entête
entête

Les offres d'emploi en bibliothèque

Une étude statistique d'après biblio-fr/Jobilise

Yves Desrichard

Sophie Ranjard

La question de l’emploi des professionnels des bibliothèques et de la documentation est un des objets d’étude récurrents liés à la sociologie d’une profession dont les tentations d’introspection sont relativement fortes, renvoyant notamment à de profonds questionnements sur l’identité, les spécificités, voire l’utilité de ces professions.

Pour appréhender ce domaine, différents angles sont possibles : les référentiels « métiers » d’une part, les enquêtes auprès des experts ou des professionnels d’autre part. Les référentiels « métiers » constituent un cadre formel qui, à partir d’une analyse largement empirique des tâches ou activités effectuées en bibliothèque ou en centre de documentation, mais aussi des compétences nécessaires à l’exercice de ces activités, propose des « profils d’emploi » visant à une meilleure représentation, voire à une hiérarchisation, des différents postes de travail, avec, souvent, une volonté d’harmonisation au niveau européen. Les enquêtes auprès des experts évoquent de leur côté les besoins des institutions en termes d’évolution des métiers. Quant aux enquêtes auprès des professionnels, elles sont plus axées sur la description des activités et des compétences par les intéressés eux-mêmes, et la perception qu’ils ont de leur propre métier.

L’analyse des offres d’emploi est, quant à elle, pratiquée par de nombreuses associations professionnelles. Encore faut-il disposer d’un corpus d’offres relativement important, analysées sur une période relativement longue, et provenant d’une source homogène, au moins quant au public concerné.

Les résultats présentés ici sont issus de l’exploitation, à l’aide des outils statistiques de la société Kynos 1, d’une base de données de dépouillement des offres d’emploi publiées dans le cadre du service « Jobilise » de la liste de discussion biblio-fr 2. Cette base de données propose un dépouillement systématique de l’ensemble des -offres diffusées depuis le 1er septembre 2004 à quelques exceptions près 3. Elle est disponible en accès gratuit pour toutes exploitations statistiques possibles 4.

Les données exploitées sont -celles des deux premières années de dépouillement, du 1er septembre 2004 au 31 août 2006 inclus, soit un ensemble d’environ 2 040 offres 5. À compter du 1er septembre 2006, de nouveaux éléments de dépouillement ont été ajoutés à la base, qui, tout en préservant la cohérence de l’ensemble pour des exploitations statistiques ultérieures, permettront d’en affiner encore l’exploitation 6.

Il n’est sans doute pas besoin de présenter à la communauté des professionnels de l’information et de la documentation la liste biblio-fr. Avec ses 14 800 abonnés (en 2007), elle est la liste de diffusion francophone la plus consultée. Créée en 1993 à l’initiative d’Hervé Le Crosnier et de Michel Melot, cette liste diffuse des offres d’emplois, des liens internet, des questions professionnelles et des débats concernant les bibliothèques et le monde de l’information 7.

Historique de la mise en place de la base

L’ambition de cette base de données est (était) d’offrir une grille d’analyse des attentes des employeurs quant aux professionnels recrutés, aux types de tâches qui les attendent, aux compétences, voire aux diplômes qu’on leur demande d’avoir.

À cette fin, une grille d’analyse, présentée de manière rapide ci-dessous, a été élaborée après dépouillement systématique et non « orienté » d’un mois d’annonces de biblio-fr 8. Il s’agit, strictement, mais aussi pleinement, d’un outil d’aide à la décision, qui offre un certain nombre de données factuelles (nature de l’employeur, lieu de l’emploi) a priori objectives, et d’autres qui sont des tentatives de formalisation des activités et des compétences demandées.

Cette analyse peut servir aussi bien aux employeurs actuels, pour les inciter éventuellement à reformuler leurs offres d’emploi, qu’aux personnes en recherche d’emploi pour les aider à mieux connaître le marché de l’emploi dans les bibliothèques et les centres de documentation.

Présentation de la grille de saisie

La grille de saisie, qui est aussi la grille de recherche, se décompose en quatre parties d’inégale importance.

Données factuelles

Les données factuelles portent sur la date de parution de l’annonce (mois et année), qui est distincte de la date effective de début de l’emploi proposé ; le lieu d’exercice de l’emploi proposé (département) ; le type d’employeur ; l’intitulé de la fonction demandée ; le type de contrat (statutaire, CDD, CDI, etc.) et sa durée dans le cas où elle est déterminée ; la durée du travail mensuel (plein temps/mi-temps/autre temps partiel).

L’ « intitulé du poste » est la rubrique la plus sujette à caution, puisque les employeurs potentiels font preuve, souvent, de beaucoup d’approximations. On a distingué deux cas :

  • soit les offres relèvent clairement de recrutements statutaires dans un corps (fonction publique de l’État) ou un cadre d’emploi (fonction publique territoriale) donné : dans ce cas, les intitulés de ces corps ou de ces cadres d’emplois ont été harmonisés, de façon à permettre une exploitation statistique cohérente ;
  • dans tous les autres cas, l’intitulé mentionné est retenu et, quand il n’y a pas d’intitulé, aucun n’a été « forgé 9 ».

Données sur les activités exercées

La deuxième partie de la base concerne les activités qui seront exercées par la personne recrutée dans le cadre de son travail. D’une manière générale, les activités proposées sont celles qui seront effectivement réalisées par l’agent lors de son recrutement, et non celles qu’il est susceptible d’effectuer à terme, par exemple quand la bibliothèque aura déménagé dans un nouveau bâtiment, etc.

La principale difficulté d’exploitation statistique des données de cette partie est qu’elle mêle tout à la fois des activités (catalogage, indexation, accueil…) et des lieux d’exercice (section jeunesse, discothèque, vidéothèque…). L’exploitation statistique par les logiciels de la société Kynos permet, en partie, de contourner cette difficulté, en distinguant les activités et les secteurs, mais il faudrait réfléchir à un travail de formalisation des « lieux d’exercice » qui reste difficile à mettre en œuvre 10.

Il est un point que les offres d’emploi abordent très rarement, c’est l’importance relative de chaque activité dans le poste proposé.

