entête
entête

Conférence bibliographique internationale Varsovie

19-22 septembre 1957

Au moment où l'organisation bibliographique sur le plan international est à l'ordre du jour, il est intéressant de signaler le remarquable effort de coopération accompli par les Républiques démocratiques et qui a fait l'objet des récentes réunions de Varsovie.

Ce congrès s'est réuni sur l'initiative de la Bibliothèque nationale de Varsovie et groupait les représentants de 8 républiques démocratiques :

République démocratique allemande (Dr Erich Drews, chef du département de la Deutsche Bücherei, Leipzig; Dr Horst Kunze, directeur de la Bibliothèque allemande de l'État, Berlin; Dr Johannes Müller, chef du département des éditions scientifiques et des bibliothèques au Ministère des écoles supérieures, Berlin); République populaire de Bulgarie (Prof. Todor Borov, directeur de l'Institut bulgare de bibliographie Eline Peline, Sofia; M. Isakov, représentant de la section des bibliothèques du Ministère de l'éducation et de la culture, Sofia); République populaire hongroise (Dr Esther Waldapfel, directeur-adjoint de la Bibliothèque nationale Szechenyi, Budapest; M. Stefan Gombocz, chef de section de la Bibliothèque nationale Szechenyi, Budapest); République populaire de Pologne (Mlle Helena Hleb Koszanska, directeur de l'Institut bibliographique à la Bibliothèque nationale, Varsovie; Mme Alodia Kawecka-Gryczowa, chef du département des livres anciens de la Bibliothèque nationale, Varsovie; Mme Maria Dembowska, conservateur à la Bibliothèque nationale, Institut bibliographique, Varsovie; M. Henryk Sawoniak, conservateur à la Bibliothèque nationale, Institut bibliographique ; M. Zbingiew Daszkowski, conservateur à la Bibliothèque nationale, Institut bibliographique, Varsovie; Mme Janine Pelcowa, conservateur à la Bibliothèque nationale, Institut bibliographique, Varsovie; M. Aleksander Birkenmajer, professeur à l'Université de Varsovie; M. Karol Estreicher, professeur à l'Université de Cracovie); République populaire roumaine (Mme Angela Popescu-Bradiceni, directeur de la Bibliothèque nationale, Bucarest; M. Marcel Jianu, directeur de l'Institut de documentation technique, Bucarest); République populaire tchécoslovaque (M. Vladimir Cerny, représentant du Ministère des écoles et de la culture, Prague; M. Dr Jaroslav Drtina, professeur de la bibliothéconomie à l'Université de Prague; Dr Jaroslav Kunc, directeur de la Bibliothèque nationale, Prague; Dr Jan Petrmichl, directeur de la Bibliothèque universitaire, Prague; M. Jan Stefanik, chef du centre bibliographique de la Matica slovenska, Martin, président de la section bibliographique du Conseil des bibliothèques de la République slovaque; M. Josef Repcak, directeur de la Bibliothèque Presov); Union des républiques soviétiques socialistes (M. M. A. Bogacev, directeur de la bibliothèque Lénine, Moscou; Mme N. A. Lavrova, secrétaire en matières scientifiques de la Chambre du livre de l'URSS, Moscou); République populaire fédérative de Yougoslavie (Dr Milutin Ivanusic, directeur de l'Institut bibliographique Belgrade; Mme Smilja Misic, directeur de la bibliothèque centrale de l'Académie serbe des sciences, Belgrade; Dr Mate Ujevic, directeur adjoint de l'Institut lexicographique FNRJ, Zagreb). Mlle Paule Salvan, déléguée de la Direction des Bibliothèques de France, a pu suivre les séances en qualité d'observateur.

L'ordre du jour comprenait des exposés et des discussions sur les points suivants :
1° notion de la bibliographie nationale;
2° organisation de la collecte des matériaux;
3° modalités de coopération internationale;
40 les accords culturels;
5° propositions diverses.

Le russe et le français étaient adoptés comme langues internationales.

Il n'est pas possible ici de donner un exposé développé de ces discussions. Bornons-nous à signaler l'intérêt tout particulier que présentait le premier point, introduit par Mme Dembowska qui présenta une conception « élargie » de la bibliographie nationale dépassant la cadre de la production imprimée du pays pour s'étendre à tous documents intéressant à divers titres le patrimoine national.

Le congrès à l'issue des séances adopta les propositions suivantes :

Propositions de la conférence bibliographique internationale.

Les délégations des pays suivants : République démocratique allemande, République populaire de Bulgarie, République populaire hongroise, République populaire de Pologne, République populaire roumaine, République tchécoslovaque, Union des Républiques soviétiques socialistes, République populaire fédérative de Yougoslavie, prenant part à la Conférence bibliographique internationale, 19-21 septembre 1957 à Varsovie, constatent l'utilité de la coopération internationale parmi les pays ayant des problèmes communs dans le domaine de la bibliographie nationale. La conférence ne formule pas des propositions détaillées mais des recommandations générales qui peuvent être utiles lors de la conclusion des accords bilatéraux par les institutions bibliographiques. Il est souhaitable que ces recommandations soient prises en considération lors de la conclusion des accords culturels.

