entête
entête

Commission des thèses

La Commission des thèses s'est réunie le 15 mai dans la salle des commissions, 53, rue Saint-Dominique, sous la présidence de M. Julien Cain, directeur général des Bibliothèques de France.

Assistaient à la séance : MM. Lelièvre, Brun, Masson, Poindron, Mlle Salvan (Direction des bibliothèques de France), M. Freslon et Mme Malbec (Direction de l'enseignement supérieur), MM. Kastler, professeur à la Faculté des sciences de Paris, Durry, professeur à la Faculté des lettres de Paris, Calmette (chargé du service des échanges universitaires, conservateur en chef de la Bibliochèque de la Sorbonne), de la Porte (Direction générale des affaires culturelles et techniques au Ministère des affaires étrangères), Lacroix (Service universitaire des relations avec l'étranger et l'Outre-mer), Andreu (Centre national de la recherche scientifique), Mlle Cannac (Bibliothèque nationale).

S'étaient excusés : MM. le doyen Pérès ( représenté par M. Kastler), le doyen Fabre, Solus, professeur à la Faculté de droit, Mazet, professeur à la Faculté des sciences de Poitiers, le Dr Hahn et Mlle Bruchet représentant les bibliothèques universitaires, Mlle Dougnac, conservateur en chef à la Bibliothèque nationale.

Dépôt des thèses. - Mlle Salvan rappelle que les conditions de dépôt, si elles se sont améliorées grâce à la collaboration de la Direction de l'enseignement supérieur et de la Direction des bibliothèques de France et en particulier à la faveur du retour à l'obligation du dépôt pour les thèses de lettres et de sciences, appellent encore une sérieuse mise au point. Les bibliothécaires universitaires, réunis aux dernières journées d'étude de décembre 1958, demandent l'élaboration d'un texte récapitulatif sur le dépôt qui leur permettrait de mieux connaître leurs droits.

Lors de la préparation de ce texte, une enquête préliminaire menée comme chaque année auprès des bibliothécaires universitaires a permis de constater que les circulaires de l'Enseignement supérieur avaient fait l'objet d'interprétations très diverses suivant les universités. Quelques irrégularités sont à signaler en ce qui concerne les thèses imprimées après soutenance ou encore les thèses imprimées à l'étranger dont le dépôt ne s'effectue pas toujours. Une menace plus précise est constituée par le voeu présenté à l'assemblée des professeurs de la Faculté des sciences de Paris le 18 décembre 1958, vœu sur lequel M. Kastler fournit des précisions : autoriser la soutenance des thèses de doctorat d'État sur texte multigraphié remis au secrétariat en au moins huit exemplaires, l'un de ces exemplaires étant destiné aux archives originales du C. N. R. S. pour permettre de fournir sur demande des microfilms du texte intégral. Un texte abrégé, amputé des pièces justificatives, bibliographie, annexes, etc... serait imprimé éventuellement dans une revue comme les Annales de physique et la bibliothèque universitaire en obtiendrait le dépôt régulier. Cette proposition a fait l'objet d'un échange de vues et l'on a décidé de confier à une sous-commission l'étude d'une solution donnant satisfaction aux scientifiques et aux bibliothèques.

En ce qui concerne le dépôt des thèses dactylographiées, des lacunes graves sont toujours à signaler : certaines font l'objet du dépôt réglementaire en un ou parfois deux exemplaires à la Bibliothèque universitaire, conformément à la circulaire du 6 juillet 1953. Toutefois Toulouse, Bordeaux et Paris continuent de signaler des omissions fâcheuses. L'apparition des thèses du 3e cycle dactylographiées ou multigraphiées, pour lesquelles aucun texte n'a déterminé les conditions du dépôt, a contribué à compliquer la situation. Les modalités du dépôt sont diverses suivant les universités et il convient de les préciser dans le texte qui doit être élaboré à l'intention des bibliothécaires et des secrétaires de Facultés.

Échange des thèses. - M. Calmette donne lecture de son rapport annuel sur les échanges universitaires et répond à diverses questions qui lui sont posées concernant les échanges avec l'université de Dakar, d'une part et Rabat et Tunis, d'autre part.

M. Cain remet à la sous-commission des thèses qui doit se réunir au début de juin, le soin de mettre au point des solutions en ce qui concerne les problèmes d'impression et de dépôt. Le texte récapitulatif pourra être ensuite élaboré.