Données sur les compétences demandées

La troisième partie concerne les compétences qui sont demandées, lors de son recrutement, au candidat à l’emploi. On pourra s’étonner de cette partie, en supposant que les compétences demandées découlent « naturellement » des futures tâches exercées.

C’est, en fait, loin d’être le cas, et, par exemple dans le souci d’une évolution de l’offre de formation, cette rubrique permet de détailler certaines compétences qui recouvrent des activités comparables, comme l’indexation. Il serait d’ailleurs intéressant, même si cela n’a pas été fait dans le présent article, de comparer les compétences demandées avec les activités proposées, la remarque valant, on s’en doute, dans les deux sens : des compétences exorbitantes pour des activités finalement modestes et, à l’inverse, de lourdes responsabilités qui, semble-t-il, peuvent être exercées par des néophytes.

La notion de compétence est essentielle, car c’est elle qui incite l’employeur à préciser le niveau exigé pour réaliser telle ou telle activité, les normes, langages, outils utilisés, les responsabilités exercées, bref le contexte professionnel de l’offre, l’environnement des activités, qui permettent d’apprécier l’adéquation de tel ou tel candidat au poste proposé.

Enfin, n’ont été retenues que les compétences strictement professionnelles, au sens bibliothéconomique du terme.

Données sur le niveau de formation requis

La quatrième partie recense le niveau de diplôme requis dans les offres. L’idée est, tout à la fois, de mesurer l’adéquation entre le type d’emploi proposé et le niveau de diplôme demandé (sujet qui, on en conviendra, nourrit continuellement la polémique, notamment dans biblio-fr), mais aussi la « visibilité », le niveau de reconnaissance des diplômes « du marché ». Dans cette dernière perspective, et dans l’idéal, cette rubrique pourrait s’appuyer sur le travail de recensement des différents diplômes professionnels proposé notamment par l’ADBS 11.

Répartition des offres

Tableau 1 – Les mois de plus fort recrutement sont mars, mai-juin puis septembre-octobre. Compte tenu des dates de « couverture » de la base, les comparaisons les plus pertinentes sont celles qui se situent entre les mois de janvier et d’août : on peut noter à cet égard le « pic » du mois de mars 2006, par rapport au mois de 2005 correspondant.

Illustration
Tableau 1

Type d’emploi / type de contrat

Tableau 2 – La base de données biblio-fr est largement utilisée pour la diffusion d’offres d’emploi à caractère statutaire (plus de 56 %), c’est-à-dire réservées, pour ce qui est de la fonction publique d’État, à des personnels déjà titulaires dans les corps auxquels appartiennent les emplois considérés, et, pour ce qui est de la fonction publique territoriale, à des personnels déjà titulaires ou inscrits sur liste d’aptitude dans les cadres d’emploi concernés.

Illustration
Tableau 2

Les autres types d’offres, CDD (32,7 %), stages rémunérés ou non (4 %), CDI (2,5 %), etc., offrent une palette beaucoup plus large et beaucoup plus diversifiée, mais, surtout, relativement exogène par rapport aux offres statutaires dont, à l’évidence, les conditions de recrutement sont extrêmement différentes.

Dès lors, il paraît difficile, sauf sur des macro-ensembles, de proposer des analyses statistiques communes à ces deux ensembles. Type par type, des statistiques spécifiques sont donc proposées.

Type d’employeur

Tableau 3 – Même si le nombre d’offres émanant du secteur privé n’est pas négligeable (plus de 10 %), « Jobilise » reste prioritairement un outil de diffusion d’offres d’emploi émanant des administrations, que ces offres, d’ailleurs, soient de nature statutaire ou contractuelle.

Illustration
Tableau 3

Tableau 4 – « Jobilise » est par excellence l’outil de diffusion des offres d’emploi dans la fonction publique territoriale. En effet, la fonction publique d’État diffuse les listes des postes vacants par des biais officiels (notamment le site Poppée), pour les postes disponibles dans les bibliothèques nationales (BnF, BPI) ou les bibliothèques universitaires. Il n’existe pas, pour la fonction publique territoriale, d’outil équivalent, et « Jobilise » tend, de plus en plus, à remplir ce rôle.

Illustration
Tableau 4

Tableau 5 – Les offres émanant des municipalités représentent largement plus de la moitié des offres diffusées par le service (57,6 %). De manière un peu étonnante, la place des offres émanant des départements (essentiellement, voire exclusivement, pour travailler en bibliothèque départementale) est tout à fait marginale. Encore faudrait-t-il, il est vrai, la rapporter au nombre de bibliothèques départementales (une centaine) et, par conséquent, au « poids » de ces potentiels employeurs en termes d’effectifs.

Illustration
Tableau 5

Tableau 6 – Dans l’administration, les offres statutaires représentent 64 % des offres de recrutement. Même si on peut s’étonner de la présence d’offres « non statutaires » s’agissant d’employeurs publics, rappelons que ces employeurs peuvent recruter des personnels, notamment contractuels, essentiellement pour remplacer des personnels titulaires en congé.

Illustration
Tableau 6

Dans le privé, les offres de CDD représentent l’écrasante majorité (66,3 %) des offres proposées, sans qu’on puisse déterminer si cette répartition traduit la physionomie du marché de l’emploi dans le secteur des bibliothèques, ou si les offres de CDI, très peu nombreuses dans « Jobilise » (11,2 %), sont diffusées par d’autres canaux.

Tableau 7 – Si les offres statutaires représentent environ 6 offres sur 10 dans la fonction publique territoriale (72,2 % pour les départements, 70,2 % pour les villes), elles ne représentent que 48,1 % pour les offres émanant de services de l’État. Il serait pour autant dangereux d’en tirer des conclusions, dans la mesure où les bibliothèques nationales (BnF et BPI) ou universitaires disposent d’autres canaux de diffusion de leurs offres que « Jobilise » et que, sans être marginale, l’utilisation de ce service peut être considérée comme redondante ou comme inutile par nombre de services 12.

Illustration
Tableau 7

Tableau 8 – La durée des CDD varie d’un mois à 3 ans, avec une moyenne d’environ 6 mois. Cette moyenne peut s’expliquer par le fait que bon nombre de CDD sont recrutés dans le cas du remplacement de personnel statutaire, surtout pour les contrats de courte durée (par exemple de type congé de maternité).

