entête
entête

Chronique des bibliothèques

Bibliothèques universitaires de Paris.

Bibliothèques nouvelles de l'Université de Paris

Il a été créé en 1964, dans le cadre des bibliothèques universitaires de Paris, de nouvelles bibliothèques de Faculté des lettres. Le ministère de l'Éducation nationale avait demandé à la Direction des bibliothèques de France d'organiser pour la rentrée universitaire 1964-65 des bibliothèques de Propédeutique-lettres aux trois endroits où devait être décentralisé l'enseignement donné jusqu'alors au Quartier latin : Faculté des lettres et des sciences humaines de Nanterre, Centre universitaire Censier (ex. Halle-aux-cuirs) et Centre universitaire du Grand Palais. Comme les locaux offerts à Nanterre et au Centre Censier ne devaient pas comporter dans l'immédiat de bureaux et comme il était logique de concevoir une organisation unique, il avait paru judicieux d'installer au Grand Palais le Service central des bibliothèques de Propédeutique. Mais, au printemps 1964, des modifications furent apportées à l'affectation du Grand Palais où l'on décida de transférer l'enseignement de certaines langues vivantes. Aussi a-t-il fallu mener de front deux programmes bien différents :
- d'une part, organiser à partir d'un service central au Grand Palais 2 bibliothèques de Ier niveau afin d'équiper en ouvrages littéraires généraux les salles de lecture de Nanterre et du Centre Censier, en fonction de l'achèvement des chantiers (2 novembre 1964 à Nanterre et 9 mars 1965 au Censier);
- de l'autre, créer au Grand Palais, dès la rentrée de novembre 1964, une bibliothèque correspondant aux 2e et 3e cycles des enseignements donnés jusqu'alors à la Sorbonne et au 5, rue de l'École de médecine (allemand, italien, langues slaves et néerlandais).

I. Grand Palais. Bibliothèque du Centre universitaire (Perron Alexandre-III, Cours la Reine, Paris-8e. - Tél. 225-96-40).

La salle de lecture, longue galerie sans fenêtre mais éclairée zénithalement, au Ier étage de l'aile S.O., offre 360 places aux 2 800 étudiants inscrits. Un magasin de 162 m2, au rez-de-chaussée, est en cours d'équipement pour compléter les rayonnages installés dans la salle de lecture.

Il ne pouvait être question en quelque trois mois de constituer une bibliothèque spécialisée pour les enseignements donnés dans ce Centre. Des accords entre le Conservateur en chef chargé de l'administration des bibliothèques de l'Université de Paris et les Directeurs d'instituts permirent le dépôt des bibliothèques de :
- l'Institut d'études germaniques (environ 30 000 vol.) ;
- l'Institut d'études italiennes (environ 10 000 vol.);
- la section slave de la Sorbonne (environ 2 ooo vol. russes et polonais);
à charge pour nous d'assurer les emménagements, la conservation des livres et l'organisation générale du service. Ce regroupement semble être une expérience originale de juxtaposition, sans incorporation, de fonds d'instituts et d'une Bibliothèque universitaire.

Le service public, consultation et prêt, est assuré tantôt par nos sous-bibliothécaires, tantôt par 1 ou 2 responsables que rétribuent les instituts à temps complet ou partiel. Sans avoir de formation de bibliothécaire, ces responsables, hautement qualifiés au point de vue linguistique, guident les étudiants et commencent à rédiger eux-mêmes, selon les normes, leurs fiches, revues ensuite par le personnel de la bibliothèque. Les catalogues d'allemand et de slave comprennent des fiches de couleurs différentes pour la Bibliothèque universitaire. Cette politique de catalogues collectifs n'a pu être adoptée pour l'italien dont les fiches, sommaires et de format 100 X 150, devraient être refaites. Quant aux achats, les instituts continuent d'alimenter leurs fonds en ouvrages de prêt ou spécialisés, tandis que nous avons le soin de combler certaines lacunes des fonds existants, d'acheter de nouveaux exemplaires des titres les plus demandés, d'étoffer les fonds d'usuels, de créer un fond de culture générale réclamé par les étudiants pour la préparation de leur 4e certificat de licence de langues et des questions de civilisations inscrites au programme des certificats d'études pratiques.

