entête
entête

Chronique des bibliothèques françaises

Bibliothèque de l'Arsenal.

Acquisitions récentes (1963-1968) (Suite).

II. Collections théâtrales

L'abondance 1 des dons et acquisitions effectués au cours des cinq dernières années au profit des collections théâtrales est telle que deux parties doivent être distinguées : ceux que l'on peut qualifier de réguliers et ceux qui sont entrés à titre exceptionnel.

En ce qui concerne ces derniers, dont le volume et la qualité sont, dans de nombreux cas, remarquables, on a du reste été contraint, faute de place suffisante à l'Arsenal, d'en grouper les éléments dans des locaux de la Bibliothèque nationale où se trouvait conservée la collection Gordon Craig.

A. - Acquisitions et dons réguliers.

Les théâtres et entreprises de spectacle et les professionnels n'ont cessé d'étendre leurs apports à nos collections. C'est ainsi que plus de cent cinquante théâtres et établissements de spectacles (Festivals, Centres dramatiques de province, Maisons de la culture, Cabarets, Music-hall, Stations de radio et de télévision) ont adressé régulièrement leurs publications à la bibliothèque : programmes, affiches, périodiques, extraits de presse, communications multigraphiées, photographies, etc... D'autre part, par suite de l'accord particulier intervenu avec l'O.R.T.F., plusieurs milliers de textes provenant des émissions dramatiques de la Radiodiffusion et de la Télévision ont été remis et, joints à une documentation annexe (recueils de presse sur tous les aspects de la radio et de la télévision, périodiques spécialisés), contribuent à faire de la bibliothèque de l'Arsenal la première bibliothèque publique française consacrée à ces deux moyens modernes de communication.

Les dons et acquisitions effectués chez les professionnels des arts du spectacle - décorateurs de théâtre et de télévision - ont été également étendus : des maquettes originales de décors (à deux et à trois dimensions) et de costumes ont été acquises auprès des artistes suivants : Acquart, Annenkov, Andrienko, Barsacq, Benda, Michel Brunet, Boll, Camurati, Catulle, Coutaud, Marie-Hélène Dasté, Erté, Yves Faucheur, Gontcharova, Juncar, Le Marquet, Madeleine Louys, Marillier, Medgies, Monloup, Jacques Noël, Pace, Pignon, Simonini, Touchagues, Valrau, Wadachi. Nombre de ces artistes ont mis leurs collections à la disposition de la bibliothèque afin d'effectuer une prise de diapositives en couleur de leurs maquettes originales de décors et de costumes. La Bibliothèque de la Comédie-française a également autorisé l'Arsenal à effectuer régulièrement une prise de diapositives sur des œuvres de même nature. En outre, une prise de diapositives a été effectuée systématiquement sur les ensembles de maquettes originales de décors et de costumes figurant dans nos anciennes collections, notamment les collections Georges Pitoëff, Autant-Lara, et Gordon Craig.

Des dessins évoquant les activités de théâtres ou d'hommes de théâtre ont été acquis, entre autres à Berthold Mahn pour le Théâtre du Vieux-Colombier et le peintre Roger Worms a fait don d'études concernant un portrait de Jacques Hébertot. Les acteurs, chanteurs, danseurs et artistes de music-hall, à la suite d'une prospection systématique, ont fait don de plusieurs centaines de portraits les représentant à la ville ou à la scène. Des mimes, en particulier Marcel Marceau, ont remis affiches et photographies les concernant. Une prospection a été effectuée également auprès des marionnettistes; un vaste ensemble comprenant des poupées, des photographies, des programmes, des affiches, des textes de pièces, a pu être ainsi réuni. C'est par l'intermédiaire des professionnels que des dons importants ont été faits dans les domaines de la Radio, de la Télévision et du Cinéma (MM. Thévenot et Gullpepper, Mme Daniloff). Des acquisitions portant chaque année sur plus de 4 000 photographies ont été effectuées auprès des spécialistes des arts du spectacle : Stu dios Bernand, Pic, Lipnitzki et Bertrand-Weill. Ces achats permettent de communiquer, pour chaque spectacle créé ou repris en France, une série de photographies de scènes ainsi que des portraits concernant les auteurs, les metteurs en scène et les principaux acteurs. Une section ouverte aux enregistrements sonores de pièces dramatiques et lyriques, de musique de scène, de textes consacrés aux hommes de théâtre, s'est enrichie de plusieurs centaines de disques. Enfin, des acquisitions effectuées chez les libraires spécialisés ont porté notamment sur des affiches illustrées concernant les différents arts du spectacle entre 1880 et 1914.