Illustration
Tableau 8

Répartition géographique des offres

Tableau 9 – Sans grande surprise, la région Île-de-France représente près de la moitié des offres (plus de 45 %). Seule la région Rhône-Alpes dépasse les 10 % d’offres (13,6 %), là où les offres disponibles dans les autres régions ne représentent que de très faibles pourcentages 13.

Illustration
Tableau 9

Tableau 10 – Si l’ensemble des départements de la petite et de la grande couronne parisienne est représenté dans les dix départements proposant le plus grand nombre d’offres, on notera également que le département du Rhône arrive en deuxième place et que celui du Nord arrive en 10e place.

Illustration
Tableau 10

Tableau 11 – On constate qu’en Île-de-France, les offres d’emploi émanant des municipalités représentent plus de la moitié du nombre total des offres (52,7 %), avant les offres de l’État (33,8 %). Dans les autres régions, la proportion des offres émanant des municipalités est encore plus nette (61,8 % pour 18,4 % émanant de l’État).

Illustration
Tableau 11

Tableau 12 – En Île-de-France, l’attraction de Paris s’affirme nettement pour les offres émanant de l’État (68,5 % du total), devant les offres du privé (23,8 %) et celles de la ville de Paris (7,6 %). On peut voir aussi que le nombre d’offres d’emplois émanant des villes franciliennes est assez bien réparti géographiquement entre les différents départements concernés.

Illustration
Tableau 12

Intitulés de postes

Les intitulés de postes, toutes catégories confondues, correspondent le plus souvent à des statuts ou à des cadres d’emploi de la fonction publique. Chaque offre pouvant comporter plusieurs intitulés différents, il faut interpréter les données du tableau suivant non pas en offres d’emploi mais en intitulés de postes : les 1 769 offres d’emploi ayant proposé des intitulés de postes dans leur annonce ont proposé 2 329 intitulés de postes, soit en moyenne 1,3 intitulé par offre.

Tableau 13 – L’interprétation de ce tableau est rendue ardue par le fait que certains intitulés (conservateur et bibliothécaire) sont communs à la fonction publique d’État et à la fonction publique territoriale. De plus, et contrairement à ce que l’on pourrait penser, certains intitulés de postes correspondent à des offres non statutaires, par exemple en CDD : les employeurs (ce qui paraît logique) prennent en effet l’habitude d’indiquer comme intitulé de poste celui de la personne qu’il s’agit de remplacer pour une durée déterminée.

Illustration
Tableau 13

On constate malgré tout que l’écrasante majorité des offres concerne des personnels de catégorie B, et que certains postes statutaires (chargés d’études documentaires par exemple) sont très peu représentés dans Jobilise.

Postes correspondant à des offres statutaires

Dans un second temps nous avons conservé seulement les offres statutaires contenant un ou plusieurs intitulés de postes correspondant à des statuts et émanant de la fonction publique d’État ou de la fonction publique territoriale. Nous sommes cette fois sur 1 113 offres d’emploi pouvant comporter chacune un ou plusieurs intitulés de postes différents : par exemple, l’employeur peut demander, dans l’annonce, un assistant ou un assistant qualifié de conservation du patrimoine et des bibliothèques. Il nous a d’ailleurs paru intéressant, statistiquement parlant, de conserver ces « chevauchements » qui permettent de penser que, en tout cas pour les employeurs, les subtilités statutaires (notamment dans la fonction publique territoriale) ne correspondent pas toujours aux réalités du terrain 14.

Tableau 14 – Comme souligné plus haut, on voit bien le poids des assistants et des assistants qualifiés de conservation du patrimoine et des bibliothèques dans les offres d’emploi émanant de la fonction publique territoriale : 55 % de l’ensemble des offres d’emploi concernées. Les offres de bibliothécaires arrivent en deuxième place (14,2 %) pour ce qui est de la fonction publique territoriale.

Illustration
Tableau 14

Tableau 15 – Le poids des assistants et des assistants qualifiés de conservation du patrimoine et des bibliothèques apparaît encore plus nettement dans les offres émanant de régions autres que l’Île-de-France (58,9 % des offres de la fonction publique territoriale). Il reste prépondérant également en Île-de-France où la diversité des offres est cependant mieux représentée.

Illustration
Tableau 15

Tableau 16 – Le poids des personnels de catégorie A (conservateurs et bibliothécaires) est plus important dans les offres d’emploi émanant de la fonction publique d’État.

Illustration
Tableau 16

Tableau 17 – Le poids des conservateurs est majoritaire dans les offres en Île-de-France, celui des bibliothécaires ou bibliothécaires adjoints est majoritaire dans les autres régions.

Illustration
Tableau 17

Les activités exercées

Nous avons retiré des activités les mentions de secteurs (jeunesse, vidéothèque…) que nous présentons à part pour ne conserver que les activités proprement dites, regroupées en grandes catégories pour une meilleure exploitation statistique en distinguant les activités par grandes « classes » – avec la part d’arbitraire que ces regroupements comportent.

Tableau 18 – 1 755 offres d’emploi proposaient 4 678 intitulés d’activités, soit en moyenne 2,6 activités proposées par offre d’emploi. La gestion des collections 15 est l’activité la plus citée dans les offres (68 % des offres), suivie de l’accueil du public – prêt aux usagers (60,2 % des offres) – et des animations-formations organisées par la bibliothèque (49 % des offres).

Illustration
Tableau 18

Tableau 19 – On peut déduire de ce tableau que la gestion des collections est prédominante dans le secteur privé comme dans le secteur public, mais de façon un peu plus marquée (31 % des activités proposées dans le privé pour 25 % dans le public). Considérant cependant le plus faible nombre d’offres de ce dernier secteur, ce commentaire doit être utilisé avec précaution.

Illustration
Tableau 19

Tableau 20 – Les activités relationnelles avec les usagers (accueil-prêt et animation-formation-communication) sont plus importantes dans le public et plus particulièrement dans les offres émanant des communes.

Illustration
Tableau 20

La recherche et la veille documentaires, l’alimentation de sites web, la gestion de documents électroniques sont des activités qui, bien que peu importantes en nombre d’offres, sont davantage présentes dans les administrations de l’État et le secteur privé que dans les collectivités territoriales.