II. Nanterre. Bibliothèque de la Faculté des lettres (2, rue de Rouen. - Tél. 205-34-32).

La Faculté des lettres, créée par décret n° 64-1073 du 20-10-64, est située à la Folie-Nanterre, à 2, 500 km du Rond-Point de la Défense, sur un terrain d'environ 30 ha qui appartenait au Ministère des Armées. On y accède par autobus spéciaux ou par train à partir de Saint-Lazare. Cette implantation en un lieu éloigné de toute vie culturelle et des ressources habituelles des bibliothèques parisiennes a obligé ceux qui avaient la charge de la bibliothèque à tout mettre en oeuvre pour fournir des salles de travail équipées d'ouvrages assez nombreux et, tout en poursuivant l'accroissement des collections (en dépit des nombreuses heures de service public et de la précarité des installations), pour améliorer les conditions initiales de travail en faisant une permanence jusqu'à 19 h et en organisant un service de prêt à domicile. Il fallait penser à l'avenir, c'est-à-dire préparer le fonds de licence et de recherche, sachant que dans deux ans, au plus, des travaux scientifiques seraient entrepris en ces lieux mêmes. Voici comment ces problèmes ont été résolus, certains de façon satisfaisante, d'autres partiellement.

Aux 3 000 étudiants inscrits en Propédeutique à Nanterre, la Bibliothèque proposait, en novembre 1964, 260 places réparties en 3 salles : 2 au rez-de-chaussée, la 3e au premier étage, salles de travaux pratiques prêtées par la Faculté en attendant la construction de la bibliothèque proprement dite. Les salles n'avaient pas été construites pour servir de bibliothèques, d'où la nécessité de ne pas surcharger les planchers. Ce handicap aura eu du moins un avantage : en plaçant les rayonnages tout au long des murs des 3 salles, dans un souci de répartir au maximum le poids des livres, l'accès libre à une partie des rayons devenait la seule politique possible; cette option, il faut bien l'avouer par ailleurs, nous permettait de mettre rapidement à la disposition des lecteurs des ouvrages achetés massivement. Il n'était pas question, en novembre 1964, de cataloguer les 3 ooo ouvrages entrés, avant de les placer sur les rayons! Le traitement et la répartition des ouvrages ont été faits selon les instructions de juin 1962 relatives aux nouvelles sections. Les acquisitions ont été systématiquement menées de front avec le traitement des ouvrages déjà entrés; malgré l'effectif réduit du personnel astreint à travailler dans les salles de lecture, nous avons actuellement « entré » 12 ooo ouvrages, essentiellement des manuels, des dictionnaires et des textes. D'ici à la rentrée d'octobre 1965, pour faire face aux besoins des 6 ooo étudiants prévus, dont 2 500 en première année de licence, nous devrons acheter et traiter plus de 6 ooo ouvrages supplémentaires.

Un dernier problème très important s'est posé dès novembre 1964, celui de la collaboration avec les professeurs et plus précisément du rapport entre la bibliothèque générale et les différentes bibliothèques d'instituts dont l'organisation a été demandée très vite par les professeurs. Persuadés qu'il est de l'intérêt général que ces bibliothèques s'organisent plutôt avec notre concours que sans nous, il nous a paru souhaitable de proposer notre aide technique pour obtenir la normalisation dans les inventaires et les catalogues et un même classement des ouvrages dans toute la Faculté. Des cours d'initiation aux techniques des bibliothèques ont été organisés depuis février pour l'Institut de géographie et depuis mars pour l'ensemble des instituts de la Faculté; ces cours groupent une quarantaine d'étudiants, moniteurs de bibliothèques d'institut dès maintenant ou à la rentrée d'octobre 1965. Cette normalisation nous permettra, souhaitons-le, l'organisation d'un catalogue collectif de tous les ouvrages entrés à la Faculté. Déjà deux moniteurs ont indexé en C.D.U. les 500 ouvrages de l'Institut de géographie.

Quel bilan dresser après six mois de fonctionnement ? Les besoins en places et en livres ont été dans l'ensemble satisfaits. Le fonds s'accroît à un rythme qu'il est difficile d'intensifier. Un effort important a été fourni pour la mise en service du fonds de prêt. Quant à la collaboration avec les professeurs, elle s'avère efficace, même au niveau des acquisitions. Mais l'exécution du programme prévu pour les deux années à venir est étroitement liée à une augmentation d'effectifs notamment en personnel scientifique et technique.

III. Censier. Bibliothèque du Centre universitaire (ex-Halle-aux-cuirs) (13, rue Santeuil, Paris-5e. - Tél. 707-93-19).

Dernière en date à ouvrir ses portes, la Bibliothèque offre une agréable salle de lecture de 360 places aux 6 ooo étudiants inscrits en Propédeutique-lettres à Paris dont 3 300 assidus. La création de cette bibliothèque, proche du restaurant Censier et du Jardin des Plantes, répondait à un besoin très réel des jeunes étudiants. Les achats et le classement des ouvrages en accès direct ou semi-direct sont analogues, avec un décalage de quatre mois, à ceux expérimentés à Nanterre.