1. La Conférence bibliographique internationale constate la différence de la conception de la bibliographie nationale et elle croit impossible de l'unifier. Le terme de bibliographie nationale exige donc de nouvelles études théoriques.

2. Il est souhaitable d'élaborer des catalogues collectifs des livres anciens (jusqu'à 1800), comme aide dans la collecte des matériaux pour la bibliographie nationale rétrospective, en prenant en considération les besoins des bibliographies nationales des autres pays.

3. Il est souhaitable d'entreprendre des études sur la possibilité de faire la bibliographie rétrospective des articles de périodiques dans chaque pays.

4. La coopération internationale dans le domaine de la bibliographie nationale peut être réalisée à l'aide de l'échange des informations :
a) sur les collections, qui peuvent intéresser un autre pays ;
b) sur les travaux bibliographiques en cours d'exécution ou projetés, qui peuvent intéresser un autre pays;
c) sur les listes des photocopies et des microfilms, effectués d'après les livres, les manuscrits et les publications périodiques.

5. Les pays intéressés s'entendront pour se communiquer réciproquement des sources bibliographiques fondamentales et des manuels méthodiques sur la bibliographie. Il est souhaitable d'en faire publier des comptes rendus dans les autres pays. C'est pourquoi les plus importantes publications doivent être accompagnées d'un résumé dans une langue de plus grande diffusion.

6. Il est souhaitable d'échanger les listes des institutions qui s'occupent de la bibliographie dans les autres pays.

7. Afin de fournir des informations systématiques sur les publications bibliographiques, il est désirable de publier des bibliographies de bibliographies dans chaque pays.

8. Pour la collecte des matériaux il est souhaitable :
a) d'organiser l'échange des bibliographies, sur la base des accords bilatéraux, pour prendre connaissance des matériaux ou bien pour les indiquer au microfilmage;
b) d'établir un échange de services bibliographiques sur la base de la réciprocité en désignant des personnes spécialement qualifiées qui auraient à rassembler des matériaux bibliographiques et la documentation sous forme de photocopies, microfilms, etc.

9. Dans le domaine des bibliographies nationales courantes, il est souhaitable d'échanger - conformément aux accords conclus bilatéralement - les notices bibliographiques des livres et des articles de périodiques intéressant ces pays.

10. Il est souhaitable d'échanger les publications intéressant la bibliographie des pays correspondants.

11. La coopération internationale exige la nécessité de désigner l'organisme central chargé de l'exécution des tâches résultant des accords bilatéraux prévus dans les accords culturels.

12. La fixation des objectifs et des formes de la coopération est le résultat d'un arrangement direct entre deux pays intéressés.

13. Il est souhaitable que lors de la conclusion des accords culturels bilatéraux soient consultés les représentants des institutions bibliographiques et des bibliothèques.

14. Il est souhaitable d'organiser des conférences périodiques consacrées aux problèmes de coopération internationale bibliographique dans nos pays à tour de rôle.

15. Il est souhaitable de publier des articles consacrés aux problèmes touchant ceux de la Conférence bibliographique internationale dans le périodique Sovetskaja Bibliofrafija. Ces articles pourront être utilisés dans les journaux bibliographiques des autres pays.

16. Il est souhaitable d'élargir les échanges internationaux des livres et le prêt inter-bibliothèques international; les détails s'y rapportant doivent faire l'objet d'une conférence à part.

En marge des séances les congressistes purent visiter plusieurs bibliothèques de Varsovie (la Bibliothèque nationale dirigée par le Dr Bodgan Horodyski, la Bibliothèque publique et universitaire, l'Institut de recherches littéraires, etc...). L'activité de l'Institut de bibliographie rattaché à la Bibliothèque nationale et dirigé par Mlle Helena Hleb Koszanska est d'une remarquable efficacité en ce qui concerne la bibliographie rétrospective (en particulier pour la continuation de l'œuvre du grand bibliographe Estreicher), et la bibliographie courante (bibliographie de bibliographies, bibliographie nationale, bibliographie mensuelle d'articles de périodiques, bibliographie de livres recommandés, etc...). La place occupée par la culture et la civilisation française dans la bibliographie courante est d'une importance particulière - soit, pour l'année 1956, une centaine de notices (études consacrées à la France, traduction d'ouvrages français, etc.).

On ne saurait trop louer l'accueil fait aux visiteurs et la sollicitude dont ils furent l'objet pendant toute la durée du congrès. Ajoutons que les séances se déroulaient à deux pas de la vieille ville, reconstruite avec ferveur par ses habitants.