entête
entête

Réunion annuelle des bibliobus de l'Est

12-13 septembre 1963

Les bibliobus de l'Est ont choisi Troyes cette année pour leur assemblée, de façon à la faire coïncider avec les cérémonies du 10e anniversaire de l'Association du bibliobus de l'Aube.

Mr Julien Cain, directeur général des bibliothèques de France, y était représenté par Mr Poindron, conservateur en chef. L'Association des bibliothécaires français avait délégué sa vice-présidente, Mlle Marthe Chaumié. Les participants comprenaient à peu près tout le personnel des bibliothèques centrales de prêt et des associations de bibliobus des départements de l'Est : Ain, Ardennes, Aube, Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Haut-Rhin, Bas-Rhin et Rhône. S'étaient excusés : l'Aisne et les Bouches-du-Rhône. Plusieurs représentants des bibliothèques municipales voisines s'étaient joints à eux : ceux d'Auxerre, Épernay, Lyon, Nancy, Troyes, ainsi que la bibliothécaire des usines Lorraine-Escaut à Longwy.

La matinée fut consacrée à la présentation par chaque bibliobus de ses problèmes particuliers. Après un vin d'honneur offert par la municipalité, les travaux reprirent l'après-midi et concernèrent la lecture des adolescents. Mr Cros, inspecteur du service départemental de la Jeunesse et des Sports, exposa les problèmes des Maisons des Jeunes. Mr Mirol, directeur du Collège d'enseignement général de Bouilly (Aube), donna de très intéressantes précisions sur les goûts de ses élèves, pensionnaires et demi-pensionnaires, dont la lecture est une des principales distractions; remarques confirmées par Mr Frétey, instituteur itinérant agricole. Mlle Ducrocq, des usines Lorraine-Escaut, évoqua les moyens employés pour attirer les jeunes, et les adultes, à la bibliothèque : en particulier la formation de clubs de tout genre, des cours de langue, une initiation à la musique.

Trois points principaux furent alors dégagés par Mr Poindron :

1° le problème du choix des livres par les plus jeunes des adolescents : pourquoi demandent-ils tant de romans déjà anciens, tels que Jack London, Jules Verne, Curwood, sans parler de Victor Hugo? Il semble, d'après les remarques ultérieures des bibliothécaires, que ce manque d'intérêt pour les auteurs actuels provienne des conseils des parents et des éducateurs (et même des manuels scolaires) qui ne citent que des auteurs connus d'eux dans leur enfance;

2° comment amener les jeunes au livre? La réponse à cette question fut donnée le lendemain par Mlle Ducrocq, qui montra par des vues en couleurs les activités de la bibliothèque Lorraine-Escaut, regroupant ses lecteurs autour de clubs ou d'expositions et par tous les bibliothécaires participant à la rédaction d'A livre ouvert, le bulletin faisant la liaison avec les dépositaires pour leur donner des conseils sur ce qu'ils peuvent entreprendre chez eux. Il faut souhaiter la multiplication des points de distribution des livres;

3° il s'agit alors de diffuser les procédés d'animation, par l'envoi de coffrets de livres, de disques, de montages préparés, moyens audio-visuels que la Moselle expérimenta avec succès il y a quelques années, et que les bibliobus préconisent.

Après l'inauguration d'une Exposition à la Bibliothèque de Troyes, et une soirée théâtrale offerte par le Bibliobus de l'Aube et les Amis de la Bibliothèque de Troyes, le vendredi 13 fut particulièrement consacré à la mise au point des prochains numéros d'A livre ouvert, dont Mr Cuénot, conservateur de la Bibliothèque municipale de Nancy, est le rédacteur en chef : après un numéro d'automne, paraîtra cet hiver le fascicule consacré aux adolescents : problèmes généraux, expériences, animation, avec une liste importante de romans et documentaires pour Jeunes. L'après-midi, la Bibliothèque de Troyes, et particulièrement sa section « Heure Joyeuse », retinrent les participants qui eurent ainsi le plaisir de se retrouver entre collègues.