entête
entête

Rapport sur le concours ouvert le 2 décembre 1957 pour le recrutement de bibliothécaires

La session de 1957 du concours annuel sur épreuves pour le recrutement de bibliothécaires s'est ouverte le 2 décembre 1957.

L'épreuve écrite a eu lieu le lundi 2 décembre 1957 de 13 h 30 à 18 h 30 dans les centres suivants :

Alger (Bibliothèque nationale). - Bordeaux (Bibliothèque universitaire). - Caen (Bibliothèque universitaire). - Dijon (Bibliothèque universitaire). - Grenoble (Bibliothèque universitaire). - Lyon (Bibliothèque universitaire). - Montpellier (Bibliothèque universitaire). - Nancy (Bibliothèque universitaire). - Nantes (Bibliothèque municipale classée). - Paris (Bibliothèque d'art et d'archéologie). - Rennes (Bibliothèque universitaire). - Toulouse (Bibliothèque universitaire). - Tours (Bibliothèque municipale classée).

Les épreuves orales se sont déroulées à Paris, 61, rue de Richelieu, le vendredi 20 décembre de 8 h 30 à 12 heures et de 14 heures à 18 heures.

La liste d'admission a été publiée le vendredi 20 décembre à 18 heures.

I. - Statistique du Concours.

1° Registre d'inscription.

II emplois ont été mis au concours, 3 de ces emplois étant affectés aux établissements d'Alger.

42 candidats ont demandé leur inscription : 14 du sexe masculin, 28 du sexe féminin.

40 candidats ont pris part aux épreuves : 14 hommes, 26 femmes.

a) Titres universitaires.

I candidat était titulaire d'une licence de philosophie et d'une licence d'anglais accompagnée d'un diplôme d'études supérieures et du Certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement secondaire d'anglais.

I candidat était titulaire d'une licence d'histoire et d'une licence de droit assorties chacune d'un diplôme d'études supérieures.

I candidat était titulaire d'une licence ès-lettres et d'un doctorat d'université.

I candidat était titulaire d'une licence ès-lettres et d'une licence en droit.

I candidat possédait le diplôme d'archiviste-paléographe.

30 candidats étaient titulaires d'une licence ès-lettres d'enseignement : Option lettres classiques : 12 dont 2 diplômés d'études supérieures; Option histoire : 9 dont 3 diplômés d'études supérieures; Option philosophie : 7 dont 6 diplômés d'études supérieures; Option langues : 2.

I candidat était titulaire d'une licence en droit et diplômé d'études supérieures.

4 candidats ne justifiant pas des titres universitaires exigés avaient été admis à concourir au titre des dispositions de l'article 8, dernier alinéa, du décret du 16 mai 1952 (5 années de services accomplis dans le corps des sous-bibliothécaires).

b) Titres professionnels.

33 candidats étaient titulaires du Diplôme supérieur de bibliothécaire.

2 candidats avaient obtenu le Diplôme technique de bibliothécaire.

I candidat possédait le diplôme d'archiviste-paléographe.

4 candidats se présentaient au titre des dispositions de l'article 8, dernier alinéa, du décret du 16 mai 1952 (5 années de services accomplis dans le corps des sous-bibliothécaires).

c) Fonctions exercées par les candidats.

7 candidats occupaient un emploi de bibliothécaire contractuel ou assimilé.

2 candidats exerçaient les fonctions de bibliothécaire municipal.

z candidats exerçaient les fonctions de bibliothécaire dans un Centre pédagogique régional.

14 candidats étaient sous-bibliothécaires.

2 occupaient un emploi de sous-bibliothécaire contractuel.

2 occupaient un emploi d'assistant contractuel.

6 avaient été chargés de missions temporaires de réorganisation auprès de bibliothèques municipales classées ou contrôlées.

5 étaient sans emploi.

d) Candidats à des sessions précédentes.

Sur les 40 candidats ayant pris part aux épreuves du concours à la session de 1957, 23 avaient participé sans succès à des sessions précédentes :
I candidat (1952, 1953, 1954, 1955, 1956). - 1 candidat (1952, 1953, 1954, 1956). - 1 candidat (1952, 1954, 1955, 1956). - 1 candidat (1953, 1954, 1955, 1956). - 1 candidat (1953, 1954, 1955). - 6 candidats (1954, 1955, 1956). - 2 candidats (1955, 1956). - 2 candidats (1955). - 8 candidats (1956).

2° Liste d'admissibilité.

22 candidats ont été déclarés admissibles : 5 du sexe masculin, 17 du sexe féminin.

a) Titres universitaires des candidats admissibles.

