothèque pour adultes, cette section quoique petite (124 m2), présente un aspect chaud et accueillant.

Le coût de la rénovation s'est élevé à 180 000 F. travaux et mobilier compris.

La bibliothèque reçoit gratuitement (inscription et prêt) les enfants de 5 ans à 16 ans. Elle est divisée en plusieurs sous-sections : une partie pour les plus petits, une partie prêts à domicile, une partie salle de travail et une section Adolescents. Le service est assuré par 3 personnes : une bibliothécaire, et 2 employées de bibliothèque.

La section des jeunes compte actuellement 8 000 livres neufs (documents, bandes dessinées, romans de toutes sortes, albums) mis à la disposition des 1 700 adhérents déjà inscrits. Mais en plus de son rôle de « distributeur » de livres, la bibliothèque joue un rôle important d'accueil des enfants de la ville qui s'y sont vite sentis à leur aise. Et il n'est pas rare de voir passer un mercredi, 250 à 300 enfants venus de tous les quartiers et de toutes les couches sociales.

Des relais d'animation sont progressivement mis en place par l'intermédiaire des enseignants tant du primaire que du secondaire, relais permettant de mieux faire connaître les livres, les auteurs, et de redonner ainsi à la bibliothèque, sa véritable vocation.

Chaumont (Haute-Marne).

Exposition franco-américaine: L'amitié franco-américaine en Haute-Marne, depuis la statue de la Liberté jusqu'à nos jours, par le livre, l'image et le document. -Le 28 juin 1976, à l'occasion de la visite à Chaumont de plusieurs officiers généraux américains venus commémorer le 20e anniversaire de la réplique de la statue de la Liberté sur la base aérienne de Semoutiers, la Bibliothèque municipale de Chaumont a organisé une exposition en leur honneur.

Cette exposition comprenait 10 tableaux et 8 vitrines. Les tableaux rappelaient les deux interventions militaires américaines en 1917 et en 1944. Un tableau représentait le général Pershing commandant le quartier général américain installé à Chaumont. Un autre rappelait l'inauguration du monument franco-américain en juin 1923, qui avait rassemblé à Chaumont, autour du Président de la République Alexandre Millerand, les principales personnalités civiles et militaires, françaises et étrangères. Les derniers tableaux montraient l'activité de la base aérienne de Semoutiers pendant son séjour à Chaumont.

Dans les vitrines étaient exposés des documents inédits rappelant la construction et le transport de la statue de la Liberté à New York en 1886, et des livres d'auteurs américains dont un pilote. Y figuraient également des broderies américaines réalisées à l'occasion du bicentenaire de l'Indépendance et des dollars frappés pour la même circonstance.

L'exposition a été présentée et commentée par le bibliothécaire devant plus de 300 personnes.

Épinal (Vosges).

Publication. - A l'occasion du bicentenaire des États-Unis, patrie du libérateur d'Épinal, le général Patch, la Bibliothèque municipale d'Épinal a publié le septième catalogue 4 partiel imprimé de l'établissement, tout naturellement consacré aux États-Unis d'Amérique. Ce catalogue est le second de la nouvelle formule thématique. Les titres y sont classés, numérotés, identifiés en français et en anglais, datés et cotés. La partie « Romans du xxe siècle » n'offrant qu'une sélection en raison de l'abondance des ouvrages, un deuxième catalogue sur le même sujet est d'ores et déjà envisagé. Il est à noter que M. G. Tanen, premier secrétaire, attaché à l'Ambassade des États-Unis, a bien vouluho norer ce catalogue d'une préface.

Metz (Moselle).

Exposition sur les services et les collections de la bibliothèqzie. - A l'occasion d'un congrès qui s'est tenu à Metz les 9 et 10 avril 1976, la bibliothèque municipale a organisé une petite exposition destinée à présenter succinctement ses services et ses collections. Sur des panneaux, on pouvait voir, décrits en quelques lignes et photos, les services de la bibliothèque de Metz en 1976 (section centrale et succursales, au nombre de sept) ainsi que les constructions en cours (bibliothèque centrale de 5 400 m2 et succursale du Sablon, 528 m2). La succursale du Sablon s'ouvrira à l'automne prochain, la grande bibliothèque centrale au début de l'année 1977.