B. - Dons et acquisitions exceptionnels.

Ceux-ci sont venus de M. René Jeanne, critique et historien du cinéma : (photographies, articles, périodiques concernant le ciné ma français, précédant et suivant la première guerre mondiale), M. René Dupuy, metteur en scène (mises en scène écrites, notes et documents divers concernant sa carrière), Mme Clara Tambour, actrice (textes de pièces, photographies, coupures de presse concernant sa carrière), M. Paul Colline, auteur dramatique, chansonnier et revuiste (texte de ses principales œuvres), M. Jacques Natanson, auteur dramatique (textes de ses œuvres et articles concernant sa carrière).

M. Samson Fainsilber a permis d'acquérir un ensemble de documents provenant des archives de son père, M. Mattei-Roussou, auteur dramatique et directeur de revues, des documents et correspondance concernant André Antoine et le théâtre en Europe entre 1920 et 1938. Mme Niox-Chateau a fait don d'un ensemble de pièces provenant de son mari, auteur dramatique. M. Jacques Feschotte, critique, a légué un ensemble important de programmes, critiques et documents divers concernant le music-hall et les festivals dramatiques et lyriques. M. Claude Autant-Lara, cinéaste, a complété par des ouvrages, des photographies, des recueils de presse et des documents divers la collection Autant-Lara qui avait fait l'objet d'un don aux collections théâtrales par les fondateurs du Théâtre « Art et Action ». De même, à la suite du décès d'Edward Gordon Craig, un important ensemble de correspondance et de documents conservés par devers lui en vue de la rédaction de ses Mémoires, a rejoint la prestigieuse collection qu'il avait lui-même cédée à la bibliothèque de l'Arsenal. L'ensemble des œuvres, de la correspondance professionnelle et des archives de René Fauchoix, auteur dramatique, a fait l'objet d'un don effectué par son fils aux collections théâtres. Par disposition testamentaire, M. Paul Blanchart, auteur dramatique, historien et critique de théâtre, a légué l'ensemble de ses archives : manuscrits de ses ouvrages, de ses études, de ses conférences, ainsi que de nombreux dossiers de documentation qui concernaient leur préparation; des ouvrages, une abondante correspondance et des documents iconographiques complètent ce legs. Les héritiers du critique, ancien secrétaire de la Comédie-française, M. Nepveu-Degas, ont fait don des manuscrits de ce dernier ainsi que d'une documentation importante réunie par ses soins au cours de sa carrière : correspondance, livres, maquettes et programmes complétaient les éléments concernant son œuvre proprement dite. M. A.-M. Julien, ancien directeur du Théâtre des Nations, a donné un ensemble incomparable concernant les activités du Théâtre des Nations depuis le premier Festival international de Paris jusqu'à la fin de sa direction. Près de 10 ooo photographies, les programmes, les affiches, concernant les différents spectacles donnés par les troupes étrangères reçues à Paris, constituent une documentation exceptionnelle sur la production du théâtre mondial au cours de douze années. A cet ensemble devaient s'ajouter les albums de coupures de presse française et étrangère qui constituent un complément du plus grand intérêt. Un peu avant la démolition du Théâtre de l'Ambigu, la direction de ce théâtre a fait don de l'ensemble des archives qui subsistaient sur les activités de ce théâtre depuis la fin du XIXe siècle. Il s'agit d'un ensemble considérable de correspondance auquel il convient d'ajouter des textes de pièces, des matériels d'orchestre, des affiches et des programmes. Le critique dramatique et auteur, Guillot de Saix a légué l'ensemble de ses archives au profit des collections théâtrales : textes de pièces et de chansons, manuscrits, textes d'émissions radiophoniques et d'articles, correspondance, livres, programmes et recueils de presse. Il convient de signaler tout particulièrement, parmi les éléments de ce legs une collection d'ouvrages et de documents importants concernant Oscar Wilde dont Guillot de Saix était le traducteur. Mme Ellmar-Bessmertny a en partie cédé et en partie donné aux collections théâtrales, une collection importante de livres et de périodiques concernant le théâtre allemand entre 1925 et 1965 dont son mari, Paul Ellmar, a été l'un des meilleurs critiques. L'Institut pédagogique national a fait don aux collections théâtrales d'une partie des éléments des deux grandes expositions de théâtre organisées par des soins : Le Théâtre élisabethain en France et Le Lieu théâtral à la Renaissance. Mme Leidleys-Silvain, fille du grand acteur Silvain, a donné un ensemble de documents variés concernant le théâtre français entre 1917 et 1927 : pièces, livrets d'opérettes, programmes, affiches, photographies, ainsi que des caricatures concernant les personnalités du théâtre de cette époque.

