entête
entête

Chronique des bibliothèques françaises

Bibliothèque nationale. Paris.

Exposition : La légende napoléonienne. - L'exposition de la Bibliothèque nationale, qui a lieu du II juin au 20 octobre 1969, avait pour but de mettre à jour la façon dont s'est forgée la légende napoléonienne, du vivant de l'empereur aussi bien qu'après sa mort. M. Jean Adhémar et Mlle Nicole Villa, organisateurs de l'exposition, ont su choisir parmi une masse énorme de documents ceux qui prouvaient le mieux dans quelle large mesure Napoléon lui-même a contribué à la création de sa propre légende. Comme le catalogue 1 en fait foi, textes officiels et littéraires, gravures, objets d'époque et reconstitutions de lieux se côtoient dans un ordre logique et chronologique afin de fournir une explication rationnelle aux caractères symboliques du mythe napoléonien. De la campagne d'Italie à la « résurrection » de Napoléon, en passant par la bataille dite « d'Arcole », « les pestiférés » de Jaffa, Lodi, Austerlitz, Moscou et l'île Sainte-Hélène, toutes les étapes de la vie de l'empereur étaient représentées dans l'exposition qui, par ses couleurs et ses détails pittoresques, parlait à l'œil aussi bien qu'à l'esprit. L'attitude des successeurs de Napoléon, ainsi que l'influence exercée par Edmond Rostand et surtout par Victor Hugo sur la création du mythe napoléonien, y étaient également bien mis en évidence. Si l'on tient compte en outre de l'attachement réel des vieux grognards de la grande armée pour leur Petit Caporal, qui se traduisit par une admiration parfois silencieuse mais toujours sans limite et presque dévote, on s'explique alors comment durant de nombreuses décennies et parfois encore maintenant, l'histoire de Napoléon Bonaparte est devenue une véritable légende. Cette exposition a été réalisée par le Cabinet des estampes et grâce à des prêts consentis par LL.AA.II le Prince et la Princesse Napoléon, S. A. R. la Princesse Eugénie de Grèce, le commandant Lachouque et l'Institut de France.

Phonothèque nationale.

La phonothèque nationale a tenu à rendre un ultime hommage à la mémoire du président Grunebaum-Ballin, qui fut son véritable promoteur. Dans ce but, elle avait demandé à M. René Cassin, président honoraire du Conseil d'État, de retracer la carrière du disparu. Le président Grunebaum-Ballin fut non seulement président de section au Conseil d'État, mais exerça une activité sociale tout à fait remarquable. Il s'occupa notamment pendant trente ans de l'Office des habitations à bon marché du département de la Seine.

Dès 1928, voyant que le dépôt légal des œuvres phonographiques, institué par une loi du 19 mai 1925, restait lettre morte, il fonda une Société des amis de la phonothèque nationale dans le but de promouvoir la création de cet établissement. C'est avec une particulière émotion que le public écouta l'enregistrement réalisé en 1948 dans le studio de la phonothèque nationale par le président Grunebaum-Ballin, qui fit une chronique pleine d'humour sur les premiers pas de cet établissement consacré au disque.

Ensuite, M. Jacques Chailley, directeur de l'Institut de musicologie, au cours d'un exposé très dense et nourri de documents visuels et sonores, fit part des recherches qui le conduisirent à écrire un livre passionnant : « La Flûte enchantée, Opéra maçonnique », dans lequel il donne les clés de cet opéra dont le sens, sinon la musique, a été longtemps méconnu.

« Son livret, soi-disant stupide, nous a dit le conférencier, est en réalité un livret d'une portée philosophique considérable, plein de données profondes et la partition musicale, extraordinairement travaillée, est chargée de prolonger le livret et bien au-delà. »

Jacques Chailley décrivit d'abord le climat « maçonnique » dans lequel évoluait Mozart qui était « Maître » de la Franc-Maçonnerie et dont les collaborateurs pour le livret : Shikaneder, Giesecke, savant minéralogiste, et Ignaz von Born, philosophe des lumières, étaient aussi maçons.