Les activités d'animation de la bibliothèque faisaient également l'objet de quelques panneaux. Jugeant que son côté « musée du livre » ne doit pas, bien au contraire, être négligé, la bibliothèque a tenu à proposer aux regards quelques-uns de ses trésors. Elle possède, en effet, un fonds ancien de premier ordre (I km d'ouvrages antérieurs à 1810, plusieurs centaines de manuscrits et d'incunables) malgré les destructions de la dernière guerre. On pouvait voir notamment le plus ancien tonaire connu, daté du IXe siècle; un fragment des Homélies de Grégoire le Grand, daté des IXe-Xe siècles, orné de dessins à la plume; un lectionnaire du XIe siècle à lettrines coloriées; deux psautiers des XIIe et XIIIe siècles ornés de lettrines enluminées; un curieux recueil de traités d'astronomie des XIVe et xve siècles, rehaussé de naïfs dessins à la plume; le « Saint-Juratoire » de Metz sur lequel les maîtres échevins de la ville prêtaient serment à l'évêque, ainsi qu'un très beau manuscrit des œuvres de Lactance du début du XVIe siècle.

Dans le domaine des oeuvres imprimées, il suffit de nommer un livre d'heures à l'usage de Rome imprimé par Philippe Pigouchet sur vélin, du début du XVIe siècle, et le fameux Voyage du Roi (Henri IV) à Metz, de Fabert (1610).

Une vitrine de reliures, dans laquelle on pouvait admirer, entre autres, un ouvrage du XVIe siècle estampé au portrait de Luther et la Nancéide de Pierre de Blarru, reliée en velours rouge aux armes de Henri II et Diane de Poitiers (croissants et initiales H et D entrelacées), parachevait cette brève présentation.

Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

La bibliothèque municipale au service de tous les dyonisiens. - Le 10e anniversaire du Centre culturel communal est l'occasion pour la bibliothèque municipale de faire le bilan de sa place dans la cité, de la place qu'y tient la lecture publique, qu'elle devrait y tenir, d'exposer les projets en cours de réalisation ou qui se réaliseront dans les prochaines années. Une campagne publicitaire importante, par affiches et tracts, une exposition à la bibliothèque centrale aident à faire mieux connaître un service public, que la municipalité met gratuitement à la disposition de tous les citoyens.

La bibliothèque municipale est née en 1799 du dépôt littéraire constitué grâce aux livres saisis dans les couvents de Saint-Denis et des environs. Elle a végété plus d'un siècle, et ce n'est qu'après la seconde guerre mondiale que l'on peut parler d'un véritable essor de la bibliothèque municipale.

Statistique des livres prêtés à domicile :

190I : 134; 1916 : 4077; 192I : 12 907; 1926 : 40 434; 1965 : 53 554; 1975 : 146 170; de 1970 à 1975 : 112 % d'augmentation.

Aujourd'hui, le réseau de bibliothèques se compose d'une bibliothèque centrale de 500 m2 et de 2 succursales : l'une de 420 m2 construite en 1971, 2, rue Henri-Barbusse, l'autre de 160 m2 à la Plaine, créée en 1934, à l'emplacement d'une ancienne bibliothèque populaire.

Plus de 150 000 ouvrages sont répartis dans les trois bibliothèques, dont 35 ooo en libre accès; 7 409 achetés en 1975 et 245 périodiques reçus; une équipe de 16 personnes qualifiées est attachée à ce travail.

Pour ce qui est des lecteurs, on en a recensé 5 896 en 1975 dont 3 725 jeunes de moins de 14 ans, avec un trop faible pourcentage d'ouvriers et d'employés (7 %). Il reste beaucoup à faire pour amener plus de lecteurs à la lecture et dans les bibliothèques.

La fréquentation par les jeunes est un fait encourageant (63 % des inscrits), car l'habitude de lire se prend dès l'enfance (le contact avec le livre est même essentiel dès l'école maternelle). Le travail accompli par les sections des jeunes de la bibliothèque en direction des enseignants et avec eux (accueil de classes) est très fructueux.

Pour accueillir plus de livres et de lecteurs, un développement des bibliothèques est nécessaire. Il a fait l'objet d'un plan, établi par la municipalité et actuellement en cours de réalisation :
- Bibliothèque centrale : des travaux, qui ont débuté en juin 1976, aboutiront à la création d'une bibliothèque (avec discothèque) de 2 320 m2, 4 place de la Légion d'Honneur (le Musée et le Bureau d'aide sociale devant quitter les locaux); fin 1977, un niveau devrait être rénové et la discothèque ouverte. Il est prévu d'autre part, dans la rénovation de l'îlot Basilique, une grande bibliothèque centrale de 6 ooo m2.
- Succursales de quartier : 3 grandes annexes sont prévues au Franc-Moisin, aux Tartres, dans la zone d'aménagement concertée Delaunay-Belleville. Pour la première, le Franc-Moisin, le dossier déposé en préfecture, n'attend plus qu'une subvention pour être réalisé. Cette infrastructure sera complétée par un bibliobus chargé de desservir des secteurs éloignés, ainsi que certaines collectivités.

