entête
entête

Le Guide des sources européennes de l'histoire de l'Afrique Noire

Le Conseil international des archives, organisation consultative de l'Unesco, a mis en chantier une série de guides destinés à indiquer aux chercheurs les sources archivistiques et documentaires conservées dans les fonds, européens sauf exception, intéressant certains domaines extra-européens géographiquement circonscrits.

Le premier guide, qui intéresse l'Amérique latine, est en cours de publication.

Un second guide concernant l'Afrique au sud du Sahara (y compris Madagascar, l'île Maurice et la Réunion) est entrepris sur le plan international et doit recenser les ressources de treize pays (Allemagne fédérale, Belgique, Espagne, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Inde, Italie, Pays-Bas, Portugal, Saint-Siège, Suède, Suisse). La place que tient l'histoire de l'Afrique dans les fonds d'archives et bibliothèques de France a suscité la création, sous les auspices de la Direction générale des archives de France, d'une commission nationale que préside M. Jean Baillou, ministre plénipotentiaire, directeur de l'Institut international d'administration publique.

La Direction des bibliothèques de France, qui collabore à cette entreprise, est représentée au sein de la Commission par Mlle Alice Garrigoux, conservateur à la Bibliothèque nationale, et M. Jean-Claude Nardin, bibliothécaire à la Bibliothèque nationale.

Le Guide des sources européennes de l'histoire de l'Afrique ne doit pas être un inventaire systématique des fonds repérés, mais plutôt un manuel d'orientation qui, outre des renseignements pratiques sur les conditions d'accès aux fonds et collections, s'attache à décrire les masses documentaires concernant cette histoire et, en outre, à signaler les documents intéressant l'Afrique dans tous les fonds où leur présence est peu prévisible.

La contribution des bibliothèques doit porter sur les manuscrits, les cartes et les archives imprimées. Le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France est un instrument précieux pour recenser les sources manuscrites de l'histoire d'Afrique; il faudra compléter ses renseignements par une mise à jour portant, pour chaque bibliothèque, sur les acquisitions postérieures à la date de publication de son catalogue. D'ores et déjà les bibliothèques qui auraient enrichi récemment leurs fonds manuscrits de documents concernant l'Afrique (par ex.: descriptions de pays; récits de voyages ; papiers d'agents, d'administrateurs, de missionnaires; études sociologiques, linguistiques) pourraient le signaler à Mlle Garrigoux, Bibliothèque nationale.

La Commission a actuellement le souci de ne pas ignorer les ressources que pourraient apporter les archives privées, que ce soient les papiers des établissements commerciaux et industriels, ceux des sociétés missionnaires ou les archives familiales.

L'enquête ne pourra être menée à bien qu'avec la bonne volonté des détenteurs et la collaboration des historiens, des archivistes, des bibliothécaires et des personnes cultivées qui seront à même de fournir à ce sujet des renseignements.

La Commission française du Guide serait heureuse de recueillir toute indication de nature à orienter les recherches dans ce domaine. Elle serait particulièrement reconnaissante aux familles qui accepteraient de signaler l'existence de leurs archives et, le cas échéant, en envisageraient la communication sous réserve, évidemment, de toutes les garanties souhaitables. Elle est à leur disposition pour les aider, éventuellement, à les classer et à suggérer les meilleures conditions de leur mise en valeur.

Les renseignements sur les archives privées devront être adressés au Secrétaire de la Commission française, M. C. Laroche, consevateur en chef aux Archives nationales, 27, rue Oudinot, 75-Paris VIIe.