Enfin, l'Association des Amis de Charles Dullin a fait don des archives qui substaient après la mort du grand metteur en scène. Cet ensemble qui s'ajoute aux éléments groupés précédemment sous les noms d'André Antoine, Jacques Copeau, Louis Jouvet, Georges Pitoëff et Gaston Baty complète, en quelque sorte, la documentation exceptionnelle que nos collections théâtrales possèdent sur les théâtres du « Cartel ». Plus de 150 costumes et accessoires de costumes et de scène, des masques, des disques, des cahiers de notes de régie, des éléments de correspondance, des programmes, des maquettes de décors et de costumes, constituent les principaux éléments de ce don.

Bibliothèques Universitaires.

Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).

Réédition du catalogue des périodiques 2. - Réédition d'un catalogue imprimé, publié en 1962, ce catalogue est multigraphié. Les rééditions futures pourront, si besoin est, être plus rapprochées qu'auparavant. En effet, la totalité du fichier de périodiques a été mise sur cartes perforées codées, ce qui permettra désormais des opérations de mise à jour très simples.

Quelques modifications ont été apportées à ce présent catalogue : - n'y figurent plus les périodiques reçus par la section scientifique (la section médicale et la section scientinque de la bibliothèque universitaire étant maintenant bien distinctes);

- le fonds de périodiques exceptionnellement consulté est considéré comme « fonds mort » et reporté en fin de catalogue sur des pages de couleur bleue. Mais les périodiques disparus ayant encore quelque utilité sont maintenus dans le corps du catalogue.

Le classement adopté est rigoureusement alphabétique.

Il n'a pas été encore possible d'éditer en fin de recueil la table des matières et la table des sociétés. Il est donc nécessaire de se reporter au catalogue matières de la bibliothèque.

Ce catalogue recense un bon nombre de périodiques, nombre encore bien insuffisant par rapport aux besoins de nouveaux périodiques non achetés, faute d'un budget suffisant. Mais cet inconvénient peut être en partie pallié par le prêt inter-bibliothèque.

Montpellier (Hérault).

Exposition Joseph Delteil. - Grâce aux prêts de documents généreusement consentis par Joseph Delteil, la bibliothèque universitaire (section des lettres) a pu lui consacrer une exposition, laquelle, inaugurée le 22 mars 1969, est restée ouverte jusqu'au 19 avril.

Cette exposition a remporté un vif succès auprès des lecteurs à qui étaient présentés des manuscrits et des éditions originales de Joseph Delteil, mais aussi de nombreux portraits, des documents surréalistes, quelques précieuses maquettes originales de Jean Hugo (décor et costumes du film « Jeanne d'Arc » de Carl Dreyer) ou des lettres indédites de L. Aragon, A. Breton, P. Claudel, R. Desnos, P. Eluard, Max Jacob, P. Valéry, etc...

