entête
entête

Les Acquisitions dans les bibliothèques techniques

T. Vichnjakova

Depuis la Révolution, à mesure que la puissance économique du pays s'affirme, la documentation technique ne cesse d'augmenter. En 1963 ont été publiées en URSS 26 575 publications techniques d'un tirage de 154,9 millions d'exemplaires. Ces publications doivent rapidement parvenir aux grandes entreprises industrielles et organismes de recherches de toutes spécialités en nombre suffisant afin de contribuer efficacement à l'élévation de la qualification des cadres, de la maîtrise et des ouvriers.

Ces cinq dernières années on a assisté à une augmentation considérable de lecteurs dans les bibliothèques techniques de Moscou et de la région, où en même temps le nombre des bibliothèques techniques spécialisées a augmenté.

Les bibliothèques de lecture publique sont également bien pourvues en publications et en manuels techniques accessibles à tous. Il s'agit là d'un grand réseau de bibliothèques régionales, municipales, bibliothèques de clubs et maisons de culture, et de syndicats, bibliothèques scolaires, d'établissements d'enseignement secondaire et supérieur, bibliothèques d'écoles techniques qui forment des ouvriers qualifiés et de centres techniques pour enfants.

Le « collecteur des bibliothèques techniques de Moscou » a pour mission de pourvoir en publications techniques les entreprises industrielles, les bureaux d'étude et les établissements scolaires techniques spécialisés situés sur son territoire et dans la région de Moscou. Ce « collecteur de bibliothèque » est un système spécial de vente de publications, une sorte de centre de distribution qui a pour devoir de fournir aux bibliothèques des livres récents et de leur apporter une aide méthodologique dans l'accroissement de leurs fonds. Le « collecteur » diffuse en outre l'information sur les projets d'édition et renseigne sur l'ensemble des publications à l'échelon national (éditions locales, régionales, centrales).

Les Bibliothèques peuvent ainsi faire leur choix et leurs commandes à l'avance et obtenir des conseils qualifiés sur le choix de livres de leur spécialité. Ce système assure l'exhaustivité des acquisitions et évite des lacunes toujours possibles dans la masse énorme des publications de l'URSS.

En 1958 le « collecteur » de Moscou a approvisionné 703 bibliothèques techniques, et 1485 en 1964. En 1958 le « collecteur » a vendu 1 197 000 livres, en 1963 plus de 1 863 000. Chaque bibliothécaire intéressé se rend trois fois par mois au « collecteur » selon un calendrier bien établi à l'avance. Chaque bibliothèque reçoit en même temps une liste des nouvelles publications proposées par le « collecteur ». Cette liste contient toutes les publications - scientifiques, industrielles, économiques, manuels, normes - demandées et reçues par le « collecteur ». On y trouve également des publications de caractère professionnel à l'intention des bibliothécaires : bibliothéconomie, bibliographie, manuels de classification, bibliographies choisies, recueils de bibliothéconomie étrangère, etc.

Le « collecteur » organise, pour une meilleure orientation du bibliothécaire dans son choix, des consultations et comptes rendus d'ouvrages, indique le contenu des publications, leur destination, les données bibliographiques (par ex. s'il s'agit d'une réédition, on donne la date de la précédente et les modifications apportées, etc.). En outre les bibliothécaires trouvent les spécimens de tous les livres figurant sur les listes, où sont également indiquées les éventuelles commandes et le nombre d'exemplaires commandés. Le bibliothécaire note sur la liste les ouvrages choisis et le nombre d'exemplaires désirés. Le « collecteur » adresse à la bibliothèque les livres demandés, accompagnés d'une facture, et lui retourne la liste de commandes afin que le bibliothécaire garde toujours la possibilité de vérifier l'exactitude des envois. Certains bibliothécaires, après avoir pris connaissance des comptes rendus et visité l'exposition des livres, emportent la liste proposée à la bibliothèque technique pour la soumettre aux lecteurs et à l'ingénieur en chef puis ils la retournent au « collecteur ».

Le « collecteur » adresse par la poste les listes annotées de chaque série de nouvelles acquisitions (il en existe 3 par mois) aux bibliothèques de la région de Moscou (40 à 60); il reçoit ensuite leurs commandes.

Depuis 1962 le « collecteur » procède à l'approvisionnement des bibliothèques techniques d'entreprises sur le lieu même du travail, c'est-à-dire en se rendant sur place trois fois par mois muni des livres et de l'information bibliographique, le tout laissé à la bibliothèque et à ses lecteurs qui suggèrent les achats. Le bibliothécaire garde les livres retenus et indique le nombre d'exemplaires nécessaires. Ainsi se font les acquisitions de la bibliothèque technique des usines « Dynamo », de l'Usine des montres de Moscou et autres. Le « collecteur » procède au même genre d'approvisionnement en se rendant sur les lieux, à Serpukhovo, dans la région de Moscou, où tout un groupe de bibliothèques techniques de la région industrielle de Serpukhovo en est le bénéficiaire.

Les revues Bibliotekar' (oct. 1963) et les « Bibliothèques techniques » (n° 9, 1963, édité par la Bibliothèque publique scientifique et technique de l'URSS) ont publié de nombreux encouragements des lecteurs relatifs à ce mode d'acquisitions et à la diffusion du livre sur le lieu du travail.

Le « collecteur » permet aux bibliothécaires des bibliothèques techniques de s'orienter dans la grande masse des documents scientifiques et techniques et de choisir les livres nécessaires à leurs entreprises. Chaque bibliothèque trouve au « collecteur » des plans d'édition de ces publications. Le bibliothécaire peut y rencontrer des responsables de différentes maisons d'édition technique et suggérer des titres à publier. Des auteurs scientifiques s'entretiennent souvent avec les bibliothécaires sur les sujets de leurs ouvrages. Enfin les bibliothécaires des bibliothèques techniques trouvent au « collecteur » des bibliographies recommandées et des conseils bibliographiques. Un service de renseignements bibliographiques y fonctionne régulièrement. Près de 3 ooo renseignements sont donnés annuellement par les services du « collecteur ».

50 à 60 expositions sont organisées tous les ans sur des sujets divers permettant aux bibliothécaires de faire leur choix. A titre d'exemple voici quelques sujets d'expositions :
I. L'économie d'une entreprise industrielle.
2. Le développement de la chimie en tant qu'un des principaux facteurs de progrès technique et de l'accroissement de la productivité.
3. Journée d'astronautique.
4. 400 ans d'imprimerie, etc.

Dans l'une des salles du « collecteur », à l'accès libre, II 000 titres de publications scientifiques et techniques de différentes années sont à la disposition des bibliothécaires. Toutes les bibliothèques et surtout celles en cours de formation, peuvent faire leur choix en livres récents et anciens. Les ouvrages dans cette salle sont ordonnés par sujets; certains types de publications se trouvent à part, tels qu'ouvrages de référence, dictionnaires techniques, manuels d'enseignement supérieur technique, bibliographies de mathématiques, de physique, de calcul numérique, etc. Le bibliothécaire a toujours la possibilité de choisir le livre technique indispensable à son lecteur. Le « collecteur » apporte les publications dans les bibliothèques de Moscou par ses propres moyens alors que la région de Moscou est desservie par la poste. C'est le « collecteur » qui supporte les frais d'expédition.

Le « collecteur » approvisionne également les bibliothèques en outillage qu'il fournit en même temps que les livres.

C'est ainsi qu'est réalisée en pratique une large diffusion des publications scientifiques et techniques qui par son efficacité favorise le progrès technique en URSS.