La liste d'admissibilité comprenait :
I candidat titulaire d'une licence ès-lettres et d'un doctorat d'université.
I candidat titulaire d'une licence d'histoire et d'une licence en droit accompagnées chacune d'un diplôme d'études supérieures.
18 candidats titulaires d'une licence d'enseignement : Option lettres classiques : 9 dont 1 diplômé d'études supérieures; Option histoire : 5 dont 1 diplômé d'études supérieures; Option philosophie : 4 dont 3 diplômés d'études supérieures.
I candidat titulaire d'une licence en droit et d'un diplôme d'études supérieures.
I candidat non pourvu des titres universitaires statutairement exigés, ayant été admis à concourir au titre des dispositions de l'article 8, dernier alinéa, du décret du 16 mai 1952 (5 années de services accomplis dans le corps des sous-bibliothécaires).

b) Titres professionnels.

19 admissibles étaient titulaires du D.S.B.

2 possédaient le D.T.B.

I était inscrit au titre des dispositions de l'article 8, dernier alinéa, du décret du 16 mai 1952 (5 années de services accomplis dans le corps des sous-bibliothéc aires).

3° Liste d'admission.

II candidats ont été déclarés définitivement admis : 5 du sexe masculin ; 6 du sexe féminin.

a) Titres universitaires.

Sur les II candidats ayant bénéficié de l'admission définitive : 1 candidat était titulaire d'une licence ès-lettres et d'un doctorat d'université; 1 candidat était titulaire d'une licence d'histoire et d'une licence en droit accompagnées chacune d'un diplôme d'études supérieures; 9 justifiaient d'une licence ès-lettres : Option lettres classiques : 3; Option histoire : 3 dont 1 diplômé d'études supérieures; Option philosophie : 3 dont 2 diplômés d'études supérieures.

b) Titres professionnels.

10 des candidats admis étaient titulaires du D.S.B.; 1 avait obtenu le D.T.B.

II. - L'épreuve écrite.

1° Sujet de l'épreuve.

Le sujet proposé aux candidats était le suivant :

« On parle beaucoup de la réforme de l'enseignement. Estimez-vous qu'il y ait lieu d'envisager également une réforme des bibliothèques ? Et dans quel sens ? Illustrez votre exposé d'exemples empruntés à telles bibliothèques que votre expérience professionnelle et votre expérience de lecteur vous ont donné l'occasion de mieux connaître. »

2° Notation.

3° Observations.

Non seulement les candidats pouvaient se placer à des points de vue très différents pour traiter le sujet, mais ils y étaient encore, en quelque sorte, invités, puisqu'on leur demandait de fonder leur démonstration sur des exemples choisis par eux en fonction de leur expérience personnelle. Soit gaucherie, soit prudence, beaucoup n'ont pas cru devoir user de cette liberté et se sont cantonnés dans le domaine des généralités, ce qui enlevait beaucoup d'intérêt à leur copie. Quelques candidats se sont laissé égarer et ont traité d'une part de la réforme de l'enseignement, d'autre part d'une réforme des bibliothèques, sans lier l'une à l'autre. Enfin, d'autres candidats également mal inspirés ont énuméré, avec plus ou moins d'ordre, des réformes qui leur paraissaient opportunes, mais portaient sur des queslions de détail, alors qu'on leur demandait de montrer leur aptitude à dominer tes problèmes et à prendre une vue d'ensemble des questions.

Défaut de jugement, défaut de réflexion, inaptitude à établir une hiérarchie - comme à utiliser judicieusement leurs connaissances acquises, telles sont les remarques faites le plus souvent par le jury à propos des copies qui n'ont pas obtenu la moyenne. Ajoutons que trop nombreux sont les candidats qui prennent, avec la syntaxe et l'orthographe, des libertés abusives. S'il est des fautes qu'on peut excuser par la fièvre de l'épreuve, il en est d'autres qui attestent une ignorance surprenante chez des étudiants qui ont fait des études supérieures et en ont conquis les grades.

III. - Les épreuves orales.

Depuis la réforme réalisée par le décret n° 55-1719 du 29 décembre 1955, et appliquée pour la première fois à la session de 1956, les épreuves orales comprennent :
- un exposé sur l'organisation administrative et financière des bibliothèques (coeff. 2);
- un exposé sur l'organisation technique des bibliothèques (coeff. 2);
- une interrogation portant sur les problèmes généraux de fonctionnement des bibliothèques (coeff. 2).

1° Notation.

Chaque épreuve était notée sur 20.

Les notes suivantes ont été attribuées aux candidats :

2° Écart des notes.

Une confrontation, pour chacun des candidats admissibles, des notes extrêmes obtenues aux épreuves orales, donne les résultats suivants :

IV. - Conclusion.

D'une manière générale, le concours était d'un niveau élevé, et la moyenne des notes, à l'écrit comme à l'oral, s'est trouvée légèrement supérieure à celle des concours précédents. La réforme réalisée par le décret du 29 décembre 1956 s'est révélée une nouvelle fois efficace, et elle a permis de mettre en évidence les aptitudes réelles de plusieurs candidats.

Illustration
L'épreuve écrite - Notation

Illustration
Les épreuves orales - Notation

Illustration
Les épreuves orales - Écart des notes