Secteurs d’activité

Tableau 21 – Le secteur jeunesse arrive en tête des secteurs cités (12,6 %), devant le travail en discothèque, en secteur multimédia, en vidéothèque, ou sur les fonds anciens. Cependant, l’interprétation de ces données doit être relativisée : d’une part, cette typologie est essentiellement opérante en bibliothèque municipale ; d’autre part, la notion de « secteur adultes » n’est effectivement prise en compte qu’à la mise à jour de la base de septembre 2006 (soit hors des limites d’interprétation du présent article).

Illustration
Tableau 21

Tableau 22 – On retiendra principalement le poids des activités relationnelles dans le secteur jeunesse et celui des technologies dans le secteur multimédia.

Illustration
Tableau 22

Les compétences demandées

Tableau 23 – 1 260 offres d’emploi proposaient 2 663 compétences, soit en moyenne 2,6 compétences par offre d’emploi.

Illustration
Tableau 23

4 offres sur 10 demandent des connaissances informatiques. Si l’intitulé « informatique » est trop général pour qu’on puisse en tirer des conclusions importantes, il faut noter que près d’un tiers des offres (28 %) demande des compétences dans les logiciels bureautiques, notamment ceux diffusés par la société Microsoft (Word, Excel).

La connaissance des logiciels de gestion de bibliothèque reste une « valeur sûre » (32,3 %, près d’une offre sur trois), plus que celle des logiciels documentaires (20,9 %). Comme la pratique du catalogage informatisé reste une part importante de l’activité, les offres d’emploi mentionnent les compétences requises pour l’exercer, qu’elles soient liées au catalogage (connaissance des normes Afnor, 11,7 % des offres, d’Unimarc, 28,6 %) ou à l’indexation (connaissance de la classification Dewey, de Rameau ou d’autres langages documentaires, 21 % des offres).

Tableau 24 – Si les compétences informatiques en général sont demandées par tous les employeurs, elles le sont principalement par les municipalités et les départements. Les administrations de l’État demandent d’abord des compétences en Unimarc, puis dans les langages documentaires, les municipalités demandent d’abord des compétences informatiques et liées aux SIGB. Le secteur privé demande des compétences en Unimarc (mais le nombre d’offres est trop limité pour en tirer des conclusions trop fermes), dans les logiciels bureautiques et en In-ternet.

Illustration
Tableau 24

Tableau 25 – Les données sont un peu parcellaires, mais le nombre d’offres en secteur jeunesse demandant des compétences en informatique relativise le poids des activités relationnelles vu précédemment.

Illustration
Tableau 25

Les diplômes demandés

Tableau 26 – 543 offres d’emploi seulement mentionnent des diplômes, soit environ un quart des offres. Quand elles le font, elles demandent d’abord des diplômes universitaires de technologie, DUT (pour 85 % d’entre elles), ou des diplômes d’études universitaires scientifiques et techniques, Deust (pour 31 %), ce qui semble bien refléter l’adéquation de ces diplômes avec le marché de l’emploi dans la fonction publique, ainsi que les exigences et les possibilités des employeurs.

Illustration
Tableau 26

Plus étonnante semble l’importance accordée au CAFB, disparu depuis une vingtaine d’années, et qui est encore présent dans près de 31 % des offres.

Tableau 27 – De ce fait, les autres diplômes mentionnés ne représentent qu’une part très marginale des demandes, notamment les diplômes à bac + 4 et plus (maîtrise, master…) et émanent d’abord de l’État et du secteur privé.

Illustration
Tableau 27

Tableau 28 – Le poids des offres comportant des Deust est important en régions (20 % des offres), et particulièrement en Nord-Pas-de-Calais (19 offres) et en Bretagne (17 offres).

Illustration
Tableau 28

Évolutions de la base

Comme on l’a souligné dès l’introduction, un tel travail ne peut se concevoir que dans une perspective évolutive : d’une part parce que le cadre d’analyse est forcément perfectible, dès qu’il aura été fixé ; d’autre part parce que de nouveaux éléments (nouveaux diplômes, nouveaux employeurs, nouvelles compétences, etc.) viennent s’ajouter au cadre, au fur et à mesure de l’évolution des métiers et des attentes des employeurs.

Dès lors, et les professionnels des bibliothèques le savent bien, il faut ménager des intérêts en apparence contradictoires : la nécessité de mettre en place un appareil statistique dont les évolutions dans le temps n’obèrent pas la possibilité de disposer, sur des périodes de plus en plus longues, d’éléments de comparaison statistique fins, précis et homogènes, basés sur la collecte de données comparables ; et, donc, le besoin de faire évoluer l’analyse vers le regroupement de résultats à un niveau plus général, utilisable à une échelle nationale.

Les modifications qui ont été introduites dans la base à compter du 1er septembre 2006 n’ont pu faire autrement que de naviguer entre ces deux écueils. Ainsi, certaines compétences qui n’avaient pas jusque-là été incluses (comme la capacité à travailler dans le Sudoc, Système universitaire de documentation) alors même qu’elles étaient très présentes dans les offres antérieures, ne permettront pas d’analyse statistique depuis l’origine de la base. De même pour la prise en compte désormais indispensable des nombreuses offres relevant de l’intercommunalité.

Peut-être aurait-il fallu effectuer ces modifications au « fil de l’eau », pour acter des évolutions dont l’importance statistique (ou le caractère mineur) ne peut être analysée que sur la durée. Mais c’était prendre le risque de multiplier les entrées dans une base déjà largement fournie, et de perdre la finesse et la précision recherchées.

Adresse aux employeurs

L’élaboration d’une telle base et l’important travail de lecture et d’analyse des offres d’emploi qu’elle suppose permettent d’apporter un modeste avis sur la façon de rédiger les offres, et de proposer quelques conseils aux employeurs qui ont tout intérêt à clarifier leurs demandes s’ils veulent sélectionner les meilleurs candidats.

