entête
entête

Rapport sur le concours ouvert le 3 octobre 1960 pour le recrutement de bibliothécaires

La session de 1960 du concours annuel sur épreuves pour le recrutement de bibliothécaires s'est ouverte le lundi 3 octobre 1960.

L'épreuve écrite a eu lieu le 3 octobre 1960 de 13 h 30 à 18 h 30 dans les centres suivants :

Alger (Bibliothèque universitaire). - Besançon (Bibliothèque universitaire). - Bordeaux (Bibliothèque universitaire). - Dijon (Bibliothèque universitaire). - Lyon (Bibliothèque municipale classée). - Montpellier (Bibliothèque universitaire). - Nancy (Bibliothèque universitaire). - Paris (Bibliothèque d'art et d'archéologie). - Rennes (Bibliothèque universitaire). - Strasbourg (Bibliothèque nationale et universitaire).

Les épreuves orales se sont déroulées à Paris, 61, rue de Richelieu, le vendredi 21 octobre 1960 de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h.

La liste d'admission a été publiée le 22 octobre 1960, à 9 heures.

I. Statistique du concours.

I° Registre d'inscription :

13 emplois ont été mis au concours,
43 candidats ont demandé leur inscription et 42 ont pris part aux épreuves :
9 du sexe masculin, 33 du sexe féminin.

a) Titres universitaires.

I candidat était docteur en droit.

2 candidats étaient titulaires du diplôme d'études supérieures de droit et d'une licence en droit.

2 candidats étaient titulaires d'une licence en droit.

28 candidats étaient titulaires d'une licence d'enseignement : option lettres classiques : 9 dont 1 diplômé d'études supérieures; option lettres modernes : 1 ; option histoire : 13 dont 1 diplômé d'études supérieures; option anglais : 3; option italien : I; option philosophie : 1 diplômé d'études supérieures.

II candidats ne justifiant pas de tous les titres universitaires exigés avaient été admis à concourir au titre des dispositions de l'article 8 du décret du 16 mai 1952 (5 années de services accomplis dans le corps des sous-bibliothécaires).

b) Titres professionnels.

32 candidats étaient titulaires du diplôme supérieur de bibliothécaire.

II candidats se présentaient au titre des dispositions de l'article 8 du décret du 16 mai 1952 (5 ans de services accomplis dans le corps des sous-bibliothécaires). (Un de ces candidats possède le certificat d'aptitude aux fonctions de bibliothécaire).

c) Fonctions exercées par les candidats.

9 candidats occupaient un poste de bibliothécaire contractuel ou assimilé.

3 candidats exerçaient les fonctions de bibliothécaire dans un centre pédagogique régional.

4 candidats exerçaient les fonctions de bibliothécaires municipaux.

I candidat était bibliothécaire à l'Institut de droit privé.

I candidat était documentaliste.

15 candidats étaient sous-bibliothécaires.

9 candidats étaient sans emploi.

d) Candidats à des sessions précédentes.

Sur les 42 candidats ayant pris part aux épreuves du concours à la session de 1960, 19 avaient participé sans succès à des sessions précédentes :

I candidat (1953, 1954, 1960). - 1 candidat (1954, 1955, 1956, 1960). - 1 candidat (1954, 1958, 1959, 1960). - 1 candidat (1955, 1957, 1959, 1960). - 1 candidat (1955, 1959, 1960). - 1 candidat (1956, 1957, 1958, 1959, 1960). - 1 candidat (1957, 1958, 1959, 1960). - 1 candidat (1957, 1960). - 2 candidats (1958, 1960). - 9 candidats (1959, 1960).

Sur les 7 candidats qui s'étaient présentés plus de 2 fois à des sessions précédentes :
I était titulaire d'une licence de philosophie, du diplôme d'études supérieures et du certificat d'aptitude aux fonctions de bibliothécaire et exerce les fonctions de sous-bibliothécaire.
I était docteur en droit et titulaire du diplôme supérieur du bibliothécaire.
3 étaient titulaires d'une licence d'histoire et du diplôme supérieur de bibliothécaire.
2 exerçaient les fonctions de sous-bibliothécaire.

2° Liste d'admissibilité :

19 candidats ont été déclarés admissibles : 4 du sexe masculin, 15 du sexe féminin.

a) Titres universitaires des candidats admissibles :

La liste d'admissibilité comprenait :
I candidat docteur en droit.
I candidat titulaire de 3 certificats de licence, admis à concourir au titre des dispositions de l'article 8 du décret du 16 mai 1952.

b) Titres professionnels.