Un catalogue, préfacé par M. le Professeur Charles Camproux, décrit succinctement les quelque 200 pièces présentées et donne des extraits des correspondances inédites.

Bibliothèques municipales

Bourges (Cher).

Exposition Charles Meryen. - Du 7 au 22 juin s'est tenue aux archives départementales une exposition de dessins et gravures de Charles Meryen, officier de marine et peintre graveur (1821-1868). Les trois thèmes principaux étaient Paris, Bourges et l'Océanie.

Cet artiste s'attacha surtout à la représentation des quartiers anciens et pittoresques des vieilles villes de Paris, Rouen et Bourges. Gravures et dessins constituent pour nous des documents précieux sur les maisons et les rues disparues de ces cités. Près de cent pièces, originaux ou fac-similés, ont été aimablement prêtés par le service historique de la marine, la Bibliothèque nationale, les archives nationales, les musées de Bourges et deux collectionneurs particuliers. Un catalogue multigraphié a été établi.

« Magazine » du livre. - Le 21 mai a eu lieu, à la Maison de la culture le deuxième « Magazine du livre ». L'invitée de la soirée était Claire Etcherelli, Prix Femina 1967. Un débat sur les problèmes de la lecture et de l'éducation a suivi.

Prêt à une exposition. - Pendant l'été se tiendra au château médiéval de Culan une exposition consacrée au fantastique dans l'art. Quelques recueils de la Bibliothèque municipale y figurent, notamment une édition bâloise de Vésale de 1555, avec ses saisissantes planches d'écorchés : des marines en taille douce de F. Hieronymus Brueghel, une gravure de Cock d'après Frans Floris (« Hercule et l'hydre de Lerne »), « les misères et malheurs de la guerre » de Callot ainsi que les « Scènes de la vie privée et publique des animaux » de Grandville et la Bible de G. Doré.

Caen (Calvados).

Bibliobus. - La ville de Caen s'étend à un rythme extrêmement rapide et voit chaque année sa population augmenter de près de 6 ooo habitants.

Est-ce le climat, est-ce le tempérament normand assez peu ouvert vers l'extérieur : les Caennais choisissent volontiers la lecture comme activité de loisir. La Bibliothèque municipale de Caen essaie de satisfaire ce besoin, mais ne peut répondre avec la rapidité souhaitée par les nouveaux habitants des quartiers périphériques aux demandes de bibliothèques-annexes, pour deux raisons : I° les constructions coûtent cher; 2° la bibliothèque centrale est mal installée et ne peut fournir le travail intérieur nécessaire pour un grand nombre d'annexes.

La municipalité a donc recherché une formule d'attente qui permettrait de faire face à la demande rapidement, sans abandonner le projet d'implantation de bibliothèques-annexes dans tous les quartiers périphériques.

L'acquisition d'un bibliobus est une formule relativement peu coûteuse : personnel réduit, petites collections de livres (au départ 5 000 volumes) mises à la disposition d'un très grand nombre de lecteurs.

Le bibliobus peut desservir tous les quartiers n'ayant pas encore d'annexe; il stationne sur un lieu de passage, aux heures qui conviennent le mieux à la population du quartier. Il permet de tester les lieux les plus favorables pour l'implantation d'une annexe. Les liaisons entre la bibliothèque centrale et les annexes sont facilitées.

Un bibliobus est une publicité permanente pour la bibliothèque municipale. Il est inutile de souligner les inconvénients du système : exiguité de l'intérieur du véhicule, ce qui empêche d'y installer un catalogue sur fiches ou d'offrir un choix de plus de 2 000 volumes, difficultés matérielles à vaincre pour y apporter un minimum de confort, etc...

Véhicule.

La ville de Caen a porté son choix sur un fourgon Citroën de type 450-extra long, empattement 4,24 m.

