entête
entête

Les Médiathèques françaises à l'étranger

Créer une collection musicale. II : la chanson française des origines à nos jours.

Les médiathèques françaises à l'étranger, dossier n° 13. mars 1999. Paris : Ministère des Affaires Etrangères. - 250 p. : 30 cm.

par Christian Massault

Sans ISBN, ISSN, ni prix de vente, ce volume de 250 pages se présente d'abord et avant tout comme un outil de travail. Travail de commande destiné au réseau des médiathèques françaises à l'étranger, qui complète un premier dossier consacré aux compositeurs français de musique savante 1, son contenu mérite l'attention au-delà de son public initial.

Une commande ciblée

La Direction de la Coopération culturelle et du français (DCCF) du ministère des Affaires étrangères a fait appel pour la réalisation collective de ce « manuel » à des signatures connues du monde des bibliothèques. La majorité de l'équipe rédactionnelle, issue des bibliothèques de la ville de Paris, se confond avec le comité de rédaction du mensuel Écouter voir, diffusé dans l'ensemble du réseau des discothèques et bibliothèques musicales en France et dans les instituts culturels à l'étranger. Outre une passion particulière de chacun, que l'on retrouve dans la répartition des articles, ce choix apporte une garantie quant aux aspects pratiques, en comparaison avec des ouvrages plus pointus, de journalistes spécialisés, dont l'utilisation à des fins professionnelles est rarement aussi pensée et structurée.

Un travail classique

La présentation renforce l'aspect utilitaire de ce guide. Sobre, pour ne pas dire austère, il ne présente aucune illustration (dessin ou photo), et ne joue que sur la typographie (caractères gras et renvois) et quelques contrastes de noir et de gris pour faire ressortir les noms proposés à la sélection.

Le plan de l'ouvrage présente deux types d'articles. Les préambule, préface, avant-propos et introduction ainsi que les annexes représentent un tiers du document, une histoire chronologique de la chanson française et francophone en occupe presque les deux autres tiers.

Le plan en cinq périodes – 1880-1920, 1920-1940, 1940-1960, 1960-1982 et 1982-2000 – n'est pas aussi arbitraire que pourrait le faire croire le choix de périodes régulières. Il correspond à des ruptures et des dynamiques particulières que les rédacteurs mettent en valeur chacun à sa façon. L'actualité de ces périodes, les genres et les figures qui les illustrent sont présentés avec la sensibilité de chacun, on n'y trouvera donc pas l'homogénéité qu'aurait donnée une rédaction unique. Le point commun reste néanmoins conforme au projet d'ensemble, en documentant de manière précise et actualisée les indispensables références bibliographiques et discographiques. Les annexes complètent, de façon lapidaire, ce que le découpage chronologique ne permettait pas de traiter.

Les bonus qui font la différence

Le guide pratique qui clôt l'ouvrage, avant les indispensables index (onomastique, thématique et des titres de chansons) est un point fort de ce travail. Il recense de manière assez complète un grand nombre de sources permettant de prolonger et compléter cette première approche. Les revues spécialisées, les sites Internet (à jour au printemps 1999), les centres de ressources, les bases de données, les librairies spécialisées, les grands rendez-vous, les distinctions, les lieux de la chanson (à Paris seulement, on peut se demander pourquoi !), les organismes professionnels, l'enseignement de la chanson et la diffusion de la musique française sont évoqués tour à tour. Ces informations, tout comme le rappel sur le statut des œuvres musicales au regard du droit d'auteur, sont disponibles dans d'autres outils, particulièrement « L'Officiel de la musique », édité par l'Irma (Centre d'informations et de ressources pour les musiques actuelles). Elles ont cependant le mérite d'être regroupées et de donner ainsi une cohérence plus grande à l'approche de ce secteur d'activité.

À mettre entre toutes les mains

S'il n'apporte pas particulièrement d'information au public déjà intéressé par le sujet – et encore moins au public spécialisé –, ce dossier voit son intérêt dans l'aspect utilitaire voulu par les commanditaires et réalisé par les auteurs.

En conclusion, nous avons affaire à un bon ouvrage de vulgarisation, dont la conception et les facilités d'utilisation recommandent l'usage dans toute bibliothèque ou centre de documentation, pour l'aide aux acquisitions autant que pour une information générale, non liée à une collection de phonogrammes.

  1.  (retour)↑  Créer une collection musicale. 1. La musique classique française des origines à nos jours, Les Bibliothèques de France à l'étranger, le 6e dossier, Paris, Ministère des Affaires Etrangères, 1996.