entête
entête

Chronique des bibliothèques

Bibliothèque nationale.

Exposition : Cinq siècles de cartes à jouer

Une exposition d'un genre assez nouveau a été réalisée dans la galerie Mansart en septembre, celle de l'histoire des cartes à jouer en France. Mr Seguin a accepté de s'en charger, aidé par Mlle de Jandin. Le catalogue 1 constitue une remarquable œuvre d'érudition; il est divisé en deux parties, le début est consacré à une étude historique et technique qui renouvelle la question, la seconde, au catalogue proprement dit. Il restera comme un excellent instrument de travail.

De nombreuses bibliothèques de France ont été mises à contribution ainsi que de grands fonds d'archives, car on sait que beaucoup de cartes, parmi les plus anciennes et les plus précieuses, ont été trouvées à l'intérieur de vieilles reliures.

L'exposition est présentée avec goût, les cartes étant montées sur des papiers de couleurs différentes suivant le siècle où elles ont été exécutées. Mr Seguin a reconstitué un atelier de cartier, dont l'exactitude est confirmée par un tableau peint en 1861 montrant des ouvriers au travail. Il a su trouver des objets, des assiettes, un gilet, une anamorphose auxquels des cartes à jouer fournissent un élément de décoration. Il a présenté l'histoire du Portrait de Paris qui commence vers 1650 avec un jeu conservé à la Bibliothèque nationale et qui se maintient, avec des variantes, jusqu'à nos jours, exception faite pour une courte interruption sous la Révolution et l'Empire. Les faussaires, les tricheurs sont évoqués, ainsi que la prestidigitation et le tarot. On voit même l'utilisation du dos des cartes servant de fiches. Un texte de 1382, prêté par les archives de Lille, interdit aux guetteurs de se distraire en jouant « as dez, as taules, as quartes », et prouve par conséquent que le jeu de cartes était déjà populaire alors.

Bibliothèques universitaires.

Faculté de médecine de Paris

Exposition de livres et d'objets médicaux (Paris, octobre 1963). - Dans le cadre des Entretiens de Bichat à la Salpêtrière a eu lieu du 29 septembre au 6 octobre 1963 une très intéressante exposition consacrée à la « Médecine à travers le livre et l'objet ».

La Bibliothèque de la Faculté de médecine de Paris a très largement contribué à la réussite de cette magnifique exposition en prêtant un grand nombre de ses plus précieux ouvrages; elle dispose en effet d'un fonds incomparable de livres anciens, particulièrement mis en valeur depuis quelques années par la création d'une salle de Réserve. Citons au hasard les noms qui ont retenu l'attention des médecins et des bibliophiles : le Traité de Jean de Ketham à la fin du xve siècle, le Grant Alenfrant de 1480 si rare qu'il n'en existe que deux exemplaires en France, la Chirurgie de Brunschwig, la célèbre Fabrica de Vésale, la série complète des éditions d'Ambroise Paré au XVIe siècle, le très précieux album de dessins de Gérard de Lairesse, les planches d'anatomie en couleurs du XVIIIe siècle qui ressemblent à des tableaux. Les bibliothécaires chargées de l'établissement du catalogue 2 et qui ont donné pour chaque ouvrage des notices très complètes n'ont pas voulu se limiter à la seule bibliothèque de la Faculté de médecine de Paris, si riche qu'elle soit : elles ont ajouté des exemplaires rares de la Bibliothèque nationale, principalement pour les manuscrits de luxe et un certain nombre d'ouvrages et d'objets provenant d'autres bibliothèques et de collections particulières.

Cette exposition très remarquée a formé un ensemble jamais réalisé à Paris retraçant l'évolution du livre médical depuis les origines jusqu'à la fin du XIXe siècle.

Elle a pu être menée à bien grâce au travail accompli depuis dix années à la Bibliothèque de la Faculté de médecine qui a permis la publication, au début de l'année 1963, par le Dr André Hahn, Paule Dumaître et Janine Samion-Contet, d'un grand ouvrage illustré Histoire de la médecine et du livre médical à la lumière des collections de la Bibliothèque de la Faculté de médecine de Paris (Paris, Olivier Perrin).

En même temps la Bibliothèque contribuait à l'organisation au Musée de l'Histoire de la médecine de la Faculté de médecine de Paris, d'une exposition consacrée à l'ophtalmologiste Jacques Daviel (1693-1762), promoteur des techniques modernes de l'opération de la cataracte, dont les éléments avaient été réunis et présentés avec infiniment de compétence et de goût par le Dr Th. Vetter 3.