En ce qui concerne l'œuvre, son action est double : l'intrigue extérieure peu compréhensible ne s'éclaire que par l'action intérieure. Une analyse détaillée nous montre que musique et livret sont tissés de symboles maçonniques. Dès les premières mesures de l'ouverture, nous entendons cinq accords et non trois comme on l'a affirmé. Or cinq est le nombre féminin. C'est celui de la Reine de la nuit, de Pamina, alors que trois est le nombre masculin, celui du soleil, de Sarastro. Le monde des femmes est celui de la nuit, de l'ignorance, de la non-initiation, mais pas du mal, comme on le dit à tort.

Les hommes possédant la révélation, les femmes la leur raviront-elles ? Le sens profond de la « Flûte enchantée », c'est celui de cette initiation progressive de la femme représentée par Pamina qui formera avec Tamino le couple idéal, après avoir traversé les épreuves de l'air, de la terre, de l'eau et du feu, épreuves étrangement analogues à celles du rituel maçonnique. C'est d'ailleurs presque point par point que l'on trouve transposés dans « la Flûte enchantée » les rites d'initiation de la Franc-Maçonnerie.

Le livre de Jacques Chailley nous en révèle l'étonnant parallélisme. Sa conférence a commencé d'initier au sens profond de l'opéra de Mozart et a permis de comprendre, comme nous l'a dit Jacques Chailley en conclusion, pourquoi, selon Goethe : « Il faut plus de savoir pour apprécier le livret de la « Flûte enchantée » que pour s'en moquer. »

Bibliothèques municipales.

Créteil (Val-de-Marne).

Inauguration du bibliobus municipal. - Le 15 mars 1969, en présence de M. Caillet, inspecteur général des bibliothèques et de M. le préfet du Val-de-Marne, le général Billote, député-maire, inaugurait le bibliobus urbain et la nouvelle maison de jeunes de Créteil.

Le bibliobus a été construit à partir d'un châssis Saviem modèle S. M. 6, qui comporte 58 mètres linéaires de rayonnages, offrant ainsi aux lecteurs un choix de 2 200 à 2 500 ouvrages. 4 000 ouvrages constituent le fonds initial. Un effort particulier a été réalisé à l'intention des jeunes Christolliens, et 2 ooo livres leurs sont réservés. Le bibliobus dessert régulièrement chaque semaine six quartiers de Créteil : Marché du Mont-Mesly, Marché du centre, Centre commercial Kennedy, Cité des bleuets, Cité du petit pré, Place centrale du Mont-Mesly.

Du 18 mars au 3I mai 1969, 896 enfants de moins de 16 ans et 277 adultes ont emprunté 10 614 ouvrages. Le prêt des livres est assuré par un sous-bibliothécaire et un chauffeur.

Dole (Jura).

Ouverture d'une salle de lecture à la Bibliothèque municipale. - La Bibliothèque municipale de Dole (plus de 60.000 volumes) située dans l'ancien Collège des Jésuites connaît depuis quelques mois un développement important grâce à l'ouverture en novembre 1968 d'une vaste salle de lecture de 36 places. Cette salle ornée de boiseries et rayonnages de style Louis XVI, où les belles reliures or des livres du fonds ancien s'offrent au regard, est classée monument historique. Encouragés par la perspective de conditions de travail plus favorables, les lycéens et étudiants dolois ont accueilli avec satisfaction l'ouverture de la grande salle d'étude : le chiffre de 450 lecteurs inscrits est maintenant atteint. Auparavant la bibliothèque ne pouvait recevoir que 8 lecteurs à la fois, ce qui réduisait son rôle à celui d'une petite bibliothèque de prêt dont toutes les ressources étaient loin d'être exploitées.

En mars 1969 la bibliothèque a été fréquentée par 1 428 lecteurs alors qu'en mars 1968 on n'avait pu en accueillir que 540. Le chiffre de 40 à 50 entrées par jour a été fréquent ces derniers mois et on voit maintenant se dessiner plus nettement la véritable fonction d'étude et de recherche de cette bibliothèque.

En plus de sa section d'étude, la bibliothèque de Dole comporte une petite annexe de prêt qui, elle aussi, a connu des aménagements récents. Cette bibliothèque existait déjà en 1865 mais elle a été entièrement rénovée l'année dernière et l'accès aux rayons a été réalisé. Le chiffre de 336 lecteurs adultes est atteint actuellement et 133 enfants fréquentent la section des jeunes, une partie de la salle étant réservée à ces derniers. Cette section de lecture publique enregistre une moyenne de 600 à 700 prêts par semaine.

