entête
entête

Archives ouvertes

Caroline Bruley

Claire Nguyen

Les deuxièmes Journées d’étude sur les archives ouvertes organisées par Couperin se sont tenues à Paris, les 2 et 3 avril 2009  1.

Contextes international et français

C’est Jean-Claude Guédon, professeur à l’université de Montréal, qui a inauguré ces journées en retraçant l’histoire des archives ouvertes. Il a exhorté les bibliothécaires à être de véritables partenaires des chercheurs, à faire entrer les AO dans leur « capital symbolique » et à œuvrer pour la création d’un système d’évaluation international reconnu. C’est notamment sur ce point qu’est intervenu Norbert Lossau, directeur de la bibliothèque universitaire de Göttingen. Il a présenté les projets européens en matière d’AO : Driver  2 (infrastructure reliant les AO de plusieurs pays), IRO (organisation indépendante de promotion, support et d’évaluation), Peer  3 (économie et évaluation de l’impact de l’autoarchivage), Oapen  4 (livres électroniques). Actuellement, la couverture croissante des AO concerne un tiers des chercheurs européens.

Revenant au contexte français, Geneviève Gourdet (présidente de Couperin) a fait le point sur le positionnement politique national en matière d’archives ouvertes, en revenant sur le protocole d’accord signé en 2006 par les EPST et le CNRS. Malgré un gros travail du Costrao sur les métadonnées et la création du site archives-ouvertes.fr, le temps a manqué pour mener à bien une démarche coordonnée pour le développement et le copilotage d’une plateforme partagée. La 7e édition du colloque de Berlin sur les AO à Paris en 2009 pourrait relancer le processus. Quant à l’influence des AO sur les relations commerciales avec les éditeurs, une évolution des modèles économiques basés sur le papier est nécessaire ; il faut rester vigilant sur les modèles émergents fondés sur les usages et améliorer le mode de collecte des statistiques pour les rendre fiables  5. Cette session s’est close par un bilan du groupe Communication du GTAO, qui avait pour objectif de repérer des ressources, produire des documents outils et créer un site web (ouvert en novembre 2008).

Exemples locaux

Les écoles d’enseignement supérieur de Toulouse ont misé sur un service de proximité des chercheurs en utilisant les webservices ; cependant, les dépôts sont hétérogènes, variant selon les moyens mis à disposition par les laboratoires. Sciences Po s’est intégrée au projet européen NEEO, dont le but est de recenser les publications des meilleurs chercheurs, et d’offrir du texte intégral, par le moissonnage d’autres plateformes. NEEO liera les données qui ont servi à construire les articles en libre accès et les articles payants. Systèmes d’information et AO communiquent en effet étroitement. Ainsi, Graal (application décrivant les unités de recherche et leur environnement), interopérable avec HAL, permet d’avoir des indicateurs sur les publications. Des contraintes techniques (maintien de tables de correspondance auteurs, synchronisation des référentiels, mises à jour des métadonnées) et l’absence de récupération du texte intégral ne permettent pas une exploitation optimale. Certains obstacles sont plus politiques (absence de référentiel des structures de la recherche).

Le groupe Enquête du GTAO a fait le point sur ses travaux. Pour compléter les données de l’enquête lancée en 2007, une démarche plus qualitative a été adoptée avec le bilan de trois établissements porteurs de projets d’AO. L’INPT a mis en place un portail des thèses et une archive anglophone ; l’université Paris-10 construit un outil complet de gestion de la recherche, Ogure ; et l’université de Nice a mis en place une plateforme de publication de revues en SHS, Revel@Nice, tout en travaillant sur une AO HAL-Unice et sur la mise en ligne des thèses. À noter : le rôle moteur joué par les SCD, une mise en place souvent rapide de l’archive et leur caractère évolutif. Lors de la table ronde qui a suivi, l’importance du soutien de la présidence dans ces projets a été soulignée, de même que les besoins humains et techniques qu’ils drainent. Face aux chercheurs, il faut occuper le terrain, former, informer et convaincre de l’intérêt de publier dans une AO.

La dernière session de la journée était consacrée aux éditeurs. Le projet Romeo/Sherpa permet de s’orienter dans les politiques des éditeurs en matière d’AO et incite ces derniers à les clarifier. Springer propose ainsi à ses auteurs de publier de manière « classique » ou en open access. Très peu d’auteurs ont choisi l’open access. Cette formule est expérimentée en ce moment par un consortium britannique. De fait, les revues totalement libres connaissent plus de succès.