La bibliothèque municipale, le service culturel communal, souhaitent la réalisation de ces projets dans les délais les plus brefs; la participation au financement de l'État doit être obtenue; le soutien et l'appui des usagers, des lecteurs, de toutes les personnes concernées sont indispensables à ce service public qu'est la bibliothèque, lieu de formation et d'information, instrument de loisir et de distraction.

Actuellement circule une petite brochure détaillée, publiée par la Bibliothèque municipale de Saint-Denis, donnant toutes indications pour 1976-1977 sur les heures d'ouverture, l'inscription, les conditions de prêt, l'accès aux divers fichiers, etc. de la bibliothèque centrale et des succursales Romain-Rolland et de la Plaine.

Exposition : l'Affiche soviétique : 1970-1974. - Dans les pays socialistes, l'affiche a depuis longtemps eu un rôle important parmi les autres moyens d'information de masse. L'exposition d'affiches cubaines que la bibliothèque a réalisée en avril 1974 avait déjà été une illustration de cette réalité. L'exposition que la Bibliothèque municipale de Saint-Denis a reçue du Ier au 30 octobre, réalisée par le Centre national d'art et de culture Georges Pompidou, avec le concours de l'Association France-URSS, présentait près de 150 affiches soviétiques récentes, affiches politiques, culturelles, sociales.

L'affiche soviétique d'aujourd'hui reste fidèle aux traditions révolutionnaires des grands maîtres affichistes que furent D. Moor, V. Deni, M. Techremnyckh, V. Maiakovski, V. Ledevev. Dans les premières années de la Révolution soviétique, l'impact de ces affiches vigoureuses et laconiques à la fois, souvent faites à la main, était considéré comme si important qu'il avait provoqué ce dramatique avertissement : « celui qui arracherait cette affiche ou en collerait une autre pardessus commettrait un acte contre-révolutionnaire ».

Les oeuvres de l'école d'affiches de Moscou sont caractérisées par un souci du détail pictural, du symbolisme des couleurs. L'école de Léningrad réalise surtout des affiches d'un format réduit, caricatures mordantes traitant de la vie politique, comme de la vie quotidienne. L'inspiration des artistes des républiques fédérées soviétiques est souvent marquée par des motifs nationaux, puisés dans l'art folklorique de leur pays. Mais ce qui rendait cette exposition d'affiches soviétiques particulièrement intéressante, c'est qu'on pouvait avoir, au travers d'elle, une vision globale du mode de vie en URSS. L'affiche y reste, en effet, un mode d'expression privilégié, propageant les idéaux révolutionnaires et socialistes, participant à la vie quotidienne du travailleur, invitant la population aux manifestations culturelles. D'autre part, grâce à sa valeur artistique propre, l'affiche met l'art dans la rue, le rend plus proche du peuple.

L'exposition était accompagnée d'un guide ronéoté, dont la préface est due à A. Novikov, critique d'art à Moscou.

Exposition : Architecture sans architecte, les jardins ouvriers à Belfort en Seine-Saint-Denis et à Saint-Denis. - L'exposition que la Bibliothèque municipale de Saint-Denis a présentée du Ier au 30 novembre 1976, a été réalisée par l'Atelier du mur de Belfort et le Centre national d'art contemporain Georges Pompidou.

A Belfort, la Société des jardins ouvriers a été fondée en 1920 avec l'aide du patronat local; elle a poursuivi son expansion jusqu'en 1939; durant la seconde guerre mondiale, les sociétaires sont passés de 1 300 à 4 000; le gouvernement de Vichy a subventionné et soutenu les jardins ouvriers : « Les jardins industriels... constituent un terrain sur lequel la collaboration entre tous les éléments constituant l'entreprise, patrons, cadres et ouvriers, peut se développer le plus avantageusement dans une atmosphère d'entr'aide et de paix » (janvier 1942). Depuis, le nombre des adhérents est redescendu au niveau d'avant-guerre; l'aspect jardinage se double d'une utilisation du type résidence secondaire.

