entête
entête

Fédération internationale des associations de bibliothécaires

C'est Édimbourg et plus précisément la Bibliothèque nationale d'Écosse qui a accueilli cette année, du 3 au 8 septembre, le Conseil de la F.I.A.B. La séance d'ouverture fut marquée notamment par une allocution de Sir Charles Snow, président de la Library association, auquel répondit le Dr G. Hofmann. Une vingtaine de pays étaient représentés à cette réunion où parurent pour la première fois des délégués d'associations récemment fondées telles celles des bibliothécaires brésiliens et des bibliothécaires turcs.

L'Association des bibliothécaires français avait désigné deux de ses vice-présidents : M. Maurice Piquard, conservateur en chef chargé de l'administration des bibliothèques de l'université de Paris et Mlle Marthe Chaumié, conservateur à la Bibliothèque nationale, son secrétaire général M. Jacques Lethève, et deux présidents de commissions, Mme Gabrielle Duprat, conservateur de la bibliothèque du Museum d'histoire naturelle et M. Pierre Breillat, conservateur de la Bibliothèque municipale de Versailles. M. André Veinstein vint présenter un rapport sur l'activité de la Section des bibliothèques et musées des arts du spectacle, dont il est le vice-président international, section qui avait tenu à Paris en juin son congrès particulier. Mlle Marguerite Gruny, bibliothécaire de « l'Heure joyeuse » s'était jointe à eux en qualité d'observateur.

Mlle Paule Salvan et M. Jean Bleton, tous deux conservateurs à la Direction des bibliothèques de France, participèrent aux travaux du Conseil. M. Humblet représentait la F. I. D.

Le Bureau restreint, puis le Bureau élargi de la F. I. A. B., ont examiné la création éventuelle, en liaison avec le secrétariat de Munich, d'un deuxième secrétariat. La F. I. A. B. a reçu, à cet effet, une subvention de l'Unesco. Paris avait été primitivement envisagé comme siège de ce deuxième secrétariat et M. Julien Cain avait été sollicité de fournir un local et de proposer un bibliothécaire. En définitive, il a paru préférable de renforcer provisoirement les moyens du secrétariat munichois.

Une politique à long terme a été envisagée par le bureau de la F. I. A. B.

Les divers groupes de travail ont entendu des communications sur l'activité des commissions et sur les travaux préliminaires particulièrement importants destinés à préparer la Conférence internationale sur les principes de catalogage.

Certaines commissions poursuivent des études dont les résultats ne pourront d'ailleurs se concrétiser qu'après des confrontations assez longues; c'est le cas de la commission des bibliothèques parlementaires et administratives, qui pense publier prochainement une première liste de cette catégorie de bibliothèques; c'est le cas aussi de la commission des bibliothèques nationales et universitaires qui s'intéresse aux différents types de dépôt légal; de celle de la formation professionnelle, travaillant en liaison avec l'Unesco à préciser les conditions d'enseignement et la situation des bibliothécaires dans les différents pays; de celle des bibliothèques d'enfants qui espère publier l'an prochain une liste de livres de qualité recommandés pour la traduction hors de leurs pays d'origine.

D'autres commissions sont en voie d'organisation comme la commission pour la construction des bibliothèques dont M. Bleton a été nommé secrétaire, ou de réorganisation comme celle des livres ou documents rares et précieux.

En marge des travaux, les délégués purent accomplir de fructueuses visites tant à Édimbourg (Bibliothèque nationale, « Central public library») qu'à Glasgow (« Mitchell library ») et profiter dans ces deux villes de réceptions organisées, avec la plus grande générosité, par leurs collègues et par les autorités municipales et gouvernementales.