Bibliothèques municipales.

Tours (Indre-et-Loire).

Centenaire de la Croix-Rouge. - Le samedi 28 septembre 1963 a été inaugurée à la Bibliothèque municipale de Tours, en présence de Mr le Préfet I.G.A.M.E. d'Indre-et-Loire, de Mr le Maire de Tours et de nombreuses personnalités locales, une exposition commémorant le centenaire de la fondation de la Croix-Rouge.

Entièrement due aux recherches et aux soins de Mr André Dezarrois, conservateur honoraire des musées nationaux, aidé par Mr Étienne Pichon, bibliothécaire contractuel, elle présentait en deux volets une évocation de la Croix-Rouge et un rappel de son activité en Touraine lors de la guerre de 1870.

Créateur de la Société de secours aux blessés militaires qui devait devenir, après adoption de son emblème, la Croix-Rouge, Henri Dunant occupait la place d'honneur dans la première salle; quelques précieux documents : lettres de personnalités françaises, mémoires autographes de Dunant, etc... avaient été obligeamment prêtés par la Bibliothèque publique et universitaire de Genève. Des éléments « détachés » de la très belle exposition de Genève : livres, gravures, photographies, grands panneaux, affiches de toutes les nations évoquaient l'œuvre des sociétés nationales de la Croix-Rouge, du Croissant, du Lion, du Soleil rouges, placées sous l'égide du Comité international de Genève. La Société philatélique de Tours, sous l'impulsion de Mr Robine, sous-bibliothécaire de la Bibliothèque centrale de prêt d'Indre-et-Loire, avait exposé des pièces de tout premier ordre : lettres, enveloppes, timbres rares.

La partie locale mettait en valeur l'œuvre du comte de Flavigny, fondateur de la Section tourangelle de la Société de secours aux blessés militaires, qui joua en 1870 un rôle très actif. Les ambulances furent nombreuses à Tours même, et, dans les environs, les châteaux se transformèrent en hôpitaux temporaires, cependant que des souscriptions permettaient à la générosité publique de se manifester. Les archives particulières, s'ouvrirent largement et la réunion de ces documents est un remarquable rappel de cette période douloureuse.

Troyes (Aube).

Exposition : Écrivains de Champagne méridionale. - Dans le cadre des cérémonies organisées pour le 10e anniversaire de l'Association du Bibliobus de l'Aube, la Bibliothèque de Troyes a inauguré le 12 septembre une exposition consacrée aux « Écrivains de Champagne méridionale », c'est-à-dire aux poètes et auteurs dramatiques de la région auboise, depuis le XIIe siècle jusqu'à nous : cette exposition en effet servait de préface à la soirée théâtrale, où les textes mis sous vitrine ont été dits, chantés et joués par la troupe du Festival populaire de Troyes. L'inauguration fut faite en présence de Mr le Préfet de l'Aube, de Mr Poindron, représentant Mr Julien Cain, directeur général des bibliothèques, de Mr Terré, député-maire de Troyes, de Mlle Chaumié, vice-présidente de l'Association des bibliothécaires français, et de tout le personnel des bibliobus de l'Est de la France venus tenir à Troyes leur réunion annuelle. On y comptait aussi plusieurs membres des « Écrivains de Champagne » dont le président, Armand Lanoux, s'était excusé : René Vigo, vice-président et Germaine Maillet, par exemple.

Les vitrines évoquaient la cour de la comtesse Marie et les romans de Chrestien de Troyes, ainsi que les chansons de Thibaut IV, par des sceaux, une aumônière, des pièces d'archives. L'original du Mystère de la Passion joué à Troyes au xve siècle voisine avec les oeuvres des amis de Ronsard : Jean Passerat, Pierre Pithou, Amadis Jamyn. Pour les XVIIe et XVIIIe siècles, les éditions de la Bibliothèque bleue, les œuvres d'Eustache Le Noble, du musicien Nicolas Siret, d'Édouard Simon, ainsi que des documents sur le théâtre à Troyes pendant la Révolution. Après le XIXe siècle représenté par le Parnassien Albert Mérat, les poèmes des contemporains forment un groupe nombreux : Armand Lanoux, Yves Gandon, Pierre Béarn, Bernard Dimey, Jean-Jacques Kihm.

Association du Bibliobus de l'Aube.

