entête
entête

RetroNews

Éditorialiser la presse ancienne

Nathalie Thouny

Étienne Manchette

Pour accélérer la numérisation de la presse et rendre encore plus accessibles ces sources, BnF-Partenariats  1, la filiale de valorisation du patrimoine numérique de la BnF, a élaboré et développé, avec le soutien initial du Fonds national pour la société numérique, un nouveau service en ligne entièrement dédié à la presse ancienne : retronews.fr.

Voilà deux ans que ce dernier permet de consulter en ligne des millions de pages d’archives de presse parues entre 1631 et 1945 pour une plongée dans l’histoire telle que ses contemporains l’ont vécue.

Quelques éléments de contexte

Rappelons d’abord le rôle de la BnF dans la politique de numérisation des collections qu’elle conserve, et en particulier de la presse, une ressource particulièrement précieuse pour le témoignage qu’elle apporte sur les événements et les débats de chaque époque.1

Convaincue qu’un tel patrimoine se doit d’être exposé au plus grand nombre, la BnF a mis en œuvre une politique de numérisation de masse et, pour en faciliter sa diffusion, de consultation ouverte de ces archives dans et hors les murs avec Gallica, sa bibliothèque numérique dont les 20 ans sont célébrés cette année.

La numérisation de la presse, un enjeu prioritaire

Les collections de presse à la BnF occupent 44 kilomètres linéaires de magasins, et s’accroissent annuellement au titre du dépôt légal, 16 000 journaux ont ainsi été déposés à la BnF en 2016.

Elles constituent un gisement considérable de ressources en partie menacées par les dégradations et encore trop peu numérisées.

Le programme de numérisation est un enjeu essentiel du projet. Plusieurs centaines de titres de presse sont numérisés puis mis en ligne sur le site et, d’ici deux ans, RetroNews donnera accès à près de 20 millions de pages d’archives de presse.

La sélection, un premier pas vers l’éditorialisation

L’ampleur des collections publiées depuis le début du XVIIe siècle avec la naissance des premiers périodiques, posait comme préalable, la question de la sélection.

Sélectionner pour RetroNews, c’est déjà éditorialiser. C’est veiller avant tout à une couverture approfondie de toutes les époques. C’est faire émerger des circulations, des itinéraires de découvertes et de recherches pour tous les usages. La sélection des journaux mis en ligne chaque mois, enrichie de fiches repères sur l’histoire de la presse, répond à ces impératifs.

Proposer à la recherche des titres couvrant l’ensemble des périodes historiques, différents types de presse, courants politiques, zones géographiques, permet d’adresser aux lecteurs et aux chercheurs un corpus structuré proposant de multiples entrées.

Un panorama de la presse ancienne

De 1631 avec la création de la Gazette par Théophraste Renaudot à 1945, RetroNews permet la consultation de 300 titres de presse : de nombreux quotidiens et hebdomadaires d’informations générales – comme Le Petit Parisien, Le Journal, Le Figaro, Le Matin, Le Gaulois – mais aussi les titres de la presse politique – L’Humanité ou L’Action française –, régionale – La Petite Gironde, Le Petit Marseillais, Le Petit Troyen – ou satirique – comme Le Charivari, Le Rire ou encore La Caricature.

    L’enrichissement sémantique et les outils de recherche, premières conditions de l’accès à ces fonds pour des usages experts

    Le second enjeu que devait relever RetroNews, tout aussi fondamental, était d’offrir un accès performant et dédié à ces collections.

    Cela impliquait de développer des fonctionnalités avancées de recherche pour explorer ces contenus. En faisant appel à des technologies d’indexation et de visualisation, le site intègre dans la démarche de développement les besoins des chercheurs, des universitaires et plus largement des utilisateurs d’un moteur « expert ».

    Des travaux de recherche en Data Mining ont permis d’améliorer les techniques de reconnaissance de caractères et de constituer des lexiques enrichis de référentiels s’appuyant sur Rameau, le dictionnaire Vapereau ou encore le VIAF  2. Ces traitements appliqués au fonds d’archives ont permis d’extraire à grande échelle des entités sémantiques telles que les lieux, les personnes, les organisations, les évènements et d’adopter la classification thématique utilisée actuellement par tous les grands médias dans le monde (IPTC), des liens qui facilitent la mise en perspective du présent.

    Grâce à ces filtres de recherche multifacettes par thème, personne, évènement, lieu, organisation, période historique, dédiés au fonds presse et à ses spécificités typographiques, d’écriture et de formats, RetroNews permet d’explorer les évènements marquants de la petite et de la grande histoire.

