entête
entête

Documentation et nouveaux parcours de formation

34e congrès de l'ADBU

Annie Le Saux

Les journées d’étude de l’Association des directeurs et des personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation (ADBU) se sont presque toujours conclues sur le vœu pieux que l’université soit un lieu où enseignants et bibliothécaires s’entendent et collaborent, pour le plus grand bien des étudiants. Le thème débattu dans un havre d’eau et de verdure, le 17 septembre à Metz, associait plus que jamais ces deux catégories de professionnels : Documentation et nouveaux parcours de formation.

La méthodologie documentaire

Le LMD (licence-master-doctorat) introduit en effet (mais n’est-ce pas plutôt l’effet d’« une lente maturation », a suggéré Raymond Bérard) la méthodologie en général et la méthodologie documentaire en particulier dans le cursus de l’étudiant.

Cette dénomination nouvelle (dire qu’au siècle dernier on parlait de formation des utilisateurs), associée à la culture de l’information et mieux encore à l’information literacy 1 recouvre cependant une autre réalité : sa reconnaissance à et par l’université. Enfin ! pourrait-on dire, car la pratique de formation de base dispensée aux étudiants de 1re année par les services communs de la documentation des universités (SCDU) n’est pas une innovation. Simplement, « elle ne se limite plus aux seuls étudiants de première année » (Agnès Colnot, responsable de la formation des utilisateurs au SCDU de Rennes II) : des modules de méthodologie documentaire commencent à être intégrés en licence et en master. Un autre intérêt de cette formation est qu’« elle a un impact certain sur la fréquentation de la bibliothèque et [que] les étudiants sont plus autonomes dans leurs recherches » (Philippe Pinçon, directeur du SCDU de La Rochelle). Tous s’accordent à reconnaître une place plus active et plus participative du SCD au sein de l’université.

Cependant, le partenariat reste toujours soumis aux relations encore trop teintées de méfiance entre enseignants, dont la mobilisation plus que tiède dans ce programme de formation est regrettée, et bibliothécaires. Il reste aussi à améliorer les moyens financiers, matériels et organisationnels, à trouver des solutions fiables à l’évaluation et aux examens en ligne et à régler la gestion et la rémunération des heures complémentaires des formateurs.

Des formateurs qui voient apparaître un nouvel outil de formation en ligne 2. Projet commun à l’Urfist et à l’Université Rennes II, Metafor se veut être un « outil pédagogique, évolutif et coopératif plus qu’un support clé en main » 3 (Alexandre Serres, maître de conférences et Marie-Laure Malingre, conservateur, tous deux à l’Urfist Bretagne-Pays de Loire).

Universités et bibliothèques numériques

Intervenant l’après-midi sur l’université numérique et la documentation, Henri Le Prieult, directeur du service d’enseignement à distance 4 et chargé de mission pour l’Université ouverte de Toulouse II-Le Mirail, a mentionné les freins à la création d’un « extranet pédagogique », auxquels son université est confrontée : aux blocages techniques, qui font que « l’on s’enchaîne à un prestataire privé ou à un vacataire local », se sont ajoutées des difficultés juridiques, normatives… L’adoption de pratiques nouvelles s’accompagne souvent d’hésitation pour ne pas dire de refus. Henri Le Prieult voit plusieurs causes aux réticences des enseignants : manque de disponibilité, difficulté à intégrer les nouvelles technologies dans leur enseignement, crainte de s’exposer en diffusant leurs cours sur Internet et risque que cette autre forme de diffusion du savoir ébranle leur pouvoir… La place de l’enseignant-chercheur, avec l’apparition de l’université numérique, s’est, de plus, complexifiée. Il est auteur ou auteur parmi d’autres (et cela soulève le problème de la propriété intellectuelle), et il est aussi tuteur virtuel des étudiants (ce qui pose la question de leur suivi : individuel ? sous forme de forum ? Mais un forum doit être animé, ce qui nous ramène à la disponibilité…). Pour l’instant, le statut de l’enseignant-chercheur en ligne reste à définir.

Celui des cours et des documents universitaires en ligne n’est pas moins flou, étant donné le vide juridique qui les entoure. « Comment, s’est en effet demandé Henri Le Prieult, gérer un cours, forcément pluriel, si, au niveau européen, le principe d’une exception pédagogique n’est pas retenu ? »

L’Université ouverte de Catalogne, qui fête ses 10 ans, a pourtant fait le choix de développer un maximum de nouveaux services à distance, afin, comme l’a expliqué Isidre Ribot-Jimenez, directeur de la bibliothèque, de s’adapter aux 35 000 étudiants inscrits, qui, pour la plupart, travaillent, ont charge de famille ou ne résident pas à Barcelone 5. Pour faciliter leur vie, la bibliothèque s’est, à son tour, impliquée dans une offre de services en ligne, dont elle continue d’élargir la gamme 6.