Le but de l'exposition était de montrer que le projet initial du jardin ouvrier, profondément paternaliste, a été modifié par les utilisateurs eux-mêmes. Ayant au départ une fonction utilitaire, le jardin ouvrier est devenu un lieu de détente, un lieu de création donnant libre cours à une certaine forme d'expression populaire (décor, cabanes); lieu de rencontres et d'échanges également, mais semble-t-il dans des proportions limitées, les jardins ouvriers créent surtout des liens entre les hommes de chaque famille.

Ainsi, avec la collaboration de la Société des jardins ouvriers et familiaux, était présentée la vie quotidienne, rythmée par les saisons, des derniers jardins ouvriers de la Seine-Saint-Denis et de Saint-Denis : on y travaille pendant ses temps de loisir, on s'y retrouve le dimanche en famille; fleurs et plantes potagères y alternent selon les goûts (et même la nationalité!) des sociétaires.

La Société des jardins ouvriers et familiaux, créée en 1968 avec 17 jardiniers, regroupe actuellement 472 sociétaires, les jardins étant à Pierrefitte, Villetaneuse, Stains, Deuil-la-Barre, Montmagny; elle projette de s'établir dans le Parc départemental de La Courneuve sur 5 hectares. Elle organise chaque année un grand concours de jardinage.

A Saint-Denis, s'il existe encore un certain nombre de jardins individuels, on ne trouve plus de jardins ouvriers que près du Fort-de-l'Est, gérés par la Ligue du coin de terre et du foyer, organisation créée il y a près de 100 ans.

A l'occasion de cette exposition, la bibliothèque municipale a publié un livret-guide de présentation. D'autre part, le même établissement a consacré une brochure illustrée à la nature, aux champignons, aux plantes, aux arbres, aux fleurs, au jardinage, aux insectes, aux papillons et aux minéraux. Intitulé « Des livres sur... » 5, ce petit catalogue recense thème par thème les livres disponibles à la bibliothèque municipale et une liste d'ouvrages en vente dans le commerce.

Publication. - La Bibliothèque municipale de Saint-Denis a publié la liste des nouvelles acquisitions 6 (juin-juillet-août 1976) de l'établissement. Ce catalogue recense par ordre alphabétique d'auteurs et de titres (pour les anonymes) les romans, ouvrages de littérature, de linguistique, ouvrages en langues étrangères, ouvrages de philosophie et psychologie, religions, sciences sociales, artssports-loisirs, histoire, géographie-voyages et généralités, récemment acquis et d'ores et déjà à la disposition des lecteurs.

Activités de la bibliothèque municipale. - La Bibliothèque municipale de Saint-Denis propose du 24 décembre 1976 au 12 janvier 1977 une exposition à la Bibliothèque Romain Rolland, rue Henri-Barbusse : Présentation d'une sélection des meilleurs livres pour enfants.

Sceaux (Hauts-de-Seine).

Transformations à la bibliothèque municipale. - Durant l'été 1976, la Bibliothèque municipale de Sceaux a entièrement réaménagé ses locaux. Disposant enfin des très belles caves voûtées du Petit Château, on a pu y installer les réserves, c'est-à-dire les ouvrages du fonds de prêt, vieillis, ou trop fragiles, pour continuer leur service, mais qu'il est souvent impossible de remplacer dans les conditions actuelles de l'édition française, et surtout les ouvrages qui constituent le don fait en 1956 par M. Léon Ancely (soit près de 8 ooo numéros à l'inventaire).

Dans les rayons ainsi libérés, les livres du prêt ont reçu une nouvelle disposition plus aérée et jugée plus logique, malheureusement sur deux niveaux et dans trois salles. La salle de lecture a été déplacée dans ce qui était l'ancien magasin à livres, disposant ainsi de quatre grandes fenêtres avec double exposition Est-Ouest. Dans la nouvelle salle de lecture, des rayonnages à montures sable et tablettes lamifiées blanches ont heureusement remplacé les vieux rayonnages vert foncé, datant d'avant la guerre. Ceux-ci finiront leur existence comme rayonnages de réserve, destination pour laquelle ils ont été fabriqués. Ces travaux minimum permettront d'attendre la nouvelle bibliothèque de Sceaux, envisagée pour des jours pas trop lointains.

Bibliothèques centrales de prêt.

Cher.

