entête
entête

Nécrologie

Adrien Blanchet

Jean Babelon

M. Adrien Blanchet, membre de l'Institut, officier de la Légion d'Honneur, qui vient de s'éteindre, le 27 décembre 1957, dans sa quatre-vingt-douzième année, avait accumulé, au cours d'une très longue carrière scientifique, de nombreux titres à notre estime. Il était président honoraire de la Société française de numismatique, ancien président de la Société nationale des antiquaires de France, de la Société de l'Histoire de Paris et de l'Ile-de-France, membre du Comité des travaux historiques et scientifiques, membre de la Commission municipale du Vieux Paris, membre de la Commission des monuments historiques. L'Académie des inscriptions et belles-lettres l'avait élu parmi ses membres en 1919, en remplacement de l'abbé Thédenat, mais il n'était pas de qualité dont il aimât mieux à tirer gloire que celle de bibliothécaire honoraire à la Bibliothèque nationale.

Sa carrière dans nos rangs avait pourtant été aussi brève que fructueuse. Né le 8 mars 1866, diplômé de l'École du Louvre, ancien élève de l'École pratique des hautes études, il pouvait se targuer d'avoir reçu l'enseignement d'Héron de Villefosse, d'Émile Châtelain, de Mgr Duchesne, de Clermont-Ganneau, d'Alexandre Bertrand, d'Edmond Pottier, de Louis Courajod, de Georges Lafenestre. Gustave Schlumberger avait reconnu en lui les aptitudes exceptionnelles qui le vouaient à l'érudition archéologique. Il était donc désigné pour entrer au Cabinet des médailles. Il y fut admis comme stagiaire en 1890. Sous la direction d'Ernest Babelon, il eut pour collègues l'arabisant Paul Casanova, Maurice Prou, futur directeur de l'École des Chartes, Henri de la Tour, auteur de l'Atlas des monnaies gauloises. Mais il quitta la Bibliothèque nationale dès 1895, pour raisons de santé, et dès lors une situation indépendante lui permit de poursuivre des recherches qui aboutirent à un nombre imposant de publications. La somme de ses ouvrages peut être évaluée à trente-cinq volumes. Nous citerons : le Manuel de numismatique du Moyen âge et moderne, 1890; le Traité des monnaies gauloises, 1905; le Manuel de numismatique française en collaboration avec Adolphe Dieudonné ; la Numismatique du Béarn, 1893; les Trésors de monnaies romaines et les invasions germaniques en Gaule, 1900; les Enceintes romaines de la Gaule, 1907; la Mosaïque, 1928 ; les Souterrains-refuges de la France, 1923.

Au Cabinet des médailles, Adrien Blanchet avait rédigé les inventaires manuscrits des monnaies des rois parthes et des monnaies d'Athènes, et il avait collaboré avec Ernest Babelon au Catalogue des bronzes antiques publié en 1895. Ses travaux font autorité en matière de numismatique gauloise et médiévale, mais son érudition s'étendait à bien des domaines, et sa curiosité était infinie, aussi bien intervenait-il à toutes les réunions des sociétés savantes ou des congrès auxquels il était assidu. Il assumait la direction de la Carte archéologique de la Gaule romaine (Forma Orbis romani, Gallia) depuis 193I. La Revue numismatique a bénéficié pendant de longues années de la sagacité de ses conseils, et a recueilli quantité de ses études.

La Bibliothèque nationale perd en Adrien Blanchet un de ses amis les plus sincères et un des savants qui lui font le plus d'honneur.