Projets en cours

La seconde journée d’étude s’est ouverte sur les travaux du GTAO. Le groupe Métadonnées a focalisé son travail sur les systèmes locaux et les besoins des établissements d’enseignement supérieur au-delà du cœur de métadonnées de HAL, pour aboutir sur le profil d’application AI.

Vint ensuite une présentation des potentialités de HAL, offrant plusieurs solutions aux établissements souhaitant se doter d’une AO : des portails HAL, entrées particulières permettant de déposer dans HAL ; des collections, offrant une sélection d’une partie de HAL fondée sur un concept de tampon qui relie et marque des documents, quelle que soit leur provenance ; une extension LocHAL qui permet à une institution de stocker dans son portail ses documents scientifiques non éligibles dans HAL ; et des solutions mixtes. Seules les archives à caractère scientifique accessibles gratuitement et librement sont diffusées.

La question des profils d’application a été abordée. Ils sont spécifiques à la production des établissements mais doivent être compatibles avec les standards internationaux. Le groupe de travail Méta-données de Couperin a proposé des règles de conception utiles à toute la communauté. Science Po a fait le choix de créer un nouveau logiciel, Spire, prévu pour fin mai 2009. Objectif : fédérer différents projets (numérisation, sitothèque, AO...). Le protocole JackRabbit a été choisi et une attention particulière a été portée aux formats (MODS, VDEX, Premis, METS Rights, SWUP) et aux protocoles (OAI-PMH, SRU/SRW).

Autre projet en cours, collectif celui-là : ORI-OAI, un outil de référencement et d’indexation des publications compatible OAI-PMH. Il permettra la constitution d’une archive institutionnelle adaptable à tous les documents intégrés dans le système d’information en suivant toutes ses étapes. L’archivage pérenne des documents nécessitant une infrastructure lourde peut être confié à un opérateur comme le Cines, qui a développé PAC, plateforme archivant, après contrôle et validation des formats, tout document dans sa forme définitive. Le dépôt, indirect, se fait via d’autres interfaces, comme Star.

En conclusion, les archives ouvertes sont une question de politique d’établissement avant d’être une question d’outil et elles font sens quel que soit leur niveau : local, national, européen, disciplinaire. Le respect de la spécificité et de la visibilité des établissements passe nécessairement par l’adoption de standards et de normes communes, par l’harmonisation des pratiques et des outils.

Sigles et acronymes

AI • Archives institutionnelles

AO • Archives ouvertes

Cines • Centre informatique national de l’enseignement supérieur

CNRS • Centre national de la recherche scienti-fique

Costrao • Comité stratégique des archives ouvertes

Couperin • Consortium universitaire de publications numériques

Driver • Digital Repository Infrastructure for European Research

EPST • Établissement public à caractère scienti-fique et technologique

Graal • Gestion de la recherche, application sur les activités des laboratoires

GTAO • Groupe de travail sur les AO

HAL • Hyper article en ligne

INPT • Institut national polytechnique de Toulouse

IRO • International Repositories Organisation

JISC • Joint Information Systems Committee

METS • Metadata Encoding and Transmission Standard

MODS • Metadata Object Description Schema

NEEO • Network of European Economists Online

OAI • Open Archives Initiative

Oapen • Open Access Publishing in European Networks

Ogure • Outil de gestion universitaire de l’information sur la recherche de l’établissement

ORI-OAI • Outil de référencement et d’indexation, réseau de portails OAI

PAC • Plateforme d’archivage au Cines

PEER • Publishing and the Ecology of European Research

Pirus • Publisher and Institutional Repository Usage Statistics

OAI-PMH • The Open Archives Initiative Protocol for Metadata Harvesting

Premis • PREservation Metadata : Implementation Strategies

Revel@Nice • Revues électroniques de l’université de Nice

Romeo • Rights Metadata for Open Archiving

RSS • Really Simple Syndication

SCD • Service commun de la documentation

Sherpa • Securing a Hybrid Environment for Research Preservation and Access

SHS • Sciences humaines et sociales

Spire • Sciences Po Institutional Repository

SRU • Search/Retrieve via URL

SRW • Search/Retrieve Web Service

Star • Signalement des thèses électroniques, archivage et recherche

VDEX • Vocabulary Definition Exchange