Exposition: Il y a cent ans George Sand. - La Bibliothèque centrale de prêt du Cher a réalisé une exposition Il y a cent ans George Sand pour célébrer cet auteur très proche des Berrichons. Composée d'une dizaine de panneaux, elle présente très rapidement à l'aide d'extraits, de photographies et souvent de dessins de Maurice Sand, divers aspects du personnage : passionnée, lyrique, politique, féministe, berrichonne. Un circuit littéraire, un arbre généalogique, et une liste de ses principales œuvres agrémentent ce tableau. Des livres de George Sand et des écrits sur elle accompagnent l'exposition dans ses déplacements (maisons de jeunes, maisons de retraite, foire, villages...).

Loire.

Publications. - La Bibliothèque centrale de prêt de la Loire a publié deux catalogues de ses acquisitions, l'un « enfants et jeunes », l'autre « adultes ».

Le catalogue des acquisitions « enfants et jeunes » 7 recense les documentaires pour enfants - jusqu'à 12/13 ans - et jeunes - à partir de 12/13 ans - acquis par la bibliothèque, du 16 janvier 1975 au 31 mai 1976. Une table générale, placée au début de l'ouvrage, permet de se référer rapidement aux pages concernées. Des pages de couleurs différentes sont réservées au classement général, à la liste alphabétique des auteurs, à la liste alphabétique des collections, aussi bien pour la partie « jeunes » que pour la partie « enfants ». De la même manière, le catalogue des acquisitions « adultes » 8, propose une répartition par couleur. Ce catalogue recense les acquisitions du Ier juillet 1975 au Ier juin 1976.

Vosges.

Publication. - La Bibliothèque centrale de prêt des Vosges a publié un catalogue 9 de son fonds « Agriculture ». Y sont recensés près de 300 titres d'ouvrages intéressant l'agriculture et les sujets qui s'y rattachent : protection de la nature, sociologie rurale, champignons, pêche et chasse. Les ouvrages sont répertoriés selon la Classification décimale de Dewey; le schéma détaillé de ce classement fait l'objet du sommaire. Pour faciliter une première approche d'un sujet ou l'accès aux jeunes, voire aux très jeunes, à la documentation dans ces domaines, la mention J à la suite du nom de l'auteur indique les ouvrages plus spécialement destinés aux jeunes. Enfin, un index alphabétique des noms d'auteurs doit permettre de repérer très rapidement tel ou tel titre d'un auteur connu.

Ce catalogue est à jour au Ier septembre 1976.

Yonne.

Un nouveau service du bibliobus : le prêt de périodiques. - Une bibliothèque a pour vocation de proposer au public une gamme de media aussi variée que possible : livres, périodiques, disques, cassettes, diapositives, films, vidéocassettes, etc. Dans cet ensemble le périodique occupe une place originale : suivant de près l'actualité, il traite de tous les sujets, et la longueur des articles, l'abondance de l'illustration font qu'il intéresse souvent un public moins formé que celui qui fréquente le livre. Aussi les bibliothèques ont-elles en général le souci de ménager dans leurs locaux une salle ou un coin des périodiques attrayant.

La Bibliothèque centrale de prêt de l'Yonne ne pouvait pas installer une salle de périodiques puisqu'elle ne reçoit pas les lecteurs individuels à son siège. Elle offre simplement aux quelque deux cents dépôts qu'elle entretient auprès des communes rurales du département un système d'abonnement circulant. Les numéros successifs d'une même revue seront expédiés dès leur publication à une chaîne des dépôts qui en auront fait la demande. Le service de prêt de périodiques peut espérer un bon accueil auprès des lecteurs du bibliobus, à qui il est vivement recommandé d'exprimer leurs vœux au responsable du dépôt de leur commune.

Paris. Bibliothèque Forney.

Exposition : Tapisseries nouvelles. - Du 18 mars au 16 avril 1976, une trentaine de maîtres-liciers contemporains ont exposé leurs Tapisseries nouvelles, accompagnées d'un montage audio-visuel présentant d'autres œuvres de leur création. Aux tapisseries de conception traditionnelle (haute et basse lice), se mêlaient des œuvres inspirées de techniques diverses : macramé, lirette, dentelle. Un catalogue, accompagné d'une bibliographie, présentait une courte description illustrée de chacune de ces techniques.