La société du futur sera-t-elle donc celle du numérique ? Non, prédit Michael von Cotta-Schönberg, directeur de la bibliothèque de la Copenhagen Business School (qu’il a rapprochée de l’Université de Paris-Dauphine), citant des ouvrages récemment parus : elle ne sera ni celle de l’information, ni celle du numérique, mais « celle des expériences », « une société où les gens vivent ensemble ». Selon Henri Le Prieult également, l’université est et restera le lieu privilégié de rencontre des étudiants et des professeurs. Il en a souligné la « dimension charnelle » et a conseillé d’agencer les nouvelles technologies autour de cette composante physique.

Les BU courent cependant le risque d’être contournées, si l’on en croit le titre d’un article paru récemment dans un quotidien danois : « Google, le bibliothécaire du futur ». Les moteurs de recherche annonceraient-ils la fin des catalogues de bibliothèque ? Parmi les autres bouleversements à venir, le directeur de la bibliothèque de la CBS voit dans le pay per view la nouvelle façon de diffuser les articles de périodiques directement à l’usager. Alors, et c’est une question de survie, les bibliothèques doivent « non seulement trouver de nouvelles formes de services mais encore de nouveaux services ».

Actualités

Comme le veut la coutume, la parole fut donnée, le lendemain, aux « officiels », qui passèrent en revue la plupart des points chauds de l’actualité : la mise en place du LMD et ses conséquences sur la formation, la recherche et la mobilité (Pascal Level, président de Valenciennes et représentant de la Conférence des présidents d’université 7) ; les référentiels des métiers, l’évaluation et la notation des personnels (Dominique Antoine, directeur des personnels, de la modernisation et de l’administration) ; Couperin, dont la présidente, Geneviève Gourdet, détailla la stratégie envisagée face aux grands diffuseurs mondiaux et à Elsevier en particulier : aux bouquets de revues qui leur sont imposés, les universités, le CNRS, l’Inserm et bientôt l’Inra – organisés en groupements de commandes – vont opposer une liste consensuelle de 1 325 titres répondant à un souci de coordination de la politique documentaire.

D’autres préoccupations spécifiques aux BU furent examinées par Claude Jolly, sous-directeur des bibliothèques et de la documentation : les moyens (mise en œuvre de la Lolf – Loi organique relative à la loi de finances), la carte documentaire (plan de documentation médicale en ligne pour les bibliothèques d’Ile-de-France et constitution d’une carte documentaire commune à Paris I, II, III et IV), la réforme du dépôt légal, la rétroconversion, et surtout la mise en ligne des thèses selon un certain nombre de principes établis par un rapport commandé par la SDBD 8.

La suite l’an prochain à La Rochelle 9.

  1.  (retour)↑  Pour la définition de ces deux expressions, voir le Grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française : http://www.olf.gouv.qc.ca/
  2.  (retour)↑  Citons par exemple Forsic à Toulouse et Formist à l’Enssib.
  3.  (retour)↑  Encore expérimental, Metafor a une adresse provisoire : http://www.gentrix.org/cocoon/metafor/index.htm
  4.  (retour)↑  Il s’agit du plus gros centre d’enseignement à distance : 4 500 étudiants, 400 enseignants, 50 diplômes.
  5.  (retour)↑  http://www.uoc.edu/
  6.  (retour)↑  Voici quelques exemples de ce qu’offre le site de la bibliothèque : les références des ouvrages sont accompagnées de leur résumé et de la photo de couverture ; les recherches sont élargies, notamment au Catalogue collectif de Catalogne ; le moteur de recherche permet de faire des recherches sur toutes les ressources du site en même temps ; des pages sécurisées sont offertes à chaque étudiant, qui peut recevoir infos ou documentation le concernant, etc.
  7.  (retour)↑  Le prochain colloque de la CPU aura lieu en mars 2005 à Lyon sur le thème de la formation.
  8.  (retour)↑  Voir sur le site de la SDBD : http://www.sup.adc.education.fr/bib/
  9.  (retour)↑  Ville choisie pour le prochain congrès. Signalons aussi que le conseil d’administration de l’ADBU a été renouvelé et que Marie-Dominique Heusse, directrice du SICD de Toulouse, remplace désormais Isabelle Sabatier à la présidence.