Cotes intérieures :
- longueur 6,20 m;
- largeur 0,15 m;
- hauteur 2,oo m;

Poids total en charge : 6,990 kgs.

Charge utile du véhicule carrossé : 35 000 kgs environ.
- Fermetures arrières : portes-armoires se développant le long des parois.
- Portes de cabine avec déflecteur.
- Marchepied arrière rabattable avec deux marches.
- Batteries sur glissières.
- 1 porte latérale coulissante avec emmanchement.
- 3 éléments translucides sur pavillon de 470/860.
- Glace de 559/800 dans chaque porte arrière.
- 4 plafonniers intérieurs.
- 1 chauffage dégivrage de cabine. - Chauffage à brûleur autonome polycarburant pour le fourgon type X 3 avec réservoir auxiliaire.

Prix : 39 426 F (4 juillet 1968).

L'atelier municipal a réalisé l'aménagement intérieur :
- Rayonnages en bois, façon acajou. Tablettes inclinées équipées de presse-livres mobiles courant sur un rail, à l'arrière de la tablette (voir Catalogue Borgeaud).
- Bureau arrondi avec deux casiers à fiches et tiroirs de côté fermant à clef (ils doivent rester fermés pendant les voyages).
- Placard pour les livres réservés.
- Tubes électriques supplémentaires au-dessus des rayonnages.
- Batterie supplémentaire pouvant être rechargée régulièrement.

- Moquette de nylon vert lavable.

(Prix de revient : environ 10 000 F, sans la main d'œuvre).

Il faudrait prévoir une tablette abattante et un siège supplémentaire pour le chauffeur qui assure les opérations de retour des livres.

Fonctionnement.

- Un chauffeur employé de bibliothèque (examen de contrôle) possède trois permis de conduire : tourisme, poids-lourd, transport en commun. Il sera titularisé après son stage d'essai (Catégorie OP 2).

- Une employée de bibliothèque assure avec lui les tournées.

Les acquisitions sont faites à la centrale. Au départ le fonds de livres est distinct car il s'agit d'équilibrer et de tester les achats. Plus tard le fonds de lecture publique formera un tout mobile, en particulier pour les annexes et le bibliobus.

- Le prêt des livres est enregistré au magnétophone (Uher 4000 avec batterie rechargeable sur secteur). Nous envisageons de faire brancher ce magnétophone sur la batterie du camion.

Nous avons essayé le dictaphone Rolls que nous avons abandonné car il est trop long de dérouler et enrouler les bandes magnétiques pour faire les rappels. Il est possible que nous fassions l'essai d'un troisième système plus souple...

Après deux mois et demi de fonctionnement nous avons 578 enfants + 83 adolescents + 190 adultes = 85I abonnés, auxquels nous avons prêté plus de 5 000 livres.

Le bibliobus assure également le renouvellement hebdomadaire des livres déposés dans un centre social et dans une Maison de Jeunes (200 environ au Centre et 100 dans la M. J. C.).

Le public a été immédiatement séduit par la bibliothèque circulante, surtout les jeunes qui se trouvent plus impatients chaque semaine d'emprunter leurs livres. Après la classe c'est la bousculade pour entrer dans le bibliobus.

Le contact entre les biliothécaires et les lecteurs est plus étroit que dans une salle de bibliothèque traditionnelle.

Le bibliobus touche un public populaire, il a une clientèle très variée. Le lundi après-midi par exemple, il stationne devant une école fréquentée par les enfants de la cité d'urgence, puis dans un quartier résidentiel relativement proche de l'université où habitent des professeurs. Il lui faut donc fournir des livres très différents.

Partout l'accueil est aussi enthousiaste et sympathique.

Cambrai (Nord).

Une saison d'expositions. - Au cours de la saison 1968-1969, la Bibliothèque municipale de Cambrai a organisé dans ses locaux, avec le concours de plusieurs associations culturelles locales, un certain nombre de manifestations, expositions en particulier.

