entête
entête

Congrès des Sociétés savantes

Dijon (1er-5 avril 1959)

La 84e session du Congrès national des Sociétés savantes s'est tenue à Dijon sous la présidence de M. Clovis Brunel, directeur honoraire de l'École des Chartes, membre de l'Institut, président de la Section de philologie et d'histoire.

L'Université de Dijon avait mis à la disposition des sections de sciences humaines les locaux de la Faculté des lettres. La nouvelle Faculté des sciences disposant de nouveaux bâtiments et d'un équipement remarquable accueillit les scientifiques et les géographes. C'est dans le grand amphithéâtre de cette nouvelle Faculté que se tint la séance d'ouverture sous la présidence de M. le doyen Ciry, représentant M. le recteur Bouchard.

Environ 230 communications furent présentées, dont une centaine intéressant les sciences fondamentales. Pour la deuxième fois, un « colloque » groupait les spécialistes des sciences de la terre : il avait pour thème : le Crétacé supérieur. 450 congressistes participaient aux travaux et aux diverses manifestations.

La mission d'organiser le Congrès sur le plan local avait été confiée à l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon (président, M. Quarré, conservateur du Musée; secrétaire, M. Gras, conservateur de la Bibliothèque municipale) M. Jean Rigault, directeur des services d'archives de la Côte-d'Or assurait les fonctions de trésorier.

Les congressistes ont particulièrement apprécié la parfaite organisation mise en œuvre, les services rendus en ce qui concerne leur hébergement par l'Office du tourisme et enfin la qualité des manifestations culturelles et des visites prévues.

En marge des séances de travail, M. Jean Rostand rendit hommage à Eugène Bataillon et à ses découvertes capitales dans le grand amphithéâtre de la nouvelle Faculté des sciences. M. Jacques Roger, professeur à la Faculté des lettres de Poitiers, traita, dans une conférence très appréciée, de l'esprit scientifique de Buffon.

Les congressistes furent très cordialement reçus par M. le Chanoine Kir, député-maire de Dijon, dans la salle du Palais des États de Bourgogne. Un dîner fut offert à la Cité universitaire ou M. Marcel Bouchard, recteur de l'Académie, exprima en termes très chaleureux l'intérêt qu'il portait à l'activité du Congrès. Enfin l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon avait organisé une réception dans la salle de Flore au Palais des États de Bourgogne où M. Quarré prononça une cordiale allocution.

Entre les séances de travail, les congressistes eurent l'occasion de participer à des visites dirigées de la ville et des industries alimentaires, et d'assister dans la salle des gardes du Palais des États de Bourgogne à une causerie d'Yves Tissier sur la monodie du XIIe au XIIIe siècle.

Le samedi 4 avril, au cours de la séance solennelle de clôture dans le grand amphithéâtre de la Faculté des sciences. M. Clovis Brunel, président de la 84e session, consacra sa très vivante allocution aux « noms de personnes ».

M. Julien Cain, représentant le ministre de l'Éducation nationale, rendit hommage à trois membres éminents du Comité des travaux historiques et scientifiques récemment décédés : Georges Bourgin, directeur honoraire des Archives de France, de la section d'histoire moderne; Eugène Dormoy, professeur honoraire à la Sorbonne, de la section des sciences; Jean Jannoray, professeur à la Sorbonne, de la section d'archéologie, mort d'un accident survenu au cours d'une mission qu'il accomplissait en Pologne. Il définit ensuite l'activité des congrès : « Animés par un esprit encyclopédique qui fut une de leurs fonctions et auquel ils demeurent fidèles, ils abordent des problèmes très divers dont quelques-uns sont nouveaux... En examinant le programme de vos séances de travail, on peut à la fois mesurer son ampleur marquée par la variété des sujets et la place faite dans les communications à l'érudition la plus étendue comme à la spécialisation scientifique la plus minutieuse. »

M. Julien Cain évoqua ensuite la réorganisation du Comité des travaux historiques et scientifiques qui permit la mise en œuvre d'un large programme de publications : « Tout cela, qui fut longtemps incontesté, est redevenu réalisable depuis que l'on s'est employé à procurer au Comité les moyens qui lui faisaient défaut, depuis surtout que l'on a reconstitué ses sections qui avaient perdu plusieurs de leurs membres les plus éminents, lesquels n'avaient pas toujours été remplacés. Il a pu être procédé à une réorganisation du Comité après l'adoption de nouveaux textes réglementaires par la Commission centrale et vous avez pris à la rédaction de ces textes, mon cher Président, une part active. »

Ayant ensuite remercié les organisateurs du Congrès qui en ont assuré le succès, M. Julien Cain, avant de déclarer close la 84e session, fit connaître que la 85e se tiendrait en 1960 à Annecy et Chambéry et la 86e en 196I à Montpellier.

Le Congrès ne devait cependant pas se terminer après cette séance solennelle. Une excursion minutieusement préparée permit aux congressistes de visiter le samedi 4 avril, la Collégiale Notre-Dame, le Musée du Vin et l'Hôtel-Dieu de Beaune, où avait été prévue une réception par la municipalité avec audition des Chanteurs du Vin de France, sous la direction de J. Fr. Samson. La journée se termina au Clos de Vougeot, chef d'ordre de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin, où se tint un dîner officiel avec audition des Cadets de Bourgogne.

Les excursions traditionnelles hors Congrès occupèrent la journée du dimanche 5 avril : Excursion historique et archéologique à Flavigny, sous la conduite de M. l'abbé Marilier; aux Laumes-Alésia, sous la conduite de M. Roland Martin, professeur à la Faculté des lettres de Dijon, directeur de la circonscription archéologique de Dijon, et de M. Le Gall, professeur de la Faculté les Lettres de Dijon; à l'abbaye de Fontenay et à Semur-en-Auxois, sous la conduite de MM. Quarré et P. Gras. Excursion géographique et scientifique (consacrée aux grandes unités naturelles de la Bourgogne), sous la conduite de MM. Ciry, doyen de la Faculté des sciences, Dubois, professeur à la Faculté des lettres et Rat, maître de conférences à la Faculté des sciences.