entête
entête

Buch und Bibliothek

septembre 2003 à juillet-août 2004

Bad Honnef : Bock + Herchen Verlag. – 30 cm. ISSN 0340-0301. Abonnement (10 numéros par an) : 82 € – Le numéro : 12,50 €

par Isabelle Duquenne

La revue allemande des professionnels des bibliothèques et de la documentation BUB (Buch und Bibliothek) est un témoin précieux de l’actualité bibliothéconomique outre-Rhin. Ce mensuel aborde autant la réflexion politique que les questions techniques (comme la RFID, Radio Frequency Identification, en mars 2004) et fait la part belle aux expériences menées dans les Länder ou à l’étranger. Il propose de passionnantes contributions sur l’histoire des bibliothèques avec des articles sur des fonds particuliers (la bibliothèque d’Heidelberg, les bibliothèques issues des spoliations juives), des études thématiques (« Du salon de lecture à la bibliothèque publique », « Les bibliothèques dans la guerre froide ») ou des recensions d’expositions (« Le regard interdit » : les collections érotiques de la Bibliothèque nationale d’Autriche). Aux articles, dossiers et comptes rendus s’ajoutent les programmes de formation continue et des offres d’emploi qui en font un outil synthétique d’information et d’échange.

Le congrès de l’Ifla 2003

Le congrès de l’Ifla à Berlin en 2003 1 a connu un succès remarquable tant en termes de participation (4 653 participants de 133 pays) que par sa programmation de qualité. Lieu d’une réflexion approfondie sur l’éthique du métier, il a généré une prise de conscience de l’importance du « lobbying » pour faire connaître la position et les attentes des bibliothécaires. Parmi les thématiques, celle de la liberté et de l’égalité de l’accès à l’information est revenue régulièrement dans les débats, qu’il s’agisse des nouveaux systèmes de gestion des droits électroniques (DRM : Digital Rights Management), des effets des lois anti-terroristes en vigueur dans plusieurs pays ou de la destruction et du pillage des bibliothèques en Irak, tableau vigoureusement brossé par Jean-Marie Arnoult, inspecteur général des bibliothèques (octobre-novembre 2003).

Crise financière dans les bibliothèques allemandes

Dans la rubrique « Politique des bibliothèques », la crise financière qui continue de secouer les bibliothèques allemandes fait partie des thèmes récurrents. Dans le dossier spécial de décembre 2003, les directeurs de cinq grands établissements publics présentent leurs analyses. D’octobre 2003 à août 2004, huit articles rendent compte d’une situation alarmante, assortie de restrictions budgétaires, de suppressions de postes, d’augmentation des tarifs et de fermeture de bibliothèques. Entre 1999 et 2001, près de 2 500 bibliothèques, soit 21 %, ont fermé avec des conséquences néfastes pour les publics les plus fragiles.

Si les bibliothèques réaffirment que l’essentiel du financement ne peut provenir que des municipalités – « les bibliothèques sont et restent un service public » –, elles mettent en pratique des solutions innovantes ou éprouvées : optimisation de l’organisation et de l’usage des nouvelles technologies, bénévolat, associations des amis de la bibliothèque, mécénat. Reste à convaincre les tutelles du rôle culturel et social de la bibliothèque comme de son importance pour l’économie locale et sa capacité à dynamiser les centre villes.

Bibliothèques et école

L’Allemagne continue de réagir au séisme déclenché par Pisa (Programme for International Student Assessment), un test international d’évaluation du niveau scolaire mené par l’OCDE dans 32 pays en l’an 2000, qui l’avait classée en dessous de la moyenne en matière de lecture. Des études ont établi la corrélation entre la présence de bibliothèques – une école sur dix en Allemagne contre 40 % en Autriche et la totalité en Finlande et en Angleterre –, la collaboration étroite entre enseignants et bibliothécaires et l’amélioration des résultats scolaires.

Relevant le défi, la fondation Bertelsmann et la nouvelle grande association professionnelle BID (Bibliothek und Information in Deutschland) lancent le concept de « Bibliothèque 2007 ». Au cœur du dispositif, le renforcement de l’intégration des bibliothèques dans le système éducatif et la création d’une agence de développement, unité de pilotage pour les bibliothèques publiques et universitaires. L’objectif est de faire connaître leurs services et leurs potentialités auprès des politiques et du grand public. La bibliothèque comme « outil de formation et de développement » était aussi le thème central du congrès annuel de l’Ifla à Buenos Aires en août dernier.

Réflexion sur les services offerts

Parmi les auteurs qui abordent la communication en bibliothèque, Martin Götz met l’accent sur la gestion stratégique des relations publiques s’appuyant sur une analyse des relations essentielles avec les groupes cibles : organismes de tutelle, élus, membres des conseils d’administration, usagers… et la nécessité de cadres formés (mars 2004).

Au cœur du métier, la réflexion sur les services offerts se décline dans des articles sur l’aide en ligne dans les bibliothèques universitaires (avril 2004), les sites Internet structurés en fonction d’utilisateurs ciblés (janvier 2004). Définissant l’objectif prioritaire des bibliothèques comme « la satisfaction du maximum de clients avec des ressources optimisées », Hannelore Vogt préconise une méthode globale alliant la gestion des réclamations – une manière de détecter les points faibles « facilement et à peu de frais » –, les enquêtes de satisfaction et les groupes de discussions constitués par le public ou le personnel pour évaluer les services clefs (amabilité du personnel, rapidité du service et horaires d’ouverture) ou réfléchir à des prestations à mettre en place (juillet-août 2004).

S’agissant des bibliothèques françaises, trois articles rendent compte de quelques événements marquants de l’actualité : le cent trentième anniversaire de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNUS) et l’originalité de ses triporteurs, la conférence du très actif Goethe Institut de Paris sur la « mission sociale des bibliothèques » et les projets de coopération avec la France. Enfin, la conférence internationale de Varsovie sur « Les bibliothèques publiques dans une nouvelle Europe » aura été l’occasion pour l’Allemagne, la Pologne et la France, de partager une réflexion sur la lecture publique.

  1.  (retour)↑  Voir BBF, 2004, n° 1, p. 73-75 (Ndlr).