En décembre fut présentée l'exposition de livres pour les enfants et pour les jeunes réalisée par l'association Lire, qui permit aux parents de choisir de bons livres pour les étrennes parmi le choix abondant, un peu trop peut-être, qui leur était présenté. En février, avec la collaboration de la Société des amis des arts, a eu lieu l'exposition du peintre lillois H. Blyweert, qui, présent pendant toute la durée de l'exposition, put répondre aux multiples questions de ses visiteurs. En mars, autre exposition de peinture : les jeunes peintres cambrésiens de l'Atelier 21 eurent l'occasion de présenter leurs travaux aux lecteurs de la bibliothèque. En avril fut présentée une exposition de photographies de Robert Doisneau avec le concours du Ciné-Photo-Club Messian. En avril également, une veillée poétique organisée avec le concours du groupe local « Le Manteau d'Arlequin » attira une centaine de personnes. La salle de lecture de la bibliothèque, dont les tables avaient été déplacées pour la circonstance, n'aurait pu en contenir beaucoup plus. Ainsi ont pu être utilisés au mieux les microéquipements culturels de la bibliothèque : la salle d'exposition, trop petite, présente en revanche l'avantage de se trouver dans la proximité immédiate de la salle de prêt, et sans déplacement supplémentaire, les lecteurs peuvent donc visiter les expositions présentées.

A ces manifestations, on peut ajouter le soutien technique et documentaire apporté à la jeune Association des « Amis du cinéma » qui a pu accueillir à ses séances, dans une salle commerciale de la ville, une moyenne de 7 à 800 spectateurs. Les films, choisis par les adhérents sur une liste qui leur est proposée, sont présentés et projetés dans la salle, les discussions ayant lieu ensuite par petits groupes dans les établissements scolaires, les foyers et les maisons de jeunes, grâce à une documentation remise aux animateurs par l'Association.

Ces manifestations ont eu pour origine une réunion des dirigeants des associations culturelles locales, provoquée par la biliothèque. Elles marquaient, en même temps que l'élargissement de la formule du Bulletin d'informations de la bibliothèque Plaisir de lire devenu Le Mois à Cambrai, le premier pas vers la création autour de la bibliothèque du Centre culturel qui devrait bénéficier des équipements dont la réalisation est actuellement à l'étude pour celle-ci et qui devraient permettre d'en faire à la fois une bibliothèque publique et le noyau d'un centre culturel pour la ville et ses environs.

Orléans (Loiret).

Centre social et Maison des jeunes et de la culture. - Dans le quartier de la Madeleine, formant l'extrémité ouest de la commune, ont été construits, selon des plans déjà anciens, un Centre social et une Maison des jeunes et de la culture. Une salle de faibles dimensions - 60 m2 - y avait été prévue pour une bibliothèque. Une modification du projet ne put être obtenue, mais il parut cependant préférable de ne pas laisser passer l'occasion qu'offrait cette salle - obtenue à peu de frais -de donner une impulsion à la lecture dans ce quartier.

Un coin-enfants et un coin-adultes ont donc été installés avec du mobilier confortable qui rend la bibliothèque attrayante. Malgré tout, les débuts sont difficiles, à cause de la composition sociale du quartier, dont les habitants ne viennent guère spontanément à la lecture; il se pose donc un problème d'incitation lié à un problème de personnel. Une autre caractéristique de cette succursale est le très proche voisinage de la commune limitrophe, Saint-Jean-de-la-Ruelle, elle-même dépourvue de bibliothèque, bien qu'aujourd'hui peuplée de près de 15 000 habitants.

La ville d'Orléans a par ailleurs en projet, à une toute autre échelle, deux bibliothèques : l'une pour le quartier Saint-Marceau, au sud de la Loire, l'autre, à plus longue échéance, pour la ville nouvelle de la Source, où fonctionne dès à présent une bibliothèque provisoire dans un appartement aménagé à cet effet, à côté du centre municipal, lui aussi provisoire.