Tous les candidats étaient titulaires du diplôme supérieur de bibliothécaire.

3° Liste d'admission :

13 candidats ont été déclarés définitivement admis : 2 du sexe masculin, II du sexe féminin.

a) Titres universitaires.

La liste d'admission comprenait :
I candidat docteur en droit.
II candidats titulaires d'une licence d'enseignement : option lettres classiques : 4; option lettres modernes : 1 ; option histoire : 6.
I candidat titulaire de 3 certificats de licence, admis à concourir au titre des dispositions de l'article 8 du décret du 16 mai 1952.

b) Titres professionnels.

Tous les candidats étaient titulaires du diplôme supérieur de bibliothécaire.

II. Épreuve écrite :

1° Sujet de l'épreuve :

Le sujet proposé aux candidats était le suivant : « L'afflux croissant des publications, tant étrangères que françaises, pose au bibliothécaire comme au lecteur des problèmes difficiles. Quelles réponses y faire ? »

2° Notation :

L'épreuve était notée sur 20 et affectée du coefficient 4.

Les notes attribuées aux candidats admissibles s'échelonnent de 10 à 15 :
1 candidat a obtenu la note 15
2 - - - 14
I - - - 13,5
2 - - - 13
3 candidats ont obtenu la note 12
3 - - - 11
7 - - - 10

Les notes attribuées aux candidats non admissibles s'échelonnent de 6 à 9 :
1 candidat a obtenu la note 9
7 - - - 8,5
6 - - - 8
1 candidat a obtenu la note 7,5
6 - - - 7
2 - - - 6

III. Épreuves orales.

Ces épreuves comprennent :
- un exposé sur l'organisation administrative et financière des bibliothèques (coefficient 2);
- un exposé sur l'organisation technique des bibliothèques (coefficient 2);
- une interrogation portant sur les problèmes généraux de fonctionnement des bibliothèques (coefficient 2).

I° Notation.

Chaque épreuve était notée sur 20.

Les notes suivantes ont été attribuées aux candidats :

2° Écart des notes.

Une confrontation, pour chacun des candidats admissibles, des notes obtenues aux épreuves orales, donne les résultats suivants :

IV. Conclusion.

Cette année encore on a enregistré un net fléchissement du niveau du concours puisque parmi les admissibles un seul a obtenu la note 15 et que 7 d'entre eux n'ont pas dépassé la moyenne, encore faut-il observer qu'en raison du nombre relativement élevé des postes à pourvoir, le jury avait été incité à user d'indulgence et qu'il avait voulu laisser leur chance à tous les candidats lui paraissant dotés de qualités réelles.

A l'écrit, en effet, la plupart des candidats, ceux surtout qui ont passé à une date récente le diplôme supérieur de bibliothécaire, font preuve de connaissances solides et étendues, mais ils ne réussissent pas toujours à les exposer avec clarté et méthode.

L'objet de la composition qui traite toujours d'un problème général est justement de fournir aux candidats le moyen de mettre en relief leur facilité d'exposition et la fermeté de leur jugement. La plupart d'entre eux, négligeant de se tracer un plan précis, ne traitent qu'un aspect seulement du problème, ou bien ne réussissent pas à le dominer et se contentent bien souvent de transcrire, dans un certain désordre, les notions acquises au cours de l'enseignement qu'ils ont reçu.

A l'oral, par contre, où les interrogations ont un caractère plus concret, il leur est plus aisé de faire montre de leur personnalité et de leur expérience. Ceux surtout qui ont exercé des fonctions de responsabilité à la tête d'un établissement ou d'un service sont à cet égard favorisés et peuvent, comme il y sont d'ailleurs invités, donner à leurs réponses un accent plus personnel.

Cette année comme plusieurs fois dans le passé on a vu se classer parmi les tout premiers un candidat qui, retenu en province par ses fonctions de bibliothécaire, n'avait pu suivre que les cours de révision au diplôme supérieur de bibliothécaire où il s'était présenté avec succès quelques mois avant le concours.

C'est pourquoi on ne saurait trop encourager les candidats titulaires du diplôme supérieur de bibliothécaire et qui ambitionnent de se présenter au concours, d'accepter les postes d'attente ou les missions temporaires qui leur sont offerts. C'est une excellente occasion pour eux de confronter leurs connaissances théoriques avec la réalité et de réfléchir utilement aux divers problèmes de la profession.

Illustration
Epreuves orales - Notation

Illustration
Epreuves orales - Ecart des notes