Ainsi, il serait souvent utile de proposer aux postulants un éventail de compétences plus large, et des intitulés plus précis : en effet, l’accent est trop mis sur les compétences informatiques et pas assez sur les autres compétences techniques, organisationnelles et relationnelles. Pour autant, les intitulés des compétences informatiques gagneraient à être précisés : compétences en technologies de l’information et du document, compétences dans le maniement des outils bureautiques, éditoriaux, statistiques, de gestion de bibliothèques…

Nous ne pouvons donc que noter le besoin d’un outil de type Référentiel des compétences en bibliothéconomie, information et documentation et nous renvoyons le lecteur à l’Euroréférentiel I&D 16 de l’ECIA (European Council of Information Associations), édité par l’ADBS, qui a intégré des domaines de compétences orientés vers la gestion des bibliothèques (I08 Gestion des collections et des fonds et I09 Enrichissement des collections et des fonds).

Adresse aux lecteurs

Les coauteurs de ces lignes, dans la mesure de leurs moyens et de leurs disponibilités respectifs, seront heureux de recueillir sur ce point les inquiétudes, les incertitudes, mais aussi les suggestions et les propositions de la communauté « Biblio-fr », de celle des lecteurs du Bulletin des bibliothèques de France et, au-delà, des bibliothèques et de la documentation.

Juin 2007

Base de données de dépouillement des offres d’emploi de la liste de diffusion biblio-fr - Méthodologie de collectes des données

Introduction

La base de données contient l’ensemble des offres d’emploi publiées sur la liste de diffusion biblio-fr depuis le 1er septembre 2004, à l’exception des offres d’emploi à l’étranger.

Données collectées

Les données collectées sont de quatre types :

  • données factuelles sur la date de parution de l’annonce, le lieu d’exercice de l’emploi proposé, l’intitulé de l’emploi proposé, le type d’établissement recruteur, la nature de l’emploi.
  • données sur les tâches qui seront effectuées dans l’emploi proposé, et sur le lieu d’exercice au sein de l’établissement spécifié.
  • données sur les compétences requises pour exercer l’emploi demandé.
  • données sur les diplômes requis pour occuper l’emploi demandé.

Pour l’ensemble des données, à l’exception de l’intitulé de l’emploi proposé, les données sont issues d’une liste fermée. Les différents types de données disponibles sont présentés ci-dessous.

Données générales

Date (mois, année)

Concerne le mois et l’année de parution de l’annonce, et non la date de début d’activité dans l’emploi proposé.

Type d’établissement

Les structures parapubliques (associations par exemple) ont été considérées comme relevant du secteur privé.

Les établissements publics et les services centraux ou déconcentrés de l’État ou des collectivités territoriales n’ont pas été distingués.

Lieu (Département)

Le département indiqué est celui où se trouve l’emploi exercé, qui ne correspond pas forcément à la localisation de l’émetteur de l’offre (par exemple pour les offres émanant des agences d’intérim).

Type d’emploi (plein temps, mi-temps, temps partiel)

Quand aucune information sur ce point n’est donnée, l’emploi proposé a été considéré comme à temps plein.

Type de contrat (Statutaire…)

« Statutaire » s’applique à tous les recrutements par voie de mutation pour des personnels déjà en poste dans la fonction publique, ou figurant sur liste d’aptitude. Peut s’appliquer aussi, dans certains cas, aux détachements.

Intitulé du poste

Les libellés des emplois sont ceux qui figurent dans les annonces. Quand aucun libellé spécifique ne figure, aucun libellé n’a été créé.

Par exception, dans le cas de recrutement statutaire, les intitulés des corps ou des cadres d’emplois concernés ont été harmonisés.

Durée (mois)

Durée du contrat exprimée en mois, éventuellement arrondie au mois supérieur.

Commentaires

Dans quelques cas, des commentaires sur le poste ont été inclus pour en préciser la nature.

Données Types activités

D’une manière générale, les activités mentionnées sont celles qui seront effectivement exercées par l’agent à recruter, et non celles pour lesquelles il faut assurer une supervision, formaliser les activités, etc.

Dans le cas où les tâches de l’agent à recruter sont susceptibles d’évoluer, par exemple dans le cadre d’un déménagement dans de nouveaux locaux, les futures tâches exercées ne sont pas mentionnées.

Accueil Groupes

Concerne l’accueil de classes et, plus généralement, toute activité d’animation impliquant l’accueil et la gestion d’un groupe de personnes au sein de l’établissement.

Accueil Public

Concerne l’accueil général du public, la gestion des inscriptions et des demandes de renseignements de type factuel, des recherches documentaires de premier niveau, de l’aide à la compréhension du fonctionnement de l’établissement. Ne concerne pas les activités liées au prêt de documents, ni celles liées à des recherches documentaires spécifiques effectuées pour le compte des usagers.

Acquisitions

Concerne essentiellement la gestion intellectuelle des commandes de documents : repérage, sélection, gestion de la commande et de la réception ; concerne la gestion d’une politique d’acquisitions, mais pas l’élaboration de chartes documentaires (voir « Élaboration d’outils documentaires ») ; s’entend le plus souvent en lien avec le travail dans une section spécifique d’un établissement (voir « Discothèque », « Vidéothèque », « Section jeunesse »).

Alimentation B.D. (pour « base de données »)

Concerne la participation à la gestion bibliographique, voire informatique, d’une base de données, essentiellement les catalogues d’établissements ; ne concerne pas le catalogage informatisé proprement dit (voir « Catalogage informatisé ») ; ne concerne pas les activités de maintenance informatique, qu’elles soient liées aux matériels ou aux logiciels (Voir respectivement « Conception informatique » et « Maintenance informatique »).

Alimentation site web

Concerne la participation à la mise à jour du site web de l’établissement, ou des pages consacrées à l’établissement dans un site plus large (université, commune…).

Analyse documentaire

Concerne le travail de type analyse et résumé d’articles de périodiques, ou tout travail élaboré de mise en forme d’informations à partir de l’exploitation de documents, généralement pratique dans les centres de documentation.

Animations

Concerne toute activité d’animation, soit les activités traditionnelles des sections jeunesse (lecture, heure du conte, atelier pédagogique…) soit la mise en place d’expositions, de conférences, de festivals, l’accueil d’écrivains, de conteurs, les activités mises en place dans le cadre de manifestations plus générales (par exemple « Lire en fête »), etc.

Archives

Concerne le travail dans un service d’archives, ou la gestion d’un service d’archives, que l’établissement soit un service d’archives ou qu’il inclue un service d’archives ; à mettre en relation avec d’autres activités, par exemple celles liées au traitement documentaire (« Indexation », etc.).