En raison de la pénurie de personnel, l'horaire est limité, durant ce 2e trimestre 1965, à 13 h-19 h pendant 3 jours, et 10 h-19 h pendant 2 jours, plus le samedi matin.

La réalisation actuelle est la première tranche du bâtiment C, aile nord de l'ensemble universitaire. L'achèvement des travaux est prévu pour la fin de cette année; le projet initial a dû être réduit de 7 m sur toute la façade de la rue Censier, en raison d'immeubles vétustes hébergeant encore une centaine de locataires. Néanmoins, la bibliothèque offrira au début de 1966, par l'agrandissement de la salle actuelle et la construction d'une autre, environ 900 places. Le magasin et les bureaux prévus laissent espérer qu'elle répondra aux besoins de l'enseignement de licence du Centre universitaire après la suppression envisagée de la Propédeutique dès 1966-67.

Marguerite Paul
conservateur des bibliothèques nouvelles de lettres de l'Université de Paris.

Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Publication. - En 1964 la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine avait publié son Catalogue des périodiques en cours 1. Un fascicule de mise à jour multigraphié vient de paraître qui mentionne, dans le même cadre de classement, les titres de périodiques nouveaux ou nouvellement reçus, ceux des périodiques qui ne paraissent plus ou ne sont plus reçus par la Bibliothèque et, en général toutes les modifications intervenues depuis l'établissement du catalogue imprimé 2. Il est en vente à la Bibliothèque, 5, rue Auguste-Vacquerie, Paris-16e, au prix de 2 F.

Bibliothèques universitaires.

Montpelllier (Hérault).

Exposition : La Pharmacie des origines à la fin du XIXe siècle. - A l'occasion du Congrès national des pharmaciens qui s'est tenu à Montpellier du 24 au 28 mai 1965, une exposition sur « La Pharmacie des origines à la fin du XIXe siècle à travers les documents montpelliérains » a été organisée à la Faculté de pharmacie. Les documents (archives, ouvrages manuscrits et imprimés, céramiques, etc...) avaient été choisis, classés, catalogués et présentés par Mme R. Masson, conservateur de la Bibliothèque de la Faculté de médecine de Montpellier 3.

Nice (Alpes-Maritimes).

Inauguration de la Bibliothèque de la Faculté des sciences de Nice. - M. Dennery, directeur des bibliothèques et de la lecture publique, a inauguré, le 13 avril 1965, la Bibliothèque de la Faculté des sciences de Nice, en présence de M. Masson, inspecteur général des bibliothèques, de M. Fourneret, directeur de cabinet représentant le Préfet des Alpes-Maritimes, de M. Jean Médecin, maire de la ville de Nice, de M. Savornin, directeur de l'Institut d'études scientifiques, et de nombreuses personnalités de la ville et du département.

Dans son allocution, M. Dennery a rappelé que pour la première fois était appliquée intégralement la nouvelle formule des bibliothèques à secteurs spécialisés sur deux niveaux. Le Directeur des bibliothèques a souligné également l'effort fait par le Ministère de l'Éducation nationale dans d'autres universités. Une visite du bâtiment a permis aux personnalités de remarquer les particularités de l'organisation de cette nouvelle bibliothèque 4 que le grand public a pu connaître par de larges articles de la presse locale et des reportages de l'O.R.T.F.

Bibliothèques municipales.

Orléans (Loiret).

Exposition philatélique. - Les 7, 8 et 9 mai 1965, dans le cadre des fêtes de Jeanne d'Arc et à l'occasion de la cérémonie de remise du drapeau de l'Europe à la Ville d'Orléans, une exposition philatélique a été ouverte à la Bibliothèque municipale.

Organisée par l'Association philatélique du Loiret, à la demande de la ville d'Orléans, cette exposition présentait l'ensemble des timbres « Europe » émis par les différents pays depuis l'origine. Un bureau provisoire de vente et d'oblitération de timbres et de cartes postales illustrées consacrées au thème de l'Europe accompagnait cette exposition, qui a reçu la visite d'un public particulièrement nombreux.

Pau (Basses-Pyrénées).

Exposition : Souvenir de la Déportation. - Le 29 avril 1965 s'était ouverte dans le hall de la Bibliothèque municipale de Pau une exposition organisée par la section locale de la Fédération nationale des déportés, internés, résistants et patriotes.

Vingt panneaux retraçaient, à l'aide de documents photographiques à la fois très sobres et poignants, l'histoire de la déportation depuis ses origines (début du nazisme) jusqu'à la libération des camps.

