entête
entête

Conférence I.F.I.P./F.I.D.

Rome, 14-17 juin 1967

Un Congrès sur la mécanisation de la conservation, de la recherche et de la dissémination de l'information s'est tenu à Rome au mois de juin sous l'égide conjointe de la Fédération Internationale de la Documentation et de l'« International Federation for Information Processing ». Les séances furent, en principe, consacrées aux sujets suivants :
I° Organisation des fichiers et stratégie de recherche. Indexation automatique. Classification. Recherche rétrospective : recherches fondamentales, systèmes opérationnels.
2° Aspects économiques et comparaison des systèmes de documentation.
3° Production et publication d'index à l'aide d'ordinateurs.
4° Réseaux d'information et systèmes « on-line ».

On avait fait appel, pour présider les séances, soit à des administrateurs de grands services d'information tels : le Pr A.I. Mikhailov du Viniti ou le Dr B.V. Tell de Stockholm, soit à des théoriciens comme le Dr R.M. Needham qui dirige l'école de linguistique quantitative de Cambridge ou le Dr V.E. Giuliano de l'équipe d'Arthur D. Little, Inc. Cambridge, Mass., connu par ses travaux sur l'aspect mathématique de l'information non numérique.

Il est impossible d'énumérer ici les 46 communications qui ont été présentées. On peut cependant essayer de dégager quelques lignes générales.

Tout d'abord, et ceci particulièrement aux États-Unis, le nombre important de travaux expérimentaux : ceux de Salton qui poursuit à Cornell le projet Smart commencé à Harvard, ceux de Borko qui dirige l'équipe du « System Development Corporation » à Santa-Monica, bien connue de ceux qui s'intéressent au traitement de l'information...; ensuite des essais de nouveaux matériels pour l'enregistrement et la transmission des informations, en particulier, la communication de Ray pour la mise en mémoire des images.

Il est intéressant de relever aussi les communications de Schneider de Francfort travaillant sur la Deutsche Bibliographie et de P. Atherton et Freemann de l'« American Institute of Physics » sur l'utilisation de la C.D.U. dans les systèmes automatisés de recherche rétrospective des informations.

A défaut d'une analyse de chaque communication on peut cependant tirer quelques impressions générales de ce Congrès. Coblans dans son adresse finale a fait très justement remarquer : « nous avons eu trois jours de cacophonie multilingue et multidisciplinaire. Ceci n'est en aucune façon une critique de nos orateurs, mais bien plutôt un diagnostic, sur l'état de la documentation ». On assiste en effet d'un côté, à une utilisation de plus en plus raffinée des ordinateurs pour faire toutes sortes d'index ou de compilations, tels Star, Deutsche Bibliographie, Physindex, etc... En même temps se développent les échanges nationaux ou internationaux de bandes magnétiques, les études de compatibilité et les études de prix de revient. Ces études, très difficiles, car les divers paramètres des problèmes sont mal connus, nous guideront demain lors de décisions à prendre pour savoir dans quelles conditions l'utilisation d'un ordinateur est intéressante.

Mais on est frappé des progrès relativement faibles faits dans la mécanisation de la recherche des informations. Presque tous les travaux portent sur les systèmes « on-line », le temps partagé et les pupitres d'interrogation dans chaque bureau. N'y a-t-il pas là une idée un peu théorique et une certaine méconnaissance de la psychologie de l'étudiant ou du chercheur? « Nous ne devons pas nous laisser trop séduire par ces sirènes. »

Comme conclusion à ce congrès, après l'ambiance de « hardware » qui a été la sienne, il semble une fois de plus nécessaire de plaider en faveur d'un vaste effort intellectuel dans la classification et l'indexation (le côté « software »), points qui sont si uniformément sous-estimés 1.

  1.  (retour)↑  La prochaine conférence I. F. I. P. se déroulera à Londres, du 5 au 10 août 1968. Pour tous renseignements, s'adresser à I. F. I. P. Congress office, 23 Dorset Square, London N. W. I, Grande-Bretagne.