entête
entête

Journées d'étude des bibliothécaires du Sud-Est

Ces journées tenues à Grenoble ont groupé une trentaine de bibliothécaires des bibliothèques municipales et universitaires d'Avignon, Carpentras, Grenoble, Le Puy, Lyon, Marseille et du centre universitaire de Saint-Hilaire-du-Touvet. Elles débutèrent le samedi 21 octobre 1972 par une séance de travail à la Bibliothèque universitaire (section lettres) à Saint-Martin-D'Hères au cours de laquelle furent présentés deux rapports, l'un de M. Chauveinc, l'autre de M. Reynaud sur la recherche dans les bibliothèques en fonction du thème général du IIe Congrès de la Ligue des bibliothèques européennes de recherche, qui devait se tenir à Bordeaux les 24, 25 et 26 octobre 1972.

Dans son exposé, M. Chauveinc définit la tâche d'une bibliothèque de recherche, qui consiste, d'abord à réunir et à conserver le maximum de documents et à les communiquer. Cette communication n'est toutefois qu'une opération passive si elle ne s'accompagne pas d'un véritable travail d'information. Cette dernière tâche de documentation est accomplie en France par le documentaliste, alors qu'elle devrait l'être, comme dans les pays anglo-saxons par le bibliothécaire.

Succédant à M. Chauveinc, M. Reynaud estima qu'une bibliothèque de recherche doit se prolonger par un centre de documentation. Pour mieux fournir l'information demandée il convient, d'après lui de constituer des réseaux qui permettraient de trouver l'information partout où elle se trouve, en privilégiant un domaine particulier aux dépens des autres de façon à pouvoir le traiter plus à fond, ce qui entraîne la nécessité de connaître les autres bibliothèques et de compter sur elles pour répondre aux questions qui ne sont pas du ressort de la bibliothèque interrogée. Pour cela il conviendrait d'avoir un personnel de très haut niveau compétant dans les disciplines sur lesquelles il serait interrogé et formé au dialogue, pour qu'il « confesse » le chercheur et qu'il l'aide tout au long de sa recherche.

Ces deux communications ont fait l'objet d'un débat, où fut souligné plus spécialement le rôle du personnel, qui peut soit appartenir à l'équipe de chercheurs et être spécialiste de la question traitée, soit être recruté parmi les documentalistes professionnels spécialisés dans un domaine particulier. L'idéal serait qu'il existât dans les bibliothèques de recherche, comme dans les pays anglo-saxons, des « reference librarians » chargés de guider le chercheur. L'accent a été mis en outre sur l'intérêt du libre accès, mais qui ne peut être étendu aux fonds anciens, et sur la rapidité de l'information.

L'après midi du samedi fut consacré à la visite par groupe de la Bibliothèque municipale et de ses succursales et des sections de la Bibliothèque interuniversitaire de Grenoble. Une réception eut lieu à 18 heures à l'Hôtel de Ville. Le lendemain dimanche 22 octobre fut organisée une excursion en car dans le Vercors par Pont-en-Royans, Les Grands Goulets, les gorges de la Bourne avec déjeuner amical à Méaudre.