Bulletinage

Concerne le bulletinage manuel ou informatisé des abonnements en cours.

Catalogage informatisé

Concerne les activités de catalogage pratiquées à l’aide d’un logiciel spécifique, à l’exclusion de l’aspect intellectuel des activités d’indexation ; inclut la création de notices bibliographiques, mais aussi la dérivation et la modification de notices existantes (par exemple à partir du Sudoc ou d’Electre) et le travail d’exemplarisation.

Communication

Concerne toute activité de communication mise en place autour de l’établissement, de certains de ses services ou de certaines de ses activités ; inclut la réalisation de documents tels que prospectus, dépliants, documents divers de présentation, affiches, interviews, etc. et toutes les activités liées à la diffusion et à la communication de documents ou d’informations.

Conception informatique

Concerne toute activité de mise en place d’un outil informatique (SIGB, système d’information, site web, autre) de la conception jusqu’à la mise en place, incluant éventuellement la rédaction d’un cahier des charges, le suivi d’un appel d’offres, la sélection et le choix des offres, les développements spécifiques, les paramétrages, l’installation et la mise en place du système, la formation des utilisateurs, etc., à l’exclusion de toutes les activités liées à la gestion courante du système une fois installé (Voir « Maintenance informatique »).

Consulting

Concerne toute activité de conseil en organisation ou en gestion d’établissement, assurée soit dans un cadre public soit dans un cadre privé.

Discothèque

Concerne toute activité exercée dans le cadre d’un service d’un établissement (essentiellement une bibliothèque publique) qui propose une collection de documents sonores, mais aussi tous documents liés (partitions, livres, revues, ouvrages de référence, DVD, etc.).

Documentation électronique

Concerne le repérage, la sélection, l’acquisition, la gestion et la mise à jour de corpus de documents numérisés de toute nature (périodiques en ligne, livres électroniques, bases de données, etc.) ; inclut notamment la gestion administrative, juridique, financière et technique des abonnements à des périodiques en ligne.

Dossiers documentaires

Concerne l’élaboration de dossiers documentaires, soit sous forme papier soit sous forme informatisée, telle que généralement pratiquée dans les centres de documentation.

Élaboration d’outils documentaires

Concerne essentiellement l’analyse, la préparation et la rédaction de tous documents décrivant soit la politique générale de l’établissement, soit les procédures de gestion et de fonctionnement mises en place pour certains services (prêt, acquisitions, accueil du public, règlement intérieur, etc.), soit les chartes d’acquisitions ou de désherbage, à l’exclusion des documents de présentation générale de l’établissement, ou de certains de ses services ou de certaines de ses activités (Voir « Communication »).

Encadrement

Concerne toute activité d’encadrement d’une équipe, d’un service ou d’un groupe de personnes membres de l’établissement ; inclut par exemple la gestion des plannings, des horaires et des congés, des carrières, la gestion des conflits, les entretiens d’évaluation, etc. ; à mettre en relation avec le service au sein duquel ce type de fonction peut être exercé (discothèque, section jeunesse…).

Fonds ancien

Concerne la gestion de fonds anciens, ou d’un service dédié aux fonds anciens, que ce soit d’autres types de documents. La notion de « fonds anciens » renvoie soit au libellé figurant dans l’offre, soit aux documents antérieurs aux environs de 1850.

Formation

Concerne toute activité de formation exercée vers des professionnels de l’établissement ou d’autres établissements (par exemple au sein des bibliothèques départementales de prêt) ; peut être lié à la mise en place d’un nouveau système informatique, à l’interrogation de bases de données, ou à des activités de formation continue organisées au sein de l’établissement et gérées par des membres du personnel de l’établissement.

Formation utilisateurs

Concerne des activités de formation formalisée d’un groupe d’utilisateurs de l’établissement, à l’exception des formations ponctuelles assurées dans le cadre du service public (Voir « Accueil publics ») ; inclut par exemple les séances de formation à la recherche documentaire, à la maîtrise d’outils multimédia, de logiciels, d’internet, mais aussi les séances de présentation du fonctionnement de l’établissement organisées par exemple pour les étudiants.

Gestion budget

Concerne toute activité de gestion d’un budget, soit qu’elle concerne l’ensemble de l’établissement, soit un service de l’établissement, soit un secteur d’acquisitions, etc. ; cette notion inclut essentiellement, dans le cas d’un service ou d’un secteur d’acquisitions, la prise en compte dans l’offre d’emploi de la dimension de gestion financière des tâches à accomplir.

Gestion des collections

Concerne essentiellement la gestion intellectuelle des documents (acquisitions, catalogage ou indexation), et non les tâches liées au traitement matériel (inscription au registre d’entrée-inventaire, équipement antivol, reliure) des documents (Voir « Traitement des collections ») ; complémentaire des mentions telles que « Catalogage informatisé » ou « Indexation » quand celles-ci ne sont pas explicitement mentionnées dans l’offre d’emploi.

Gestion de construction

Concerne les activités spécifiques liées à la gestion de la construction ou du déménagement d’un établissement ou d’une partie d’un établissement ; inclut par exemple, pour ce qui est de la construction, l’élaboration du cahier des charges, la mise en place des appels d’offres, le choix des fournisseurs, le suivi du chantier, etc., et, pour ce qui du déménagement, la gestion matérielle du déménagement des collections, etc.

Remarque : dans le cas où les offres d’emploi liées à la mise en place d’un nouvel établissement incluent des tâches qui ne seront exercées qu’à l’ouverture de ces établissements, ces activités ne sont pas recensées dans l’analyse de l’offre.

Gestion de l’intranet

Concerne la participation à la mise à jour de l’intranet de l’établissement, ou des pages consacrées à l’établissement dans un intranet plus large (université, commune…).

Gestion des périodiques

Concerne toute activité de gestion de périodiques, hors bulletinage (Voir « Bulletinage »), gestion de périodiques électroniques (Voir « Documentation électronique ») ; peut concerner tout à la fois le traitement matériel des collections (Voir aussi « Traitement collections ») et la gestion intellectuelle des collections (catalogage, indexation) (Voir aussi « Gestion collections »).