Mouy (Oise).

Ouverture de la bibliothèque municipale. - La Bibliothèque municipale de Mouy a été récemment inaugurée; elle est ouverte au public chaque mardi de 17 h 30 à 19 h 30 et chaque jeudi de 15 h à 19 h 30.

Deux mille deux cents volumes sont mis à la disposition des usagers, parmi esquels de très belles éditions de Rousseau, Voltaire, Buffon, Fénelon, Bernardin de Saint-Pierre.

Reims (Marne).

Mise en service du bibliobus urbain. - Le 17 avril dernier a été mis en service le bibliobus urbain offert par la Direction des bibliothèques à la ville de Reims pour le service de ses quartiers périphériques. L'extension de ceux-ci rendait cette création nécessaire. Neuf points d'arrêt ont été mis à l'essai, où le bibliobus stationne une ou deux fois par semaine. Prêt gratuit de deux livres pour trois semaines.

Le véhicule est un Saviem à carrosserie spéciale; poids en charge : 9,5 tonnes; longueur : 9,5 mètres. Bureau de prêt à deux postes : service assuré par une sous-bibliothécaire et un chauffeur servant d'aide. Capacité des rayonnages : 2 300 livres. Ceux-ci ont été fournis, avec un fonds de réserve, par le Service de la lecture publique à la Direction des bibliothèques et de la lecture publique. L'atelier de reliure de la Bibliothèque municipale a assuré l'équipement, la couverture et l'étiquetage des livres.

Troyes (Aube).

Exposition rétrospective Gustave Leheutre, peintre-graveur (186I-1932) 3. -Cette exposition sur le graveur troyen a été réalisée à l'occasion du « Ve Congrès national pour la protection des villes d'art », qui s'est tenu les 9, 10 et II mai 1969 à Troyes. En présence des autorités préfectorales, municipales et de Mlle Garrigoux, conservateur en chef, représentant M. Dennery, directeur des bibliothèques et de la lecture publique, deux expositions devaient être inaugurées simultanément le 10 mai en soirée : la « Rétrospective Gustave Leheutre » organisée par la bibliothèque d'une part, l' « Exposition comparée des villes d'art » réalisée par le Cabinet Marot d'autre part. Un banquet de 194 couverts devait suivre dans le cadre prestigieux de la « Grande salle » de la bibliothèque.

La Bibliothèque municipale avait pour sa part deux objectifs majeurs : - le premier était de placer l'exposition de gravures sous le signe d'une « participation culturelle » des usagers même de la bibliothèque. A cet effet, un appel avait été lancé par voie de presse à tous les collectionneurs de Troyes ou du département : au total 29 prêteurs ont généreusement offert tout ou partie de leurs collections. On a pu faire un choix parmi les quelque 150 gravures qui avaient été rassemblées. Il faut noter aussi une donation importante : la dernière épreuve existante de « La Mère de l'artiste » (1893), estampe qui avait été tirée en trois exemplaires. Le donateur est M. Marcel Lecomte, marchand d'estampes, 17 rue de Seine, Paris 6e. Le Cabinet des estampes a également accordé trois prêts importants (Whistler, Degas, Beurdeley) afin de mettre en évidence les influences subies par Leheutre et surtout la place capitale de Whistler dans l'histoire de l'estampe. Le deuxième objectif était de présenter un aspect didactique : la bibliothèque voulait en particulier initier les jeunes aux principales techniques de la gravure. Dans ce but éducatif des panneaux explicatifs, des photographies montrant le geste du graveur (prêt du Cabinet des estampes) ainsi qu'une partie de la plaquette-catalogue, ont réuni des éléments d'information à un prix volontairement très bas.

La Bibliothèque municipale a donc tenté d'être en même temps « un centre documentaire urbain » et « un centre documentaire scolaire ».

Bibliothèques centrales de prêt.

Doubs.