A ces panneaux venaient s'ajouter des souvenirs personnels des déportés ainsi que des livres et des documents locaux tels que les journaux de 1944-1945 qui font partie des collections de la Bibliothèque.

Cette manifestation, par le public très nombreux qu'elle a intéressé et touché profondément et par l'intérêt qu'elle a suscité chez les jeunes, a pleinement atteint les deux buts que se sont fixés les rescapés des camps de concentration : ni haine, ni oubli.

Roubaix (Nord).

Exposition d'icônes anciennes de Russie. - Du 28 avril au 10 mai 1965 a été présentée à la Bibliothèque municipale de Roubaix, par le Club Unesco de l'École nationale supérieure des arts et industries textiles, une exposition d'icônes anciennes russes.

Les 32 reproductions, d'une très haute qualité, avaient été groupées avec art par les élèves de l'École et ont fait l'objet, le dimanche 9 mai, d'une visite commentée assurée par M. Jacob, professeur à l'E.N.S.A.I.T.

Les visiteurs ont beaucoup apprécié cette forme de peinture, en général mal connue, et se sont particulièrement attardés devant la plus célèbre d'entre elles : Tête d'Archange datant de la fin du XIIe siècle, dont l'original se trouve au Musée de Leningrad.

Bibliothèques centrales de prêt.

Loir-et-Cher.

Le Bibliobus et ses amis. - Le numéro 12 du Bulletin de la Bibliothèque centrale de prêt de Loir-et-Cher : le Bibliobus et ses amis, vient de paraître.

Au sommaire figurent, entre autres rubriques : Comment on fait une biographie, par M. Henri Perruchot, auteur bien connu de biographies, et Quelques biographies de M. Perruchot; Le Bibliobus, la coopérative et les voyages scolaires, article vivant, illustré et composé avec la collaboration des écoliers de l'un des dépôts; La Vie de quatre dépôts du bibliobus; Un Aperçu de la vie de Shakespeare.

Bibliothèques municipales de Paris.

Le Bulletin municipal officiel de la ville de Paris publie, dans son numéro du 5 mai 1965, les statistiques des bibliothèques municipales de Paris.

Au cours de l'année 1964, le nombre des livres prêtés à domicile s'est élevé à 3 012 162 (contre 3 005 391 en 1963). Cette année encore les bibliothèques de la rue de Musset (16e) et de la rue de Torcy (18e) ont été fermées au public en raison de travaux importants.

Un intérêt croissant, au détriment des romans récents, a été noté en faveur des mémoires, journaux intimes, ouvrages de vulgarisation historique et de politique internationale.

L'état du fonds de livres a fait l'objet d'une attention particulière et des améliorations ont été apportées également aux locaux des bibliothèques : la bibliothèque de la rue de Musset a été agrandie par l'approfondissement du sol et la construction d'un plancher intermédiaire ainsi que par l'adjonction d'un nouveau bâtiment établi en appentis le long du mur de séparation avec la maison voisine. La bibliothèque a pu ouvrir ses portes au public le 4 janvier 1965. Les travaux d'aménagement de la bibliothèque du boulevard Mortier (20e) se poursuivent.

Les travaux de construction de la nouvelle bibliothèque centrale du 18e arrondissement sont en cours et de nombreux projets à l'étude depuis 1963 - en particulier l'aménagement et l'agrandissement de bibliothèques enfantines dans le 16e, le 13e et le 20e, et l'édification de la bibliothèque de la rue Française - entreront sans doute en 1965 dans la voie des réalisations.

  1.  (retour)↑  Voir. B. Bibl. France, 9e année, n° 4, avril 1964, p. 191.
  2.  (retour)↑  BIBLIOTHÈQUE DE DOCUMENTATION INTERNATIONALE CONTEMPORAINE. Paris. - Catalogue des périodiques en cours reçus par la Bibliothèque de documentation internationale. contemporaine. Fascicule de mise à jour au Ier mars 1965. - Paris, B.D.I.C., 1965. - 27 cm, II-43 p. multigr. (Bibliothèque de documentation internationale contemporaine. Ire série : bibliographies et catalogues.)
  3.  (retour)↑  [Exposition. Montpellier. 1965.] - La Pharmacie des origines à la fin du XIXe siècle à travers les documents montpelliérains. Catalogue de l'exposition organisée à la Faculté de pharmacie de Montpellier. - Montpellier, Impr. Ceusse et Castelnau, s.d. - 27 cm, 112 p., fig. (Congrès national des pharmaciens. Montpellier, 24-28 mai 1965.)
  4.  (retour)↑  Voir : B. Bibl. France, 10e année, n° 2, février 1965, pp. 47-53.