Exposition : Criz et métiers de Paris au XVe siècle. - Du 25 juin au 28 juillet, 70 sujets en terre cuite de Jacques Schneider restituaient les Criz et métiers de Paris au XVe siècle. Une bande sonore faisait renaître les cris traditionnels des marchands d'abécédaires, de mouron ou d'oublis, et un étal de tailleur avait été reconstitué grâce à des costumes prêtés par le Centre de documentation du costume. Un petit catalogue illustré (encore en vente à la bibliothèque) reproduisant les statuettes, permettait d'identifier des métiers aujourd'hui disparus.

Exposition : Trésors et histoire de la pipe à tabac. - Du Ier au 25 septembre, la bibliothèque a présenté plus de 750 pipes appartenant à des musées (Musée de l'homme, du SEITA, Musées de Saint-Omer et de Sainte-Claude) ou à des collections privées (collections Rothschild et Jance) : Trésors et histoire de la pipe à tabac.

L'exposition, la première de cette importance à être uniquement consacrée à la pipe, tentait de rendre compte de la diversité de l'objet, en présentant les exemples les plus caractéristiques dans le monde entier : des pipes tubulaires, primitives aux pipes du Mexique précolombien plus élaborées, des énormes pipes africaines aux minuscules fourneaux asiatiques ou aux pipes à eau orientales. L'Europe n'était pas oubliée avec une exposition de toutes les matières : modelage de la terre, sculpture du bois, art du verre, de la porcelaine et des métaux précieux. Si les visiteurs s'attardaient devant les pièces maîtresses : la pipe en os humain des îles Marquise ou la pipe en ivoire de Napoléon III, les humbles pipes en bois sculptées à la veillée ou les pipes en terre à tête figurative témoignaient tout autant de la vie quotidienne. Un catalogue de 125 pages Trésors et histoire de la pipe à tabac présentait une étude à la fois historique et technique, ainsi qu'une description minutieuse de chaque objet exposé.

Les passionnés qui n'auront pu visiter l'exposition se consoleront en regardant les nombreuses photographies noir et blanc ainsi que couleur des plus beaux spécimens.

  1.  (retour)↑  Les informations figurant dans la partie « Chronique » constituent les textes, ou ont été établies sur la base de renseignements ou de documents, transmis à la Rédaction du « Bulletin des bibliothèques de France » par les responsables des différents établissements.
  2.  (retour)↑  Les informations figurant dans la partie « Chronique » constituent les textes, ou ont été établies sur la base de renseignements ou de documents, transmis à la Rédaction du « Bulletin des bibliothèques de France » par les responsables des différents établissements.
  3.  (retour)↑  BIBLIOTHÈQUE CUJAS DE DROIT ET DES SCIENCES ÉCONOMIQUES. Paris. - Liste mensuelle des nouvelles acquisitions. Mai 1976. - Paris : 1976. - 60 p.; 24 cm.
  4.  (retour)↑  BIBLIOTHÈQUE CUJAS DE DROIT ET DES SCIENCES ÉCONOMIQUES. Paris. - Liste des nouvelles publications officielles françaises reçues à la bibliothèque en 1975. - Paris : 1976. - 36 p; 24 cm.
  5.  (retour)↑  BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE D'ÉPINAL. - Thèmes et variations : nouvelle formule monothématique. Les États-Unis : 1776-1976. -Ëpinal : 1976. - [66] p.; 30 cm.
  6.  (retour)↑  BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE DE SAINT-DENIS. - La Nature, les champignons, les plantes, les arbres, les fleurs, le jardinage, les insectes, les papillons, les minéraux, des livres sur... -Saint-Denis : 1976. - [15] p. : ill., couv. ill.; 30 cm.
  7.  (retour)↑  BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE DE SAINT-DENIS. - Nouvelles acquisitions. Juin-Juillet-août 1976. - Saint-Denis : 1976. - 26 p.; 30 cm.
  8.  (retour)↑  BIBLIOTHÈQUE CENTRALE DE PRÊT DE LA LOIRE. Montbrison. - Acquisitions enfants et jeunes 1976. - [Montbrison : 1976]. - 90 p.; 30 cm.
  9.  (retour)↑  BIBLIOTHÈQUE CENTRALE DE PRÊT DE LA LOIRE. Montbrison. - Acquisitions adultes 1976. - [Montbrison : 1976]. - 181 p.; 30 cm.
  10.  (retour)↑  BIBLIOTHÈQUE CENTRALE DE PRÊT DES VOSGES. Épinal. - Catalogue : Agriculture et disciplines connexes. -Épinal: 1976. - 39 p.; 30 cm.