Laon (Aisne).

Arsène Houssaye, 1814-1896. Son œuvre et ses amis. - La Bibliothèque de Laon, avec les « Amis de la bibliothèque », a organisé un après-midi « Arsène Houssaye » avec une promenade aux trois châteaux romantiques de l'écrivain à Bruyères, dans la banlieue de la ville, suivie d'une exposition ouverte au public pendant 10 jours.

Dans les vitrines, les visiteurs très nombreux à participer à la manifestation, ont suivi la vie d'Arsène Houssaye à travers son œuvre. Ce personnage assez méconnu fut un auteur de romans à succès, Gavarni, Bertall, Célestin Nanteuil, Faming. Il fut également le directeur de « l'Artiste », cette très belle revue, à laquelle collaborèrent tous les grands noms du XIXe siècle : Victor Hugo, Lamartine, Alfred de Musset, Théophile Gautier, Gérard de Nerval, etc.

Directeur de la Comédie-Française en 1849, il fit jouer le « Chandelier » de Musset, « la Joie fait peur » de Mme de Girardin, « Mademoiselle de la Seiglière » de Sandeau, ainsi que du Ponsard, Augier, Octave Feuillet, etc.

Dans cette vie débordante, puisqu'il était aussi inspecteur des Beaux-Arts, ami de Mérimée, de Vitet et de M. de Nieuwerkerke, Arsène Houssaye publia des livres d'art sur la peinture flamande et hollandaise, sur Callot, sur Molière, etc.

Tous ses romans, ses livres d'art, ainsi que la superbe revue de « l'Artiste » accompagnée de tous les autographes des grands écrivains du XIXe siècle, provenaient exclusivement du fonds de la bibliothèque de Laon.

Le Havre (Seine-Maritime).

Exposition « Maxime Gorki, sa vie et son œuvre ». - Une exposition sur « Maxime Gorki, sa vie et son œuvre » a été inaugurée à la Bibliothèque municipale du Havre le samedi 26 avril par Me Heudron, adjoint au maire, chargé des Affaires culturelles, en présence de M. Kazanski, attaché culturel auprès de l'Ambassade de l'U.R.S.S.

Préparée par le Club russe des lycées du Havre, sous la direction de M. Birkan, professeur, et de Mme Koucheleva-Duchemin, assistante, cette manifestation a été vivement appréciée par le corps enseignant, les élèves et le public havrais.

L'inauguration fut suivie d'une conférence par M. l'Attaché culturel sur le « Théâtre de Gorki ».

Louviers (Eure).

« Le Livre, ouverture sur la vie ». - L'exposition « Le livre, ouverture sur la vie », réalisée en collaboration avec Monique Bermond et Roger Boquie, critiques de livres pour la jeunesse, et Marcel Violette, décorateur, a eu lieu du 22 mars au 26 mai dans le musée de la ville de Louviers.

Le but de l'opération était d'attirer l'attention des adultes (parents, enseignants, libraires) autant que des enfants, sur l'existence d'une très bonne littérature pour la jeunesse écrite par de très grands auteurs contemporains, spécialisés dans ce genre (tels que J. Cervon, R. Guillot), ou non (tels P. Gammara, B. Clavel...).

Les deux critiques ont sélectionné une liste de 700 ouvrages pour la jeunesse parus dans les 10 dernières années chez une vingtaine d'éditeurs. (Quelques bonnes maisons d'éditions, ayant publié de très intéressants ouvrages pour les jeunes, ont, semble-t-il, été oubliées; mais il était difficile d'apporter des modifications à la liste des critiques.)

La bibliothèque municipale a acheté ceux des 700 ouvrages qu'elle ne possédait pas et une seconde série complète. En effet, une des séries a été présentée sur des panneaux dans l'exposition, l'autre répartie dans des petits salons de lecture, aménagés dans l'exposition elle-même, afin que les visiteurs puissent feuilleter les livres à loisir.