Iconothèque

Concerne la gestion de fonds d’images fixes, qu’elles soient sur un support numérique ou autre, que ce soit un service spécifique ou un fonds spécifique dans un service différent.

Indexation

Concerne toute activité liée à l’indexation de documents à l’aide d’outils d’indexation (Rameau, Blanc-Montmayeur, etc.) ou de classification (Dewey, Library of Congress, etc.) ; il s’agit essentiellement de l’activité intellectuelle d’élaboration de vedettes-matières ou d’indices de classification, à l’exclusion de l’activité de saisie proprement dite (Voir « Catalogage informatisé ») ou de cotation et de rondage (Voir « Traitement collections »).

Maintenance informatique

Concerne toute activité de maintenance dite de « premier niveau » des matériels et des logiciels du parc informatique de l’établissement, supposant que cette activité soit gérée en interne ; inclut par exemple les réparations, réinstallations, mises à jour de logiciels, maintenance de premier niveau du réseau, etc.

Numérisation

Concerne toute activité liée à la numérisation de documents de tous types (documents imprimés, sonores, audiovisuels…), que cette activité soit liée à l’élaboration technique, informatique, intellectuelle ou logistique de la numérisation ; inclut l’élaboration de cahiers des charges, le choix de fournisseurs, la mise en place d’une chaîne de numérisation, les procédures de contrôle qualité, etc. ; inclut aussi la définition d’une politique de numérisation (choix des documents à numériser, mise en place d’une « bibliothèque numérique », choix des modes de diffusion, etc.).

PEB [Prêt entre bibliothèques]

Concerne toute activité liée au prêt entre bibliothèques, que ce soit la gestion d’un système informatisé de prêt (comme le PEB du Sudoc ou le PIB du CCFr) ou l’envoi de documents ou de reproduction de documents par l’établissement, tout comme la réception et le prêt de documents provenant d’autres établissements ; cette activité peut ou non être informatisée.

Prêt

La notion de prêt renvoie à la mise à disposition du public de documents dans des contextes spécifiques : portage à domicile, prêt en bibliobus, prêt à des publics spécifiques (prisons, hôpitaux) ; sauf cas d’espèce, les activités traditionnelles de prêt sont incluses dans la rubrique « Prêt informatisé ».

Prêt informatisé

Concerne toute activité de gestion des prêts/retours de documents en établissement, incluant les relances, lettres de réclamation, gestion des amendes, etc.

Rangement des collections

Concerne toute activité liée au rangement matériel des collections, quel que soit le type de collections.

Recherche documentaire

Concerne la mise en œuvre de travaux spécifiques de recherche documentaire menées pour les utilisateurs, par exemple pour la réalisation de bibliographies, sites web, dossiers spécifiques, etc. ; n’inclut pas les recherches documentaires de « premier niveau », menées ponctuellement pour les utilisateurs dans le cadre du service public.

Revue de presse

Concerne l’élaboration de revues de presse, sous forme imprimée ou numérisée, leur gestion et leur diffusion, telle que pratiquée dans les centres de documentation.

Section jeunesse

Concerne toute activité liée à la gestion d’une section pour jeunes ou pour adolescents.

Section multimédia

Concerne toute activité liée à la gestion d’un service ou d’un espace multimédia, c’est-à-dire proposant des accès à Internet, l’accès à des bases de données, des services en ligne, des logiciels, didacticiels, etc. sur supports informatiques.

Statistiques

Concerne la collecte, l’élaboration, la réalisation, la diffusion et l’exploitation de données statistiques liées aux activités ou à une partie des activités de l’établissement, d’un service de l’établissement, etc.

Traitement collections

Concerne toute activité liée au traitement matériel des collections, telles qu’inscription au registre d’entrée-inventaire, estampillage, cotation, équipement antivol, rondage, reliure, etc., à l’exclusion du rangement des collections (Voir : « Rangement collections ») ; inclut la mise en place et la gestion de trains de reliure.

Veille documentaire

Concerne la mise en place et la gestion d’activités de veille documentaire, manuelles ou informatisées, menées soit au sein de l’établissement, soit pour le compte de services spécifiques ou d’utilisateurs particuliers, telles que généralement pratiquées dans les centres de documentation.

Vidéothèque

Concerne toute activité exercée dans le cadre d’un service d’un établissement (essentiellement une bibliothèque publique) qui propose une collection de documents audiovisuels, mais aussi tous documents liés (livres, revues, ouvrages de référence, affiches, dossiers de presse, etc.).

Données Types compétences

Les intitulés trop vagues, comme par exemple « Maîtrise des NTIC », « Connaître les techniques de base de la chaîne documentaire », etc., n’ont pas été pris en compte.

Les intitulés liés aux capacités relationnelles des agents, comme « Aptitude au service public », « Capacité d’initiative », etc., n’ont pas été retenus.

AB6, Absothèque, Aleph, Alexandire, Aloès, Atalante, BCDI, Cindoc, Discobole, Dynix, Ex-Libris, GEAC Advance, Horizon, Loris, Millenium, Motbis, Multilis, Opsys, Orphée, Paprika, Pergame, Photoshop, Portfolio, Quick Book, Superdoc, Unicorn, Unix, Vubismart

Suppose la connaissance et l’utilisation, succincte ou approfondie, des logiciels cités ou des logiciels commercialisés par les prestataires cités.

Allemand, Anglais, Espagnol

Suppose la connaissance, succincte ou approfondie, écrite ou parlée, des langues citées.

Blanc-Montmayeur, CDU, Dewey, Mesh, PCDM4, Rameau

Suppose la pratique, succincte ou approfondie, du langage d’indexation ou du système de classification utilisé.

Langages documentaires

Suppose la pratique, succincte ou approfondie, d’un langage d’indexation ou d’un système de classification autre que ceux mentionnés ci-dessus (par exemple classifications « maison »).

Documentation numérique

Suppose une pratique de la documentation numérique mettant en œuvre des compétences nécessaires aux activités de type « Numérisation », et autres que celles spécifiquement mentionnées (Voir par exemple « HTML »).

Droit de l’information

Suppose une connaissance approfondie des textes réglementant le droit de l’information, le droit de la propriété intellectuelle, etc.

