entête
entête

Création d'une salle de bibliographie a la bibliothèque de l'ancienne Faculté de médecine de Paris

12 rue de l'École de médecine, 75006 Paris.

Paule Dumaître

Une création importante vient de s'effectuer à la Bibliothèque de l'ancienne Faculté de médecine de Paris : une salle de bibliographie a été ouverte au début de novembre 1975.

On peut s'étonner qu'une telle salle ait manqué jusqu'à présent dans cette bibliothèque, seul endroit où il soit possible de faire une bibliographie complète de médecine tant elle est riche en bibliographies médicales, aussi bien générales que spécialisées. Cependant cette salle n'existait pas et les chercheurs ne pouvaient avoir accès librement à ces collections. Ils devaient se contenter d'avoir à leur disposition l'Index Catalogue et l'Index Medicus - certes, les deux plus grandes bibliographies médicales - mais ils étaient réduits pour consulter les autres, à les demander, volume par volume, où à solliciter des bibliothécaires de service dans la salle de lecture l'autorisation d'aller sur les rayons. En fait, ces deux grandes bibliographies, Index Catalogue et Index Medicus, correspondaient à une époque où, représentant presque à elles seules toute la bibliographie médicale, elles étaient pratiquement les seules consultées, mais il faut reconnaître qu'avec les progrès de la documentation, avec le nombre de revues nouvelles que celle-ci offre au lecteur, elles ne suffisaient plus. Deux grandes séries, le Bulletin signalétique, les Excerpta medica, avaient vu le jour en même temps qu'apparaissaient diverses bibliographies spécialisées permettant de grouper des recherches approfondies sur un même sujet. Il convenait donc que, pour répondre au rôle national qui est le sien, la bibliothèque puisse disposer d'une salle où les usagers pourraient consulter en accès libre ses collections complètes de bibliographies. Mais là était le problème.

Dès l'année 1972, une demande avait été adressée à la Direction des bibliothèques et de la lecture publique pour l'installation d'une salle de bibliographie par aménagement et construction d'escalier dans la petite salle des périodiques courants, demande qui ne put être satisfaite. Après avoir espéré et attendu, il apparut évident que, dans la situation économique actuelle, il ne fallait attendre de miracle que de soi-même et que la salle devait être installée dans des murs existant déjà, sans aucun frais, avec des moyens de fortune. Le réaménagement de la seule salle possible, la salle Landouzy, ou salle Réservée, fut alors envisagé.

La salle Réservée! Son nom même indiquait qu'elle avait un caractère à part et qu'il pouvait sembler bien hardi d'y toucher. Occupant le premier étage dans l'aile gauche de la cour d'entrée, dans la belle construction édifiée au XVIIIe siècle rue de l'École de médecine par l'architecte Gondoin, cette salle avait été la première salle de lecture de la bibliothèque, depuis sa réouverture dans les locaux de l'Académie et de l'École de chirurgie le 18 octobre 1795, sous les auspices de Pierre Süe, professeur-bibliothécaire, jusqu'au Ier décembre 189I où fut ouverte la grande salle actuelle dans les nouveaux bâtiments du boulevard Saint-Germain. Cette belle et grande salle, qui avait vu passer tant de futurs médecins depuis la Révolution jusqu'à la fin du XIXe siècle, où avaient travaillé tous ceux qui portaient les grands noms de la médecine, fut alors décrétée « réservée », c'est-à-dire mise à la disposition des étudiants de thèse et chercheurs - autorisés à y aller par l'établissement d'une carte spéciale - qui y trouvaient, loin des jeunes trop bruyants, la paix et le silence propices au travail en même temps qu'un certain nombre de collections mises à leur disposition, en particulier les thèses de médecine de Paris et de province.

Pendant longtemps ce fut un privilège d'aller salle Réservée et ceux qui la fréquentaient, petit groupe choisi, en défendaient jalousement l'accès. Aussi semblait-il difficile de changer sa destination et avons-nous longuement hésité avant de prendre cette décision.

Mais les temps avaient changé. Les candidats bruyants, grands utilisateurs de manuels, sont partis dans les bibliothèques de centres hospitaliers et universitaires, les thèses, devenues pour la plupart de moindre valeur, sont moins demandées, les instruments de documentation, en se développant, sont devenus impossibles à consulter s'ils ne sont pas en accès libre; aussi, devant l'impossibilité d'avoir une salle nouvelle, la transformation de la salle Réservée en salle de bibliographie a-t-elle été jugée nécessaire.

Commencée en juin 1975, sans aide, sans argent, sans faire appel à du personnel supplémentaire, cette transformation a été achevée en quatre mois grâce au dévouement du personnel magasinier qui a dû effectuer de nombreux déménagements, tout en assurant son service normal. Il a en effet fallu transporter les collections de périodiques et thèses de la salle Réservée sur les rayons, ce qui a entraîné de longs refoulements, et transporter ensuite les bibliographies, jusque-là dispersées à travers les magasins, dans la salle Réservée. Seuls ceux qui connaissent cette immense maison et les distances considérables qu'il faut parcourir pour se rendre d'un point à un autre, les escaliers étroits, les ascenseurs souvent difficiles à obtenir, peuvent mesurer l'effort qui a été nécessaire. La salle cependant a pu être ouverte au début de l'année scolaire et, si elle n'est pas encore installée parfaitement, un conservateur et un sous-bibliothécaire en dressent le catalogue, avec, en projet, la constitution d'un vaste fichier réunissant toutes les bibliographies de médecine du passé et du présent.

Cette salle répondra, nous l'espérons, au rôle national de notre bibliothèque dont le caractère particulier est en effet d'être réservée aux étudiants terminant leurs études, c'est-à-dire préparant leur thèse, à ceux qui préparent des certificats de spécialités, et en même temps d'être une bibliothèque largement ouverte au corps médical, aux chercheurs des centres et instituts de recherche, à tous ceux qui désirent s'informer de nos sources bio-bibliographies et historiques. Elle est le seul endroit où professeurs et chercheurs. aussi bien de France que du monde, ont l'assurance de trouver à peu près tout ce qui parait en médecine dans notre pays et une grande partie de la production des livres et périodiques étrangers. Outre son caractère universitaire propre, elle joue, par l'importance de son activité et de ses collections, sur le plan national et international, un rôle de premier plan qui en fait une bibliothèque nationale.

Conçue pour faciliter la recherche, la salle de bibliographie donnera, espérons-le, toute satisfaction aux usagers et témoignera, de la vie de la bibliothèque et de l'intérêt qui est porté à ses lecteurs.