    Accès et modèle économique

    Dans sa nouvelle formule lancée au printemps 2018, le développement des modes d’accès aux contenus et leur monétisation est le défi majeur engagé par RetroNews.

    L’ensemble des archives de presse, les articles courts et la vidéo sont consultables gratuitement sur RetroNews. Le nouveau site offre aux abonnés des contenus éditoriaux exclusifs (version audio, interviews, histoire de la presse), ainsi que des fonctionnalités complémentaires et des outils de recherche experts signalés par un code couleur dédié. Des formules d’abonnement mensuelles ou annuelles sont proposées. Des abonnements collectifs pour les établissements scolaires et l’enseignement supérieur sont également disponibles sur demande.

      L’éditorialisation : un service d’accompagnement et de découverte pour tous les publics

      Pourtant si les chantiers de numérisation, de sélection, de recherche et développement sont des étapes essentielles à la conservation et à la mise à disposition de ce patrimoine, l’usage de ces contenus, en particulier en direction des publics non experts, passe par l’éditorialisation et la diffusion.

      Élargir le champ des utilisateurs et valoriser ce patrimoine exigeaient de proposer un site qui s’inscrive au-delà de la consultation experte d’archives et sous-entendait de développer à la fois un outil et un site média.

      Journalistes, chercheurs, universitaires et historiens contribuent, dans une logique de production média, à transmettre les contenus et le contexte historique des fonds d’archives de presse. L’exercice de style est celui de l’écriture à base d’archives, et la diversification des formats éditoriaux.

      Les formats utilisés, qu’ils soient « échos » quotidiens, « chroniques » ou « cycles rétrospectifs », et la variété des contributeurs donnent à découvrir ces archives dans ce qu’elles ont de plus singulier et à mieux comprendre à travers ces témoignages les opinions et les débats d’une époque. C’est aussi le fil conducteur d’un dialogue, de correspondances et de divergences entre points de vue, idées, qui se font écho au fil des siècles.

      Replacer les articles dans leur contexte, politique, médiatique et sociétal permet ainsi d’éclairer la couverture par la presse de séquences historiques, et de nourrir l’appareil critique de tous sur la production d’information contemporaine.

      Saisir, par le témoignage de la presse, les journées de février 1848 où Paris se révolte ; redécouvrir, publiés en bas de page, les feuilletons littéraires d’un Eugène Sue ou d’un Conan Doyle ; suivre l’actualité internationale telle que la perçoit un lecteur d’alors… voilà quelques exemples de narrations quotidiennes proposées par la rédaction de RetroNews.

      La diffusion, pour passer d’un site de consultation à un site « émetteur » de contenus

      C’est aussi par la construction et la diffusion multicanal d’une offre éditoriale de contenus orientée vers les usages numériques actuels que passent la découverte et l’appropriation des collections de presse.

      L’information qui est restituée, enrichie, contextualisée et connectée vers le monde extérieur permet de passer d’un site de consultation à un site « émetteur » de contenus. Site média central pour la diffusion des archives de presse des collections de la BnF, RetroNews s’attelle à développer une offre globale de valorisation des contenus impliquant un déploiement vidéo, audio et de narration multimédia.

      Chaque jour, le site propose des formats courts, accessibles sur tous les écrans, adaptés aux différentes plateformes (YouTube, Facebook, Twitter). Les archives sont transformées en contenus édités, mises en récit en fonction d’une politique éditoriale et d’une diffusion multicanal.

      Et c’est là un des points essentiels du dispositif éditorial : agréger des compétences et des métiers complémentaires. Inscrire la politique éditoriale du site dans une logique globale de média, c’est faire « éditer les papiers » par une rédaction, c’est publier et mettre en place – sur un mode de flux – la diffusion des contenus texte, audio, vidéo, et y lier aussi les compétences d’analyses des données statistiques et marketing. Au final, c’est par la mise en place d’une stratégie de contenus axée sur les usages, avec un positionnement identifiable, que RetroNews contribue à développer d’autres pratiques éditoriales sur les archives.

      1.  (retour)↑  Créée en 2012, BnF-Partenariats est la filiale de la Bibliothèque nationale de France en charge de l’élaboration et du développement de nouveaux produits et services numériques à partir des collections de la BnF et en collaboration avec des entreprises ou des institutions. Ces offres participent à la diversification des publics de la Bibliothèque et au développement de ses collections numériques.
      2.  (retour)↑  VIAF (Virtual International Authority File) : fichier d’autorité international virtuel.