Inauguration des bibliobus scolaires. - Le samedi 3 mai 1969, en présence de M. Masson, inspecteur général des bibliothèques, de M. Chadeau, préfet de la région Franche Comté, préfet du Doubs, et de nombreuses personnalités, M. Le Président Edgar Faure, ministre de l'Éducation nationale, député et vice-président du Conseil général du Doubs, a inauguré à Villers-le-Lac la première tournée des deux bibliobus scolaires en prêt direct 4.

M. Edgar Faure a examiné avec attention l'organisation intérieure des deux véhicules et a feuilleté quelques uns des livres mis à la disposition des enfants. Une première distribution de livres a été faite aux élèves des écoles, ceux-ci ont grandement apprécié les ouvrages qui leur étaient présentés et leurs maîtres ont partagé leur satisfaction.

Manche.

Conférence « France-Canada ». - A l'occasion d'une conférence « France-Canada », donnée à Saint-Lô par M. Jean Michaut, président de Jeune-France-Canada, la Bibliothèque centrale de prêt a organisé pendant toute la durée du mois de mai une exposition de livres sur le thème « le Canada nous invite ».

Basses-Pyrénées.

Inauguration du bibliobus. - Le 12 avril 1969, M. Gilly, préfet des Basses-Pyrénées, entouré de son secrétaire général et de son directeur de cabinet, a inauguré le premier bibliobus de la bibliothèque centrale de prêt sous la présidence de M. Étienne Dennery, directeur des bibliothèques et de la lecture publique, accompagné de M. Masson, inspecteur général des bibliothèques, et en présence de nombreuses personnalités, parlementaires, conseillers généraux, inspecteur d'Académie, etc...

En une courte allocution, M. Dennery remercia tout d'abord les personnalités présentes et plus particulièrement le conseil général pour l'aide qu'il a procurée à la nouvelle bibliothèque centrale de prêt au moyen d'une subvention; il se réjouit aussi, par la même occasion, du développement de la lecture publique urbaine, qui va être rendu possible par les importants travaux d'agrandissement de la Bibliothèque municipale.

Puis il rappela le rôle privilégié du livre au point de vue éducatif et culturel et affirma tout l'intérêt que porte le gouvernement à la lecture publique, déclarant notamment : « Le gouvernement tient à cette politique, car le livre donne des sujets de réflexion et la pratique de la lecture est une façon de préserver la personnalité humaine ».

Il évoqua alors le fonctionnement du bibliobus dans le cadre du département, et en particulier les deux méthodes de prêt direct et indirect.

Enfin, après avoir salué les membres de la toute récente association des amis de la Bibliothèque centrale de prêt, M. Dennery termina en invitant les personnalités présentes à visiter le bibliobus.

Celui-ci, un Citroën 350, de couleur bleu vert sur laquelle se détache en lettres oranges l'inscription « Ministère de l'éducation nationale, Bibliothèque centrale de prêt des Basses-Pyrénées », est déjà par son agréable présentation un excellent instrument de publicité. De vastes proportions, il contient un peu plus de 2 000 ouvrages et pourra desservir quelques communes importantes par prêt direct, tout en pratiquant la méthode traditionnelle du dépôt.

  1.  (retour)↑  Voir : B. Bibl. France, 14e année n° 5, juin 1969, pp. 235-239.
  2.  (retour)↑  Catalogue des périodiques reçus par la Bibliothèque universitaire de médecine et de pharmacie de Clermont-Ferrand. - Clermont-Ferrand, 1969. - 27 cm, III p.
  3.  (retour)↑  [Exposition. Troyes. 1969]. - Rétrospective Gustave Leheutre, peintre-graveur troyen (186I-1932). - Troyes, 1969. - 27 cm, 48 p., ill.
  4.  (retour)↑  Le Doubs est l'un des trois départements choisis pour pratiquer le système de prêt scolaire, grâce à la mise en place de bibliobus spéciaux de prêt direct destinés à desservir les élèves de chaque classe dans les écoles primaires, les C.E.G., C.E.S. et C.E.T. autonomes (Circulaire du 22 février 1968).