Excel, Windows, Word

Suppose la connaissance et l’utilisation, succincte ou approfondie, des logiciels cités.

Formation requise

Seuls les diplômes relevant des bibliothèques, des sciences de l’information et de la documentation ont été retenus. Les mentions de type « Bac + années d’étude » n’ont pas été saisies.

Yves Desrichard (septembre 2006)

    Base de données de dépouillement des offres d’emploi de la liste de diffusion biblio-fr - Modifications de la grille de saisie au 1er septembre 2006

    Données générales

    Type d’établissement

    Ajouter « État : SCD ».

    Ajouter « État : Etablissement public ».

    Ajouter « État : Autres ».

    Commentaire : Remplace le type « État ».

    Ajouter « Intercommunalité ».

    Ajouter : « Privé : Associations ».

    Ajouter : « Privé : Autres ».

    Commentaire : Remplace le type « Privé ».

    Type de contrat

    Ajouter « CAE » [contrat d’accompagnement dans l’emploi].

    Données types activités

    Accueil classes

    Concerne l’accueil de classes dans le cadre de coopération entre l’établissement et des établissements scolaires (auparavant inclus dans « Accueil groupes »).

    Conservation

    Concerne toute activité liée à la conservation, notamment préventive, des collections, comme la mise en place de plans de sauvegarde d’urgence, la mise aux normes des lieux de stockage des collections, etc.

    Coordination réseau documentaire

    Inclut toutes les tâches liées à la coordination de l’activité de plusieurs établissements : établissement central et annexes, bibliothèque départementale de prêt et bibliothèques de dépôts, etc. ; inclut par exemple l’assistance à la création ou à la rénovation d’équipements, à la mise en place d’actions de coopération entre différents établissements, etc. ; inclut les partenariats mis en place avec des entités autres que documentaires, écoles, associations, conservatoires, etc.

    Dérivation

    Concerne uniquement la création de notices d’exemplaires, à l’exclusion de toute opération de catalogage ou d’indexation informatisée ; inclut la dérivation de notices de réservoirs existants (par exemple Electre, Sudoc).

    Désherbage

    Concerne essentiellement la mise en œuvre intellectuelle (détermination des critères d’élimination) et pratique d’opérations de désherbage, soit ponctuelles, soit régulières.

    Direction d’établissement

    Indique que le poste proposé correspond à la direction de l’établissement concerné.

    Discothèque/Vidéothèque

    Concerne toute activité exercée dans le cadre d’un service d’un établissement (essentiellement une bibliothèque publique) qui propose tout à la fois une collection de documents sonores, mais aussi tous documents liés (partitions, livres, revues, ouvrages de référence, DVD, etc.) et une collection de documents audiovisuels, mais aussi tous documents liés (livres, revues, ouvrages de référence, affiches, dossiers de presse, etc.).

    Equipement documents

    Concerne toutes les activités liées à l’équipement matériel des documents : reliure, rondage, système antivol, etc.

    Evaluation

    Concerne la mise en place, la réalisation et l’exploitation de toutes opérations d’évaluation des services ou des collections de l’établissement.

    Sudoc

    Concerne toute activité liée à l’alimentation du Système universitaire de documentation de l’Abes : catalogage, dérivation, exemplarisation, etc.

    Données types compétences

    Littérature jeunesse

    Suppose la connaissance de la littérature destinée aux enfants et aux adolescents, thèmes, auteurs, collections, éditeurs, etc.

    Photoshop, WinIBW

    Suppose la connaissance et l’utilisation, succincte ou approfondie, des logiciels cités.

    Yves Desrichard (septembre 2006)

      1.  (retour)↑  Remerciements à Christophe Pavlidès, directeur de Médiadix, pour avoir permis la création de cette base et au grand maître Romain pour la conception informatique.
      2.  (retour)↑  Remerciements à Christophe Pavlidès, directeur de Médiadix, pour avoir permis la création de cette base et au grand maître Romain pour la conception informatique.
      3.  (retour)↑  Le logiciel Modalisa : www.modalisa.com
      4.  (retour)↑  http://biblio-fr.info.unicaen.fr
      5.  (retour)↑  Notamment les offres correspondant à des postes disponibles à l’étranger, constituant un corpus trop restreint et trop spécifique pour permettre des exploitations statistiques probantes.
      6.  (retour)↑  Pour des raisons évidentes, seul l’accès en modification et gestion de la base est protégé. La base est disponible à l’adresse suivante : www.zliton.com/yves
      7.  (retour)↑  Le fichier Excel correspondant à ce travail est disponible à l'adresse suivante
      8.  (retour)↑  Id.
      9.  (retour)↑  Informations issues de Wikipédia.
      10.  (retour)↑  La présentation exhaustive de la méthodologie de dépouillement est disponible à la fin de l'article.
      11.  (retour)↑  Les puristes auront déjà remarqué que même des offres non statutaires (remplacement de congé de maternité par exemple) peuvent utiliser pour intitulés ceux des corps ou des cadres d’emploi correspondants, ce qui ne facilite pas l’exploitation statistique.
      12.  (retour)↑  Le « secteur adultes », auparavant sous-entendu quand aucun autre secteur n’était mentionné, a été ajouté comme rubrique à part entière de la grille de saisie à compter du 1er septembre 2006.
      13.  (retour)↑  Voir sur le site de l’ADBS : www.adbs.fr/site/carrieres/euroref/index.php
      14.  (retour)↑  Il pourrait être intéressant de comparer les offres statutaires de l’État avec celles diffusées par le biais de Poppée, essentiellement pour les personnels de catégorie A.
      15.  (retour)↑  Il faut noter que, sur les 100 départements français, 11 départements ne sont pas représentés dans la base – autrement dit, aucune offre n’a été proposée pour ces départements.
      16.  (retour)↑  Cette donnée n’a néanmoins pas été analysée en tant que telle.
      17.  (retour)↑  La gestion des collections regroupe les acquisitions, le catalogage et l’indexation, la gestion des collections proprement dites, le bulletinage et l’alimentation ou la gestion des bases de données.
      18.  (retour)↑  Euroréférentiel I&D. Volume 1 : compétences et aptitudes des professionnels européens de l’information-documentation. ECIA. ADBS, 2004.