Ces livres étaient répartis (sur les panneaux comme dans les salons) par tranches d'âge que le catalogue complet des 700 titres reprenait (celui-ci distribué gratuitement au public).

24 ouvrages de la liste ont été choisis par des enseignants de Louviers pour servir de base à des enquêtes faites par leurs élèves sur les sujets traités dans le livre choisi. Les travaux, réalisés à la suite de ces enquêtes, et dont certains étaient fort beaux, furent placés dans l'exposition.

Chaque week-end, et pendant toute la durée de l'exposition ont été passés, dans la salle de la bibliothèque aménagée en salle de conférence et de projection, des films concernant les bibliothèques, la lecture, les illustrés, etc.

Des auteurs et des illustrateurs sont venus discuter avec les enfants de leurs ouvrages et des livres que ceux-ci aimeraient lire (J. Cervon, G. Fontvilliers, C. Lamarque, M. Monestier, A. Reboul, etc.).

Des émissions de radio (France Culture, France Inter) et de télévision (Le Magazine féminin) ont eu lieu. Des périodiques ont publié des articles. Le but de l'opération : informer le plus grand nombre de gens possible de l'existence d'une bonne littérature contemporaine pour la jeunesse, a été atteint.

Mantes-la-Jolie. (Yvelines).

Exposition Molière. - Le samedi 7 juin, à la galerie Georges Duhamel, a eu lieu l'inauguration d'une exposition de documents inédits sur la vie et l'œuvre de Molière. Beaucoup de ces documents ont été prêtés par M. Jean Meyer, qui publie actuellement chez l'éditeur d'art Maurice Gonon, les œuvres complètes de Molière. Parmi les documents exposés, on remarquait de nombreuses planches gravées, des maquettes de décor et de costumes de Suzanne Lalique pour les « Amants magnifiques », pour « Amphitryon », les décorations et les machines de Jacques Torelli, un portrait de Molière par Charles Coypel et un portrait inédit par un anonyme.

La deuxième partie de l'exposition se situait à sa manière sous le signe de Molière. René Arlandis, ancien acteur, avait réuni 24 dessins, des aquarelles et des peintures à l'huile. Il joua les « Fourberies de Scapin » en 1936 avec Claude Dauphin. Celui-ci était d'ailleurs venu présenter son ami et a déclaré « Je suis certain que Molière aurait eu beaucoup de sympathie pour lui, non pas parce qu'il a joué les « Fourberies de Scapin » avec nous, mais parce qu'Arlandis est un homme qui « fait » les choses, avec ses mains, avec sa tête, avec son cœur. »

Mulhouse (Haut-Rhin).

Les gravures de la Société industrielle. - La Bibliothèque municipale a présenté au public, du 8 au 22 mars 1969, la collection d'estampes confiée à la ville par la Société industrielle de Mulhouse 2. Soixante-quatre planches choisies parmi les plus rares, les plus belles et les mieux conservées, ont été exposées. Le président de la Société a écrit pour le catalogue 3 une préface, très intéressante pour la connaissance de l'histoire culturelle locale, où il expose les conditions dans lesquelles les collections artistiques mulhousiennes ont été créées et se sont développées.

Exposition Hemingway. - La Bibliothèque municipale a présenté du 26 avril au 10 mai les quatorze panneaux de l'exposition Hemingway montés par la section des bibliothèques publiques de l'Association des bibliothécaires français. L'exposition est demeurée à Mulhouse pendant tout l'été, et elle a circulé dans plusieurs bibliothèques d'entreprise et dans des annexes de la Bibliothèque municipale.

L'œuvre gravé de Jacques Houplain. - La Bibliothèque municipale et la Société Godefroy Engelmann ont organisé ensemble du 17 mai au 7 juin une rétrospective de l'œuvre gravé de Jacques Houplain. Un choix de 52 planches et de 8 livres illustrés, fait avec l'artiste, a présenté l'essentiel d'une œuvre forte et cohérente qui a intéressé un large public d'amateurs. Le catalogue 4 faisait état des critiques de presse et des ouvrages illustrés par Jacques Houplain.

