entête
entête

Jean-Baptiste Malet

En Amazonie

Infiltré dans le meilleur des mondes

Paris, Fayard, 2013, 155 p., 22 cm
ISBN 978-2-213-67765-1 : 15 €

par Thierry Ermakoff

Toute la presse, nationale, hebdomadaire, et peut-être même locale, nous ne sommes pas allés vérifier, a rendu compte de cet ouvrage, semblant découvrir que l’univers de la distribution n’est pas un parcours de pétales de roses.

Soyons justes avec Jean-Baptiste Malet : nous n’aurions pas fait ce qu’il a fait, se faire engager chez Amazon, en passant par toutes les cases de l’entreprise locale d’intérim, les tests de bonne conduite, être obligé, un tant soit peu, de s’adapter, d’avoir quotidiennement la force et le courage d’interroger les travailleurs intérimaires, puis en CDI, pour ceux qui ont cette possibilité, chance serait un bien grand mot, les syndicalistes, bref, ce qu’il faut de courage pour affronter cette vie de misère.

Jean-Baptiste Malet décrit fort justement ce décervelage généralisé qui fait vendre aux manutentionnaires des piles d’Indignez-vous ! de Stéphane Hessel, et un puzzle géant de Dachau, finalement retiré de la vente, sous la pression des médias. Il insiste sur le chiffre d’affaires de la société, et ses très faibles impôts payés en France, sur la position des employés, qui n’est pas ambiguë, ils sont, comment disait-on déjà ?, exploités. Il n’oublie pas les prises de parole glorieuses des ministres venus saluer l’ouverture, sur leur circonscription, leur canton, de ces entrepôts, promis, pour le coup, à des théories de plein emploi, alors même que ceux-ci ne seront rien par rapport aux librairies qui, elles, créent de la richesse.

Pour autant, cet ouvrage laisse un peu sur sa faim : comme un air de déjà entendu, il y a trente ans, l’âge, évidemment, ne fait rien à l’affaire…quand tous les élus ne juraient que par la croissance, l’industrie, les PME. Peut-être manque-t-il à ce court volume une dimension plus strictement politique, aurait-il fallu insister davantage sur la « destruction créatrice » de Joseph Schumpeter, sur les travaux de Naomi Klein, sur ceux de Bernard Stiegler sur la misère symbolique, les témoignages de Florence Aubenas, quitter cette dénonciation tout à fait bienvenue pour pousser plus loin l’analyse qui nous bouleverserait encore plus : combien, comme pour Indignez-vous !, auront, d’une certaine façon, en le lisant, payé leur impôt sur la bonne conscience ? Amazon, Price M et tant d’autres, au-delà du clic, c’est quand même à la fois la facilité de l’achat d’impulsion immédiat, la mise en fiche généralisée et l’avènement d’une société où le vivre ensemble s’éloigne (pour reprendre une expression un peu tendance).