Créé en 1953, le Bibliobus de l'Aube fêtait son 10e anniversaire les 12 et 13 septembre 1963, en le faisant coïncider avec la réunion annuelle des bibliothécaires des Bibliobus de l'Est.

Lors d'un vin d'honneur offert par la Municipalité de Troyes, en présence de Mr le Préfet de l'Aube, Mr Balestié, président de l'Association du bibliobus de l'Aube, évoqua son histoire : dès 1948, l'Association des amis de la Bibliothèque de Troyes avait mis en route un système de prêt par caisses dans 40 communes du département, grâce à ses dirigeants, Mgr Roserot de Melin et Mr Jean Lemoine. En juin 1953, le Conseil général de l'Aube reprit à sa charge cet organisme, en permettant cette fois l'achat d'une camionnette et le recrutement de personnel. Le Bibliobus dessert maintenant 400 communes et possède 50 000 livres.

Mr Henri Terré, député-maire de Troyes, rendit hommage à la mémoire de Mr Chandon de Briailles, conseiller général, qui avait établi les projets de création d'un bibliobus.

Mr Poindron, représentant Mr Julien Cain, directeur général des bibliothèques, souligna l'œuvre des bibliothèques centrales de prêt et des bibliobus départementaux ; il précisa leur évolution, dûe au regroupement de la population scolaire et à la transformation du monde rural.

Une exposition à la Bibliothèque de Troyes servit de prélude à la soirée publique, offerte par le Bibliobus de l'Aube et les Amis de la Bibliothèque de Troyes, avec le concours de la Radiodiffusion-télévision française. Dans la salle des fêtes de l'Hôtel de ville de Troyes, la troupe du Festival populaire de Troyes interpréta « De Chrestien de Troyes jusqu'à nous », des textes poétiques de Chrestien de Troyes (Lancelot), Gace Brûlé, Quènes de Béthune, Thibaut IV, Guiot de Provins et Nicolas Mauroy. Ceux de la Renaissance : Jean Passerat, Amadis Jamyn. Près de nous : Albert Mérat, Yves Gandon, Armand Lanoux, Bernard Dimey. Tandis que le théâtre était représenté par des extraits de la Passion de Troyes (xve s.), de comédies de Pierre de Larivey (XVIe s.), d'Eustache Le Noble (XVIIe s.), de Jean-Jacques Kihm (xxe s.) qui présentait le spectacle qu'il avait composé et adapté, accompagné d'airs anciens, notamment de Nicolas Siret (XVIIIe s.), joués à la guitare par Michel Roger, et chantés par Maritza Mlinar. La troupe du Festival populaire de Troyes, avec Claude Darvy, Catherine Réthi, Robert Darame, était dirigée par Jean Menaud.

Bibliothèque Benjamin Franklin.

Du 15 juillet au 30 septembre, la Bibliothèque américaine Benjamin Franklin a présenté une exposition sur les « Écrivains de la mer ». La bibliothèque a publié à cette occasion, une bibliographie 4 des ouvrages qu'elle possède sur ce sujet.

  1.  (retour)↑  Bibliothèque nationale. Paris. - Cinq siècles de cartes à jouer en France. Sept.-oct. 1963. [Exposition. Av.-pr. par Julien Cain. Avertissement par Jean Adhémar. Introd. et catalogue par Jean-Pierre Seguin.] - Auxerre, [Impr. moderne,] 1963. - 27 cm, 94 p., ill., couv. ill. en coul. (Bulletin du Vieux papier. Fasc. 205, sept. 1963.)
  2.  (retour)↑  La médecine à travers le livre et l'objet. Paris, La Salpêtrière, 29 septembre-6 octobre 1963. [Catalogue établi par Paule Dumaître, Janine Samion-Contet et Jacqueline Sonolet. Préf. du Dr André Hahn.] - Paris, Expansion scientifique française, 1963. - 22 cm, 102 p. (Entretiens de Bichat, 1963.)
  3.  (retour)↑  Vetter (T.). - Rencontres avec Jacques Daviel. [Préf. du Dr Paul Hélot. Introd. du Pr De Vemejoul.] - Paris, Lab. Geigy, 1963. - 23,5 cm, 56 p., 7 pl.
  4.  (retour)↑  Bibliothèque Benjamin Franklin. Paris. - Écrivains de la mer. Bibliographie. - Paris, Bibliothèque Benjamin Franklin, 1963. - 27 cm, 21 f. multigr. (Centre culturel américain).