Journée d'étude sur la documentation. - Le 4 juin s'est tenue à Mulhouse une journée d'étude sur « La documentation et son application à l'échelon local » organisée par le Comité d'action pour le développement économique et social haut-rhinois (C.A.H.R.). Animée par M. Laurent, chef du centre de documentation de la Chambre de commerce de Paris, elle a réuni une vingtaine de responsables de ses services de documentation d'entreprises, des chambres de commerce, de la chambre d'agriculture, du C.A.H.R., des établissements d'enseignement secondaire de Colmar et de Mulhouse. Le directeur de l'Institut universitaire de technologie de Mulhouse-Colmar a participé à cette rencontre, et les bibliothèques publiques y étaient représentées par Mlle Wahlen et M. Richter de la Bibliothèque municipale de Mulhouse.

Dans son exposé sur les méthodes, les structures, les moyens et les techniques de la documentation, M. Laurent a souligné l'importance de la décentralisation et la nécessité des relais régionaux. Il a été rejoint sur ce point par M. Richter qui a présidé un débat sur les ressources documentaires du Haut-Rhin et qui a proposé aux participants de reprendre sur des bases techniques nouvelles et dans un cadre élargi le fichier central de documentation économique, juridique, scientifique et technique 5 créé en 1961, et entré en léthargie depuis quelques années. La suggestion a été favorablement accueillie. La réalisation devrait permettre de mieux connaître les besoins respectifs des clientèles de chaque centre et d'élaborer une politique raisonnée de développement sur le plan départemental et régional.

La journée a été coupée par un repas pris en commun qui a permis aux participants de nouer des relations personnelles qui permettront à l'entreprise projetée de se développer dans des conditions plus favorables.

Toulouse (Haute-Garonne).

Exposition de propagande. - Du 16 au 28 juin, à l'occasion d'une quinzaine de la lecture, la Bibliothèque municipale de Toulouse a fait une exposition de propagande.

Dans les vitrines étaient placés des livres montrant les ressources de la Bibliothèque municipale, de la Bibliothèque universitaire et de la Bibliothèque centrale de prêt de la Haute-Garonne avec une rétrospective d'ouvrages anciens. Sur une grande table centrale, des livres pour enfants étaient à la libre disposition du public. Un plan de Toulouse et une carte de la Haute-Garonne indiquaient tous les points où la population peut venir emprunter des livres.

Un concours était ouvert aux élèves des classes primaires pour les engager à fréquenter les bibliothèques.

Biliothèques centrales de prêt.

Doubs.

Inauguration des bibliobus scolaires. - Le samedi 3 mai, M. le Président Edgar Faure, ministre de l'Éducation nationale, député du Doubs et vice-président du Conseil général a inauguré à Villers-le-Lac la première tournée des bibliobus scolaires du département, en présence de M. A. Masson, inspecteur général des bibliothèques, de M. Chadeau, préfet de la région Franche-Comté, préfet du Doubs et de nombreuses personnalités. Le ministre a examiné avec attention l'organisation intérieure des véhicules et a feuilleté quelques-uns des livres mis à la disposition des enfants. Ceux-ci attendaient avec impatience que les adultes leur laissent le champ libre. Ils ont grandement apprécié les ouvrages qui leur étaient présentés et leurs maîtres ont partagé leur satisfaction.

  1.  (retour)↑  [Exposition. Paris, Bibliothèque nationale. 1969.] La Légende napoléonienne. 1796-1900. [Préface d'Étienne Dennery.] - Paris, Bibliothèque nationale, 1969. - 23 cm, 83 p., X-3 [pl.], ill.
  2.  (retour)↑  Voir : B. Bibl. France, 13e année, n° 12, décembre 1968, p. 560.
  3.  (retour)↑  [Exposition. Mulhouse, Bibliothèque municipale, 1969.] - Le Cabinet des estampes de la Société industrielle,... du 8 au 22 mars 1969. - Mulhouse, Bibliothèque municipale, 1969. - 2I cm.
  4.  (retour)↑  [Exposition. Mulhouse, Bibliothèque municipale, 1969.] - Gravures et livres de Jacques Houplain,... du 17 mai au 7 juin 1969. - Mulhouse, Bibliothèque municipale, 1969. - 2I cm.
    (Société Godefroy Engelmann.)
  5.  (retour)↑  Voir : B. Bibl. France, 8e année, n°6, 1963, pp. 267-268.